Le bus 150

Pour accéder au parc Georges VALBON, le plus simple c’est le bus 150.

Pour accèder au Bidonville de La Campa, le plus simple c’est le bus 150.

A l’arrêt Cité floréal, où actuellement on trouve l’entrée Marville du parc Georges Valbon, le bus 150 vous déposait dans les années 1960 face au bidonville de La Campa. Cet arrêt était l’unique source de transport permettant aux habitants d’aller travailler et de les lier au reste de la population.

Le bus 150 à la Courneuve dépose ses voyageurs face à la cité Floréal

Pourtant cet arrêt, a également été témoin de macabre découverte, comme ce travailleur, un froid matin d’hiver, qui a attendu tellement longtemps le bus, qu’il en est mort.

Pour entendre ce témoignage de Mr Abdel Saadouni, je vous invite à venir visiter l’exposition « D’une nature l’autre » au Café-expo  de l’Université de Paris 13 qui se déroule jusqu’au 12 février 2013.

 

 

Montage de l’exposition – d’une réflexion à une réification

Après 3 mois de conception, recherches et réflexion, nous avons monter l’exposition. 1 jour pour créer « D’une nature l’autre » et la rendre visible à tous. Cette exposition, fruit de notre travail collectif, est plus qu’un rendu scolaire, elle est la possibilité de partager la mémoire que nous avons recueillie grâce à un savoir-faire que nous avons développé tout au long de cet hiver. C’est un questionnement non seulement sur la conservation d’un passé mais également sur la réception de celui-ci. Comment peut-on rendre au plus proche de la vérité ce que nous avons découvert ? Ce projet met en lumière deux choses : le sujet de la nature dans le bidonville de La Campa et le médium de l’exposition, dont voici un aperçu !

Buscamos testigos – Chamado às Testemunhas – Testimoni cercasi

Appel à témoins

Nous souhaitons à travers cet article, faire un appel à témoins.

Depuis 2009, le master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs a permis a recueilli les témoignages de vie des habitants de La Campa.
A travers cet appel à témoins, nous recherchons les traces de ces vies oubliées, afin de récupérer la mémoire des habitants de ce bidonville et de la pérenniser. Des questions restent toujours en suspend sur le bidonville de La Campa et nous recherchons des personnes qui le connaisse directement ou indirectement . Si c’est le cas, vous pouvez témoigner en commentaire de cet article et les étudiants du master 2 Dynamiques culturelles parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs se feront le plaisir de vous contacter afin de connaitre l’histoire de votre vie.

Buscamos testigo

Queremos a través de este anuncio, hacer un llamado a testigos.

La búsqueda de huellas, es decir la recuperación de la memoria a menudo olvidada por todos, pero que fue  parte de la vida de hombres,  mujeres  y  niños en nuestro país, en nuestras ciudades,  ha sido iniciada por hasta ahora tres promociones universitarias de máster 2.  Lo que nos ha permitido recoger diversos testimonios de vida, directa o indirectamente ligadas a las chabolas.

Pero muchas preguntas continúan sin respuesta y muchos aspectos de la vida de los habitantes de las chabolas francesas  aun no han sido abordados.

Entrar en contacto con las personas que han vivido o frecuentado, a través de las asociaciones como ATD Quart Monde, de conocidos o  de cualquier otra relación personal al interior de las chabolas francesas de los años 50’s,  60’s, 70’s sería una contribución importante para la continuidad de la investigación iniciada por estas promociones.

Si usted desea aportar su contribución al redescubrimiento de esta parte de la historia humana, póngase en contacto con el equipo de investigadores por intermedio de este blog.

Chamado às Testemunhas

Nos gostaríamos  por meio deste convite  fazer um chamados as testemunhas.

A busca de vestígios, consistindo exumar uma história muitas vezes esquecida por todos, mas vivenciada por homens, mulheres e crianças em nosso país, as portas de nossas cidades, foi iniciado agora três classes universitárias de “Master 2″. Ela permitiu  recolher  vários depoimentos de vidas direta ou indiretamente relacionados as favelas.

No entanto, muitas questões permanecem sem resposta e muitos aspectos da vida dos moradores de favelas franceses ainda não foram abordados.

O contato com novas pessoas que viveram ou visitaram através das associações como ATD Quarto Mundo ou através do conhecimento ou relações pessoais dentro de favelas franceses nos anos  1950/60/70  seria uma importante contribuição para o resultado da pesquisa iniciada  com essas promoções.

Se você quiser contribuir para a redescoberta desta parte da história da humanidade,  você pode contatar a equipe de pesquisadores através deste blog.

 Testimoni cercasi

Tramite questo biglietto vorremmo  lanciare un appello per dei testimoni

La ricerca di tracce, che consiste nel riesumare una storia spesso dimenticata da tutti, ma tuttavia vissuta da alcuni uomini donne e bambini nel nostro paese, alle porte della città, é un argomento trattato oramai da tre promozioni universitarie di Master 2. La ricerca ha permesso di raccogliere numerose testimonianze di vita direttamente o indirettamente legate alle bidonvilles.

Ma restano ancora  in sospeso numerose domande, e vari aspetti della vita degli abitanti delle bidonvilles  francesi non sono ancora stati trattati..

Entrare in contatto con persone nuove che abbiano vissuto o frequentato tramite delle associazioni come ATD Quart Monde o tramite delle conoscenze o relazioni personali all’interno delle stesse bidonvilles francesi degli anni 1950/60/70 sarebbe un contributo importante per proseguire delle ricerche iniziate da queste promozioni.

Se siete interessati a dare il vostro contributo alla riscoperta di questa parte della storia dell uomo, potete prendere contatto con tutta l’équipe di ricercatori tramite il curatore di questo blog.

 

Le statut de la mémoire

À travers notre exposition, nous avons été amenées à questionner le statut des témoignages, photographies et objets recueillis qui forment la matière de notre exposition. Toutes renvoient à la notion de mémoire. Nous avons ainsi été amenées à réfléchir sur la valeur de ce corpus. La dimension subjective de l’ensemble des éléments que nous avons collectés est un élément que nous ne pouvions ignorer et qui devait faire l’objet d’une réflexion approfondie. En effet, aussi bien le témoignage de M.Abdel Saadouni, celui de Mme Bernadette Cornuau, que les photographies sont investies d’une dimension personnelle. Si ces éléments ont tous pour point commun d’être investi d’une certaine nostalgie et tendresse à l’égard du bidonville de La Campa, ils ne peuvent êtres appréhendés en dehors de leur dimension de mémoire individuelle. La confrontation à des réalités plus objectives était de fait une nécessité.

Il a donc été choisi de ne pas se limiter à une exposition exclusivement photographique, mais d’intégrer une dimension plus historique. Pour réaliser ce projet, nous avons conçu des panneaux qui tendent à nuancer la subjectivité assumée des photographies et témoignages. La conception de ces panneaux, les recherches que nous avons dû mener pour les réaliser, nous a obligées à aller plus loin dans la réflexion sur l’objectivité de toute forme de mémoire. Existe-t-il une réalité objective, unique et où la trouver ? Quelle est notre légitimité ?

De fait, nous avons choisi d’assumer et même de revendiquer la dimension subjective de notre exposition. Toutefois, il ne s’agissait pas de faire une exposition sur deux individus particuliers, illustrés par des photographiques. À travers ces parcours et ces témoignages individuels, nous pensons qu’il existe une dimension plus universelle. La subjectivité de chacun est convoquée dans son rapport à la mémoire. Chaque visiteur peut retrouver un peu de lui-même, une partie de son parcours, de l’enfance à l’age adulte. Chacun est amené à questionner son rapport à l’enfance et la dimension de reconstruction qui y est associée, sa part de nostalgie, ou au contraire de répulsion pour âge déterminant dans la construction de chaque individu.

Ces photographes qui ont immortalisé une page de l’histoire…

Si à l’origine, la photographie était utilisée par les peintres comme aide pour leurs travaux, elle devint rapidement un moyen d’expression à part entière pour les artistes.

Ainsi, le réformateur social Jacob Riis (photographe et journaliste) a vu en celle-ci un moyen de diriger l’attention du public sur la pauvreté et la souffrance. En 1880, il a commencé à prendre en photo les quartiers pauvres de New York à la tombée de la nuit. On dit que ses clichés ont motivé certaines réformes entreprises par Théodore Roosevelt à son arrivée à la Maison Blanche. Autre exemple, la force persuasive d’une série de photographies de paysages, prises par William Henry Jackson (peintre, photographe et explorateur américain) a amené le congrès américain, en 1872, à faire de Yellowstone le premier parc national américain. Plus récemment, Yann Arthus-Bertrand (photographe, reporter, documentariste et écologiste français) entreprend de faire l’inventaire des plus beaux paysages du monde vus du ciel. Son credo : « Témoigner de la beauté du monde et tenter de protéger la Terre », un projet qu’il entreprend en 1994 avec le parrainage de l’Unesco.

La vulgarisation de la photographie au travers des territoires est un révélateur de l’engouement de la population pour cette technique. La rapidité de cette propagation permet d’analyser et de mettre en évidence la prédisposition du pays à recevoir un procédé de diffusion de masse pour les images.

Permettant à chacun la possibilité d’immortalisé des moments présents comme un acte de patrimonialisation.

C’est ainsi que plusieurs photographes, professionnels et amateurs, ont eu l’idée et l’envie de réaliser des images du bidonville de La Campa. Nous laissant alors entrevoir une page de l’histoire bien souvent oubliée.

Nous posterons prochainement des articles sur les différents photographes ayant contribué à ce travail de mémoire, tel que Claude Dityvon, Loik PratMiroslav Marik et d’autres… qui nous ont permis la réalisation de l’exposition : « Territoire d’enfance ».