Arborescence d’un souvenir

L'oeuvre participative de l'exposition.

Pourquoi avoir décidé de mettre cette œuvre dans notre exposition ?

Dans les branches, une émotion.
Dans les branches, une émotion. 

Tout d’abord le choix de l’arbre. Nous le retrouvons sur notre affiche, nos flyers et le bandeau du blog, il est le symbole pour nous du « Retour de la mémoire ». En effet, ses racines, fortes apparentes, témoignent du passé constitutif de chaque individu. Les feuilles sont l’avenir et le présent de l’individu. Elles sont en lien avec son passé, ce lien est matérialisé par le tronc. Ainsi cette œuvre invite le visiteur à inscrire un souvenir au niveau des racines représentant le passé et une émotion au niveau des feuilles évoquant le présent.

Nous pouvons voir dans l’article « Circulation des savoirs » que cette œuvre est en lien avec d’autres parties de l’exposition :

la recherche théorique, en effet lorsque l’on demande au visiteur de noter un souvenir

Traduction du créole Guadeloupéen : " Je me rappelle de la première fois que j'ai été à la rivière. C'était beau! "
Traduction du créole Guadeloupéen :  » Je me rappelle de la première fois que j’ai été à la rivière. C’était beau! «  

c’est tous les processus expliqués dans ces panneaux qui vont s’exécuter dans la tête de visiteur, il s’agit d’une application directe du contenu théorique.

La recherche méthodologie, ici encore l’individu qui doit noter son souvenir va être confronté à des mécanismes présentés dans ces panneaux comme l’oubli.

L’œuvre immersive car ce sas comme l’arbre sont tous deux des dispositifs ayant pour but de favoriser l’introspection du visiteur. Ainsi, les sonorités entendues dans sont susceptibles de provoquer un retour de mémoire.

Restitution des témoignages, comme dans la partie « Il était une mémoire » de l’exposition le visiteur est ici invité à faire comme nos interviewés, évoquer un souvenir marquant de son passé.

Les émotions vues par la sociologie

Nos deux terrains d’enquêtes étant très différents, nous avons choisi de traiter le retour de la mémoire par le spectre des émotions car ces dernières sont universelles et ceux qu’importe la classe sociale.

–          Au cours du 19ème siècle, un changement social c’est opéré, grâce au progrès de la médecine au changement architectural des maisons etc. Une nouvelle perception de la famille apparaît, c’est à ce moment que l’idée de vie privée émerge. En parallèle, il y a une légitimation et valorisation des sentiments, grâce aux « romans à l’eau de rose » qui influencent les lecteurs.

–          Plus tard, la révolution industrielle favorisera l’individualisme. En effet, le capitalisme et le développement des grandes villes permettra de limiter la force du contrôle social.

–          Richard Senett, auteur des tyrannies de l’intimité, explique que Mai 68 a fait naître une nouvelle idéologie, avec une valorisation de la spontanéité et de l’affirmation de soi par les communautés relationnelles (famille, amis, hippies, …) dans lesquelles les individus peuvent s’exprimer spontanément.

Ces changements sociaux auront une influence sur l’expressivité des individus et en particulier sur le fait d’exprimer ou de taire ses émotions comme tout ce qui sort du corps, c’est d’ailleurs ce que désigne le terme émotion du latin ex-movere.

Ainsi Norbert Elias explique dans La Civilisation des mœurs que le processus de civilisation développe l’idée d’une maîtrise des expressions, une contenance qui conduit à un travail sur soi pour exprimer ce qui convient. Ainsi bien que le contrôle social s’affaiblit une forme d’auto-contrainte, d’autocontrôle naît, on limite alors la spontanéité et on garde pour soi certaines choses. Ce mouvement développe l’idée d’un moi intérieur. Le processus d’auto-contrainte crée l’espace privé ou l’espace d’intérieure mais il permet en même temps une différenciation d’avec les autres. Ainsi se dessine un paradoxe car la socialisation des expressions permet l’individuation. Ce que l’on exprime est censé représenter ce que l’on est.

Erving Goffman dans Les Rites d’interaction a étudié ce travail de figuration, face work. Il montre comment les individus travaillent leurs expressions du visage et les utilisent comme une sorte de masque censé cacher ce qu’ils ressentent. Pour lui ceci permet de sauvegarder la civilité des individus.

Nous pouvons donc voir ici que les changements sociaux influence les façons d’être. Ainsi les émotions ne sont pas innées, mais influencées par les expériences sociales, les normes et les valeurs d’une époque ou d’un milieu.

Cependant, la reconnaissance des émotions quant à elle est universelle, comme nous l’avons abordé dans nos panneaux scientifiques sur la neurobiologie de la mémoire
Le psychologue Paul Ekman est l’un des pionniers dans l’étude de ce décryptage des émotions lié à notre mémoire visuelle.

Capture d’écran 2014-02-11 à 12.40.30

Des expressions peuvent être jugées légitimes dans certains contextes et pas d’en autre. C’est là toute la complexité de notre enquête car si les émotions sont universelles comme nous l’avons vu les « masques » peuvent eux être plus ou moins forts et présents selon les milieux sociaux et l’expression de certaines expressions plus ou moins légitimes.