Bidonville de la Folie, 127 rue de la Garenne, Nanterre

Le site internet d’Arte nous propose un superbe web documentaire sur le bidonville de la Folie à Nanterre. Mêlant les interviews d’époque de Monique Hervo et les images récente de la bande dessinée de Laurent Maffre, nous vous invitons a vous rendre au 127 rue de la Garenne à Nanterre
Monique Hervo nous conte ses moments vécus au bidonville de la Folie à Nanterre, de 1959 jusqu’en 1971. Habitante du bidonville, elle saisit ces instants de vie avec ses voisins par la photographie et des interviews.
Pour mettre en lumière les années de Monique Hervo dans la bidonville de la Folie, une bande dessinée  Demain, demain de Laurent Maffre (parue en 2012), permet de nous imager l’arrivée massive dans les années 1960 des immigrés algériens en France. A travers l’histoire de Soraya, Kader et leurs enfants qui se retrouvent à vivre au bidonville, Laurent Maffre décrit le quotidien de ces familles vivants dans des situations précaires et confrontés aux difficultés quotidiennes : la boue, un seul point d’eau pour des milliers d’habitants, des baraques saccagés, le froid…

Pour plus d’informations sur la Bande dessinée vous pouvez également consulter ce site : http://www.actes-sud.fr/actualites/demain-demain-laurent-maffre

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]

Vie quotidienne à La Campa


Dans cet espace, nous revenons sur la vie quotidienne des habitants du bidonville de La Campa, à travers des photographies et des citations, nous essayons de mettre l’accent sur les souvenirs heureux vécus dans ces lieux sinistres.

Ainsi, notre objectif est d’offrir, au-delà d’un regard misérabiliste et souvent rempli de préjugés, une image d’individus et d’enfants épanouis et heureux de vivre ensemble.

Loin des baraques froides et des rues boueuses de La Campa, se dégage un décor chaleureux où les enfants jouent et rient et les plus grands chantent et dansent… Ici, comme ailleurs, l’espoir fait vivre !

 

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique. Nous on dansait et on chantait. C’était très convivial »

A. Saadouni

Abdel Saadouni appuie notre propos par son témoignage. Lui, un ancien enfant de La Campa, en garde des souvenirs heureux. Il vit encore aujourd’hui àla Courneuve, dans un pavillon avec sa femme et ses quatre enfants. Souvent les dimanches, ils se rendent au parc de La Courneuve. Abdel raconte des anecdotes qu’il garde de son enfance vécue au même endroit, 45 ans plus tôt.

 

Eaux stagnantes, rats, boue…Le seul visage de la Campa ?

Le site de la Campa était à l’origine une plaine à forte ressource hydrique : marécages, mares issues de la stagnation d’eaux pluviales, canal…

L’ abondance d’eau a joué un rôle déterminant dans l’installation des premiers baraquements. Ces points d’eau étaient utilisés par les habitants pour différentes tâches, dont la toilette, le lavage du linge et de la vaisselle. L’absence de cabinets au sein des maisonnettes a entrainé l’utilisation d’un ruisseau comme déversoir à déchets (excréments, restes alimentaires, autres). De fait, les conditions d’hygiène n’étant pas favorables, les habitants ont du faire face à la prolifération de rats.

En parallèle, il n’existait qu’un ou deux points d’eau potable pour l’ensemble du campement, visible sur la photo ci-dessous.

La Campa, La Courneuve, 1966, Loïk Prat / IHS-CGT

La Campa, La Courneuve, 1966, Loïk Prat / IHS-CGT