scénographie de l’exposition

Travail de scénographie (échelle 1/50e) :

 

L’espace d’exposition – Division de l’espace – hypothèse schématique

 

Côtes et dimensions pour affiner nos hypothèses – Hypothèse de circulation et zonage

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]

Michelle Briançon

Pour notre exposition « Territoire d’enfance », nous avons aussi choisi des photographies de Michelle Briançon, à l’époque « voisine » du bidonville de La Campa.

Nous voudrions partager quelques lignes sur l’histoire de cette « photographe » amateur.

 

Michelle Briançon a 16 ans, lorsqu’elle est rapatriée d’Algérie avec sa famille en 1962.

Après un mois dans un camp de transit, elle monte sur Paris avec sa grand-mère et sa mère qui travaille au Ministère des Finances. Elles logent alors quelques mois dans un hôtel, puis dans une chambre de bonne de 9m2. Finalement, sa mère obtient un appartement, certainement par le biais du service social du Ministère des Finances, au 4000 de la Courneuve, en octobre 1963. Pour elles, ce fut un réel soulagement : l’occupation d’un vrai appartement, vivable et signe de la fin des conditions de vie précaires.

C’est en se baladant aux alentours des 4000 que Michelle Briançon découvre le bidonville de La Campa. Grâce à son appareil photo, elle se met à prendre tout en photo et parle aux habitants de La Campa.

Quarante plus tard, elle entend parler d’une exposition sur les bidonvilles en Seine-Saint-Denis. Interpellée, elle se met à chercher les photographies qu’elle avait prises à l’époque.

Elle décide donc de visiter l’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » et de contacter la mairie de la Courneuve pour partager ses photographies.

A propos de ces photographies :

Ce qui me revenait : le contraste entre une cité moderne propre… et la vie dans le […] qui était assez chaotique et sale.

Comment est-ce qu’on peut vivre dans des conditions aussi…

Ce que j’ai essayé d’exprimer, c’est comment est-ce qu’on peut vivre dans la boue, dans les ordures ?

Pourquoi les enfants ? Parce qu’après j’ai choisi la profession de m’occuper d’enfants, je pense qu’à l’époque c’est ce qui m’a touché.

 

 

Paroles recueillies par M. Jean Michel Roy, Responsable de l’unité Patrimoine et Arts Visuels à la ville de la Courneuve.

 

    

Fonds Mairie de la Courneuve, Michelle Briançon, La Campa 1964.

 

 

La scénographie de l’exposition

Nous avons pensé la scénographie de l’exposition de manière à faire passer un message à travers la division des espaces, le choix du décor ainsi que par la sélection des photographies et autres médias utilisés.

Nous voulions que le visiteur prenne conscience du changement physique  (aménagement de l’espace,  relief) entre la période où se dressait le bidonville et celle d’aujourd’hui où se trouve  le parc de la Courneuve. Il nous paraissait ensuite essentiel de montrer les conditions de vie précaires au sein de la Campa afin de ne pas idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, pour en venir au coeur du thème de l’exposition: le regard de l’enfant qui transfigure la réalité quotidienne. Nous voulions finalement montrer les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Campa et offrir un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Notre intention était d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent en lui proposant un voyage temporel. 
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par les photographies en noir et blanc. Les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, symbole du territoire actuel, tout en étant confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de vie à l’époque du bidonville.
 La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir. 
Les pas étaient également un moyen d’attirer les visiteurs vers l’espace d’exposition en attisant leur curiosité.

 

    

C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire. Dans cette optique nous avons utilisé un large panel de médias pour appuyer notre propos. Les photographies sont accompagnées par des panneaux explicatifs dans chaque espace d’exposition ainsi que de citations fortes de sens de Mr Abdel Saadouni et de Mme Bernadette Cornuau. Le film, réalisé par le pôle image de la Courneuve et des lycéens, présente une interview de Mr Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville et propose un entretien avec le photographe Mr Claude Dityvon. Les coupures de journaux sont un autre moyen d’évoquer notre sujet et d’effectuer une ouverture sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

 

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition: le café expo du service culturel de l’Université Paris 13. Nous vous invitons à en savoir plus sur le parcours de l’exposition en consultant les liens sur l’attribution thématique des espaces qui ont donné lieu à de nombreuses réflexions.

Espace  Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa. La Courneuve, 1957 – 1971 

Espace Des conditions de vie précaires…

Espace …mais un souvenir d’enfance heureuse à La Campa

Espace La création, un moyen de s’épanouir

Espace Actualité et remerciements

 

Discours d’introduction d’Emmanuel PARIS lors du vernissage de l’Exposition « Territoire d’enfance »

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

L’exposition photographique qui va avoir lieu à partir de ce jour, jusqu’au 4 février au « Café Expo » de l’Université, a été conçue et réalisée par les étudiantes du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » du Master 2 pro « Dynamiques Culturelles ».

Cette exposition est articulée avec le développement d’un blog, accueilli sur la plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales avec sélection par un comité scientifique : hypotheses.org.

Cette exposition et ce blog sont deux outils de médiation pensés pour faire entrer dans le patrimoine local l’histoire et la mémoire d’un bidonville qui, des années 1950 aux années 1970, a hébergé plusieurs milliers d’habitants issus d’Europe, du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Ce bidonville, appelé « La Campa », était aux pieds de la Cité des 4000 et de l’autoroute A1, alors en constructions à La Courneuve.

Au début des années 1970, le bidonville est rasé, les bulldozers modifient profondément le paysage pour faire naître l’espace vert du Parc départemental de La Courneuve. Les habitants du bidonville sont relogés dans des cités de transit, ou intègrent les nouveaux logements collectifs qui sortent massivement de terre en Seine Saint-Denis et plus généralement en périphérie de Paris.

Il ne reste donc plus aucun vestige ni de trace de ce site de La Campa, et les archives ont longtemps été désorganisées ou rendues invisibles à la collectivité.

L’objectif a été par conséquent, pour développer l’exposition et le blog, de cartographier les acteurs permettant de patrimonialiser l’histoire et la mémoire du bidonville : témoins ayant habité la Campa, photographes et reporters ayant travaillé dans le bidonville dans le cadre d’une médiatisation naissante du phénomène en France à partir des années 1960, associations caritatives ayant agi dans les bidonvilles aux côtés de ses habitants pour créer les conditions pratiques d’une qualité de vie meilleure.

L’origine de ce projet développé par les étudiantes remonte à l’année universitaire 2008-2009, durant laquelle la formation a organisé avec Christian Gaborieau, archéologue du service culturel de la mairie de La Courneuve, des randonnées archéologiques dans le territoire de cette commune. Je tiens à remercier vivement M. Gaborieau pour cette initiative décisive, tant le regard porté par M. Gaborieau sur le patrimoine archéologique de La Courneuve et dont il nous a fait part lors de ces pérégrinations, ne différenciait pas l’importance du vestige restant du VIIe siècle (la nécropole sous l’Eglise Saint-Lucien) ou du XIIe siècle (l’abreuvoir au lieu dit « La « Prévôté », sous les vestiaires d’un stade de football), de l’existence du bidonville La Campa dont il ne reste pourtant plus aucune traces physiques  (cf. le post, sur le blog, traçant cette généalogie : http://lacampa.hypotheses.org/463. et sur la page Internet de la mairie de La Courneuve présentant une carte « archéologique » du territoire de la commune : http://www.ville-la-courneuve.fr/5_regards/journal.php?id=919# ).

Mes remerciements vont aussi à Benoît Pouvreau et Olivier Meyer, du Service du patrimoine culturel de Seine Saint-Denis, qui nous ont, par la suite, aidé à mesurer les tenants et les aboutissants de l’exposition itinérante développée alors par le département de Seine Saint-Denis :  « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » :  http://lacampa.hypotheses.org/292 .

Depuis, trois promotions du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » se sont relayées pour proposer chaque année de nouvelles médiations culturelles et socioculturelles à propos du bidonville « La Campa ».

Ce travail au long cours s’inscrit dans ce qui appelé le « programme pédagogique annuel » de la formation de parcours « Conception d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Il s’agit pour l’équipe pédagogique de s’approprier ce fil d’Ariane : la patrimonialisation du bidonville, avec pour chaque membre de l’équipe la possibilité d’étudier un aspect en rapport avec son expertise. Estrella Rojas encadre les étudiants sur le volet numérique de la valorisation de cette histoire et de cette mémoire singulières (via le blog), Pierre Barboza coordonne les travaux de la promotion pour concevoir et réaliser une exposition photographique, Claire Oger analyse les processus de mise en culture du patrimoine dans le territoire de la Seine Saint-Denis, Emmanuel Paris questionne les ressorts du développement durable et du développement culturel d’un territoire en prenant appui sur cette étude de cas.

L’exposition et le blog sont alimentés par des archives issus des archives départementales de la Seine Sainte-Denis mais aussi et principalement du fonds constitué par une des structures partenaires de la formation : Le « Centre International Joseph Wresinski » de l’association ATD Quart-Monde. L’exposition est financée par une autre structure partenaire du parcours de notre Master : la Fondation Musée Schlumberger.

Je tiens à remercier vivement ces partenaires, ainsi que les membres de la communauté universitaire de Paris 13 ayant rendu possible cette création ; notre UFR des sciences de la communication, le service de reprographie centrale de l’université, le service culturel.

Cette exposition sur l’histoire et la mémoire d’un bidonville, à quelques kilomètres de nous, dont l’existence s’est achevée voici 40 ans, est appelée à itinérer dans les années à venir dans des espaces géographiques (les zones portuaires, les périphéries des métropoles) dont l’économiste Arnaud Le Marchand vient de montrer qu’ils sont à la fois au cœur de l’industrialisation et de la mondialisation depuis le début du XIXe siècle, et le réceptacle de bien des stigmatisations.

Pour conclure, je tenais à remercier les étudiantes pour le travail accompli, et je leur donne rendez-vous une fois l’obtention de ce diplôme obtenu, pour accompagner le cheminement de cette exposition vers d’autres lieux.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne visite.

 

 

M. Emmanuel Paris

Notre présentation de l’exposition

Nous vous présentons ici le texte que nous avons lu lors du vernissage de notre exposition.

 

Nous vous remercions d’être venu aujourd’hui pour notre exposition « Territoire d’enfance, photographies et témoignage ». Cette exposition a été réalisée dans le cadre du Master 2 Dynamiques culturelles, politiques, espaces, pratiques, au sein du parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs.

La demande de départ du projet était de produire une exposition photographique ayant pour thème le Bidonville de La Campa et de travailler autour de la notion de trace. Toute la difficulté résidait ici dans le fait qu’il n’existe aujourd’hui plus de traces physiques de ce bidonville, détruit en 1971 et remplacé par le parc de La Courneuve.
Nous avons ainsi entamé une réflexion sur la notion de trace et avons posé le questionnement suivant : Comment, sans se livrer à une exhumation méthodique du passé, parvenir à faire coïncider les dimensions du passé et du présent  dans un même espace, en les rendant sensibles à l’imagination ?

Une première entrée dans le sujet  nous a été donné par notre rencontre avec Monsieur Abdel Saadouni, qui a passé une partie de son enfance à La Campa. Cette rencontre à la fois humaine et émouvante nous a troublée par son étrangeté et a eu un effet révélateur. Elle remettait en question notre représentation préalable du bidonville et de ses relations sociales et allait à l’encontre de nos hypothèses de travail. En effet, bien loin d’un discours misérabiliste, mettant en avant les affres d’une vie dans des conditions indignes, son témoignage était empreint de nostalgie pour un espace qu’il appréhendait à l’époque avec la naïveté du regard de l’enfant.  C’est ce décalage entre une réalité objective et une représentation subjective que nous avons souhaité évoquer dans notre exposition.

Nous avons cherché à illustrer ces témoignages par des images d’archives. Le fonds des archives d’ATD Quart Monde mis à notre disposition a de fait constitué une base de travail riche et féconde qui nous a permis de donner une consistance visuelle au récit de Monsieur Abdel Saadouni.
Dans le même temps, le désir d’en savoir davantage sur les réalités des conditions de vie nous a conduit à partir à la rencontre d’autres témoins. La rencontre avec Mme Bernadette Cornuau, jeune bénévole à La Campa pendant quelques années et qui a beaucoup travaillé avec les familles, est ainsi venue enrichir notre réflexion.  Des découvertes d’archives, telles que la lettre des enfants du bidonville au maire de La Courneuve à l’occasion des fêtes de Noël nous ont permis de nous confronter directement à la parole de ces enfants, excluant toute dimension de reconstruction.  C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire.

Loin de chercher à idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, le dénuement et la précarité, nous avons centré notre approche sur le regard de l’enfant et la dimension subjective de la mémoire. Le regard de l’enfant est questionné dans ses dimensions multiples : paroles directes véhiculées par le document d’archive qu’est la lettre, témoignage d’un enfant d’hier qui se souvient de son enfance, M. Abdel Saadouni, témoignage d’une ancienne volontaire ayant apporté son aide et partagé le quotidien de nombreux enfants, Mme Bernadette Cornuau, et, enfin, photographies d’enfants effectuées par des adultes qui, à travers les instantanés captent des moments de vie quotidienne de la vie à La Campa.

L’idée s’est très vite imposée de travailler autour de la notion de territoire d’enfance, dans sa double dimension : celle d’espace géographique, d’une part, celui du bidonville dans sa dimension d’habitat informel, et d’espace  mental d’autre part, investie par l’imaginaire de l’enfance qui transfigure la réalité quotidienne. Conçue en 5 panneaux, l’exposition se propose de faire pénétrer le visiteur dans un espace empli de paradoxes où des réalités multiples se superposent.

L’idée était avant tout d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent. Le diptyque initial représentant le territoire de l’actuel parc de la Courneuve avec quarante ans d’écart, introduit ce voyage temporel.
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par ces photographies en noir et blanc.
L’espace du bidonville, en noir et blanc à l’exception du mur consacré à Noël, est aussi donné à expérimenter par des références à des éléments du quotidien des enfants. Si les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, celui ci est ici confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de la vie de ses petits habitants.
La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir.
Le panneau en carton « ici bidonville 3000 habitants » est une référence à une photographie de Loïk Prat, qui a beaucoup travaillé sur La Campa et dont nous n’avons malheureusement pas pu exposer les œuvres, mais auxquelles nous tenions à faire référence.

La première étape du parcours donne ainsi un aperçu des conditions de vie réelles de la Campa : boue, conditions précaires, insalubrité, insécurité, constituent l’arrière-fond des figures enfantines dont nous tenions à rappeler la mémoire.
L’espace suivant  constitue le point focal de l’exposition mettant en lumière des souvenirs heureux. Les photographies y ont été choisies pour leur dimension esthétique et leur pouvoir de suggestion. Elles illustrent la joie de vivre des enfants, leurs jeux, leur univers merveilleux, à la fois dans leurs rapports sociaux, familiaux, mais aussi dans une dimension plus intimiste, celles offertes par les portraits.
Enfin le panneau du fond, met l’accent sur les espaces de créativité et d’expression rendues possible par le dévouement des membres d’associations dont ATD Quart Monde est un représentant essentiel. Comme tout enfant qui en a la possibilité, les petits habitants de La Campa se livrent à des pratiques artistiques et révèlent par là-même leur subjectivité d’enfant.

L’ensemble de l’exposition met finalement en exergue l’universalité de l’enfance qui peut tout transfigurer, à l’image de cette petite fille transformant un bâton en jouet, ou cette autre dansant devant un miroir brisé dans un contexte sordide, ou encore ce petit garçon absorbé par sa peinture et qui incarne le geste même de la création.

Le dernier espace présente quelques coupures de journaux évoquant les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Courneuve et offre un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Nous souhaitions particulièrement utiliser une large panel de média d’exposition. Le film est un document que nous avons souhaité inclure dans l’exposition et qui se situe un peu à part. C’est un document réalisé par le pôle image de la Courneuve, par des lycéens qui comme nous ont souhaité exhumer un élément du passé de leur espace proche.  Une interview de Monsieur Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville permet d’appréhender de façon plus immédiate l’ensemble de notre propos. La vidéo propose aussi un entretien avec Monsieur Claude Dityvon, un photographe ayant produit de nombreuse photographies d’une qualité esthétique indéniable sur La Campa. Nous aurions d’ailleurs souhaité intégrer certaines de ces œuvres à notre exposition, mais en raison de difficultés pratiques nous avons du y renoncer, cette vidéo est de fait l’occasion d’enrichir notre propos.

Cette exposition est le résultat d’un véritable travail d’équipe, où chacune a pu apporter ses compétences propres à l’intérieur d’une certaine division des tâches tout en participant à l’ensemble du projet.
Une des difficultés principales pour nous de cet exercice consistait à répondre à des demandes multiples. Nous avons aussi cherché à mettre en application les enseignements de nos professeurs, et de nombreux éléments en sont des reflets directs.

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition. Aussi le parcours de l’exposition, ainsi que l’attribution thématique des espaces a donné lieu à de nombreuses réflexions qui ont abouti à l’exposition telle que nous vous la présentons aujourd’hui.

Des contraintes de temps et matérielles nous ont parfois conduit à  modifier nos projets et à limiter  nos ambitions Nous regrettons ainsi par exemple l’absence d’une cartographie situant plus précisément le bidonville sur le territoire actuel. Nous avons aussi dû faire face à des problèmes techniques comme les stickers imprimés sur fond blanc au lieu de l’être sur fond transparent et tranchant de fait désagréablement avec le mur beige, ou le décollement et le gondolement des photographies après l’accrochage qui a quelque peu compliqué le montage. Nous aurions aussi  souhaité organiser une journée de médiation avec des élèves de primaire et de collège avec monsieur Abdel Saadouni, qui nous avait donné son accord, et que nous n’avons pas pu mettre en œuvre.

Enfin nous tenons à remercier la Fondation Schlumberger pour avoir financé notre projet, ATD Quart Monde et l’ensemble des structures qui nous ont donné accès aux archives, l’université Paris 13, l’UFR de communication, le service culturel, le service reprographie de l’université, ainsi que l’ensemble des professeurs qui ont encadré le projet. Nous remercions aussi toutes les personnes qui nous ont permis de mener à bien notre projet, en particulier M. Abdel Saadouni et Mme Bernadette Cornuau pour le temps qu’ils nous ont consacré et leurs précieux témoignages, les archives municipales de La Courneuve ainsi que le pôle image qui nous a permis d’utiliser leur film.

L’exposition « Bidonville, l’autre ville »

L’association Archi DB (spécialisée dans la conception d’expositions consacrées à l’urbanisme et l’architecture) a présenté cette exposition à la Ferronerie de Dijon en 2011.

« Bidonville, l’autre ville » est la restitution d’un travail de terrain sur plusieurs continents où l’équipe a observé le phénomène des bidonvilles. Un site internet dédié à cette exposition permet d’en garder une trace virtuelle.

Nous y retrouvons :

  • des photos de l’exposition

  • les supports photographiques qui montrent différents types de bidonvilles

  • des analyses sur le phénomène des bidonvilles dans le monde tels que les évolutions, les lieux d’implantations, l’autoconstruction…

  • des vidéos d’ambiances urbaines

    Cliquer sur l’image pour accéder au site de l’exposition

Exposition  » Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) »

Le service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis a souhaité faire partager à ses habitants cette histoire jusqu’ici méconnue. D’où la conception de l’exposition autour du bidonville de la Campa:

Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)

À l’occasion de l’exposition “Et voilà le travail”, autour de l’architecture et la ville, l’exposition : « Bidonvilles en Seine-Saint-Denis, 1954-1974 Histoire et représentations » retraça divers aspects de la vie quotidienne dans les bidonvilles de la Seine-Saint-Denis : photographies d’artistes (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson…), articles de journaux, cartographie, films…

L’exposition fut ensuite présentée aux archives départementales (Bobigny).

Cette exposition a été produite et réalisée par le Conseil général (direction de la Culture, du Patrimoine, du Sport et des Loisirs et direction des Services d’Archives), en partenariat avec l’association Périphérie, centre de création cinématographique, et l’Institut CGT d’Histoire Sociale.[2]

Voir aussi l’annonce du vernissage

Que recouvre le terme « Bidonville » ?

  » En France métropolitaine le mot de bidonville ne s’impose pas de suite. Jusqu’au milieu des années 50 il coexiste avec plusieurs termes issus soit du langage populaire (taudis, garnis…) soit du vocabulaire administratif (habitats insalubres ou défectueux). « [1]

 Le phénomène des bidonvilles résulte à la fois d’une succession de vagues d’immigration (algériens, portugais, espagnols, italiens…) mais aussi de la volonté de la Ville de Paris de repousser en périphérie tous les individus leur posant problèmes (mal-logés, handicapés, sans-papiers…).

Des dizaines de milliers de personnes se retrouvant sans abri, elles ont été obligées de construire des baraquements précaires sur les terrains vagues disponibles en banlieue. Ces habitants se sont alors débrouillés avec ce qu’ils pouvaient trouver sur place: cartons, tôles, bois, etc… Comme le montre l’exemple du bidonville de la Campa.

 campa

 

 

 

 

 

 

La Courneuve, 1966, Alexandre Lewkowizc.

Les campements réalisés ont par la suite été qualifié de « bidonville » en écho au phénomène déjà observé dans les grandes villes d’Afrique du nord. Le terme est en effet né dans les années 1939-1940 à Casablanca pour qualifier les quartiers constituées d’habitats précaires. Ceux-ci sont une résultante du phénomène d’exode rural massif qui touche la plupart des grandes villes sous tutelle coloniale. Ce terme ne s’imposera comme terme privilégié dans le vocabulaire administratif français, pour qualifié ce type d’habitat, qu’au milieu des années 50, lorsque les fonctionnaires travaillant en Algérie ont été rapatriés en France, ramenant le terme sur le territoire métropolitain. Il aura fallu attendre la fin des années 70 pour voir disparaitre les derniers bidonvilles en Seine-Saint-Denis avec la résorption du Franc-Moisin.


[1] Benoit Pouvreau, historien du logement social, note sur l’histoire des bidonvilles en Seine-Saint-Denis, octobre 200

 

 

[2] Cité nationale de l’histoire de l’immigration