Chine, un retour d’expérience …

Sur le plan personnel, quel a été l’apport de cette exposition « Le Retour de la Mémoire » ?

« La mémoire est une thématique qui m’a toujours intrigué. Au travers de ce travail d’investigation, j’ai pu appréhender plus précisément les tenants et aboutissants de cette dernière. Ce sujet est tellement riche, qu’il est peut-être impossible d’en aborder tous les aspects. Aussi, nous n’étions pas trop de quatre pour pouvoir aborder la question de manière la plus approfondie possible. Avec notre bagage personnel, nous avons, chacune, pu apporter notre touche à cette recherche. Nous avons ainsi partagé nos souvenirs, nos impressions et nos expériences. C’est la première fois que je suis impliquée dans un tel travail d’équipe, ce que j’appréhendais un peu à notre première rencontre. Finalement ce fut une superbe aventure humaine.»

Et sur le plan professionnel ?

« La conception d’une exposition nécessite beaucoup d’organisation afin de pouvoir finaliser tous les éléments avant la date-butoir. Je n’avais pas forcément conscience de tout ce que cela impliquait, à savoir :
– la prise de rendez-vous et les rencontres inter-professionnelles
– la mise en place d’un travail de terrain et d’enquête
– la conception des documents de communication
– la recherche thématique
– la synthétisation et la restitution d’informations
– le choix d’une identité visuelle et l’harmonisation des éléments
– la conception graphique des panneaux d’exposition
– les contraintes techniques pour l’impression
– faire face aux retards et aux contraintes de dernière minute, aux imprévus
– effectuer le montage de l’exposition
– parler de son projet, discourir lors d’un vernissage
– démonter et stocker son travail.
»

Quels ont été les temps forts de la mise en place de l’exposition, selon toi ?

« Tout d’abord, la rencontre et les discussions avec l’équipe est un moment central, cette première prise de contact est très importante, elle détermine la suite de l’aventure. Le second point, tout aussi important fut la rencontre avec nos partenaires, la création d’un climat de confiance et les discussions sur le sujet. S’ensuit la mise en place des axes de recherche et le choix des expôts. La mise en place d’une scénographie peut alors commencer à s’organiser. La recherche graphique et le choix d’un concept éditorial doit se faire simultanément. Une fois que le contenu est arrêté, on peut commencer la conception graphique. Après relecture, on peut envoyer les documents à l’impression. Il ne manque plus qu’à procéder au montage et organiser les derniers éléments logistiques comme l’envoi des invitations et la mise en place du buffet. Quand l’exposition est terminée, on procède au démontage et au stockage des expôts. Parallèlement à cela, nous avons alimenté le blog. »

Comment ont été réparties les tâches ?

« La répartition des tâches s’est faite assez naturellement. Nous venions toutes de formations plus ou moins différentes et nous avions chacunes nos compétences spécifiques. Mais nous avons tout de même toujours travaillé de concert pour pouvoir apprendre tous les aspects du travail. Pour ma part je me suis occupé principalement de la recherche théorique et de la conception graphique. »

Quels sont tes regrets ?

« Je pense que nous avons donné le meilleur de nous mêmes, mais, maintenant que nous avons acquis une plus grande connaissance pratique des tenants et des aboutissants du montage d’une exposition, il y a nombreux plans que nous aurions aimé améliorer. Déjà dans la façon de gérer le temps, je pense qu’il aurait fallu prévoir une plage plus large pour la conception de la forme, et consacrer un peu moins de temps au fond. »

Marika : Un retour, une expérience…

Sur le plan personnel, quel a été l’apport de cette exposition « Le Retour de la Mémoire » ?

« Monter cette exposition de A à Z a été  un véritable enrichissement personnel. Travailler sur ce processus de retour de la mémoire, m’a permise de comprendre que la mémoire n’est pas éternelle. Beaucoup de souvenirs se perdent, les plus marquants resterons sans doute longtemps, mais le resteront-ils assez longtemps pour les partager à mes descendants ? Depuis, je me pose sans cesse cette question. »

Et sur le plan professionnel ?

« Monter cette exposition m’a bien évidemment apportée des choses sur le plan professionnel. De part, mes différents stages depuis mon BTS Négociation et Relation Client, j’ai pu participer à la gestion d’événements tels que des weekends d’intégration, des manifestations sportives et/ou culturelles… Mais je n’avais jamais participé à la création d’une exposition. Pouvoir piloter de concert avec mes camarades chaque étape du dispositif, m’a apporté une réelle satisfaction.

De plus, j’ai pu toucher du bout des doigts les logiciels InDesign et Photoshop. En collaboration avec mes camarades, mes partenaires, j’ai pu déterminer une ligne éditoriale, gérer un blog WordPress, etc. Des compétences qui ne pourront que servir dans l’avenir. »

Quels ont été les temps fort de la mise en place de l’exposition, selon toi ?

« La rencontre avec les enquêtés et partager avec eux leurs souvenirs furent pour moi les deux temps forts de la mise en place de l’exposition. Le partage de compétences et de connaissances avec mes camarades est également un grand temps fort : Myriam pour son côté sociologique et réflexif, Chine pour son côté illustration scientifique et maîtrise des logiciels comme InDesign & Jennifer parce qu’on se complète. »

Comment ont été réparties les tâches ?

« Au départ, nous voulions tout mener de front en même temps. Après avoir rencontré toutes les quatre ensembles les enquêtrices mémorielles, et au fil des entretiens nous avons vite compris qu’il fallait se diviser le travail.

Chine s’est occupée principalement des graphismes, outils de communication et de la partie théorique en s’appuyant de ces nombreuses lectures. Concernant Myriam, Jennifer & moi, nous nous sommes occupées des entretiens et de la mise en exposition des témoignages.  Il est à noter que nous avons toutes participé aux retranscriptions.

Nous avons ensemble monté le concept d’œuvre participative, avons chacune pensé la scénographie qui fut le résultat de nos idées. J’ai travaillé en collaboration avec Chine sur la formation des panneaux sur InDesign après vérification des fautes d’orthographe et de syntaxe par Jennifer. Le montage fut un réel plaisir, nous avons passé deux jours de montage dans l’angoisse et les rires. »

Quels sont tes regrets ?

« Mes regrets : le manque de temps pour faire ce que l’on voulait réellement en terme de scénographie. »

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus