Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag

L’auteur, Azouz Begag, pose à travers les yeux d’un petit garçon, de façon humoristique mais innocente, la vie quotidienne de quelques familles dans un bidonville de Lyon. La pauvreté, la vie dans des conditions pénibles, les chicanes, le désœuvrement, les petits emplois de misère tissent la trame de ce roman.

Ce livre publié en 1986 (Editions du  Seuils), raconte l’enfance de Azouz, un enfant d’immigrés Algériens, originaire d’un milieu très défavorisé au Chaâba, dans une misérable habitation, sans eau ni électricité, à côté d’autres familles arabes. Le Chaâba ? Un ancien bidonville au bord du Rhône, près de Lyon, il n’y a pas si longtemps… Un amas de baraques en bois, trop vite bâties par ces immigrants qui ont fui la misère algérienne. Encore un bidonville où les éclats de rire des enfants résonnent dès le lever du soleil. Les  » gones  » se lavent à l’eau de puit et font leurs devoirs à même la terre. Chaque matin, ils enfilent leurs souliers pour se rendre à l’école avec les autres… Là, derrière les mots inscrits sur le cahier d’écriture, de nouveaux horizons apparaissent. Un monde de connaissances, de rêves et d’espoirs à découvrir.

Né en 1957, Azouz Begag est chercheur en sociologie au CNRS et a été ministre délégué à la Promotion de l’Égalité des chances de juin 2005 à avril 2007. Le Gone du Chaâba, son premier roman, a connu un succès considérable. Il a été adapté au cinéma en  1997.

 

Le statut de la mémoire

À travers notre exposition, nous avons été amenées à questionner le statut des témoignages, photographies et objets recueillis qui forment la matière de notre exposition. Toutes renvoient à la notion de mémoire. Nous avons ainsi été amenées à réfléchir sur la valeur de ce corpus. La dimension subjective de l’ensemble des éléments que nous avons collectés est un élément que nous ne pouvions ignorer et qui devait faire l’objet d’une réflexion approfondie. En effet, aussi bien le témoignage de M.Abdel Saadouni, celui de Mme Bernadette Cornuau, que les photographies sont investies d’une dimension personnelle. Si ces éléments ont tous pour point commun d’être investi d’une certaine nostalgie et tendresse à l’égard du bidonville de La Campa, ils ne peuvent êtres appréhendés en dehors de leur dimension de mémoire individuelle. La confrontation à des réalités plus objectives était de fait une nécessité.

Il a donc été choisi de ne pas se limiter à une exposition exclusivement photographique, mais d’intégrer une dimension plus historique. Pour réaliser ce projet, nous avons conçu des panneaux qui tendent à nuancer la subjectivité assumée des photographies et témoignages. La conception de ces panneaux, les recherches que nous avons dû mener pour les réaliser, nous a obligées à aller plus loin dans la réflexion sur l’objectivité de toute forme de mémoire. Existe-t-il une réalité objective, unique et où la trouver ? Quelle est notre légitimité ?

De fait, nous avons choisi d’assumer et même de revendiquer la dimension subjective de notre exposition. Toutefois, il ne s’agissait pas de faire une exposition sur deux individus particuliers, illustrés par des photographiques. À travers ces parcours et ces témoignages individuels, nous pensons qu’il existe une dimension plus universelle. La subjectivité de chacun est convoquée dans son rapport à la mémoire. Chaque visiteur peut retrouver un peu de lui-même, une partie de son parcours, de l’enfance à l’age adulte. Chacun est amené à questionner son rapport à l’enfance et la dimension de reconstruction qui y est associée, sa part de nostalgie, ou au contraire de répulsion pour âge déterminant dans la construction de chaque individu.

Vie quotidienne à La Campa


Dans cet espace, nous revenons sur la vie quotidienne des habitants du bidonville de La Campa, à travers des photographies et des citations, nous essayons de mettre l’accent sur les souvenirs heureux vécus dans ces lieux sinistres.

Ainsi, notre objectif est d’offrir, au-delà d’un regard misérabiliste et souvent rempli de préjugés, une image d’individus et d’enfants épanouis et heureux de vivre ensemble.

Loin des baraques froides et des rues boueuses de La Campa, se dégage un décor chaleureux où les enfants jouent et rient et les plus grands chantent et dansent… Ici, comme ailleurs, l’espoir fait vivre !

 

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique. Nous on dansait et on chantait. C’était très convivial »

A. Saadouni

Abdel Saadouni appuie notre propos par son témoignage. Lui, un ancien enfant de La Campa, en garde des souvenirs heureux. Il vit encore aujourd’hui àla Courneuve, dans un pavillon avec sa femme et ses quatre enfants. Souvent les dimanches, ils se rendent au parc de La Courneuve. Abdel raconte des anecdotes qu’il garde de son enfance vécue au même endroit, 45 ans plus tôt.

 

Monde enfantin et précarité

Cette photo met en perspective les propos de cette partie de l’exposition, dédiée aux conditions de vie précaires dans le bidonville de La Campa  avec le propos général de l’exposition. On y voit la boue, la saleté, les déchets et les abris de fortune qui forment les rues et les allées du bidonville. Malgré ce fond difficile on peut apercevoir un panneau de carton avec les personnages de bande dessinée Astérix et Obélix qui tranche avec le reste et nous rappel que le bidonville est aussi un territoire d’enfance.