Une thèse sur un bidonville de Casablanca

Le travail de Réda Benkirane est une thèse, datant de 1993, qui se base sur un bidonville de Casablanca, Karyan Ben M’sik. L’auteur part du constat que les architectes et urbanistes en charge du projet de réaménagement urbain visant à faire disparaître ce bidonville ont une vision réductrice de ses habitants. En effet, ils ne connaissent ceux-ci qu’au travers de statistiques généralistes, comme le nombre moyen de personnes par foyers, le revenu moyens par travailleur, etc… L’auteur s’est donc basé sur 77 entretiens semi-directifs avec des habitants de ce bidonville, afin de montrer que celui-ci ne peut être considéré comme une société homogène, que ce soit du point de vue économique ou socio-culturel. Son travail permet aussi de récolter une parole sociale de l’habitat, de prendre conscience de comment les bidonvillois perçoivent leur espace vécu en tant qu’individu et communauté, et enfin de comment ils conçoivent un réaménagement de leur quartier qui tienne compte de leur propre expérience et aspiration au changement. Ce travail montre, s’il est encore besoin de le faire, l’intérêt d’associer la population aux programmes de réaménagement urbain et la nécessité de sortir d’une vision statistique des populations, considérant celles-ci comme des ensembles homogènes.
Vous pouvez trouvez l’intégralité de ce travail d’une grande qualité à l’adresse suivante.

Concernant un autre bidonville Maghrebin, vous pouvez consulter notre article Bidonville au Maroc

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search