Chine, un retour d’expérience …

Sur le plan personnel, quel a été l’apport de cette exposition « Le Retour de la Mémoire » ?

« La mémoire est une thématique qui m’a toujours intrigué. Au travers de ce travail d’investigation, j’ai pu appréhender plus précisément les tenants et aboutissants de cette dernière. Ce sujet est tellement riche, qu’il est peut-être impossible d’en aborder tous les aspects. Aussi, nous n’étions pas trop de quatre pour pouvoir aborder la question de manière la plus approfondie possible. Avec notre bagage personnel, nous avons, chacune, pu apporter notre touche à cette recherche. Nous avons ainsi partagé nos souvenirs, nos impressions et nos expériences. C’est la première fois que je suis impliquée dans un tel travail d’équipe, ce que j’appréhendais un peu à notre première rencontre. Finalement ce fut une superbe aventure humaine.»

Et sur le plan professionnel ?

« La conception d’une exposition nécessite beaucoup d’organisation afin de pouvoir finaliser tous les éléments avant la date-butoir. Je n’avais pas forcément conscience de tout ce que cela impliquait, à savoir :
– la prise de rendez-vous et les rencontres inter-professionnelles
– la mise en place d’un travail de terrain et d’enquête
– la conception des documents de communication
– la recherche thématique
– la synthétisation et la restitution d’informations
– le choix d’une identité visuelle et l’harmonisation des éléments
– la conception graphique des panneaux d’exposition
– les contraintes techniques pour l’impression
– faire face aux retards et aux contraintes de dernière minute, aux imprévus
– effectuer le montage de l’exposition
– parler de son projet, discourir lors d’un vernissage
– démonter et stocker son travail.
»

Quels ont été les temps forts de la mise en place de l’exposition, selon toi ?

« Tout d’abord, la rencontre et les discussions avec l’équipe est un moment central, cette première prise de contact est très importante, elle détermine la suite de l’aventure. Le second point, tout aussi important fut la rencontre avec nos partenaires, la création d’un climat de confiance et les discussions sur le sujet. S’ensuit la mise en place des axes de recherche et le choix des expôts. La mise en place d’une scénographie peut alors commencer à s’organiser. La recherche graphique et le choix d’un concept éditorial doit se faire simultanément. Une fois que le contenu est arrêté, on peut commencer la conception graphique. Après relecture, on peut envoyer les documents à l’impression. Il ne manque plus qu’à procéder au montage et organiser les derniers éléments logistiques comme l’envoi des invitations et la mise en place du buffet. Quand l’exposition est terminée, on procède au démontage et au stockage des expôts. Parallèlement à cela, nous avons alimenté le blog. »

Comment ont été réparties les tâches ?

« La répartition des tâches s’est faite assez naturellement. Nous venions toutes de formations plus ou moins différentes et nous avions chacunes nos compétences spécifiques. Mais nous avons tout de même toujours travaillé de concert pour pouvoir apprendre tous les aspects du travail. Pour ma part je me suis occupé principalement de la recherche théorique et de la conception graphique. »

Quels sont tes regrets ?

« Je pense que nous avons donné le meilleur de nous mêmes, mais, maintenant que nous avons acquis une plus grande connaissance pratique des tenants et des aboutissants du montage d’une exposition, il y a nombreux plans que nous aurions aimé améliorer. Déjà dans la façon de gérer le temps, je pense qu’il aurait fallu prévoir une plage plus large pour la conception de la forme, et consacrer un peu moins de temps au fond. »

Une fin de projet pour une fin du parcours CECS…

Cette année 2013/2014 a marqué un tournant décisif dans le parcours « Conception d’événements et circulation des savoirs  ». En effet, suite à 4 ans d’exposition sur le bidonville de La Campa et de l’inauguration d’une stèle commémorative, il a été décidé qu’il était temps de clore ce chapitre. Cette nouvelle étape signe également la fin du parcours CECS.

En effet, cette dernière exposition, «  Le Retour de la Mémoire  », annonce son achèvement. Quel meilleur moyen de conclure une exposition qu’en regroupant les deux collaborateurs principaux de ce projet, à savoir le Mouvement ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger ?

Plutôt que de se pencher sur une thématique particulière, il nous a été donné comme mission, cette année, d’engager une ouverture, en présentant une recherche réflexive sur le thème abordé par toutes les promotions précédentes : le témoignage. Comme un aboutissement de ces 5 ans de recherches entrepris par les étudiants, nous avons tenté de présenter de manière à la fois originale et concrète nos pérégrinations sur le sujet, illustré de fragments d’histoires individuelles vécues par nos enquêtés.

Notre sujet nous a apporté bien des choses, sur le plan professionnel mais également personnel. Nous avons pris conscience de la valeur des choses, des petits actes de la vie, tout en acquérant des compétences favorables pour nos carrières futures.

Nous tenons à remercier chaque contributeur, chaque personne ayant témoigné, chaque personne nous ayant accompagné dans notre démarche sur ce Retour de la Mémoire.

Nous tenons également à remercier par ce biais M. Emmanuel Paris, Co-directeur du « Master 2 Dynamiques Culturelles. Politiques, Espaces, Pratiques » et Responsable du parcours CECS pour ces années passées à donner, à transmettre des savoirs, et bien d’autres choses.

Notre parcours s’achève, c’est également le cas de notre blog. Un échange continuel à travers les commentaires ne saurait être qu’une source d’enrichissement et de circulation des savoirs qu’ils soient experts, profanes ou populaires.

Merci de nous avoir suivis dans ce cheminement depuis 2010  !!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Arborescence d’un souvenir

L'oeuvre participative de l'exposition.

Pourquoi avoir décidé de mettre cette œuvre dans notre exposition ?

Dans les branches, une émotion.
Dans les branches, une émotion. 

Tout d’abord le choix de l’arbre. Nous le retrouvons sur notre affiche, nos flyers et le bandeau du blog, il est le symbole pour nous du « Retour de la mémoire ». En effet, ses racines, fortes apparentes, témoignent du passé constitutif de chaque individu. Les feuilles sont l’avenir et le présent de l’individu. Elles sont en lien avec son passé, ce lien est matérialisé par le tronc. Ainsi cette œuvre invite le visiteur à inscrire un souvenir au niveau des racines représentant le passé et une émotion au niveau des feuilles évoquant le présent.

Nous pouvons voir dans l’article « Circulation des savoirs » que cette œuvre est en lien avec d’autres parties de l’exposition :

la recherche théorique, en effet lorsque l’on demande au visiteur de noter un souvenir

Traduction du créole Guadeloupéen : " Je me rappelle de la première fois que j'ai été à la rivière. C'était beau! "
Traduction du créole Guadeloupéen :  » Je me rappelle de la première fois que j’ai été à la rivière. C’était beau! «  

c’est tous les processus expliqués dans ces panneaux qui vont s’exécuter dans la tête de visiteur, il s’agit d’une application directe du contenu théorique.

La recherche méthodologie, ici encore l’individu qui doit noter son souvenir va être confronté à des mécanismes présentés dans ces panneaux comme l’oubli.

L’œuvre immersive car ce sas comme l’arbre sont tous deux des dispositifs ayant pour but de favoriser l’introspection du visiteur. Ainsi, les sonorités entendues dans sont susceptibles de provoquer un retour de mémoire.

Restitution des témoignages, comme dans la partie « Il était une mémoire » de l’exposition le visiteur est ici invité à faire comme nos interviewés, évoquer un souvenir marquant de son passé.

Le retour de l’expérience, par Myriam.

Sur le plan personnel, quel a été l’apport de cette exposition « Le Retour de la Mémoire » ?

« J’ai appris à faire davantage confiance aux personnes avec qui je travaille et à relativiser un peu plus les choses, je pense que c’est parce que je me fais encore plus confiance. J’ai également pris plus en comptes que d’habitude mes interlocuteurs extérieurs, et fais davantage preuve de patiente, de disponibilité et de diplomatie. Généralement j’avoue que j’ai plutôt tendance à n’en faire qu’à ma tête. Cette exposition m’a également permis de réfléchir à l’influence de mon passé sur ma personnalité. Ainsi j’ai peut-être un peu gagné en maturité grâce à cette aventure. »

Et sur le plan professionnel ?

« Sur le plan professionnel l’expo m’a permis de découvrir toutes les étapes nécessaires à la conception d’une exposition, je n’avais pas conscience de tout ce à quoi il fallait penser ! C’est là que l’on voit la force d’un groupe. Il y en avait toujours une pour rappeler aux autres telles ou telles tâches à faire. Là-dessus nous avons vraiment été complémentaires je trouve et je pense que le fait que l’on vienne de parcours divers a été un vrai plus pour nous. J’ai aussi pris conscience de l’importance de l’anticipation, car il faut tenir aussi compte des personnes extérieures avec qui l’on doit travailler. Ça m’a également montré qu’il faut être réaliste dans ces désirs, ces projets et qu’il faut aussi avoir une certaine rigueur et une certaine ambition. Moi je suis plutôt très optimiste, je me dis que tout va bien se passer qu’il ne faut pas se prendre la tête. Mais j’avoue qu’un peu d’exigence ne fait pas de mal et permet de présenter un travail de qualité. »

Quels ont été les temps fort de la mise en place de l’exposition, selon toi ?

«Alors il y a eu l’étape de la récolte des entretiens, parce que l’on a rencontré beaucoup de gens avec des vécus vraiment intéressants, c’est à ce moment-là que l’on a créé des relations particulières avec ces individus. La création des panneaux a été un moment fortement chargé en stresse et fatigue car ça a demandé énormément de travail. Le montage de l’expo était un moment très agréable, nous étions également très stressées bien sûr, car nous avons eu des soucis de montage et de délais mais ces journées ont quand même été très sympathiques. Enfin il y a eu le moment du vernissage. J’avais pensé à ce moment-là dès le tout premier jour, quand Mr Paris nous avais énoncé ce sujet flou je m’étais directement dit : « ouah quand je pense qu’en février nous auront réussi à comprendre clairement ce sujet et à présenter un super travail, quel chemin on aura parcours ! », je ne m’étais pas trompée. »

Comment ont été réparties les tâches ?

« Nous nous sommes réparti les tâches selon nos disponibilités. Parfois nous étions toutes ensembles pour les entretiens parfois non, ceci nous a permis de rentabiliser au maximum notre temps. Nous avions aussi des interlocuteurs privilégiés pour les employés de Schlumberger afin de clarifier et faciliter le dialogue. Nous retranscrivions toutes une partie de chaque entretien, même ceux auxquels nous n’assistions pas. Nous nous sommes appuyées sur les qualités de chacune, correction d’orthographe pour certaines, mise en page et/ou gout de la lecture pour d’autres, plus grande disponibilité pour certaine. Par contre nous avons mis en point d’honneur à prendre nos décisions de façon collégiale et ceux peu importe nos spécialités. »

Quels sont tes regrets ?

« Ils sont plutôt sur des points scénographiques. Nous voulions faire une vraie séparation qui ne permette pas que l’on voit l’arbre participatif et les témoignages par exemple. Il nous aurait aussi fallu deux enceintes pour entendre la spatialisation présente dans notre œuvre sonore. J’ai également de petits regrets concernant les médiums utilisés nous aurions souhaité illustrer les témoignages de manière diverses, BD par exemple ou bien les faire raconter par des comédiens, ce genre de chose. Pour l’œuvre participative également nous aurions voulu qu’elle soit en 3 dimensions afin d’apporter du relief. »

Marika : Un retour, une expérience…

Sur le plan personnel, quel a été l’apport de cette exposition « Le Retour de la Mémoire » ?

« Monter cette exposition de A à Z a été  un véritable enrichissement personnel. Travailler sur ce processus de retour de la mémoire, m’a permise de comprendre que la mémoire n’est pas éternelle. Beaucoup de souvenirs se perdent, les plus marquants resterons sans doute longtemps, mais le resteront-ils assez longtemps pour les partager à mes descendants ? Depuis, je me pose sans cesse cette question. »

Et sur le plan professionnel ?

« Monter cette exposition m’a bien évidemment apportée des choses sur le plan professionnel. De part, mes différents stages depuis mon BTS Négociation et Relation Client, j’ai pu participer à la gestion d’événements tels que des weekends d’intégration, des manifestations sportives et/ou culturelles… Mais je n’avais jamais participé à la création d’une exposition. Pouvoir piloter de concert avec mes camarades chaque étape du dispositif, m’a apporté une réelle satisfaction.

De plus, j’ai pu toucher du bout des doigts les logiciels InDesign et Photoshop. En collaboration avec mes camarades, mes partenaires, j’ai pu déterminer une ligne éditoriale, gérer un blog WordPress, etc. Des compétences qui ne pourront que servir dans l’avenir. »

Quels ont été les temps fort de la mise en place de l’exposition, selon toi ?

« La rencontre avec les enquêtés et partager avec eux leurs souvenirs furent pour moi les deux temps forts de la mise en place de l’exposition. Le partage de compétences et de connaissances avec mes camarades est également un grand temps fort : Myriam pour son côté sociologique et réflexif, Chine pour son côté illustration scientifique et maîtrise des logiciels comme InDesign & Jennifer parce qu’on se complète. »

Comment ont été réparties les tâches ?

« Au départ, nous voulions tout mener de front en même temps. Après avoir rencontré toutes les quatre ensembles les enquêtrices mémorielles, et au fil des entretiens nous avons vite compris qu’il fallait se diviser le travail.

Chine s’est occupée principalement des graphismes, outils de communication et de la partie théorique en s’appuyant de ces nombreuses lectures. Concernant Myriam, Jennifer & moi, nous nous sommes occupées des entretiens et de la mise en exposition des témoignages.  Il est à noter que nous avons toutes participé aux retranscriptions.

Nous avons ensemble monté le concept d’œuvre participative, avons chacune pensé la scénographie qui fut le résultat de nos idées. J’ai travaillé en collaboration avec Chine sur la formation des panneaux sur InDesign après vérification des fautes d’orthographe et de syntaxe par Jennifer. Le montage fut un réel plaisir, nous avons passé deux jours de montage dans l’angoisse et les rires. »

Quels sont tes regrets ?

« Mes regrets : le manque de temps pour faire ce que l’on voulait réellement en terme de scénographie. »

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Mise en lumière du schéma inspiré de l’ouvrage « Le sombre abîme du temps » de L. Olivier

Ce schéma témoigne de plusieurs réalités. Tout d’abord son signe, l’infini, nous montre que la mémoire est un éternel recommencement. De plus, comme nous le voyons et en parallèle à notre panneau d’exposition introduisant les témoignages, nous pouvons voir que notre travail d’enquêteur mémoriel, comme le disent J. Davalon1 et L. Olivier2 , s’apparente à un travail d’archéologue. En effet, au commencement d’une enquête mémorielle, comme c’est le cas en archéologie, le travail débute souvent avec une information partielle, un petit morceau mis au jour.

Schéma de Laurent Olivier dans le "Le sombre abîme du temps: mémoire et archéologie, 2008 © Laurent Olivier
Schéma de Laurent Olivier dans le « Le sombre abîme du temps: mémoire et archéologie, 2008
© Laurent Olivier

 

C’est avec du temps, en faisant preuve délicatesse et de tact que l’on peut davantage questionner/creuser, de plus en plus profondément afin de découvrir la trouvaille dans sa totalité. Cependant, certaines trouvailles peuvent être plus ou moins bien conservées. Parfois, on sait qu’il y a eu quelque chose sur un lieu mais on ne trouve rien. Il en est de même pour la mémoire certains souvenirs sont inaccessibles, bloqués ou oubliés. Ainsi nous voyons cette idée d’enfoui et de mise au grand jour. Nous avons pu constater ces points concrètement lors de notre enquête. En premier lieu avec un témoin d’ATD Quart-Monde qui nous a expliqué que certains habitants du camp ont enfoui très longtemps leurs souvenirs, en y faisant presque un tabou. Ces derniers, après de très nombreuses années, se sont sentis capables d’exprimer à voix haute ces souvenirs et donc de les faire émerger. Ainsi comme nous l’avons dit dans les formes de l’oubli (part 2) « L’oubli du passé serait ainsi nécessaire au recommencement« , il faudrait oublier pour être capable ensuite d’appréhender un souvenir. Cette thèse est également évoquée par les deux auteurs cités précédemment. On voit également ici la force de la parole. En effet, dire ce qui s’est passé c’est admettre son passer, lui donner une existence concrète et donc par la même occasion l’accepter. On comprend alors pourquoi certains souvenirs sont tus. Il faut également noter que les supports peuvent être de bons moyens de faire émerger la mémoire. Comme nous l’avons constaté durant nos enquêtes certains lieux ou photos ont été les éléments déclencheurs de ce retour de mémoire. Ainsi comme J. Davalon l’explique quand les souvenirs sont enfouis un élément déclencheur peut permettre leurs émergences. J. Davalon parle alors de « trouvaille ».  Néanmoins parfois la mémoire n’a pas besoin de support. Les bons souvenirs, généralement les plus joyeux, restent plus facilement en mémoire et perdurent même sans support. Nous avons pu également confirmer cette hypothèse pour un employé de la firme internationale Schlumberger qui malgré la perte de la totalité de ses photos garde un souvenir très précis de plusieurs faits marquants. Nous voyons donc que la mémoire est un processus complexe et que la remémoration est fortement influencée par le type de souvenir concerné. De cette manière les premiers souvenirs évoqués sont rarement les plus difficiles. Pour notre part, nous avons pris le parti de laisser les souvenirs émerger par eux-mêmes. Et ce, en respectant la volonté des enquêtés de passer sous silence certains souvenirs qu’ils ne voulaient pas partager.

© Chine SESTON
© Chine SESTON

 

Pour ce faire, nous avons utilisé les entretiens semi-directifs. Vous pouvez d’ailleurs avoir davantage d’information sur notre méthodologie dans d’autres articles de ce blog.

 

DAVALLON J., Comment se fabrique le patrimoine? Sciences humaines, Qu’est-ce que transmettre ?, Hors-série n°36, mars-avr.-mai 2002, p. 74-77.

OLIVIER L., Le sombre abîme du temps, Le Seuil, 2008.

Inauguration de l’exposition : Le Retour de la Mémoire

Lors du vernissage de l’exposition « Le Retour de la Mémoire » qui a eu lieu le mardi 4 février 2014 à 12h00 au Café Expo de l’université Paris 13, nous avons tenu un discours que vous pouvez retrouver dans la vidéo ci-dessous.

 

Une nouvelle scénographie

Après une visite au Café-Expo avec Gauthier du service culturel de l’université, nous nous sommes penchées de nouveau sur la scénographie de notre exposition sur “le Retour de la Mémoire”.

Cette visite nous a permis de prendre en compte certains détails comme le blocage de la sortie de secours par notre SAS sonore. Nous avons donc modifié le parcours d’exposition en fonction. Voilà ce que cela donne :

La salle d’exposition: le Café Expo de l’Université Paris 13.

1.Plan_Expo-Vide

Cloisonnement final du Café Expo pour accueillir notre exposition (sous réserve de modification).

2.Plan_Expo-Cloison

Le nouveau sens de circulation dans l’exposition et plan de la configuration de l’exposition.

3.Plan_Expo-Circulation

 Qu’en pensez-vous?

Pour savoir ce qui se cache derrière notre  » A découvrir par vous-mêmes », nous vous donnons rendez-vous du 03 au 14 février 2014. See you soon!!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

« Le Retour de la Mémoire », une exposition en devenir…

oeuvre-participative

Notre projet avance et l’exposition prend forme. Bientôt vous pourrez découvrir le résultat de ces mois de travail. Néanmoins nous n’avons pas encore terminé, nous arrivons au moment où il faut choisir nos photos, rédiger et mettre forme nos textes. Nous sommes donc dans une période cruciale, le temps file et il nous reste encore tellement de choses à faire pour vous présenter notre histoire. En parlant d’histoire on peut dire que nous sommes des archéologues du vivant non ? Nous creusons dans les mémoires, avec le plus grand soin, pour y faire ressortir des vestiges du passé. Qui aurait cru que notre travail était si proche ? Et pourtant… Dans peu de temps vous pourrez découvrir les trouvailles de nos fouilles. Enfin si nous y arrivons…

Pour le savoir rendez-vous le 3 Février !

 

 

Que Qualifier d’institution ? (2)

Sous titré : La légitimité des institutions ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger.

 

Nous pouvons lire, dans l’analyse de Yannick FLOQUET1 sur le nouveau livre de Frédéric LORDON, que « les sciences sociales d’aujourd’hui sont tombés amoureuses des institutions »*. A cela il ajoute « et d’un concept lié, celui de légitimité : une bonne institution serait une institution légitime ». Comme mentionné dans l’article précédent, nous nous attarderons sur les deux dernières définitions du terme « institution » et cette notion de « légitimité » que nous mettrons en relation avec les structures qui nous accompagnent dans notre démarche.

Avant de développer sur ce qui rend nos accompagnateurs légitimes, attardons-nous sur la légitimité d’une « institution » dans son sens le plus strict : organe de l’Etat. Rappelons tout d’abord ce qu’est la légitimité. Selon la première définition du Dictionnaire Larousse en ligne « La légitimité est le caractère de ce qui est fondé en droit ». Cette définition rend légitime l’appareil de l’Etat, dans la mesure où il est le seul à régir et à garantir les bases juridiques, mais également éthiques et morales de la société. L’Etat serait donc une autorité légitimée.

En sociologie, on ne peut parler de légitimité sans mentionner Max WEBER (1864-1920) ; il en catégorise trois types :

– la « légitimité charismatique » qui provient de l’autorité d’une personne, de ces qualités jugées exceptionnelles. Nous attribuons dans ce sens une légitimité aux héros, aux prophètes. Nous le rapprochons même de la notion d’ « autorité légitimante » de Mary DOUGLAS.

– la « légitimité traditionnelle » quant à elle, est fondée sur une tradition considérée comme immémoriale, intemporelle et incontestable. Il s’agit des coutumes et traditions qui perdurent dans le temps. Ex : la dynastie monarchique du Royaume-Uni. – la « légitimité rationnelle-légale » se base sur des règles impersonnelles et universelles, elle provient donc du respect de la loi.

Dans les deux premières définitions, Max WEBER s’attarde plus sur ceux qui forment la société : l’individu, le groupement d’individu. Cela nous pousse à penser que la légitimité est, par nature, un statut donné par la société, dans la mesure où elle est au fondement de l’action humaine.

Pour répondre à la question : En quoi la Fondation Musée Schlumberger et le Mouvement ATD Quart-Monde sont-elles des institutions légitimes ? Nous répondrons :

Le Mouvement ATD Quart-Monde est dans le prolongement de l’association « Aide à Toute Détresse » créée en 1957 par le père Joseph WRESINSKI avec des familles de l’ancien bidonville « Camp du Château-de-France » de Noisy-le-Grand. Ce mouvement nous semble légitime sous plusieurs aspects. Tout d’abord, son fondateur Joseph WRESINSKI possède une légitimité charismatique au sens de WEBER. Il fut à son époque la figure d’autorité du bidonville et de l’association, et l’est encore après sa mort. De plus, l’association qu’il a créée est reconnue en tant que « groupement social légitimé » (Mary DOUGLAS), par la société elle-même. Les valeurs émises par son fondateur, il y a plus de cinquante ans, continuent à se diffuser dans les quatre coins du monde, et à se développer grâce aux nombreux volontaires qui luttent et passent le flambeau aux autres générations.

La Fondation Musée Schlumberger, existant depuis près de 40 ans, au Château de Crèvecœur en Normandie, a été créée par la famille des frères Conrad et Marcel Schlumberger, deux révolutionnaires du pétrole. Cette structure reconnue d’utilité publique est fondée sur la durée, avec des activités légitimes lui donnant une compétente dans son domaine. La fondation basée sur la famille, nous pousse à penser que la légitimité de cette structure est traditionnelle. En effet, la Fondation Musée Schlumberger est fondée sur une tradition familiale considérée comme ancienne et incontestable, cependant, elle met également à l’honneur la famille Schlumberger mais aussi les employés de la multinationale.

Même si l’appareil étatique reste souvent défini par la majorité comme seul institution légitime et que les institutions en temps que structures ne témoignent pas d’affects au sens premier. Il est nécessaire de parler dans un prochain billet de la question des affects dans les institutions.

Marika NELHOMME

 

1 Yannick FLOQUET, « Frédéric Lordon, La société des affects », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 octobre 2013, consulté le 08 novembre 2013. URL : http://lectures.revues.org/12403

.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus