Claude Nougaro – Bidonville – 1965

Issu de son album Armstrong sorti en 1966, Claude Nougaro (1929 – 2004) nous présente sa première chanson Bidonville. Écrit par Claude Nougaro, sur une musique B. Powell, en 1965, la chanson reprend de façon poétique, les conditions de vie dans les bidonvilles en France dans les années 1960. La vision de Claude Nougaro a toujours été de marier les genres en unissant la variété française à des sonorités internationales.

« Dans les chambres, l’herbe pousse.
Pour y dormir, faut se pousser.
Les gosses jouent, mais le ballon,
C’est une boîte de sardines, Bidon. »

Il évoque également la destruction de ces baraques, et le relogement des habitants dans des cités transits

« Me tailler d’ici, à quoi bon ?
Pourquoi veux-tu que je me perde
Dans tes cités ? A quoi ça sert ?
Je verrais toujours de la merde,
Même dans le bleu de la mer.
Je dormirais sur des millions,
Je reverrais toujours, toujours Bidon. »

Nous vous laissons découvrir en image, cette magnifique chanson :

Bidonville de Claude Nougaro 1965

« Regarde-là ma ville, elle s’appelle Bidon… Bidon, Bidon, Bidonville »

En réaction au phénomène grandissant des bidonvilles français, des artistes tel que Claude Nougaro se sont engagés à travers les textes de leurs chansons…

Paroles de la chanson Bidonville, 1965

Regarde-la ma ville

Elle s’appelle bidon

Bidon, bidon, Bidonville

Vivre là-dedans c’est cotton

Les filles qui ont la peau douce

La vendent pour manger

Dans les chambres l’herbe pousse

Pour y dormir faut se pousser

Les gosses jouent mais le ballon

C’est une boite de sardine, bidon

Donne-moi ta main camarade

Toi qui viens d’un pays o les hommes sont beaux

Donne-moi ta main camarade

J’ai cinq doigts moi aussi

On peut se croire égaux.

Regarde-la ma ville

Elle s’appelle bidon

Bidon, bidon, Bidonville

Me tailler d’ici,quoi bon.

Pourquoi veux-tu que je me perde

Dans tes cits,quoi a sert !

Je verrai toujours de la merde

Mme dans le bleu de la mer

Je dormirais sur des millions

Je reverrai toujours bidon

Donne-moi ta main camarade

Toi qui viens d’un pays ou les hommes sont beaux.Donne-moi ta main camarade

J’ai cinq doigts moi aussi

On peut se croire égaux.

Serre-moi la main, camarade

Je te dis au revoir

Je te dis à bientot 
Bientot, bientot

On pourra se parler, camarade, 
Bientot, bientot

On pourra s’embrasser, camarade, 
Bientot, bientot

Les oiseaux, les jardins, les cascades, 
Bientot, bientot

Le soleil dansera, camarade 
Bientot, bientot

Je t’attends, je t’attends, camarade

Claude Nougaro