« Le Retour de la Mémoire », une exposition en devenir…

oeuvre-participative

Notre projet avance et l’exposition prend forme. Bientôt vous pourrez découvrir le résultat de ces mois de travail. Néanmoins nous n’avons pas encore terminé, nous arrivons au moment où il faut choisir nos photos, rédiger et mettre forme nos textes. Nous sommes donc dans une période cruciale, le temps file et il nous reste encore tellement de choses à faire pour vous présenter notre histoire. En parlant d’histoire on peut dire que nous sommes des archéologues du vivant non ? Nous creusons dans les mémoires, avec le plus grand soin, pour y faire ressortir des vestiges du passé. Qui aurait cru que notre travail était si proche ? Et pourtant… Dans peu de temps vous pourrez découvrir les trouvailles de nos fouilles. Enfin si nous y arrivons…

Pour le savoir rendez-vous le 3 Février !

 

 

Scénographie de l’exposition

Nous nous sommes penchées ces derniers temps sur la scénographie de notre exposition sur le thème « le Retour de la Mémoire ».

Plan_expo_vide
La salle d’exposition: le Café Expo de l’Université Paris 13.

Plan_expo_cloisons
Hypothèse de cloisonnement du Café Expo pour accueillir notre exposition.

Plan_expo_circulation
Le sens de circulation dans l’exposition en suivant cette hypothèse de cloisonnement. Qu’en pensez-vous?

La Rencontre avec nos interlocuteurs ATD Quart Monde

Notre première rencontre avec James JABOURECK, responsable du corps volontarial d’ATD Quart Monde, s’est déroulée le 15 octobre 2013, au Centre International Joseph WRESINSKI à Baillet-en-France. Lors de cet entretien, il nous a présenté quelques volontaires dont Gabrielle ERPICUM, l’une des figures d’enquêteur mémoriel mais aussi témoin du passé de la vie au Camp de Noisy-le-Grand.

CIJW Baillet en France
Centre International Joseph WRESINSKI à Baillet-en-France

Nous avons revu, à deux reprises, Gabrielle ERPICUM, Volontaire-permanente d’ATD Quart-Monde. Tout d’abord, le 15 novembre dernier au Centre International Joseph WRESINSKI à Baillet-en-France où elle nous a parlé de sa figure d’enquêtrice mémorielle, bien qu’elle ne se définisse pas en tant que telle. Pourquoi Enquêtrice mémorielle ? Simplement car c’est par un « désir de retrouvailles », d’une des femmes du camp, qu’elle a rencontré une dizaine de femmes de ce même camp, plusieurs années après pour collecter leur histoire, faire un « travail de mémoire » en commun. Ce travail de longue haleine, depuis 2006 à donner lieu à un livre que ces femmes ne partageront uniquement avec leur famille car « les auteures l’ont voulu uniquement pour elle, pour les leurs afin de pouvoir expliquer cette histoire à leurs enfants et petits enfants. »[1]

CIJW Méry sur Oise
Centre International de Méry-sur-Oise

Le 26 novembre dernier, réunies au Centre International d’ATD de Méry-sur-Oise, devant la maquette du camp, nous avons rencontré Gabrielle sous sa figure de témoin. Témoin ? Simplement car elle a vécu au camp en tant que volontaire au commencement du Mouvement ATD en s’occupant des jeunes filles. Ce fut presque comme un entretien itinérant, même s’il est vrai que nous n’étions pas sur le terrain. En effet, en regardant la maquette  Gabrielle peut, elle aussi, tout comme ces femmes conter, retracer pas à pas, et ce pendant des heures, l’Histoire du camp avec ces moments douloureux mais également ces moments heureux  passés à l’atelier des femmes, lors de la création de la bibliothèque, son appropriation par les enfants, etc. A la question, avez-vous des regrets, elle nous répond :

« Non, aucun, il y a eu des moments de doutes […] dans mes débuts, ces six premiers mois où je me demandais ce que je faisais là, parce que je me disais mais ils ne veulent pas de nous. […] Il y avait des moments très, très, très difficiles mais une fois qu’on passe ce cap-là on bâti quelque chose ensemble. Et ça, c’est passionnant, c’est sans limites parce qu’on est devant des vies qui ont toujours été bâties par des bribes et que nous arrivons dans une durée avec elles, dans un cheminement long.  Et là, la confiance grandit de plus en plus et on peut aller loin, de plus en plus loin. Et on voit les résultats, autant sur nous-mêmes que sur les autres parce que l’enrichissement va dans les deux sens. L’enrichissement est dans les deux sens. » (Gabrielle E. – 15/11/13)

Plan Noisy
Maquette du camp de Noisy-le-Grand à Méry-sur-Oise


[1] Extrait des Journées d’Etudes du CIJW, organisées par le Pôle Etudes et recherches. Les 13 & 14 septembre 2013. Intervention de Gabrielle ERPICUM « Désir et Craintes d’Histoire »