Discours d’inauguration de l’exposition _ Emmanuel PARIS

Discours d’inauguration de l’exposition

« Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire »

4 février 2014, Café Expo, Université Paris 13

Emmanuel Paris

Mesdames, Messieurs,

L’exposition « Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire » inaugurée ce jour, et qui se tient depuis hier jusqu’au 14 février 2014 au « Café expo » de l’Université Paris 13, a été conçue et réalisée par les étudiantes du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » du Master 2 professionnel « Dynamiques culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». Cette exposition est articulée avec le développement d’un blog, accueilli sur la plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales par le comité scientifique : hypotheses.org.

Cette exposition et ce blog sont deux outils de médiation pensés pour permettre aux promotions du parcours de formation « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs », année après année et depuis cinq ans, d’exprimer leur réflexion à propos de l’histoire et de la mémoire comme matières vivantes, autrement dit l’histoire et la mémoire comme moyens de créer du lien social ou de mettre en visibilité des liens sociaux toujours là mais qui sont tombés dans l’oubli.

L’origine de ce projet remonte à l’année universitaire 2008-2009, durant laquelle la formation a organisé avec Christian Gaborieau, archéologue du service culturel de la mairie de La Courneuve, des randonnées archéologiques dans le territoire de cette commune. Je remercie M. Gaborieau pour cette initiative décisive, tant son regard porté sur le patrimoine archéologique de La Courneuve et dont il nous a fait part lors de ces pérégrinations, ne différenciait pas l’importance du vestige restant du VIIe siècle (la nécropole sous l’Eglise Saint-Lucien) ou du XIIe siècle (l’abreuvoir au lieu dit “La “Prévôté”, sous les vestiaires d’un stade de football), de l’existence du bidonville La Campa dont il ne reste pourtant plus aucune traces physiques.

Mes remerciements vont aussi à Benoît Pouvreau et Olivier Meyer, du Service du patrimoine culturel du conseil général de Seine Saint-Denis, qui nous ont, par la suite, aidé à mesurer les tenants et les aboutissants de l’exposition itinérante développée voici quelques années par le département : « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) ».

Depuis, cinq promotions du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » se sont relayées pour proposer chaque année de nouvelles médiations culturelles et socioculturelles à propos de la présence d’un temps passé dans le temps présent. Ce travail au long cours s’inscrit dans ce qui est appelé le « programme pédagogique annuel » de la formation de parcours          « Conception d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Il s’agit pour l’équipe pédagogique et les promotions de s’approprier ce fil d’Ariane : la patrimonialisation comme vitalisation des êtres et des groupes humains, avec pour chaque membre de l’équipe pédagogique la possibilité d’étudier en cours et en ateliers un aspect en rapport avec son expertise.

– Estrella Rojas encadre les étudiant-e-s sur le volet numérique de la valorisation de ces histoires et de ces mémoires singulières (via le blog) ;

– Pierre Barboza coordonne les travaux de la promotion pour concevoir et réaliser l’exposition et réfléchir avec elle sur le thème de la sociologie visuelle ;

– Alexandre Delarge, conservateur de l’écomusée du Val de Bièvre, questionne avec les étudiant-e-s les ressorts de mise en musée d’un patrimoine vivant en prenant notamment appui sur cette étude de cas ;

– Odile le Faou, chargée du pôle médiation et communication de l’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine de la Seine Saint-Denis, explore avec les étudiant-e-s les articulations entre les savoirs savants, savoirs experts, et savoirs profanes présents dans un territoire ou un groupe humain donné à propos d’un fait historique, d’un souvenir personnel ;

– Claire Oger dialogue avec les étudiant-e-s afin d’analyser les processus et les méthodes de recueil de la parole dont ils, elles se servent ensuite pour restituer sur l’exposition et le blog les témoignages oraux.

L’exposition et le blog sont alimentés cette année par des archives et des entretiens accordés par des enquêteurs mémoriels et des témoins oeuvrant pour deux structures partenaires de la formation : le « Centre International Joseph   Wresinski » de l’association ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger.

Je tiens à remercier James Jaboureck, directeur du département Etudes et Recherche du Centre International Joseph Wresinski – ATD Quart-Monde, Xavier Verzat, directeur du Centre International Joseph Wresinski, Gabrielle Erpicum, militante de l’association ATD Quart-Monde Noisy-le-Grand, Christophe de Ceunynck, directeur du Musée Schlumberger et Bérengère Primat, présidente de la Fondation musée Schlumberger, Alix Alduc, responsable des collections au Musée, ainsi que toutes les personnes ayant dialogué avec Gabrielle Erpicum et Alix Alduc pour témoigner et, ainsi, favoriser le retour de la mémoire dans le cadre de leur projet respectif au sein d’ATD et de la Fondation Musée Schlumberger.

Je voudrais remercier ces deux groupes humains, partenaires de longue date de cette formation, tout comme l’Exploradôme représenté aujourd’hui par Nicolas Mangeot, et l’Ecomusée du Val-de-Bièvre représenté par Alexandre Delarge, son conservateur. J’associe dans ces marques de reconnaissance Abdel Saadouni, médiateur social au sein de l’équipe municipale de La Courneuve, Lucie Poirot, présidente de la start-up « Le vent tourne » spécialisée dans le cross média à visée pédagogique, Roger Bautier, professeur au sein de l’UFR des Sciences de la communication de l’Université Paris 13, fondateur de la formation qui en 1997, annonçait ce que le parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » est devenu depuis, et Vincent Laborey, qui fut parmi ses nombreuses activités directeur des expositions de la Cité des Science et de la Villette.

Ce que vous avez tous permis, par votre fidélité, votre confiance, est présenté très concrètement ici, aujourd’hui. C’est la capacité d’une promotion d’un Master professionnel à s’emparer de thèmes que les Sciences Humaines et Sociales et les Sciences de la Vie reconnaissent comme relevant de la recherche fondamentale. C’est, autrement dit pour les étudiant-e-s de cette formation, pouvoir réfléchir à des questions toujours ouvertes et qui intéressent le corps social mais aussi le savoir scientifique de manière permanente, dans le cadre d’un processus d’apprentissage des compétences pour exercer dans le champ professionnel de la culture, des arts et du patrimoine.

Permettez moi de remercier particulièrement Claire Oger, avec qui je co-anime le Master « Dynamiques Culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». C’est tout à l’honneur de l’UniversitéUn que de rendre possibles des projets pédagogiques se développant année après année, sans discontinuité, de sorte que, par exemple, cette interdisciplinarité entre SHS et sciences dures dont on dit qu’elle est si difficile à fonder, prenne sens dans le cadre du travail d’étudiantes de niveau bac + 5.

Je remercie les membres de la communauté universitaire de Paris 13 ayant accompagné cette création tout au long des années ; notre UFR des sciences de la communication, le service de reprographie centrale de l’université, le service technique et bien sûr le service culturel et Annie Sellem, sa directrice, qui nous accordent leur confiance et leur support.

Pour conclure, je salue les étudiantes pour le travail accompli, et leur donne rendez-vous une fois l’obtention de ce diplôme obtenu, pour accompagner le cheminement de cette exposition vers d’autres lieux, à l’image des promotions 2011-2012 et 2012-2013, auteurs, pour la première, de l’exposition « Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa » et, pour la suivante, de l’exposition « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957 – 1971 », deux expositions qui seront présentées dans quelques jours pour leur nouvelle étape en public sur le site de l’IUT de Bobigny de l’Université Paris 13.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne visite.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Rétrospective.

Les recherches de nos prédécesseurs sur le bidonville de La Campa, ces deux dernières années, ici rassemblées :

  • « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2012/2013)
  • « Territoire d’enfance. Bidonville de la Campa. La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2011/2012)

Ont conduit à la pose d’une stèle commémorative au Parc Départemental Georges Valbon, anciennement Parc de La Courneuve. Leurs travaux sur cet ancien bidonville, qui fait de ce parc, un parc chargé d’histoire, ont permis de questionner ce processus de retour de la mémoire.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

La fin du projet 2012/2013 sur La Campa

Le projet 2012/2013 sur La Campa touche à sa fin. Notre sujet sur la nature vécue et ressentit dans le bidonville de La Campa, nous a permis d’en apprendre plus sur ces conditions de vie difficiles, faisant partie intégrante de vos vies. Nous vous remercions pour les témoignages et les différents apports que vous nous avez fournis permettant d’enrichir notre réflexion.

Même si cette mémoire perdure à travers nos mises en exposition qui vont circuler sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, c’est grâce à vos récits que cette histoire de vie peut subsister et réveiller les consciences. Grâce à ces quatre promotions de l’Université Paris 13, les différents travaux menés ont permis de mettre en lumière une partie des récits des habitants du bidonville de La Campa et leur rendre hommage. Enfin, ces personnes vont pouvoir recevoir ce qu’ils ont partagés avec nous, avec une identification de leur histoire dans l’actuel parc Georges Valbon.

Je vous laisse suivre la suite les actions qui seront menées par les étudiants de notre future promotion qui débutera en octobre prochain. Nous vous remercions encore de votre participation, qu’elle soit directe ou indirecte, c’est grâce à vous que nous avons pu rendre une partie de l’histoire du bidonville de La Campa. En tout cas, nous quatre, nous pouvons dire que nous avons partagé une part d’histoire avec vous.

Bonne continuation à tous!

Kattia, Mathilde, Laura et Katy

Ps :  Notre exposition a été un tel succès qu’il nous manque huit photos, nous lançons donc un avis de recherche! 487306_10200488257032139_1437180343_n

 

 

La Prensa Española en La Campa

Numerosos artículos han presentado la situación vivida en “La Campa” –Courneuve por los emigrantes españoles en Francia, en la apodada bidonville des bidonvilles. A través de la prensa se denuncia  ante el público español de la época la grave situación de muchos de sus compatriotas en el exterior, resaltando lo numeroso de su flujo migratorio “Alrededor de 300 mil trabajadores españoles” según el artículo publicado  por el diario ABC (Madrid 17/10/1965 – Pg. 49) por José Luis Pérez Cebrián se habla de un hacinamiento humano hediondo en donde  se confluyen numerosas nacionalidades en donde destacan la española, portuguesa, argelina y marroquí.

A continuación presentamos algunas páginas de diarios que han contribuido en nuestra búsqueda por restaurar la memoria de  sus habitantes. En este caso particularmente de la comunidad española.

Diario ABC 1

Diario ABC 2

Buscamos testigos – Chamado às Testemunhas – Testimoni cercasi

Appel à témoins

Nous souhaitons à travers cet article, faire un appel à témoins.

Depuis 2009, le master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs a permis a recueilli les témoignages de vie des habitants de La Campa.
A travers cet appel à témoins, nous recherchons les traces de ces vies oubliées, afin de récupérer la mémoire des habitants de ce bidonville et de la pérenniser. Des questions restent toujours en suspend sur le bidonville de La Campa et nous recherchons des personnes qui le connaisse directement ou indirectement . Si c’est le cas, vous pouvez témoigner en commentaire de cet article et les étudiants du master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs se feront le plaisir de vous contacter afin de connaitre l’histoire de votre vie.

Buscamos testigo

Queremos a través de este anuncio, hacer un llamado a testigos.

La búsqueda de huellas, es decir la recuperación de la memoria a menudo olvidada por todos, pero que fue  parte de la vida de hombres,  mujeres  y  niños en nuestro país, en nuestras ciudades,  ha sido iniciada por hasta ahora tres promociones universitarias de máster 2.  Lo que nos ha permitido recoger diversos testimonios de vida, directa o indirectamente ligadas a las chabolas.

Pero muchas preguntas continúan sin respuesta y muchos aspectos de la vida de los habitantes de las chabolas francesas  aun no han sido abordados.

Entrar en contacto con las personas que han vivido o frecuentado, a través de las asociaciones como ATD Quart Monde, de conocidos o  de cualquier otra relación personal al interior de las chabolas francesas de los años 50’s,  60’s, 70’s sería una contribución importante para la continuidad de la investigación iniciada por estas promociones.

Si usted desea aportar su contribución al redescubrimiento de esta parte de la historia humana, póngase en contacto con el equipo de investigadores por intermedio de este blog.

Chamado às Testemunhas

Nos gostaríamos  por meio deste convite  fazer um chamados as testemunhas.

A busca de vestígios, consistindo exumar uma história muitas vezes esquecida por todos, mas vivenciada por homens, mulheres e crianças em nosso país, as portas de nossas cidades, foi iniciado agora três classes universitárias de “Master 2″. Ela permitiu  recolher  vários depoimentos de vidas direta ou indiretamente relacionados as favelas.

No entanto, muitas questões permanecem sem resposta e muitos aspectos da vida dos moradores de favelas franceses ainda não foram abordados.

O contato com novas pessoas que viveram ou visitaram através das associações como ATD Quarto Mundo ou através do conhecimento ou relações pessoais dentro de favelas franceses nos anos  1950/60/70  seria uma importante contribuição para o resultado da pesquisa iniciada  com essas promoções.

Se você quiser contribuir para a redescoberta desta parte da história da humanidade,  você pode contatar a equipe de pesquisadores através deste blog.

 Testimoni cercasi

Tramite questo biglietto vorremmo  lanciare un appello per dei testimoni

La ricerca di tracce, che consiste nel riesumare una storia spesso dimenticata da tutti, ma tuttavia vissuta da alcuni uomini donne e bambini nel nostro paese, alle porte della città, é un argomento trattato oramai da tre promozioni universitarie di Master 2. La ricerca ha permesso di raccogliere numerose testimonianze di vita direttamente o indirettamente legate alle bidonvilles.

Ma restano ancora  in sospeso numerose domande, e vari aspetti della vita degli abitanti delle bidonvilles  francesi non sono ancora stati trattati..

Entrare in contatto con persone nuove che abbiano vissuto o frequentato tramite delle associazioni come ATD Quart Monde o tramite delle conoscenze o relazioni personali all’interno delle stesse bidonvilles francesi degli anni 1950/60/70 sarebbe un contributo importante per proseguire delle ricerche iniziate da queste promozioni.

Se siete interessati a dare il vostro contributo alla riscoperta di questa parte della storia dell uomo, potete prendere contatto con tutta l’équipe di ricercatori tramite il curatore di questo blog.

 

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]

Archive vidéo : La Campa, un bidonville de la Courneuve.

Au cours de nos recherches pour l’exposition « Territoire d’enfance », nous avons trouvé un document d’archive audiovisuel sur le site de l’INA, qui parle de La Campa. Aucune informations ne permet de dater ou de nommer les journalistes ainsi que les personnes interviewées.

Le reportage commence par un état des lieux du logement en France, de la croissance démographique et de la problématique difficulté de se loger. A cette époque, il y avait environ 15 millions de français mal logés, un réel paradoxe pour le journalise qui parle de plus de  600.000 logements construits en France en moyenne par an. A cause de l’afflux de travailleurs étrangers, cette situation n’était pas prête d’être résolue. La solution ? Construire des bidonvilles (près de 500.000) et accepter de vivre dans des conditions précaires.

Faisant un parallèle avec les sites touristiques et les immeubles luxueux de Paris, le journalise présente La Campa (à l’époque habitée par plus de 5.000 personnes) comme l’un des plus grands et des plus tristes bidonvilles de la Région Parisienne. Il explique à quel point c’était un « enfer » d’y vivre et tente de montrer, à travers images et témoignages la vie dans ce bidonville.

Malgré les regards hostiles des habitants face au journaliste et sa caméra, quelques personnes ont accepté au contraire, de parler. Maghrébins ou yougoslaves, ils ne trouvaient aucun logement ailleurs. Leur baraque à la Campa était leur chez soi et même si ce n’était guère confortable, chacun tenait à son tas de ferraille qui lui servait d’habitation.

« Avant j’étais à Lyon, un copain m’a écrit et m’a dit de venir à Paris. Je suis venu et je ne pensais pas que c’était comme ça. Je suis là depuis 1 an et demi, je cherche un logement ailleurs mais je n’en trouve pas. On peut trouver dans certains HLM des logements à 40.000 francs, mais c’est beaucoup trop cher pour moi, je gagne dans les 60.000 francs par mois » raconte ce jeune maghrébin.

Un seul point d’eau pour tout le bidonville, des incendies, des détritus… Mais comment en sortir ?

« Je veux sortir mais comment ? Moi je travaille et je gagne suffisamment ma vie, mais le problème c’est le logement. Je peux louer jusqu’à 30.000 francs par mois mais je ne trouve pas ! », S’exprime cet ouvrier yougoslave qui vivait avec sa femme et ses enfants dans une baraque à La Campa.

La spéculation immobilière n’a pas épargné les bidonvilles. Beaucoup comme ce yougoslave travaillent et gagnent bien leur vie mais même avec un salaire moyen de 80.000 francs, il était impossible de quitter cette Campa. Peut-être était-ce encore pénible d’échouer ici par misère ou manque de moyens.

D’autres interviews sont présentés dans le film. Vous pouvez trouver son intégralité le lien ci-dessous. Un extrait de quelques minutes y est consultable gratuitement :

http://boutique.ina.fr/video/CAF93017758/la-campa-bidonville-de-la-courneuve.fr.html

 

France-Soir ou la mise en scène du misérabilisme

Commençons par situer France-Soir dans le paysage médiatique français. France-Soir est aujourd’hui un quotidien du soir, mais dans les années 1960 ce dernier connaissait plusieurs éditions quotidiennes (l’information étant partiellement renouvelée au cours de la journée). Le journal se caractérise par une forme de populisme marquée notamment par une quête du scoop et de l’événementiel. Par comparaison avec le quotidien de référence qu’était Le Monde qui s’adresse à une certaine forme d’élite, France-Soir est un quotidien beaucoup plus populaire. Il faut néanmoins signaler que dans les années 1960, son tirage était supérieur à un million d’exemplaires par jour.

Dans le cadre de notre étude, nous nous intéressons exclusivement à deux articles de France-Soir sur le thème du bidonville de La Campa. Ces deux articles ont le même auteur, Maurice Josco, et sont publiés à un jour d’intervalle l’un de l’autre.

Le premier article (23 octobre 1965) se présente comme une immersion misérabiliste et pseudo compatissante dans « l’univers » du bidonville de La Campa par Maurice Josco, reporter de son état. Extrait:

Extrait France Soir 23 octobre 1965

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965

Au premier abord, le ton de l’article peut aujourd’hui prêté à sourire par le caractère désuet de la narration. Expliquons-nous, le genre de cet article est clairement celui du reportage de terrain : Maurice Josco affirme avoir passé plusieurs jours dans le bidonville de La Campa ; le bidonville est présenté aux lecteurs via une sorte de visite guidée ; pour relater son expérience notre journaliste s’appuie sur des descriptions assez précises comme par exemple celle des habitations. Néanmoins, il apparaît très rapidement que M. Josco opère une dramatisation exagérée de son expérience. Pour preuves, nous pouvons relever un grand nombre d’expressions donnant une vision inhumaine du bidonville : « Noisy-sur-Enfer », « rien vu de plus horrible en ce monde », « plutôt mourir que d’y vivre », « c’est l’enfer » – il est intéressant de noter que selon la morale chrétienne traditionnelle, les personnes se trouvant en enfer le mérite-, « chiens squelettiques », « le silence de la mort lente »…

Il se dégage au final de cet article une impression de « pseudo-complaisance », de fausse empathie, dans le sens où notre reporter semble plus soucieux d’émouvoir ses lecteurs que de dénoncer de manière objective les conditions de vie des habitants de La Campa. L’étude du paratexte appuie également cette idée : en effet, les trois illustrations de l’article (deux photos et un schéma) opèrent un effet de zoom, pour aller au plus prêt de la « misère ». La photographie ouvrant cet article présente un plan large du bidonville montrant la boue, des habitants et les habitations en arrière-plan. La seconde photographie montre en vue rapprochée une habitation particulière : la double carcasse de voiture des deux Yougoslaves évoqués dans le corps de l’article. Cette même photographie est jouxtée d’un schéma expliquant l’agencement interne de l’habitation. Les illustrations de cet article opèrent donc un effet de zoom avant, allant de l’extérieur des habitations à l’intérieur d’une en particulier. Le fait de mettre en avant l’histoire d’une personne, de sa vie et de ses conditions de vie humanise la situation. On ne parle plus de la Campa en général mais du cas de ces deux Yougoslaves qui vivent sous cette « tanière ».

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965

Si l’on analyse le schéma détaillant l’aménagement bricolé de deux carcasses de voitures, on peut en conclure que la rédaction à chercher à vulgariser un certain savoir pratique. En effet, le but de ce schéma est de montrer la précarité de cette habitation, en mettant en avant la petitesse et les quelques éléments servant à améliorer le quotidien comme « la valise servant de chaise ». Mais ce qui est intéressant ici, c’est de voir comment l’homme peut s’adapter à ce genre de situation en bricolant avec les moyens du bord. Ce mode de vie aussi précaire et insalubre soit-il (comme on peut le constater tout au long de l’article) nécessite de l’ingéniosité et un savoir pratique.  On peut donc dire que ce schéma révèle une sorte de vulgarisation d’un savoir pratique propre à ceux qui vivent dans ces conditions très précaires.

Le plan en vu aérienne de l’habitation permet au lecteur de l’article de se représenter assez clairement la précarité de ces habitations. Cela a pour conséquence d’accentuer la vision dramatique du bidonville de La Campa.

Il est également intéressant de noter que les paroles rapportées par notre journaliste appuient toutes l’idée du bidonville comme un enfer honteux dont on cherche par tous les moyens à sortir, comme l’illustre les propos de Mme Flores. D’une part Flores, une femme, mère de quatre enfants, qui fait tout pour offrir à ses enfants une vie normale (elle tient à leur scolarité, à leur hygiène), elle est à la recherche d’un travail et d’un appartement en attendant que sa chance tourne et qu’elle puisse quitter la Campa.

Par ses procédés de narration, on pourrait rapprocher cet article, des reportages à sensations télévisées tels que Zone Interdite ou Le Droit de Savoir.

Le second article de France-Soir (24-25 octobre 1965) consacré au bidonville de la Campa s’intéresse particulièrement à la figure de Marie-Claude, « l’ange perdu en enfer ».

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965

France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965Par cette accroche nous comprenons que le ton de cet article sera similaire à celui de la veille. Marie Claude, donc, « a choisi La Campa car voulant descendre dans l’abîme, elle a préféré le plus profond ».  Nous apprenons ensuite que Marie-Claude est membre de l’association « Aide à toute détresse », et qu’elle a choisi de faire une carrière sociale. Suit une description physique de Marie-Claude et de son habitation ; pour enfin arriver à l’interview de cette dernière où nous comprenons que Marie-Claude est la compassion et le courage incarnés : « mon espoir suprême, c’est de faire la preuve que ces êtres humains sont adaptables à la société », « ces gens qui n’ont rien m’émeuvent par leur générosité », « avec du courage et beaucoup de patience on arrivera à ce que les habitants des deux mondes n’aient plus peur les uns des autres ».

Restons en là quant à la présentation de Marie-Claude, mais intéressons nous plutôt au choix de cette figure comme « porte-parole » du bidonville.  Si l’image qui est donnée de Marie-Claude par le reporter est très positive, son action présente d’une certaine manière les habitants du bidonville comme des individus « assistés », incapables d’effectuer eux-mêmes certaines démarches administratives qui peuvent paraître élémentaires aux lecteurs du journal. On peut également percevoir le choix de Marie-Claude comme une forme de renoncement de la part du journaliste : plutôt que d’interviewer directement un habitant du bidonville (paresse ? crainte ? problème de communication ?), celui-ci a choisi d’interviewer une jeune travailleuse sociale qui est déjà par sa fonction une interface de médiation entre le bidonville et l’extérieur. Mais rappelons que Marie-Claude n’est pas une « vraie » habitante du bidonville, elle a fait le choix d’y vivre et maîtrise les mêmes codes culturels que notre journaliste. On peut donc voir dans l’interview de Marie-Claude par M. Josco un choix de la facilité pour ce dernier. Marie-Claude a décidé de tout quitter pour vivre dans le bidonville et ainsi de pouvoir aider les habitants. Elle est désignée comme « l’ange de cet enfer ». La mise en parallèle des personnages de Mme Flores et Marie-Claude est remarquable dans la mesure où la première essaye de tout faire pour quitter le bidonville tandis que la deuxième a tout quitté pour y vivre.

Enfin lorsque l’on compare les effets produits par les deux articles que nous venons d’évoquer, il est possible d’en dégager deux orientations distinctes: d’un côté l’article du 23 octobre 1965 crée un effet d’apitoiement autour des habitants du bidonville ; de l’autre coté, l’article des 24 et 25 octobre 1965 sanctifie l’action menée par Marie-Claude. On retrouve à travers ses thématiques des sujets visant à faire vibrer la corde sensible autour de valeurs de la morale chrétienne.

Retenons donc que France-Soir opère une dramatisation autour du bidonville de la Campa pour toucher le pathos de ses lecteurs.

Corpus de documents de l’analyse

– Article « Bidonvilles » de Maurice Josco ; France-Soir du 23 octobre 1965, document pdf

  1. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965. Partie 1
  2. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 23 octobre 1965. Partie 2

– Article « Bidonvilles » de Maurice Josco ; France-Soir des 24-25 octobre 1965

  1. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965. Partie 1
  2. France-Soir, article « Bidonvilles », Maurice Josco, 24-25 octobre 1965. Partie 2

Pour aller plus loin: