Discours d’inauguration de l’exposition _ Emmanuel PARIS

Discours d’inauguration de l’exposition

« Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire »

4 février 2014, Café Expo, Université Paris 13

Emmanuel Paris

Mesdames, Messieurs,

L’exposition « Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire » inaugurée ce jour, et qui se tient depuis hier jusqu’au 14 février 2014 au « Café expo » de l’Université Paris 13, a été conçue et réalisée par les étudiantes du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » du Master 2 professionnel « Dynamiques culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». Cette exposition est articulée avec le développement d’un blog, accueilli sur la plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales par le comité scientifique : hypotheses.org.

Cette exposition et ce blog sont deux outils de médiation pensés pour permettre aux promotions du parcours de formation « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs », année après année et depuis cinq ans, d’exprimer leur réflexion à propos de l’histoire et de la mémoire comme matières vivantes, autrement dit l’histoire et la mémoire comme moyens de créer du lien social ou de mettre en visibilité des liens sociaux toujours là mais qui sont tombés dans l’oubli.

L’origine de ce projet remonte à l’année universitaire 2008-2009, durant laquelle la formation a organisé avec Christian Gaborieau, archéologue du service culturel de la mairie de La Courneuve, des randonnées archéologiques dans le territoire de cette commune. Je remercie M. Gaborieau pour cette initiative décisive, tant son regard porté sur le patrimoine archéologique de La Courneuve et dont il nous a fait part lors de ces pérégrinations, ne différenciait pas l’importance du vestige restant du VIIe siècle (la nécropole sous l’Eglise Saint-Lucien) ou du XIIe siècle (l’abreuvoir au lieu dit “La “Prévôté”, sous les vestiaires d’un stade de football), de l’existence du bidonville La Campa dont il ne reste pourtant plus aucune traces physiques.

Mes remerciements vont aussi à Benoît Pouvreau et Olivier Meyer, du Service du patrimoine culturel du conseil général de Seine Saint-Denis, qui nous ont, par la suite, aidé à mesurer les tenants et les aboutissants de l’exposition itinérante développée voici quelques années par le département : « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) ».

Depuis, cinq promotions du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » se sont relayées pour proposer chaque année de nouvelles médiations culturelles et socioculturelles à propos de la présence d’un temps passé dans le temps présent. Ce travail au long cours s’inscrit dans ce qui est appelé le « programme pédagogique annuel » de la formation de parcours          « Conception d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Il s’agit pour l’équipe pédagogique et les promotions de s’approprier ce fil d’Ariane : la patrimonialisation comme vitalisation des êtres et des groupes humains, avec pour chaque membre de l’équipe pédagogique la possibilité d’étudier en cours et en ateliers un aspect en rapport avec son expertise.

– Estrella Rojas encadre les étudiant-e-s sur le volet numérique de la valorisation de ces histoires et de ces mémoires singulières (via le blog) ;

– Pierre Barboza coordonne les travaux de la promotion pour concevoir et réaliser l’exposition et réfléchir avec elle sur le thème de la sociologie visuelle ;

– Alexandre Delarge, conservateur de l’écomusée du Val de Bièvre, questionne avec les étudiant-e-s les ressorts de mise en musée d’un patrimoine vivant en prenant notamment appui sur cette étude de cas ;

– Odile le Faou, chargée du pôle médiation et communication de l’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine de la Seine Saint-Denis, explore avec les étudiant-e-s les articulations entre les savoirs savants, savoirs experts, et savoirs profanes présents dans un territoire ou un groupe humain donné à propos d’un fait historique, d’un souvenir personnel ;

– Claire Oger dialogue avec les étudiant-e-s afin d’analyser les processus et les méthodes de recueil de la parole dont ils, elles se servent ensuite pour restituer sur l’exposition et le blog les témoignages oraux.

L’exposition et le blog sont alimentés cette année par des archives et des entretiens accordés par des enquêteurs mémoriels et des témoins oeuvrant pour deux structures partenaires de la formation : le « Centre International Joseph   Wresinski » de l’association ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger.

Je tiens à remercier James Jaboureck, directeur du département Etudes et Recherche du Centre International Joseph Wresinski – ATD Quart-Monde, Xavier Verzat, directeur du Centre International Joseph Wresinski, Gabrielle Erpicum, militante de l’association ATD Quart-Monde Noisy-le-Grand, Christophe de Ceunynck, directeur du Musée Schlumberger et Bérengère Primat, présidente de la Fondation musée Schlumberger, Alix Alduc, responsable des collections au Musée, ainsi que toutes les personnes ayant dialogué avec Gabrielle Erpicum et Alix Alduc pour témoigner et, ainsi, favoriser le retour de la mémoire dans le cadre de leur projet respectif au sein d’ATD et de la Fondation Musée Schlumberger.

Je voudrais remercier ces deux groupes humains, partenaires de longue date de cette formation, tout comme l’Exploradôme représenté aujourd’hui par Nicolas Mangeot, et l’Ecomusée du Val-de-Bièvre représenté par Alexandre Delarge, son conservateur. J’associe dans ces marques de reconnaissance Abdel Saadouni, médiateur social au sein de l’équipe municipale de La Courneuve, Lucie Poirot, présidente de la start-up « Le vent tourne » spécialisée dans le cross média à visée pédagogique, Roger Bautier, professeur au sein de l’UFR des Sciences de la communication de l’Université Paris 13, fondateur de la formation qui en 1997, annonçait ce que le parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » est devenu depuis, et Vincent Laborey, qui fut parmi ses nombreuses activités directeur des expositions de la Cité des Science et de la Villette.

Ce que vous avez tous permis, par votre fidélité, votre confiance, est présenté très concrètement ici, aujourd’hui. C’est la capacité d’une promotion d’un Master professionnel à s’emparer de thèmes que les Sciences Humaines et Sociales et les Sciences de la Vie reconnaissent comme relevant de la recherche fondamentale. C’est, autrement dit pour les étudiant-e-s de cette formation, pouvoir réfléchir à des questions toujours ouvertes et qui intéressent le corps social mais aussi le savoir scientifique de manière permanente, dans le cadre d’un processus d’apprentissage des compétences pour exercer dans le champ professionnel de la culture, des arts et du patrimoine.

Permettez moi de remercier particulièrement Claire Oger, avec qui je co-anime le Master « Dynamiques Culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». C’est tout à l’honneur de l’UniversitéUn que de rendre possibles des projets pédagogiques se développant année après année, sans discontinuité, de sorte que, par exemple, cette interdisciplinarité entre SHS et sciences dures dont on dit qu’elle est si difficile à fonder, prenne sens dans le cadre du travail d’étudiantes de niveau bac + 5.

Je remercie les membres de la communauté universitaire de Paris 13 ayant accompagné cette création tout au long des années ; notre UFR des sciences de la communication, le service de reprographie centrale de l’université, le service technique et bien sûr le service culturel et Annie Sellem, sa directrice, qui nous accordent leur confiance et leur support.

Pour conclure, je salue les étudiantes pour le travail accompli, et leur donne rendez-vous une fois l’obtention de ce diplôme obtenu, pour accompagner le cheminement de cette exposition vers d’autres lieux, à l’image des promotions 2011-2012 et 2012-2013, auteurs, pour la première, de l’exposition « Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa » et, pour la suivante, de l’exposition « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957 – 1971 », deux expositions qui seront présentées dans quelques jours pour leur nouvelle étape en public sur le site de l’IUT de Bobigny de l’Université Paris 13.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne visite.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Rétrospective.

Les recherches de nos prédécesseurs sur le bidonville de La Campa, ces deux dernières années, ici rassemblées :

  • « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2012/2013)
  • « Territoire d’enfance. Bidonville de la Campa. La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2011/2012)

Ont conduit à la pose d’une stèle commémorative au Parc Départemental Georges Valbon, anciennement Parc de La Courneuve. Leurs travaux sur cet ancien bidonville, qui fait de ce parc, un parc chargé d’histoire, ont permis de questionner ce processus de retour de la mémoire.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

La fin du projet 2012/2013 sur La Campa

Le projet 2012/2013 sur La Campa touche à sa fin. Notre sujet sur la nature vécue et ressentit dans le bidonville de La Campa, nous a permis d’en apprendre plus sur ces conditions de vie difficiles, faisant partie intégrante de vos vies. Nous vous remercions pour les témoignages et les différents apports que vous nous avez fournis permettant d’enrichir notre réflexion.

Même si cette mémoire perdure à travers nos mises en exposition qui vont circuler sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, c’est grâce à vos récits que cette histoire de vie peut subsister et réveiller les consciences. Grâce à ces quatre promotions de l’Université Paris 13, les différents travaux menés ont permis de mettre en lumière une partie des récits des habitants du bidonville de La Campa et leur rendre hommage. Enfin, ces personnes vont pouvoir recevoir ce qu’ils ont partagés avec nous, avec une identification de leur histoire dans l’actuel parc Georges Valbon.

Je vous laisse suivre la suite les actions qui seront menées par les étudiants de notre future promotion qui débutera en octobre prochain. Nous vous remercions encore de votre participation, qu’elle soit directe ou indirecte, c’est grâce à vous que nous avons pu rendre une partie de l’histoire du bidonville de La Campa. En tout cas, nous quatre, nous pouvons dire que nous avons partagé une part d’histoire avec vous.

Bonne continuation à tous!

Kattia, Mathilde, Laura et Katy

Ps :  Notre exposition a été un tel succès qu’il nous manque huit photos, nous lançons donc un avis de recherche! 487306_10200488257032139_1437180343_n

 

 

Les bidonvilles aujourd’hui…en photos

Il y a quelques jours nous avons mis en ligne une vidéo prise depuis le train H et filmant le bidonville installé le long du canal à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Plus tard, nous avons décidé de descendre de notre train pour observer de plus près un bidonville actuel. Voici les photos de cette observation.

D’ailleurs l’observation n’était pas unilatérale puisque les habitants de ce bidonville ont rapidement remarqué notre présence. Deux hommes à vélo sont alors venus de notre côté du canal pour nous examiner d’un peu plus près. Ils ont rapidement compris que nous étions inoffensives!

Claude Nougaro – Bidonville – 1965

Issu de son album Armstrong sorti en 1966, Claude Nougaro (1929 – 2004) nous présente sa première chanson Bidonville. Écrit par Claude Nougaro, sur une musique B. Powell, en 1965, la chanson reprend de façon poétique, les conditions de vie dans les bidonvilles en France dans les années 1960. La vision de Claude Nougaro a toujours été de marier les genres en unissant la variété française à des sonorités internationales.

« Dans les chambres, l’herbe pousse.
Pour y dormir, faut se pousser.
Les gosses jouent, mais le ballon,
C’est une boîte de sardines, Bidon. »

Il évoque également la destruction de ces baraques, et le relogement des habitants dans des cités transits

« Me tailler d’ici, à quoi bon ?
Pourquoi veux-tu que je me perde
Dans tes cités ? A quoi ça sert ?
Je verrais toujours de la merde,
Même dans le bleu de la mer.
Je dormirais sur des millions,
Je reverrais toujours, toujours Bidon. »

Nous vous laissons découvrir en image, cette magnifique chanson :

Bidonville de Claude Nougaro 1965

Photo-montage : La Campa 1963-2013

Voici le résultat de notre sortie au Parc Georges Valbon du vendredi 14 décembre 2012.
Nous avons réalisé des photo-montages en replaçant des photos du bidonville de La Campa des années 1960 dans le paysage actuel du parc.

 Copyright : Franc Cheetham et Laura Oudin.

Bidonville de la Folie, 127 rue de la Garenne, Nanterre

Le site internet d’Arte nous propose un superbe web documentaire sur le bidonville de la Folie à Nanterre. Mêlant les interviews d’époque de Monique Hervo et les images récente de la bande dessinée de Laurent Maffre, nous vous invitons a vous rendre au 127 rue de la Garenne à Nanterre
Monique Hervo nous conte ses moments vécus au bidonville de la Folie à Nanterre, de 1959 jusqu’en 1971. Habitante du bidonville, elle saisit ces instants de vie avec ses voisins par la photographie et des interviews.
Pour mettre en lumière les années de Monique Hervo dans la bidonville de la Folie, une bande dessinée  Demain, demain de Laurent Maffre (parue en 2012), permet de nous imager l’arrivée massive dans les années 1960 des immigrés algériens en France. A travers l’histoire de Soraya, Kader et leurs enfants qui se retrouvent à vivre au bidonville, Laurent Maffre décrit le quotidien de ces familles vivants dans des situations précaires et confrontés aux difficultés quotidiennes : la boue, un seul point d’eau pour des milliers d’habitants, des baraques saccagés, le froid…

Pour plus d’informations sur la Bande dessinée vous pouvez également consulter ce site : http://www.actes-sud.fr/actualites/demain-demain-laurent-maffre

Retour à La Campa

Bonjour à tous,

Le 16 octobre 2012, nous sommes allés sur l’ancien terrain du bidonville de La Campa, aujourd’hui transformé en parc départemental (Georges Valbon).

Nous étions alors accompagnés par Abdel Saadouni, ancien enfant de La Campa dans les années 1960.

Nous sommes sur le point d’arriver au parc Georges Valbon (anciennement parc de La Courneuve) et Abdel Saadouni évoque le bus 150 comme repère pour situer le bidonville de La Campa:


 

Ensuite il revient sur la composition du bidonville:

Composition de La Campa

Si aujourd’hui il est commun d’utiliser le terme « bidonville », nous nous questionnons sur son emploi à l’époque où Abdel Saadouni était enfant:

Nommer le bidonville

Nous abordons maintenant le thème de la nature, de l’environnement de La Campa et Abdel Saadouni se rappelle:

La nature à La Campa

Enfin nous demandons à Abdel Saadouni quelle est aujourd’hui sa vision de la nature:

La nature aujourd’hui selon M.Saadouni

Ainsi se termine notre visite du Parc Georges Valbon, ancien territoire du bidonville de La Campa.

A bientôt pour une prochaine visite de La Campa à travers la mémoire de ses anciens habitants.

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]