Une fin de projet pour une fin du parcours CECS…

Cette année 2013/2014 a marqué un tournant décisif dans le parcours « Conception d’événements et circulation des savoirs  ». En effet, suite à 4 ans d’exposition sur le bidonville de La Campa et de l’inauguration d’une stèle commémorative, il a été décidé qu’il était temps de clore ce chapitre. Cette nouvelle étape signe également la fin du parcours CECS.

En effet, cette dernière exposition, «  Le Retour de la Mémoire  », annonce son achèvement. Quel meilleur moyen de conclure une exposition qu’en regroupant les deux collaborateurs principaux de ce projet, à savoir le Mouvement ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger ?

Plutôt que de se pencher sur une thématique particulière, il nous a été donné comme mission, cette année, d’engager une ouverture, en présentant une recherche réflexive sur le thème abordé par toutes les promotions précédentes : le témoignage. Comme un aboutissement de ces 5 ans de recherches entrepris par les étudiants, nous avons tenté de présenter de manière à la fois originale et concrète nos pérégrinations sur le sujet, illustré de fragments d’histoires individuelles vécues par nos enquêtés.

Notre sujet nous a apporté bien des choses, sur le plan professionnel mais également personnel. Nous avons pris conscience de la valeur des choses, des petits actes de la vie, tout en acquérant des compétences favorables pour nos carrières futures.

Nous tenons à remercier chaque contributeur, chaque personne ayant témoigné, chaque personne nous ayant accompagné dans notre démarche sur ce Retour de la Mémoire.

Nous tenons également à remercier par ce biais M. Emmanuel Paris, Co-directeur du « Master 2 Dynamiques Culturelles. Politiques, Espaces, Pratiques » et Responsable du parcours CECS pour ces années passées à donner, à transmettre des savoirs, et bien d’autres choses.

Notre parcours s’achève, c’est également le cas de notre blog. Un échange continuel à travers les commentaires ne saurait être qu’une source d’enrichissement et de circulation des savoirs qu’ils soient experts, profanes ou populaires.

Merci de nous avoir suivis dans ce cheminement depuis 2010  !!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Des petits papiers dans la baraque

"La baraque"- exposition 2013 D'une nature l'autre.
« La baraque »- exposition 2013 D’une nature l’autre.

La scénographie de notre exposition mettait en scène une baraque du bidonville de La Campa. Elle a été réalisée à partir de l’agrandissement d’une photographie d’époque. À l’intérieur nous avons aménagé deux espaces.

Le premier espace est dédié à l’écoute d’interviews d’anciens habitants de La Campa grâce à un dispositif de casque audio.

Le second espace est un mur d’expression aussi appelé « Dazibao ». Nous invitions ainsi les visiteurs à s’exprimer librement en écrivant leurs pensées sur des petits papiers et à les coller sur la paroi orange.

Mur d'expression dans la baraque - Exposition 2013 D'une nature l'autre.
Mur d’expression dans la baraque – Exposition 2013 D’une nature l’autre.

 

Vous êtes curieux de savoir ce que contiennent les petits papiers?

 

LA NATURE C’EST BEAU ET APAISANT.

La nature ça gratte

La nature c’est la liberté!!

Petit papier en espagnol
Petit papier en espagnol

La nature de l’homme c’est de toujours aller contre sa nature

Pourquoi? Nature elle ment?

NATURE VS CULTURE ???

La nature exutoire de l’homme

Des vies entre Autonomies et Dépendances …

Petit papier Sapin
Petit papier Sapin

La nature c’est la vie

LA NATURE? C’EST L’OUVERTURE

Campa ou Campagne?

La nature de l’homme est d’être culturel.

La nature naturelle…? et artificielle…?

Bidon-ville  Ville-Bidon

L’Homme et la nature, un compromis à trouver au quotidien?

La nature c’est ce qui fait vivre, c’est la vie?

La nature de l’homme le conduit-il à la violence? ou à l’entraide?

Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Notre présentation de l’exposition

Nous vous présentons ici le texte que nous avons lu lors du vernissage de notre exposition.

 

Nous vous remercions d’être venu aujourd’hui pour notre exposition « Territoire d’enfance, photographies et témoignage ». Cette exposition a été réalisée dans le cadre du Master 2 Dynamiques culturelles, politiques, espaces, pratiques, au sein du parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs.

La demande de départ du projet était de produire une exposition photographique ayant pour thème le Bidonville de La Campa et de travailler autour de la notion de trace. Toute la difficulté résidait ici dans le fait qu’il n’existe aujourd’hui plus de traces physiques de ce bidonville, détruit en 1971 et remplacé par le parc de La Courneuve.
Nous avons ainsi entamé une réflexion sur la notion de trace et avons posé le questionnement suivant : Comment, sans se livrer à une exhumation méthodique du passé, parvenir à faire coïncider les dimensions du passé et du présent  dans un même espace, en les rendant sensibles à l’imagination ?

Une première entrée dans le sujet  nous a été donné par notre rencontre avec Monsieur Abdel Saadouni, qui a passé une partie de son enfance à La Campa. Cette rencontre à la fois humaine et émouvante nous a troublée par son étrangeté et a eu un effet révélateur. Elle remettait en question notre représentation préalable du bidonville et de ses relations sociales et allait à l’encontre de nos hypothèses de travail. En effet, bien loin d’un discours misérabiliste, mettant en avant les affres d’une vie dans des conditions indignes, son témoignage était empreint de nostalgie pour un espace qu’il appréhendait à l’époque avec la naïveté du regard de l’enfant.  C’est ce décalage entre une réalité objective et une représentation subjective que nous avons souhaité évoquer dans notre exposition.

Nous avons cherché à illustrer ces témoignages par des images d’archives. Le fonds des archives d’ATD Quart Monde mis à notre disposition a de fait constitué une base de travail riche et féconde qui nous a permis de donner une consistance visuelle au récit de Monsieur Abdel Saadouni.
Dans le même temps, le désir d’en savoir davantage sur les réalités des conditions de vie nous a conduit à partir à la rencontre d’autres témoins. La rencontre avec Mme Bernadette Cornuau, jeune bénévole à La Campa pendant quelques années et qui a beaucoup travaillé avec les familles, est ainsi venue enrichir notre réflexion.  Des découvertes d’archives, telles que la lettre des enfants du bidonville au maire de La Courneuve à l’occasion des fêtes de Noël nous ont permis de nous confronter directement à la parole de ces enfants, excluant toute dimension de reconstruction.  C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire.

Loin de chercher à idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, le dénuement et la précarité, nous avons centré notre approche sur le regard de l’enfant et la dimension subjective de la mémoire. Le regard de l’enfant est questionné dans ses dimensions multiples : paroles directes véhiculées par le document d’archive qu’est la lettre, témoignage d’un enfant d’hier qui se souvient de son enfance, M. Abdel Saadouni, témoignage d’une ancienne volontaire ayant apporté son aide et partagé le quotidien de nombreux enfants, Mme Bernadette Cornuau, et, enfin, photographies d’enfants effectuées par des adultes qui, à travers les instantanés captent des moments de vie quotidienne de la vie à La Campa.

L’idée s’est très vite imposée de travailler autour de la notion de territoire d’enfance, dans sa double dimension : celle d’espace géographique, d’une part, celui du bidonville dans sa dimension d’habitat informel, et d’espace  mental d’autre part, investie par l’imaginaire de l’enfance qui transfigure la réalité quotidienne. Conçue en 5 panneaux, l’exposition se propose de faire pénétrer le visiteur dans un espace empli de paradoxes où des réalités multiples se superposent.

L’idée était avant tout d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent. Le diptyque initial représentant le territoire de l’actuel parc de la Courneuve avec quarante ans d’écart, introduit ce voyage temporel.
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par ces photographies en noir et blanc.
L’espace du bidonville, en noir et blanc à l’exception du mur consacré à Noël, est aussi donné à expérimenter par des références à des éléments du quotidien des enfants. Si les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, celui ci est ici confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de la vie de ses petits habitants.
La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir.
Le panneau en carton « ici bidonville 3000 habitants » est une référence à une photographie de Loïk Prat, qui a beaucoup travaillé sur La Campa et dont nous n’avons malheureusement pas pu exposer les œuvres, mais auxquelles nous tenions à faire référence.

La première étape du parcours donne ainsi un aperçu des conditions de vie réelles de la Campa : boue, conditions précaires, insalubrité, insécurité, constituent l’arrière-fond des figures enfantines dont nous tenions à rappeler la mémoire.
L’espace suivant  constitue le point focal de l’exposition mettant en lumière des souvenirs heureux. Les photographies y ont été choisies pour leur dimension esthétique et leur pouvoir de suggestion. Elles illustrent la joie de vivre des enfants, leurs jeux, leur univers merveilleux, à la fois dans leurs rapports sociaux, familiaux, mais aussi dans une dimension plus intimiste, celles offertes par les portraits.
Enfin le panneau du fond, met l’accent sur les espaces de créativité et d’expression rendues possible par le dévouement des membres d’associations dont ATD Quart Monde est un représentant essentiel. Comme tout enfant qui en a la possibilité, les petits habitants de La Campa se livrent à des pratiques artistiques et révèlent par là-même leur subjectivité d’enfant.

L’ensemble de l’exposition met finalement en exergue l’universalité de l’enfance qui peut tout transfigurer, à l’image de cette petite fille transformant un bâton en jouet, ou cette autre dansant devant un miroir brisé dans un contexte sordide, ou encore ce petit garçon absorbé par sa peinture et qui incarne le geste même de la création.

Le dernier espace présente quelques coupures de journaux évoquant les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Courneuve et offre un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Nous souhaitions particulièrement utiliser une large panel de média d’exposition. Le film est un document que nous avons souhaité inclure dans l’exposition et qui se situe un peu à part. C’est un document réalisé par le pôle image de la Courneuve, par des lycéens qui comme nous ont souhaité exhumer un élément du passé de leur espace proche.  Une interview de Monsieur Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville permet d’appréhender de façon plus immédiate l’ensemble de notre propos. La vidéo propose aussi un entretien avec Monsieur Claude Dityvon, un photographe ayant produit de nombreuse photographies d’une qualité esthétique indéniable sur La Campa. Nous aurions d’ailleurs souhaité intégrer certaines de ces œuvres à notre exposition, mais en raison de difficultés pratiques nous avons du y renoncer, cette vidéo est de fait l’occasion d’enrichir notre propos.

Cette exposition est le résultat d’un véritable travail d’équipe, où chacune a pu apporter ses compétences propres à l’intérieur d’une certaine division des tâches tout en participant à l’ensemble du projet.
Une des difficultés principales pour nous de cet exercice consistait à répondre à des demandes multiples. Nous avons aussi cherché à mettre en application les enseignements de nos professeurs, et de nombreux éléments en sont des reflets directs.

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition. Aussi le parcours de l’exposition, ainsi que l’attribution thématique des espaces a donné lieu à de nombreuses réflexions qui ont abouti à l’exposition telle que nous vous la présentons aujourd’hui.

Des contraintes de temps et matérielles nous ont parfois conduit à  modifier nos projets et à limiter  nos ambitions Nous regrettons ainsi par exemple l’absence d’une cartographie situant plus précisément le bidonville sur le territoire actuel. Nous avons aussi dû faire face à des problèmes techniques comme les stickers imprimés sur fond blanc au lieu de l’être sur fond transparent et tranchant de fait désagréablement avec le mur beige, ou le décollement et le gondolement des photographies après l’accrochage qui a quelque peu compliqué le montage. Nous aurions aussi  souhaité organiser une journée de médiation avec des élèves de primaire et de collège avec monsieur Abdel Saadouni, qui nous avait donné son accord, et que nous n’avons pas pu mettre en œuvre.

Enfin nous tenons à remercier la Fondation Schlumberger pour avoir financé notre projet, ATD Quart Monde et l’ensemble des structures qui nous ont donné accès aux archives, l’université Paris 13, l’UFR de communication, le service culturel, le service reprographie de l’université, ainsi que l’ensemble des professeurs qui ont encadré le projet. Nous remercions aussi toutes les personnes qui nous ont permis de mener à bien notre projet, en particulier M. Abdel Saadouni et Mme Bernadette Cornuau pour le temps qu’ils nous ont consacré et leurs précieux témoignages, les archives municipales de La Courneuve ainsi que le pôle image qui nous a permis d’utiliser leur film.

Exposition « Pas de Paparazzis à Paris 13 »

Vernissage au Café Expo*, le mercredi 17 février à 14h00

Paris 13, la fac de Villetaneuse vous pensez connaître ? Vous l’arpentez tous les jours, vous êtes étudiant, personnel, professeur. Et pourtant, avez-vous déjà bien observé les lieux, la vie ? Les petits riens qui forment ce grand ensemble qu’est la fac ? L’exposition /« Pas de paparazzis à Paris 13 »/ vous propose de découvrir ou de redécouvrir l’université à travers le regard particulier d’étudiants. Cette proposition de « sociologie visuelle » est une invitation à une vision différente de ce lieu de vie.

Trois oeuvres de l’artiste Mathieu Ségura seront exposées aux côtés de ces photographies :
http://segura.mathieu.free.fr/zenphoto/index.php?album=crypte-projet-courneuv-2009
Elles ont été réalisés à la suite d’une « randonnée archéologique » co-organisée voici deux ans, à La Courneuve, avec Monsieur Christian Gaborieau, archéologue municipal du service culturel de cette ville, qui nous a initié par ailleurs aux problématiques du bidonville « La Campa ».
L’idée de Mathieu Ségura fut de mixer des représentations gravées dans les sarcophages de la crypte de l’Eglise Saint-Lucien, avec des éléments de façade que l’on peut voir en se promenant dans la Courneuve, et de signifier ainsi que passé, présent, et avenir de ce territoire sont liés dans un même patrimoine, une même Histoire, un même récit. Ce récit, on pourrait le résumer de la façon suivante : l’entrelacement des histoires vécues et des cultures, depuis des centaines d’années, à La Courneuve.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre d’un projet annuel des étudiants du master 2 « Dynamiques Culturelles » parcours « Conception
d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Isabelle Bear, Raphaëlle Franchella, Vincent Larue, Stephanie Ragaigne, Emmanuel Roy et Pierre Barboza (MCF)

* au dessus de la caféteria du Forum de l’université »

affiche