ATD Quart Monde, un engagement mondial

Bernadette Cornuau, une des premières volontaires, a démarré le Mouvement dans plusieurs lieux, en France et aux Etats-Unis. Elle a ensuite dirigé l’Institut d’Action d’ATD Quart Monde.

Afin d’avoir un aperçu de l’engagement des volontaires du mouvement ATD Quart Monde dans d’autres situations que celle des bidonvilles français, nous proposons la lecture d’un article de Clare McCarty sur l’engagement de ces derniers auprès des enfants pauvres de New York., et plus particulièrement sur l’engagement de Mme Bernadette Cornuau qui nous a inspirée pour l’exposition Territoire d’enfance.

Clare MacCarty est étudiante en anthropologie et développement de l’enfant à Tufts University (Massachusetts, USA). Elle fait actuellement un stage avec le Mouvement ATD Quart Monde à Boston.

Apprendre à New York

Résumé

S’engager au sein d’une communauté pour révéler les capacités d’apprendre des enfants et des jeunes les plus pauvres, c’est créer des liens de partenariat avec leurs parents. Une relecture du livre de Vincent Fanelli « The human face of poverty. A chronicle of urban America » (1990, New York, The Bootstrap Press)

Introduction

Aller plus avant pour appréhender les besoins des pauvres, au-delà des méthodes traditionnelles de l’assistance, saisir leurs difficultés, cela ne peut se faire qu’en vivant et en travaillant avec eux, en proximité, pour devenir familier des défis qu’ils rencontrent et comprendre ce qu’ils endurent dans l’extrême pauvreté.

Le livre de Vincent Fanelli en est une illustration. Il révèle la vie partagée de volontaires d’ATD Quart Monde avec des familles habitant dans le Lower East Side de Manhattan, à New York, du milieu des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970. Au début de cette période, les Etats-Unis s’étaient mobilisés dans une « guerre contre la pauvreté » et, dans ce quartier comme dans d’autres semblables, beaucoup de programmes sociaux avaient été mis en place. 

[…]

Lien vers l’article : www.editionsquartmonde.org

 

Notre rencontre avec le Mouvement ATD Quart-Monde

Pour illustrer notre exposition sur le thème de l’enfance dans les bidonvilles, nous étions à la recherche de photographies d’époque.

Nous avons pris contact avec Xavier Verzat, chargé de mission au Centre International Joseph Wresinski du Mouvement ATD Quart-Monde, rencontré précédemment dans le cadre du cours « sociologie de la connaissance » dispensé par notre formation à Paris 13.

Le jeudi 1er décembre, nous nous retrouvons toutes les six à Gare du Nord pour passer la journée au Centre International Joseph Wresinski, afin de consulter les photographies d’archives.

Après un accueil très chaleureux des membres d’ATD Quart Monde et une visite du centre, nous nous rendons au service d’archives photos. Nous faisons connaissance avec l’équipe qui nous remet l’ensemble des archives sur la Campa.

Nous sommes impressionnées par le nombre et la qualité de ces photographies, témoignant des conditions de vie, mais aussi des activités au sein de du bidonville.

Nous apprenons que toutes ces photographies proviennent du même photographe : Miroslav Marik.

Notre travail a essentiellement constitué à la sélection de photographies en fonction de thématiques en lien avec notre axe de recherche. La découverte de ces photographies a fait résonner en nous les paroles d’Abdel Saadouni, rendant ce projet de plus en plus concret.

Après ce travail de sélection, nous avons pu scanner celles qui nous intéressées plus particulièrement pour notre exposition. Ce travail de longue haleine nous a donc amené à y retourner le mercredi 6 décembre et le mardi 13 décembre.

Cette rencontre fut donc très enrichissante pour notre projet, et nous tenons à remercier chaque membre du Centre International Joseph Wresinski, qui nous a accompagnés tout au long de nos recherches.

Nous reviendrons dans un prochain post, sur notre rencontre avec Bernadette Cornuau volontaire à ATD Quart Monde ayant vécu à la Campa.

La résorption du bidonville vu par une bénévole de l’association ATD Quart Monde

Lors d’un entretien, une bénévole de l’association ATD Quart Monde raconte comment s’est déroulée la résorption du bidonville de la Campa. Elle s’est dit profondément choquée par la violence des actions menées pour la résorption du bidonville. Avant la résorption, des bulldozers venaient casser une partie des baraquements pour que les habitants n’accueillent plus de personnes venant de l’extérieur. En effet, les familles vivants dans le bidonville accueillaient d’autres familles dans leur baraque, dans une troisième pièce qui pouvait servir à cet effet, « C’était un bel exemple de solidarité ».

Durant la période de résorption, « ils » avaient commencé par empêcher l’extension du bidonville en détruisant les pièces « superflues ». Les habitants étaient recensés sur le terrain, cependant, des clandestins continuaient de s’installer. Pour empêcher cela, « des bulldozers » cassaient la pièce supplémentaire qui pouvait servir à loger de nouveaux arrivants:

« C’était la période où ils ne rasaient pas tout. Ils rasaient une pièce et c’était encore plus pervers je vous dis pour qu’ils ne puissent pas héberger quelqu’un d’autre. Parce que s’il y avait 3 pièces c’était trop de place. Mettons il y avait 4 enfants et les parents, 3 pièces c’était trop, enfin c’était trop! Donc ces gens par exemple s’il y avait, je ne sais pas on va dire, un cousin avait besoin, ils filaient une pièce. Ils se serraient un peu plus. Donc pour empêcher ça, parce qu’ils le savaient qu’il y avait des clandestins sur le terrain donc ils cassaient une pièce pour empêcher que les gens n’en accueillent d’autres. Puisque l’objectif était de résorber le terrain. »

 Pour empêcher cela, les habitants du bidonville se mettaient devant le bulldozer mais en vain. ATD Quart Monde a essayé de réguler ces destructions:

 « Il y avait des discutions, il y avait tout ça mais ils étaient obligés de tenir compte de l’interlocuteur pour le relogement des familles. Ils ne pouvaient pas faire n’importe quoi. Pas seulement dire au voyageurs, vous êtes voyageurs voyagez ! Ce qui était impossible vu l’état de leur… »

Le mouvement organisait des réunions à tout les niveaux de l’administration. ATD était un partenaire reconnu , les destructions se faisaient donc en concertation avec ATD Quart Monde qui représentait les familles.
La période de résorption à vraiment été mal vécue par les habitants du bidonville, car la destruction avait été entamée alors que les habitants étaient encore là: « c’était leur seul endroit de vie « 

La résorption du bidonville à donc été une période difficile pour les habitants, qui malgré les politiques de relogement, se sont senti délaissé et impuissant face à la violence cette action.

L’entretien de cette miltante est accessible ici dans son intégralité.

Solidarité courneuvienne en 2008: ATD toujours présente

misere_campagne

Le 17 octobre 2008 s’est tenue la Journée mondiale du refus de la misère. Cet évènement international est organisé par ATD Quart Monde. Il a pour principal objectif de sensibiliser l’opinion publique au respect des droits de l’Homme, en luttant notamment contre l’injustice, la grande pauvreté et l’exclusion.

On compte parmis ces partenaires des grands noms de la solidarité, comme Amnesty International, le Secours Catholique, les collectifs Action mondiale contre la pauvreté et Forum des enfants, et de nombreuses associations de la région parisienne, ainsi que La Poste, Radio France International et la Mairie de Paris.

A l’échelle locale, ATD Quart Monde a souhaité faire participer la ville de la Courneuve. Celle-ci a mis en place de nombreuses initiatives (ateliers, conférences, rencontres pour l’emploi, autres) pour soutenir cette cause.

Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve
Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve

Cela souligne une fois encore la vivacité et l’implication de cette association, qui à la base oeuvrait à petite échelle pour les habitants des bidonvilles.

Pour découvrir davantage les actions de cette association à l’époque voir le billet  « Solidarité et ingéniosité à la Campa« .

Le milieu des années 60: de nouveaux services publics pour les habitants

Dans le milieu des années 60, la ténacité et la volonté de l’association ATD ont été payantes, de plus en plus organisée, elle a recrée du lien entre les habitants du bidonville et ceux des alentours.

La municipalité s’est progressivement réengagée, en proposant une scolarisation pour les enfants et un service de transport gratuit ; ceci a participé au processus d’alphabétisation.

De plus, des colonies de vacances réunissaient enfants du bidonville et enfants de la ville. La commune prenait également en charge le ramassage des ordures.

Les boites aux lettres étaient quant à elles un lien administratif indispensable avec l’extérieur…

Le Franc-Moisin, Saint-Denis, 1970, Carlos Santos / Rapho.
Le Franc-Moisin, Saint-Denis, 1970, Carlos Santos / Rapho.

L’article « Association, Assistantes sociales, Médecin: des acteurs au service de la Campa » propose de découvrir des personnes ayant oeuvré au sein du bidonville.

Association, Assistantes sociales, Médecin: des acteurs au service de la campa

L’action d’hommes comme le Père Joseph Wresinski (cf. photo ci-dessous) a permis l’organisation du bidonville et la mise en place de dispositifs et services du quotidien accessibles aux habitants. Parmi ces équipements il y avait un jardin d’enfants, un très beau petit chalet où deux jardinières prenaient en charge les plus petits d’entre eux. Elles proposaient des activités éducatives et ludiques auxquelles les mères pouvaient aussi participer. Prenons l’exemple de l’éducation à l’alimentation au cours de laquelle les mères préparaient des petits goûters sous forme d’ateliers. On trouve également au centre du bidonville de la Campa une bibliothèque, un service d’assistantes sociales, une infirmerie…

L’entretien de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, mentionne même le passage régulier d’un médecin : « le docteur Bourgain qui est le président de l’office des HLM Plaine de France, c’était le médecin qui allait au bidonville de La Campa, c’est quelqu’un qui est toujours vivant donc j’ai eu l’occasion de le rencontrer lors d’une réunion sur un autre sujet et il m’a raconté certains détails, certaines anecdotes sur le bidonville de La Campa, notamment comment les gens, lorsqu’il venait et que le sol était détrempé, mettaient des planches, des vêtements, des objets sur le sol pour qu’il n’ait pas les souliers pleins de boue ».[1]

D’autres services étaient  présents au sein de la Campa, comme la chapelle, mais aussi une laverie et un salon d’esthétique pour les femmes. Ceci est très bien relaté par Anne-Marie Humbert, jeune volontaire de l’association Aide à Toute Détresse, qui vivait au sein du bidonville et apportait ainsi un soutien moral aux habitants.

Face au désengagement des collectivités locales et à la gravité de la situation, des volontaires et des familles du camp décident de créer un mouvement, l’association ATD, pour venir en aide aux habitants de la Campa et améliorer le quotidien.

wresinski
Joseph Wresinski, fondateur d'ATD Quart Monde

Précarité, condition de vie exécrable, mal-logement, c’est à la suite de ces visions de chocs et de détresse humaine, que le père Joseph Wresinski décide de fonder une association avec les familles du camp de Noisy-le-Grand. Cette association “le Groupe d’Action et de Culture” (GAC) est refusée par la Préfecture. Il fait donc appel à des amis et crée “Aide à Toute Détresse”, qui deviendra le mouvement international ATD Quart-Monde.  Les actions autour du camp de Noisy-le-Grand vont s’étendre à la Campa et au Franc-Moisins, notamment par le détachement de volontaires.

Le Mouvement ATD Quart Monde lutte pour les droits de l’homme, avec « l’objectif de garantir l’accès des plus pauvres à l’exercice de leurs droits et d’avancer vers l’éradication de l’extrême pauvreté”.


[1] Intervention de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, le 16 janvier 2009, à l’université Paris 13, devant les étudiants du « Master Conception d’expositions scientifiques ».