Une nouvelle scénographie

Après une visite au Café-Expo avec Gauthier du service culturel de l’université, nous nous sommes penchées de nouveau sur la scénographie de notre exposition sur “le Retour de la Mémoire”.

Cette visite nous a permis de prendre en compte certains détails comme le blocage de la sortie de secours par notre SAS sonore. Nous avons donc modifié le parcours d’exposition en fonction. Voilà ce que cela donne :

La salle d’exposition: le Café Expo de l’Université Paris 13.

1.Plan_Expo-Vide

Cloisonnement final du Café Expo pour accueillir notre exposition (sous réserve de modification).

2.Plan_Expo-Cloison

Le nouveau sens de circulation dans l’exposition et plan de la configuration de l’exposition.

3.Plan_Expo-Circulation

 Qu’en pensez-vous?

Pour savoir ce qui se cache derrière notre  » A découvrir par vous-mêmes », nous vous donnons rendez-vous du 03 au 14 février 2014. See you soon!!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Réflexion sur la scénographie – d’un espace à l’autre

Nous avons imaginé la scénographie en fonction des thèmes que nous voulions traiter au sein de l’espace du Café Expo. C’était aussi pour nous l’occasion de faire de l’exposition un espace-bidonville, avec des tours et des détours, des baraques, de la taule etc.

Des suites d’un rendez-vous au service culturel, nous avons pu confirmer la faisabilité de cette scénographie et déterminer comment la mettre en place. Par la suite, nous avons collecté du matériel de récup’ pour ajouter du cachet à notre expo. A nous les chaises dans les rues, les cagettes en fin de marché et les bobines de bois dans les poubelles des entreprises !

Aujourd’hui, une nouvelle question se pose, comment garder l’identité de notre exposition si nous voulons la faire partir en itinérance dans des lieux qui seront sans nul doute différents de celui que nous avons investi ?

La scénographie et le contenu de l’exposition forment un tout qu’il sera intéressant de retravailler avec de nouvelles personnes et en de nouveaux lieux !

scénographie de l’exposition

Travail de scénographie (échelle 1/50e) :

 

L’espace d’exposition – Division de l’espace – hypothèse schématique

 

Côtes et dimensions pour affiner nos hypothèses – Hypothèse de circulation et zonage

La scénographie de l’exposition

Nous avons pensé la scénographie de l’exposition de manière à faire passer un message à travers la division des espaces, le choix du décor ainsi que par la sélection des photographies et autres médias utilisés.

Nous voulions que le visiteur prenne conscience du changement physique  (aménagement de l’espace,  relief) entre la période où se dressait le bidonville et celle d’aujourd’hui où se trouve  le parc de la Courneuve. Il nous paraissait ensuite essentiel de montrer les conditions de vie précaires au sein de la Campa afin de ne pas idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, pour en venir au coeur du thème de l’exposition: le regard de l’enfant qui transfigure la réalité quotidienne. Nous voulions finalement montrer les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Campa et offrir un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Notre intention était d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent en lui proposant un voyage temporel. 
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par les photographies en noir et blanc. Les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, symbole du territoire actuel, tout en étant confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de vie à l’époque du bidonville.
 La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir. 
Les pas étaient également un moyen d’attirer les visiteurs vers l’espace d’exposition en attisant leur curiosité.

 

    

C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire. Dans cette optique nous avons utilisé un large panel de médias pour appuyer notre propos. Les photographies sont accompagnées par des panneaux explicatifs dans chaque espace d’exposition ainsi que de citations fortes de sens de Mr Abdel Saadouni et de Mme Bernadette Cornuau. Le film, réalisé par le pôle image de la Courneuve et des lycéens, présente une interview de Mr Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville et propose un entretien avec le photographe Mr Claude Dityvon. Les coupures de journaux sont un autre moyen d’évoquer notre sujet et d’effectuer une ouverture sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

 

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition: le café expo du service culturel de l’Université Paris 13. Nous vous invitons à en savoir plus sur le parcours de l’exposition en consultant les liens sur l’attribution thématique des espaces qui ont donné lieu à de nombreuses réflexions.

Espace  Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa. La Courneuve, 1957 – 1971 

Espace Des conditions de vie précaires…

Espace …mais un souvenir d’enfance heureuse à La Campa

Espace La création, un moyen de s’épanouir

Espace Actualité et remerciements