Recherche graphique pour l’affiche

affiche

C’est une étape importante, la réalisation de l’affiche. En plus de dépeindre une atmosphère, elle va également déterminer notre univers typographique pour notre conception graphique des panneaux d’exposition. 

Nous avons choisi l’arbre comme symbole principal, comme on peut le lire p.118 dans cette ouvrage :

 La Mémoire et le présent: Daniel Maximin et Salman Rushdie – Du Masque au Chaos
de Karine Chevalier, car c’est un symbole de mémoire. L’arborescence, le réseau de racines pourraient ainsi représenter les cellules nerveuses, ces briques dans notre cerveau, parties-prenantes dans la fabrication et la restitution de nos souvenirs … Vous en saurez plus en venant découvrir tout cela le 4 Février !

Voici nos propositions finales à ce jours :

Sans titre - 1-01

Vous pouvez trouver l’affiche finaliser ici

Une nouvelle scénographie

Après une visite au Café-Expo avec Gauthier du service culturel de l’université, nous nous sommes penchées de nouveau sur la scénographie de notre exposition sur “le Retour de la Mémoire”.

Cette visite nous a permis de prendre en compte certains détails comme le blocage de la sortie de secours par notre SAS sonore. Nous avons donc modifié le parcours d’exposition en fonction. Voilà ce que cela donne :

La salle d’exposition: le Café Expo de l’Université Paris 13.

1.Plan_Expo-Vide

Cloisonnement final du Café Expo pour accueillir notre exposition (sous réserve de modification).

2.Plan_Expo-Cloison

Le nouveau sens de circulation dans l’exposition et plan de la configuration de l’exposition.

3.Plan_Expo-Circulation

 Qu’en pensez-vous?

Pour savoir ce qui se cache derrière notre  » A découvrir par vous-mêmes », nous vous donnons rendez-vous du 03 au 14 février 2014. See you soon!!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

« Le Retour de la Mémoire », une exposition en devenir…

oeuvre-participative

Notre projet avance et l’exposition prend forme. Bientôt vous pourrez découvrir le résultat de ces mois de travail. Néanmoins nous n’avons pas encore terminé, nous arrivons au moment où il faut choisir nos photos, rédiger et mettre forme nos textes. Nous sommes donc dans une période cruciale, le temps file et il nous reste encore tellement de choses à faire pour vous présenter notre histoire. En parlant d’histoire on peut dire que nous sommes des archéologues du vivant non ? Nous creusons dans les mémoires, avec le plus grand soin, pour y faire ressortir des vestiges du passé. Qui aurait cru que notre travail était si proche ? Et pourtant… Dans peu de temps vous pourrez découvrir les trouvailles de nos fouilles. Enfin si nous y arrivons…

Pour le savoir rendez-vous le 3 Février !

 

 

La Rencontre avec nos interlocuteurs Schlumberger

Notre première rencontre avec Alix ALDUC, la Responsable des collections au Château de Crèvecœur en Normandie, château appartenant à la Fondation Musée Schlumberger, s’est déroulée le 17 octobre 2013, dans le petit jardin d’un musée à Paris non loin de St-Lazare. Madame ALDUC, est l’une des figures d’enquêteur mémoriel que nous devions rencontrer dans le cadre de nos recherches préliminaires. Elle a réalisé deux expositions au Château de Crèvecœur sur les ingénieurs de la société Schlumberger avec leur participation en témoignages, photos, etc.

C’est par son biais que nous avons pu étendre notre liste de contact et ainsi aller à la rencontre de deux Field engineers de la société de prospection électrique Schlumberger. Nous avons pu enregistrer ces entretiens qui furent tous trois forts instructifs.

Ces deux hommes qui tiennent à garder l’anonymat ont su nous faire voyager dans leurs souvenirs en un tour de main et nous projeter sur le terrain lors de leurs missions dans les pays du Moyen-Orient.  Ils nous ont également permis de pousser la réflexion un peu plus loin. Ces réflexions portent sur le phénomène d’oubli mais également sur celui de la reconstitution mémorielle c’est-à-dire d’un souvenir véritable placé dans une autre époque.

En voici un petit extrait d’entretien qui a entrainé chez nous de nouvelles réflexions :

« Si j’ai appris à me méfier de quelque chose, c’est bien de la mémoire. […] J’ai une montre que j’étais certain d’avoir acheté il y a une quarantaine d’années dans la zone neutre de Ras al Khafji, un petit territoire entre l’Arabie Saoudite et le Koweït […]. Il y a peu de temps, en lisant un article sur cette marque de montre qui indiquait comment les numéros de série permettaient de retrouver l’année de fabrication […], je me suis aperçu que ce n’était pas possible : cette montre n’était pas encore fabriquée quand j’étais à Khafji. Donc, j’ai probablement acheté une montre au souk mais ce n’était pas celle-là, ou j’ai peut-être acheté quelque chose de très similaire ou de la même marque. Celle-là j’ai dû la perdre ou on me l’a volée, je ne sais pas. En fait, le numéro de série de cette fameuse montre « rapportée de Khafji », indiquait sans doute possible que j’étais de retour en France lorsque je l’ai achetée. Tout cela pour dire qu’il faut se méfier de la mémoire et de la datation d’événements […] Heureusement, de nombreuses traces du temps passé nous permettent de baliser notre mémoire : un billet d’avion, une lettre, un visa sur un passeport, une coupure de journal… » M. H (20/11/2013, à l’université Paris 13).

 Nous reviendrons dans un prochain post sur ces entretiens un peu plus en détails.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

La fin du projet 2012/2013 sur La Campa

Le projet 2012/2013 sur La Campa touche à sa fin. Notre sujet sur la nature vécue et ressentit dans le bidonville de La Campa, nous a permis d’en apprendre plus sur ces conditions de vie difficiles, faisant partie intégrante de vos vies. Nous vous remercions pour les témoignages et les différents apports que vous nous avez fournis permettant d’enrichir notre réflexion.

Même si cette mémoire perdure à travers nos mises en exposition qui vont circuler sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, c’est grâce à vos récits que cette histoire de vie peut subsister et réveiller les consciences. Grâce à ces quatre promotions de l’Université Paris 13, les différents travaux menés ont permis de mettre en lumière une partie des récits des habitants du bidonville de La Campa et leur rendre hommage. Enfin, ces personnes vont pouvoir recevoir ce qu’ils ont partagés avec nous, avec une identification de leur histoire dans l’actuel parc Georges Valbon.

Je vous laisse suivre la suite les actions qui seront menées par les étudiants de notre future promotion qui débutera en octobre prochain. Nous vous remercions encore de votre participation, qu’elle soit directe ou indirecte, c’est grâce à vous que nous avons pu rendre une partie de l’histoire du bidonville de La Campa. En tout cas, nous quatre, nous pouvons dire que nous avons partagé une part d’histoire avec vous.

Bonne continuation à tous!

Kattia, Mathilde, Laura et Katy

Ps :  Notre exposition a été un tel succès qu’il nous manque huit photos, nous lançons donc un avis de recherche! 487306_10200488257032139_1437180343_n

 

 

Des petits papiers dans la baraque

"La baraque"- exposition 2013 D'une nature l'autre.
« La baraque »- exposition 2013 D’une nature l’autre.

La scénographie de notre exposition mettait en scène une baraque du bidonville de La Campa. Elle a été réalisée à partir de l’agrandissement d’une photographie d’époque. À l’intérieur nous avons aménagé deux espaces.

Le premier espace est dédié à l’écoute d’interviews d’anciens habitants de La Campa grâce à un dispositif de casque audio.

Le second espace est un mur d’expression aussi appelé « Dazibao ». Nous invitions ainsi les visiteurs à s’exprimer librement en écrivant leurs pensées sur des petits papiers et à les coller sur la paroi orange.

Mur d'expression dans la baraque - Exposition 2013 D'une nature l'autre.
Mur d’expression dans la baraque – Exposition 2013 D’une nature l’autre.

 

Vous êtes curieux de savoir ce que contiennent les petits papiers?

 

LA NATURE C’EST BEAU ET APAISANT.

La nature ça gratte

La nature c’est la liberté!!

Petit papier en espagnol
Petit papier en espagnol

La nature de l’homme c’est de toujours aller contre sa nature

Pourquoi? Nature elle ment?

NATURE VS CULTURE ???

La nature exutoire de l’homme

Des vies entre Autonomies et Dépendances …

Petit papier Sapin
Petit papier Sapin

La nature c’est la vie

LA NATURE? C’EST L’OUVERTURE

Campa ou Campagne?

La nature de l’homme est d’être culturel.

La nature naturelle…? et artificielle…?

Bidon-ville  Ville-Bidon

L’Homme et la nature, un compromis à trouver au quotidien?

La nature c’est ce qui fait vivre, c’est la vie?

La nature de l’homme le conduit-il à la violence? ou à l’entraide?

Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Réflexion sur la scénographie – d’un espace à l’autre

Nous avons imaginé la scénographie en fonction des thèmes que nous voulions traiter au sein de l’espace du Café Expo. C’était aussi pour nous l’occasion de faire de l’exposition un espace-bidonville, avec des tours et des détours, des baraques, de la taule etc.

Des suites d’un rendez-vous au service culturel, nous avons pu confirmer la faisabilité de cette scénographie et déterminer comment la mettre en place. Par la suite, nous avons collecté du matériel de récup’ pour ajouter du cachet à notre expo. A nous les chaises dans les rues, les cagettes en fin de marché et les bobines de bois dans les poubelles des entreprises !

Aujourd’hui, une nouvelle question se pose, comment garder l’identité de notre exposition si nous voulons la faire partir en itinérance dans des lieux qui seront sans nul doute différents de celui que nous avons investi ?

La scénographie et le contenu de l’exposition forment un tout qu’il sera intéressant de retravailler avec de nouvelles personnes et en de nouveaux lieux !

Montage de l’exposition – d’une réflexion à une réification

Après 3 mois de conception, recherches et réflexion, nous avons monter l’exposition. 1 jour pour créer « D’une nature l’autre » et la rendre visible à tous. Cette exposition, fruit de notre travail collectif, est plus qu’un rendu scolaire, elle est la possibilité de partager la mémoire que nous avons recueillie grâce à un savoir-faire que nous avons développé tout au long de cet hiver. C’est un questionnement non seulement sur la conservation d’un passé mais également sur la réception de celui-ci. Comment peut-on rendre au plus proche de la vérité ce que nous avons découvert ? Ce projet met en lumière deux choses : le sujet de la nature dans le bidonville de La Campa et le médium de l’exposition, dont voici un aperçu !

Affiche de l’exposition 2013

L’affiche pour l’exposition 2013 sur le bidonville de La Campa est en cours d’élaboration.

Pour le moment nous avons au moins une proposition à vous soumettre et votre avis nous intéresse alors n’hésitez pas à nous écrire vos remarques et suggestions.

Pour rappel, le thème de l’exposition de cette année est « La nature vécue et ressentie dans le bidonville de La Campa – 1957/1971. »

 

Proposition d’affiche n°1