Bidonville au Maroc

La France n’est pas le seul pays du monde à voir la résurgence du phénomène des bidonvilles, comme le montre ce blog très intéressant au Maroc. Tout comme à La Campa, on y retrouve une ingéniosité de la part de ses habitants, comme pour l’évacuation des eaux usées. D’autres points communs sont malheureusement les préjugés concernant les populations y vivant et la volonté de cacher cette situation au reste du monde, comme vous pourrez vous en rendre compte.

Concernant un autre bidonville d’Afrique du nord, vous pouvez lire l’article Une thèse sur un bidonville de Casablanca; pour ce qui est du non-dit que constitue les bidonville, je vous invite à consulter l’article Le bidonville de la Campa reste un « non-dit » dans l’histoire du parc de la Courneuve, « Vous voyez, c’était là… » et Le parc de la Courneuve, un vaste terrain et que d’histoires!.

Introduction

De nos jours, nous avons tous en tête les images de bidonvilles venues d’Inde ou des favelas d’Amérique du Sud. Mais il n’est pas nécessaire d’aller dans des pays aussi exotiques, la France disposant de sa propre histoire en la matière.

Entre 1958 et 1969, la France est dirigée par le régime du général De Gaulle. Ce régime peut-être définit comme étant de droite conservatrice avec une orientation paternaliste mais avec aussi un certain nombre de préoccupations sociales (politique de démocratisation culturelle par exemple).

En 1965, les stigmates de la Seconde Guerre mondiale sont encore bien présents. La France connaît, notamment dans certaine région (dont l’Île-de-France) une crise du logement engendrée par les destructions de la guerre. La politique gaulliste en matière de construction ne parvient pas à endiguer ce phénomène.

Les années qui suivent la fin de la Seconde Guerre mondiale sont aussi celles de « l’âge d’or » du Parti Communiste en France. Ce dernier connaît des scores électoraux sans commune mesure avec ceux que nous observons aujourd’hui. Depuis les années 1920, des municipalités, dont la population est principalement ouvrière, ont un maire communiste. Ce phénomène est notamment perceptible dans certaines villes de la banlieue parisienne comme, par exemple, Saint-Denis, Ivry, Pantin, La Courneuve ou encore Aubervilliers.

Enfin, la France connaît dans les années 1960 une croissance économique sans précédent, le chômage y est quasi inexistant, on parle alors de « plein-emploi ». Pour soutenir la croissance économique et lui fournir la main d’œuvre nécessaire à la reconstruction du pays, la France a recours à une politique d’incitation à l’immigration massive.

Le fort taux d’immigration augmente le besoin en logements de la population. C’est dans ce contexte que vont naître les bidonvilles, habitations précaires regroupées sur des terrains souvent insalubres, où vont vivre des personnes, majoritairement immigrées, parfois françaises, avec bien souvent leurs familles.

Le projet de ce blog est de présenter cette histoire à partir de l’exemple particulier du bidonville de La Campa, qui se situait à La Courneuve.

Dans le cadre de notre projet « En deçà de l’écran radar », nous essayons de dépasser la vision du « phénomène bidonville », globalisant et observé de loin. Ce point de vue a en effet le désavantage de rester à un niveau de détails insuffisant pour l’étude optimale du sujet.

Nous avons choisi de traiter le sujet de La Campa en partant avant tout des habitants de ce site. Les raisons les ayant poussés à venir en France, leur perception du bidonville, leur ingéniosité, les stratégies d’adaptation à la misère et la saleté sont autant de portes d’entrée possibles pour comprendre les réalités de cette enclave communautaire en milieu urbain.

De fait, l’approche détaillée retenue permet d’affiner notre lecture et notre compréhension du sujet. Elle a également pour objectif  une certaine « réhabilitation », une mémoire de ces populations ayant marquées quoi qu’on en pense l’histoire de la Seine-Saint Denis. Une époque refoulée qui s’avère pourtant d’actualité pour celui observant la résurgence de nombreux bidonvilles aux abords de nos villes franciliennes.