Que qualifier d’institution ? (1)

Le travail de recherche réalisé dans le cadre de notre exposition sur le Retour de la Mémoire, nous pousse à nous interroger sur la notion d’institution et sur ce qui fait la légitimité de celle-ci. Dans une série d’articles, nous détaillerons nos hypothèses et pistes de réflexions. Ce cheminement nous permettra de répondre à la question de l’affect dans les institutions. Dans ce premier billet, nous nous attarderons à définir cette notion d’institution. Dans un second, nous tenterons de démontrer en quoi les structures qui nous accompagnent ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger sont des institutions légitimes.

*****

Sous titré : Définissons la notion d’institution

Il est courant de dire, dans le domaine des sciences sociales, que la notion d’« institution » a beaucoup évolué depuis la première tentative de théorisation faite par Emile DURKHEIM. Il convient, dans un premier temps, de définir l’« institution »  dans son sens le plus classique, son sens le plus rencontré : « Un organisme relativement stable soumis à des règles de fonctionnement et accomplissant des fonctions sociales spécifiques » (Georges Balandier1). Il s’agirait donc d’une structure établie garantissant des règles allant dans le sens de l’intérêt général ;  une forme d’organisation sociale régissant les normes et rôles, les valeurs et modèles, et même les relations et conduites de la société, et par ce biais celles des individus qui la compose. En d’autres termes, il s’agirait des organes politiques ou administratifs, entre autres, inscrits dans l’appareil de l’Etat tels que l’Assemblée Nationale, les administrations, l’école, etc.

Un autre sens est à prendre en compte, celui des anthropologues tels que Mary DOUGLAS2 dans la lignée de DURKHEIM. Une institution est « un groupement social légitimé ». Ce courant de pensée place l’individu et non l’Etat, au fondement de la notion d’institution. En d’autres mots, il y a dans ce sens une reconnaissance de l’individu dans la construction de l’institution elle-même. Selon Mary DOUGLAS, tout groupe social disposant des mêmes catégories de pensée et partageant un certain nombre d’idées ou de sentiments est légitimé ; et donc est reconnaissable comme une institution. Malgré le manque d’aspect juridique, dès lors qu’il y a un rituel reconnu sa dimension institutionnelle est légitimée. Dans ce sens, la religion, la famille, les cérémonies, entre autres sont à considérer comme des institutions.

Il est à noter l’existence d’une définition de la notion proche de la première, tout en étant différente. On appelle « institution » toutes les instances avec une instruction juridique et un cadre défini. Il peut s’agir d’une entreprise, d’une association, entre autres, etc. En clair, les structures privées dans une certaine mesure, s’établissant sur la durée, avec des activités légitimes. Celles-ci sont souvent considérées comme des organisations mais dans ce cas elles s’opposent. Dans  ce sens nous trouvons nos deux terrains d’enquête que sont le Mouvement ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger. Il s’agira pour nous dans un second article de montrer en quoi ces institutions sont légitimes au même titre qu’une institution publique.

Marika NELHOMME

BALANDIER Georges, dans la Préface de Comment pensent les institutions ? de Mary DOUGLAS

DOUGLAS Mary, 2004, Comment pensent les institutions ? : Suivi de La connaissance de soi et Il n’y a pas de don gratuit – Paris : La Découverte. .

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Que Qualifier d’institution ? (2)

Sous titré : La légitimité des institutions ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger.

 

Nous pouvons lire, dans l’analyse de Yannick FLOQUET1 sur le nouveau livre de Frédéric LORDON, que « les sciences sociales d’aujourd’hui sont tombés amoureuses des institutions »*. A cela il ajoute « et d’un concept lié, celui de légitimité : une bonne institution serait une institution légitime ». Comme mentionné dans l’article précédent, nous nous attarderons sur les deux dernières définitions du terme « institution » et cette notion de « légitimité » que nous mettrons en relation avec les structures qui nous accompagnent dans notre démarche.

Avant de développer sur ce qui rend nos accompagnateurs légitimes, attardons-nous sur la légitimité d’une « institution » dans son sens le plus strict : organe de l’Etat. Rappelons tout d’abord ce qu’est la légitimité. Selon la première définition du Dictionnaire Larousse en ligne « La légitimité est le caractère de ce qui est fondé en droit ». Cette définition rend légitime l’appareil de l’Etat, dans la mesure où il est le seul à régir et à garantir les bases juridiques, mais également éthiques et morales de la société. L’Etat serait donc une autorité légitimée.

En sociologie, on ne peut parler de légitimité sans mentionner Max WEBER (1864-1920) ; il en catégorise trois types :

– la « légitimité charismatique » qui provient de l’autorité d’une personne, de ces qualités jugées exceptionnelles. Nous attribuons dans ce sens une légitimité aux héros, aux prophètes. Nous le rapprochons même de la notion d’ « autorité légitimante » de Mary DOUGLAS.

– la « légitimité traditionnelle » quant à elle, est fondée sur une tradition considérée comme immémoriale, intemporelle et incontestable. Il s’agit des coutumes et traditions qui perdurent dans le temps. Ex : la dynastie monarchique du Royaume-Uni. – la « légitimité rationnelle-légale » se base sur des règles impersonnelles et universelles, elle provient donc du respect de la loi.

Dans les deux premières définitions, Max WEBER s’attarde plus sur ceux qui forment la société : l’individu, le groupement d’individu. Cela nous pousse à penser que la légitimité est, par nature, un statut donné par la société, dans la mesure où elle est au fondement de l’action humaine.

Pour répondre à la question : En quoi la Fondation Musée Schlumberger et le Mouvement ATD Quart-Monde sont-elles des institutions légitimes ? Nous répondrons :

Le Mouvement ATD Quart-Monde est dans le prolongement de l’association « Aide à Toute Détresse » créée en 1957 par le père Joseph WRESINSKI avec des familles de l’ancien bidonville « Camp du Château-de-France » de Noisy-le-Grand. Ce mouvement nous semble légitime sous plusieurs aspects. Tout d’abord, son fondateur Joseph WRESINSKI possède une légitimité charismatique au sens de WEBER. Il fut à son époque la figure d’autorité du bidonville et de l’association, et l’est encore après sa mort. De plus, l’association qu’il a créée est reconnue en tant que « groupement social légitimé » (Mary DOUGLAS), par la société elle-même. Les valeurs émises par son fondateur, il y a plus de cinquante ans, continuent à se diffuser dans les quatre coins du monde, et à se développer grâce aux nombreux volontaires qui luttent et passent le flambeau aux autres générations.

La Fondation Musée Schlumberger, existant depuis près de 40 ans, au Château de Crèvecœur en Normandie, a été créée par la famille des frères Conrad et Marcel Schlumberger, deux révolutionnaires du pétrole. Cette structure reconnue d’utilité publique est fondée sur la durée, avec des activités légitimes lui donnant une compétente dans son domaine. La fondation basée sur la famille, nous pousse à penser que la légitimité de cette structure est traditionnelle. En effet, la Fondation Musée Schlumberger est fondée sur une tradition familiale considérée comme ancienne et incontestable, cependant, elle met également à l’honneur la famille Schlumberger mais aussi les employés de la multinationale.

Même si l’appareil étatique reste souvent défini par la majorité comme seul institution légitime et que les institutions en temps que structures ne témoignent pas d’affects au sens premier. Il est nécessaire de parler dans un prochain billet de la question des affects dans les institutions.

Marika NELHOMME

 

1 Yannick FLOQUET, « Frédéric Lordon, La société des affects », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 octobre 2013, consulté le 08 novembre 2013. URL : http://lectures.revues.org/12403

.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus