Le parc de la Courneuve, un vaste terrain et que d’histoires!

Aujourd’hui la commune de la Courneuve s’étend sur 752 hectares, dont 173 hectares couverts par le parc départemental en photo ci-après.

Le parc de la Courneuve

Il faut s’avoir que cette ville a toujours possédé de vastes plaines, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle le bidonville de la Campa s’est installé sur ce terrain.

Comme l’explique l’historien Jean-Michel Roy, la ville de Paris était en quête de terrains  libres pour loger une population toujours plus croissante et principalement les populations qui posaient à l’époque problèmes pour la capitale. La Courneuve répond parfaitement à cette quête dans les années 58-60.

«  Au départ il y avait un p’tit campement autour de 3-4 cabanes et puis lorsqu’on a euh fermé les autres bidonvilles, où c’est le bulldozer qui passe hein, euh lorsqu’on les a détruits euh la, la, l’info a circulé, ça c’est fait en quelques jours… »[1]

La Campa accueille donc  les habitants des bidonvilles résorbés des Franmoisins, de Nanterre et de Noisy, ainsi que tous les gens mal-logés et les individus considérés comme problématique pour la ville de Paris.

Ce parc ne garde aujourd’hui aucune trace du bidonville qui occupait jadis tout cet espace. Nous vous parlons ici du troisième espace le plus vaste parmi les espaces verts de la région parisienne. Dans les années 60, ce parc a par ailleurs accueilli des centaines de familles de différentes origines, qui seront pour la plus part relogé dans les cités Hlm construites aux alentours.

Parc de la Courneuve

Il est difficile d’imaginer que ce parc ait pu accueillir une micro-ville abritant des baraquements, des caravanes, des communautés organisées en quartiers et pourtant toute cette vie, toutes ces mémoires ont participé à la construction de l’histoire de la ville de la Courneuve.


[1] Retranscription intégrale de l’intervention de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, le 16 janvier 2009, à l’université Paris 13, devant les étudiants du « Master exposition ».

« Vous voyez, c’était là… »

visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
Visite guidée du parc de la Courneuve par Abdel Saadouni, ancien habitant de la Campa, le 18 octobre 2008
L’ensemble des témoignages étudiés nous renvoient à un même constat ; les anciens habitants de la Campa, ou les personnes qui ont connu le terrain, présentent un besoin de montrer les choses. Ils nous énumèrent chaque détail comme si le bidonville était toujours là.

« C’était immense. Voilà, ça s’étendait comme ça à peu près… Tout ce côté-là, jusqu’au… Il n’y avait que des champs quoi, voilà! Comment on peut dire euh, y avait euh y avait le camp des gitans, y avait camp des tunisiens, y avait le camp des algériens, y avait heu, et dans chaque camp y avait un chef qui euh, qui gérait un peu là … Voilà ! Là j’aurais du…, c’est pas que j’aurais du mal un peu à situer hein, mais je pense que le bidonville se trouvait à peu près… Ici, il y avait une petite rivière qui passait, voilà. Après, il y avait…, comme un…, une retenue, un peu, d’eau. Nous, je me rappelle, on coupait des capots de voiture et on en faisait des petites barques, voilà. Et, après, à mon avis, il s’étendait d’ici. »[1]

Abdel Saadouni, quitte le Maroc à l’âge de huit ans et s’installe avec sa famille au bidonville de la Campa. Il vit alors dans un baraquement en carton et se souvient bien de la boue, du froid, mais ce qu’il retient avant tout c’est la fraternité et l’entraide avec les différentes communautés du bidonville, les espagnols, les français, les algériens…

Actuellement au service démocratique participatif, il a toujours accordé du temps et de l’engagement aux jeunes et plus généralement à la dynamique de sa ville. Il sera donc sollicité par le cabinet du maire, pour sa sociabilité et sa proximité avec les habitants de le Courneuve, on l’appelle d’ailleurs « l’ancien des 4000 ».

« Alors comme je vous expliquais, il y avait plusieurs…, plusieurs camps, à l’intérieur. Il y avait le camp des Portugais…, le camp…, le…, comment ça s’appelle…, le camp des Algériens, le camp des Algériens-Marocains, etc… Il y avait aussi quelques uns qui faisaient comme des hôtels, pour tous ceux par exemple qui étaient célibataires, ils refaisaient comme des foyers à l’intérieur. Il y avait plusieurs petites baraques, chacun était loué…. ».

Monsieur Saadouni a partagé avec les étudiants et l’équipe pédagogique un ensemble de ses souvenirs, faisant revivre le parc de la Courneuve aux rythmes de la Campa.

Pour obtenir des compléments d’information sur l’emplacement de la Campa au sein du parc de la Courneuve, voir le billet « Un vaste terrain et que d’histoires! »


[1] Propos d’Abdel Saadouni, visite du parc de la Courneuve le 18 octobre 2008