Discours d’inauguration de l’exposition _ Emmanuel PARIS

Discours d’inauguration de l’exposition

« Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire »

4 février 2014, Café Expo, Université Paris 13

Emmanuel Paris

Mesdames, Messieurs,

L’exposition « Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire » inaugurée ce jour, et qui se tient depuis hier jusqu’au 14 février 2014 au « Café expo » de l’Université Paris 13, a été conçue et réalisée par les étudiantes du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » du Master 2 professionnel « Dynamiques culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». Cette exposition est articulée avec le développement d’un blog, accueilli sur la plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales par le comité scientifique : hypotheses.org.

Cette exposition et ce blog sont deux outils de médiation pensés pour permettre aux promotions du parcours de formation « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs », année après année et depuis cinq ans, d’exprimer leur réflexion à propos de l’histoire et de la mémoire comme matières vivantes, autrement dit l’histoire et la mémoire comme moyens de créer du lien social ou de mettre en visibilité des liens sociaux toujours là mais qui sont tombés dans l’oubli.

L’origine de ce projet remonte à l’année universitaire 2008-2009, durant laquelle la formation a organisé avec Christian Gaborieau, archéologue du service culturel de la mairie de La Courneuve, des randonnées archéologiques dans le territoire de cette commune. Je remercie M. Gaborieau pour cette initiative décisive, tant son regard porté sur le patrimoine archéologique de La Courneuve et dont il nous a fait part lors de ces pérégrinations, ne différenciait pas l’importance du vestige restant du VIIe siècle (la nécropole sous l’Eglise Saint-Lucien) ou du XIIe siècle (l’abreuvoir au lieu dit “La “Prévôté”, sous les vestiaires d’un stade de football), de l’existence du bidonville La Campa dont il ne reste pourtant plus aucune traces physiques.

Mes remerciements vont aussi à Benoît Pouvreau et Olivier Meyer, du Service du patrimoine culturel du conseil général de Seine Saint-Denis, qui nous ont, par la suite, aidé à mesurer les tenants et les aboutissants de l’exposition itinérante développée voici quelques années par le département : « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) ».

Depuis, cinq promotions du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » se sont relayées pour proposer chaque année de nouvelles médiations culturelles et socioculturelles à propos de la présence d’un temps passé dans le temps présent. Ce travail au long cours s’inscrit dans ce qui est appelé le « programme pédagogique annuel » de la formation de parcours          « Conception d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Il s’agit pour l’équipe pédagogique et les promotions de s’approprier ce fil d’Ariane : la patrimonialisation comme vitalisation des êtres et des groupes humains, avec pour chaque membre de l’équipe pédagogique la possibilité d’étudier en cours et en ateliers un aspect en rapport avec son expertise.

– Estrella Rojas encadre les étudiant-e-s sur le volet numérique de la valorisation de ces histoires et de ces mémoires singulières (via le blog) ;

– Pierre Barboza coordonne les travaux de la promotion pour concevoir et réaliser l’exposition et réfléchir avec elle sur le thème de la sociologie visuelle ;

– Alexandre Delarge, conservateur de l’écomusée du Val de Bièvre, questionne avec les étudiant-e-s les ressorts de mise en musée d’un patrimoine vivant en prenant notamment appui sur cette étude de cas ;

– Odile le Faou, chargée du pôle médiation et communication de l’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine de la Seine Saint-Denis, explore avec les étudiant-e-s les articulations entre les savoirs savants, savoirs experts, et savoirs profanes présents dans un territoire ou un groupe humain donné à propos d’un fait historique, d’un souvenir personnel ;

– Claire Oger dialogue avec les étudiant-e-s afin d’analyser les processus et les méthodes de recueil de la parole dont ils, elles se servent ensuite pour restituer sur l’exposition et le blog les témoignages oraux.

L’exposition et le blog sont alimentés cette année par des archives et des entretiens accordés par des enquêteurs mémoriels et des témoins oeuvrant pour deux structures partenaires de la formation : le « Centre International Joseph   Wresinski » de l’association ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger.

Je tiens à remercier James Jaboureck, directeur du département Etudes et Recherche du Centre International Joseph Wresinski – ATD Quart-Monde, Xavier Verzat, directeur du Centre International Joseph Wresinski, Gabrielle Erpicum, militante de l’association ATD Quart-Monde Noisy-le-Grand, Christophe de Ceunynck, directeur du Musée Schlumberger et Bérengère Primat, présidente de la Fondation musée Schlumberger, Alix Alduc, responsable des collections au Musée, ainsi que toutes les personnes ayant dialogué avec Gabrielle Erpicum et Alix Alduc pour témoigner et, ainsi, favoriser le retour de la mémoire dans le cadre de leur projet respectif au sein d’ATD et de la Fondation Musée Schlumberger.

Je voudrais remercier ces deux groupes humains, partenaires de longue date de cette formation, tout comme l’Exploradôme représenté aujourd’hui par Nicolas Mangeot, et l’Ecomusée du Val-de-Bièvre représenté par Alexandre Delarge, son conservateur. J’associe dans ces marques de reconnaissance Abdel Saadouni, médiateur social au sein de l’équipe municipale de La Courneuve, Lucie Poirot, présidente de la start-up « Le vent tourne » spécialisée dans le cross média à visée pédagogique, Roger Bautier, professeur au sein de l’UFR des Sciences de la communication de l’Université Paris 13, fondateur de la formation qui en 1997, annonçait ce que le parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » est devenu depuis, et Vincent Laborey, qui fut parmi ses nombreuses activités directeur des expositions de la Cité des Science et de la Villette.

Ce que vous avez tous permis, par votre fidélité, votre confiance, est présenté très concrètement ici, aujourd’hui. C’est la capacité d’une promotion d’un Master professionnel à s’emparer de thèmes que les Sciences Humaines et Sociales et les Sciences de la Vie reconnaissent comme relevant de la recherche fondamentale. C’est, autrement dit pour les étudiant-e-s de cette formation, pouvoir réfléchir à des questions toujours ouvertes et qui intéressent le corps social mais aussi le savoir scientifique de manière permanente, dans le cadre d’un processus d’apprentissage des compétences pour exercer dans le champ professionnel de la culture, des arts et du patrimoine.

Permettez moi de remercier particulièrement Claire Oger, avec qui je co-anime le Master « Dynamiques Culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». C’est tout à l’honneur de l’UniversitéUn que de rendre possibles des projets pédagogiques se développant année après année, sans discontinuité, de sorte que, par exemple, cette interdisciplinarité entre SHS et sciences dures dont on dit qu’elle est si difficile à fonder, prenne sens dans le cadre du travail d’étudiantes de niveau bac + 5.

Je remercie les membres de la communauté universitaire de Paris 13 ayant accompagné cette création tout au long des années ; notre UFR des sciences de la communication, le service de reprographie centrale de l’université, le service technique et bien sûr le service culturel et Annie Sellem, sa directrice, qui nous accordent leur confiance et leur support.

Pour conclure, je salue les étudiantes pour le travail accompli, et leur donne rendez-vous une fois l’obtention de ce diplôme obtenu, pour accompagner le cheminement de cette exposition vers d’autres lieux, à l’image des promotions 2011-2012 et 2012-2013, auteurs, pour la première, de l’exposition « Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa » et, pour la suivante, de l’exposition « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957 – 1971 », deux expositions qui seront présentées dans quelques jours pour leur nouvelle étape en public sur le site de l’IUT de Bobigny de l’Université Paris 13.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne visite.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Le bus 150

Pour accéder au parc Georges VALBON, le plus simple c’est le bus 150.

Pour accèder au Bidonville de La Campa, le plus simple c’est le bus 150.

A l’arrêt Cité floréal, où actuellement on trouve l’entrée Marville du parc Georges Valbon, le bus 150 vous déposait dans les années 1960 face au bidonville de La Campa. Cet arrêt était l’unique source de transport permettant aux habitants d’aller travailler et de les lier au reste de la population.

Le bus 150 à la Courneuve dépose ses voyageurs face à la cité Floréal

Pourtant cet arrêt, a également été témoin de macabre découverte, comme ce travailleur, un froid matin d’hiver, qui a attendu tellement longtemps le bus, qu’il en est mort.

Pour entendre ce témoignage de Mr Abdel Saadouni, je vous invite à venir visiter l’exposition « D’une nature l’autre » au Café-expo  de l’Université de Paris 13 qui se déroule jusqu’au 12 février 2013.

 

 

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]

Représenter le territoire?

Comment représenter un territoire et comment le matérialiser au sein d’un parcours d’exposition, telle est la question que nous nous sommes posée. Nous devions parler d’un  territoire existant sous deux temporalités différentes, le bidonville de La Campa d’une part, et le parc de La Courneuve d’autre part, et rendre sensible le passage de l’un à l’autre. Nous avons de fait conduit une réflexion sur la notion de territoire.
Deux aspects de la notion nous ont semblé particulièrement féconds en terme de mise en place d’un projet d’exposition :

Le territoire physique comme lieu de vie

Le territoire que nous abordons, que ce soit le territoire actuel du parc de La Courneuve ou celui révolu du bidonville, est avant tout un espace de vie. Le parc de La Courneuve est aujourd’hui un espace vert très fréquenté de la région parisienne. Le bidonville de La Campa a, lui aussi, à l’époque, été un lieu grouillant de vie, comme le rappelle l’espace sur la vie quotidienne de notre exposition. Nous avons choisi des photographies dynamiques, où les enfants et leur famille semblaient vivre devant nous, courant, jouant, se livrant à des activités de créations, etc. Les regards pétillants des enfants sont autant de rappels qu’une vie quotidienne est toujours faite d’émotion. Pour représenter cet espace du bidonville, nous avons aussi choisi de créer un espace d’écho, où les voix des habitants viennent relayer les photographies. Enfin l’espace est donné à appréhender à travers la scénographie, spécialement à travers la présence de la boue et des petites bottes en caoutchouc d’enfants qui matérialisent cet espace de vie.

Le territoire comme espace mental

Le territoire est aussi appréhendé dans sa dimension d’espace mental et particulièrement celui de l’enfance. La Campa n’a pas été seulement le cadre de vie des enfants de La Campa, il a aussi été un espace investi par le regard de l’enfant, transformé et sublimé par le pouvoir de l’imagination propre à l’enfance. À travers les jeux, les moments de bonheur propre à la vie d’une communauté et de la famille, La Campa est transfigurée. C’est cette dimension que nous voulions mettre en avant et chercher à incarner dans l’espace de l’exposition.

À la fois lieu physique et cadre de vie, mais aussi, espace où se déploient tous les imaginaires, le territoire de La Campa se dédouble à travers le regard de l’enfance.
La plupart des photographies que nous avons choisies rendent sensible cette dualité. Celles-ci superposent la figure d’enfants aux regards brillants, à un arrière-plan où l’on perçoit pleinement la misère des conditions de vies. Si l’individu est sublimé, la dureté des conditions matérielles et la situation de ces enfants n’en apparaît que plus poignante.

Le parc de la Courneuve, un vaste terrain et que d’histoires!

Aujourd’hui la commune de la Courneuve s’étend sur 752 hectares, dont 173 hectares couverts par le parc départemental en photo ci-après.

Le parc de la Courneuve

Il faut s’avoir que cette ville a toujours possédé de vastes plaines, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle le bidonville de la Campa s’est installé sur ce terrain.

Comme l’explique l’historien Jean-Michel Roy, la ville de Paris était en quête de terrains  libres pour loger une population toujours plus croissante et principalement les populations qui posaient à l’époque problèmes pour la capitale. La Courneuve répond parfaitement à cette quête dans les années 58-60.

«  Au départ il y avait un p’tit campement autour de 3-4 cabanes et puis lorsqu’on a euh fermé les autres bidonvilles, où c’est le bulldozer qui passe hein, euh lorsqu’on les a détruits euh la, la, l’info a circulé, ça c’est fait en quelques jours… »[1]

La Campa accueille donc  les habitants des bidonvilles résorbés des Franmoisins, de Nanterre et de Noisy, ainsi que tous les gens mal-logés et les individus considérés comme problématique pour la ville de Paris.

Ce parc ne garde aujourd’hui aucune trace du bidonville qui occupait jadis tout cet espace. Nous vous parlons ici du troisième espace le plus vaste parmi les espaces verts de la région parisienne. Dans les années 60, ce parc a par ailleurs accueilli des centaines de familles de différentes origines, qui seront pour la plus part relogé dans les cités Hlm construites aux alentours.

Parc de la Courneuve

Il est difficile d’imaginer que ce parc ait pu accueillir une micro-ville abritant des baraquements, des caravanes, des communautés organisées en quartiers et pourtant toute cette vie, toutes ces mémoires ont participé à la construction de l’histoire de la ville de la Courneuve.


[1] Retranscription intégrale de l’intervention de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, le 16 janvier 2009, à l’université Paris 13, devant les étudiants du « Master exposition ».