La Rencontre avec nos interlocuteurs Schlumberger

Notre première rencontre avec Alix ALDUC, la Responsable des collections au Château de Crèvecœur en Normandie, château appartenant à la Fondation Musée Schlumberger, s’est déroulée le 17 octobre 2013, dans le petit jardin d’un musée à Paris non loin de St-Lazare. Madame ALDUC, est l’une des figures d’enquêteur mémoriel que nous devions rencontrer dans le cadre de nos recherches préliminaires. Elle a réalisé deux expositions au Château de Crèvecœur sur les ingénieurs de la société Schlumberger avec leur participation en témoignages, photos, etc.

C’est par son biais que nous avons pu étendre notre liste de contact et ainsi aller à la rencontre de deux Field engineers de la société de prospection électrique Schlumberger. Nous avons pu enregistrer ces entretiens qui furent tous trois forts instructifs.

Ces deux hommes qui tiennent à garder l’anonymat ont su nous faire voyager dans leurs souvenirs en un tour de main et nous projeter sur le terrain lors de leurs missions dans les pays du Moyen-Orient.  Ils nous ont également permis de pousser la réflexion un peu plus loin. Ces réflexions portent sur le phénomène d’oubli mais également sur celui de la reconstitution mémorielle c’est-à-dire d’un souvenir véritable placé dans une autre époque.

En voici un petit extrait d’entretien qui a entrainé chez nous de nouvelles réflexions :

« Si j’ai appris à me méfier de quelque chose, c’est bien de la mémoire. […] J’ai une montre que j’étais certain d’avoir acheté il y a une quarantaine d’années dans la zone neutre de Ras al Khafji, un petit territoire entre l’Arabie Saoudite et le Koweït […]. Il y a peu de temps, en lisant un article sur cette marque de montre qui indiquait comment les numéros de série permettaient de retrouver l’année de fabrication […], je me suis aperçu que ce n’était pas possible : cette montre n’était pas encore fabriquée quand j’étais à Khafji. Donc, j’ai probablement acheté une montre au souk mais ce n’était pas celle-là, ou j’ai peut-être acheté quelque chose de très similaire ou de la même marque. Celle-là j’ai dû la perdre ou on me l’a volée, je ne sais pas. En fait, le numéro de série de cette fameuse montre « rapportée de Khafji », indiquait sans doute possible que j’étais de retour en France lorsque je l’ai achetée. Tout cela pour dire qu’il faut se méfier de la mémoire et de la datation d’événements […] Heureusement, de nombreuses traces du temps passé nous permettent de baliser notre mémoire : un billet d’avion, une lettre, un visa sur un passeport, une coupure de journal… » M. H (20/11/2013, à l’université Paris 13).

 Nous reviendrons dans un prochain post sur ces entretiens un peu plus en détails.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Rétrospective.

Les recherches de nos prédécesseurs sur le bidonville de La Campa, ces deux dernières années, ici rassemblées :

  • « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2012/2013)
  • « Territoire d’enfance. Bidonville de la Campa. La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2011/2012)

Ont conduit à la pose d’une stèle commémorative au Parc Départemental Georges Valbon, anciennement Parc de La Courneuve. Leurs travaux sur cet ancien bidonville, qui fait de ce parc, un parc chargé d’histoire, ont permis de questionner ce processus de retour de la mémoire.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Que qualifier d’institution ? (1)

Le travail de recherche réalisé dans le cadre de notre exposition sur le Retour de la Mémoire, nous pousse à nous interroger sur la notion d’institution et sur ce qui fait la légitimité de celle-ci. Dans une série d’articles, nous détaillerons nos hypothèses et pistes de réflexions. Ce cheminement nous permettra de répondre à la question de l’affect dans les institutions. Dans ce premier billet, nous nous attarderons à définir cette notion d’institution. Dans un second, nous tenterons de démontrer en quoi les structures qui nous accompagnent ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger sont des institutions légitimes.

*****

Sous titré : Définissons la notion d’institution

Il est courant de dire, dans le domaine des sciences sociales, que la notion d’« institution » a beaucoup évolué depuis la première tentative de théorisation faite par Emile DURKHEIM. Il convient, dans un premier temps, de définir l’« institution »  dans son sens le plus classique, son sens le plus rencontré : « Un organisme relativement stable soumis à des règles de fonctionnement et accomplissant des fonctions sociales spécifiques » (Georges Balandier1). Il s’agirait donc d’une structure établie garantissant des règles allant dans le sens de l’intérêt général ;  une forme d’organisation sociale régissant les normes et rôles, les valeurs et modèles, et même les relations et conduites de la société, et par ce biais celles des individus qui la compose. En d’autres termes, il s’agirait des organes politiques ou administratifs, entre autres, inscrits dans l’appareil de l’Etat tels que l’Assemblée Nationale, les administrations, l’école, etc.

Un autre sens est à prendre en compte, celui des anthropologues tels que Mary DOUGLAS2 dans la lignée de DURKHEIM. Une institution est « un groupement social légitimé ». Ce courant de pensée place l’individu et non l’Etat, au fondement de la notion d’institution. En d’autres mots, il y a dans ce sens une reconnaissance de l’individu dans la construction de l’institution elle-même. Selon Mary DOUGLAS, tout groupe social disposant des mêmes catégories de pensée et partageant un certain nombre d’idées ou de sentiments est légitimé ; et donc est reconnaissable comme une institution. Malgré le manque d’aspect juridique, dès lors qu’il y a un rituel reconnu sa dimension institutionnelle est légitimée. Dans ce sens, la religion, la famille, les cérémonies, entre autres sont à considérer comme des institutions.

Il est à noter l’existence d’une définition de la notion proche de la première, tout en étant différente. On appelle « institution » toutes les instances avec une instruction juridique et un cadre défini. Il peut s’agir d’une entreprise, d’une association, entre autres, etc. En clair, les structures privées dans une certaine mesure, s’établissant sur la durée, avec des activités légitimes. Celles-ci sont souvent considérées comme des organisations mais dans ce cas elles s’opposent. Dans  ce sens nous trouvons nos deux terrains d’enquête que sont le Mouvement ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger. Il s’agira pour nous dans un second article de montrer en quoi ces institutions sont légitimes au même titre qu’une institution publique.

Marika NELHOMME

BALANDIER Georges, dans la Préface de Comment pensent les institutions ? de Mary DOUGLAS

DOUGLAS Mary, 2004, Comment pensent les institutions ? : Suivi de La connaissance de soi et Il n’y a pas de don gratuit – Paris : La Découverte. .

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Que Qualifier d’institution ? (2)

Sous titré : La légitimité des institutions ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger.

 

Nous pouvons lire, dans l’analyse de Yannick FLOQUET1 sur le nouveau livre de Frédéric LORDON, que « les sciences sociales d’aujourd’hui sont tombés amoureuses des institutions »*. A cela il ajoute « et d’un concept lié, celui de légitimité : une bonne institution serait une institution légitime ». Comme mentionné dans l’article précédent, nous nous attarderons sur les deux dernières définitions du terme « institution » et cette notion de « légitimité » que nous mettrons en relation avec les structures qui nous accompagnent dans notre démarche.

Avant de développer sur ce qui rend nos accompagnateurs légitimes, attardons-nous sur la légitimité d’une « institution » dans son sens le plus strict : organe de l’Etat. Rappelons tout d’abord ce qu’est la légitimité. Selon la première définition du Dictionnaire Larousse en ligne « La légitimité est le caractère de ce qui est fondé en droit ». Cette définition rend légitime l’appareil de l’Etat, dans la mesure où il est le seul à régir et à garantir les bases juridiques, mais également éthiques et morales de la société. L’Etat serait donc une autorité légitimée.

En sociologie, on ne peut parler de légitimité sans mentionner Max WEBER (1864-1920) ; il en catégorise trois types :

– la « légitimité charismatique » qui provient de l’autorité d’une personne, de ces qualités jugées exceptionnelles. Nous attribuons dans ce sens une légitimité aux héros, aux prophètes. Nous le rapprochons même de la notion d’ « autorité légitimante » de Mary DOUGLAS.

– la « légitimité traditionnelle » quant à elle, est fondée sur une tradition considérée comme immémoriale, intemporelle et incontestable. Il s’agit des coutumes et traditions qui perdurent dans le temps. Ex : la dynastie monarchique du Royaume-Uni. – la « légitimité rationnelle-légale » se base sur des règles impersonnelles et universelles, elle provient donc du respect de la loi.

Dans les deux premières définitions, Max WEBER s’attarde plus sur ceux qui forment la société : l’individu, le groupement d’individu. Cela nous pousse à penser que la légitimité est, par nature, un statut donné par la société, dans la mesure où elle est au fondement de l’action humaine.

Pour répondre à la question : En quoi la Fondation Musée Schlumberger et le Mouvement ATD Quart-Monde sont-elles des institutions légitimes ? Nous répondrons :

Le Mouvement ATD Quart-Monde est dans le prolongement de l’association « Aide à Toute Détresse » créée en 1957 par le père Joseph WRESINSKI avec des familles de l’ancien bidonville « Camp du Château-de-France » de Noisy-le-Grand. Ce mouvement nous semble légitime sous plusieurs aspects. Tout d’abord, son fondateur Joseph WRESINSKI possède une légitimité charismatique au sens de WEBER. Il fut à son époque la figure d’autorité du bidonville et de l’association, et l’est encore après sa mort. De plus, l’association qu’il a créée est reconnue en tant que « groupement social légitimé » (Mary DOUGLAS), par la société elle-même. Les valeurs émises par son fondateur, il y a plus de cinquante ans, continuent à se diffuser dans les quatre coins du monde, et à se développer grâce aux nombreux volontaires qui luttent et passent le flambeau aux autres générations.

La Fondation Musée Schlumberger, existant depuis près de 40 ans, au Château de Crèvecœur en Normandie, a été créée par la famille des frères Conrad et Marcel Schlumberger, deux révolutionnaires du pétrole. Cette structure reconnue d’utilité publique est fondée sur la durée, avec des activités légitimes lui donnant une compétente dans son domaine. La fondation basée sur la famille, nous pousse à penser que la légitimité de cette structure est traditionnelle. En effet, la Fondation Musée Schlumberger est fondée sur une tradition familiale considérée comme ancienne et incontestable, cependant, elle met également à l’honneur la famille Schlumberger mais aussi les employés de la multinationale.

Même si l’appareil étatique reste souvent défini par la majorité comme seul institution légitime et que les institutions en temps que structures ne témoignent pas d’affects au sens premier. Il est nécessaire de parler dans un prochain billet de la question des affects dans les institutions.

Marika NELHOMME

 

1 Yannick FLOQUET, « Frédéric Lordon, La société des affects », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 octobre 2013, consulté le 08 novembre 2013. URL : http://lectures.revues.org/12403

.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Les émotions vues par la sociologie

Nos deux terrains d’enquêtes étant très différents, nous avons choisi de traiter le retour de la mémoire par le spectre des émotions car ces dernières sont universelles et ceux qu’importe la classe sociale.

–          Au cours du 19ème siècle, un changement social c’est opéré, grâce au progrès de la médecine au changement architectural des maisons etc. Une nouvelle perception de la famille apparaît, c’est à ce moment que l’idée de vie privée émerge. En parallèle, il y a une légitimation et valorisation des sentiments, grâce aux « romans à l’eau de rose » qui influencent les lecteurs.

–          Plus tard, la révolution industrielle favorisera l’individualisme. En effet, le capitalisme et le développement des grandes villes permettra de limiter la force du contrôle social.

–          Richard Senett, auteur des tyrannies de l’intimité, explique que Mai 68 a fait naître une nouvelle idéologie, avec une valorisation de la spontanéité et de l’affirmation de soi par les communautés relationnelles (famille, amis, hippies, …) dans lesquelles les individus peuvent s’exprimer spontanément.

Ces changements sociaux auront une influence sur l’expressivité des individus et en particulier sur le fait d’exprimer ou de taire ses émotions comme tout ce qui sort du corps, c’est d’ailleurs ce que désigne le terme émotion du latin ex-movere.

Ainsi Norbert Elias explique dans La Civilisation des mœurs que le processus de civilisation développe l’idée d’une maîtrise des expressions, une contenance qui conduit à un travail sur soi pour exprimer ce qui convient. Ainsi bien que le contrôle social s’affaiblit une forme d’auto-contrainte, d’autocontrôle naît, on limite alors la spontanéité et on garde pour soi certaines choses. Ce mouvement développe l’idée d’un moi intérieur. Le processus d’auto-contrainte crée l’espace privé ou l’espace d’intérieure mais il permet en même temps une différenciation d’avec les autres. Ainsi se dessine un paradoxe car la socialisation des expressions permet l’individuation. Ce que l’on exprime est censé représenter ce que l’on est.

Erving Goffman dans Les Rites d’interaction a étudié ce travail de figuration, face work. Il montre comment les individus travaillent leurs expressions du visage et les utilisent comme une sorte de masque censé cacher ce qu’ils ressentent. Pour lui ceci permet de sauvegarder la civilité des individus.

Nous pouvons donc voir ici que les changements sociaux influence les façons d’être. Ainsi les émotions ne sont pas innées, mais influencées par les expériences sociales, les normes et les valeurs d’une époque ou d’un milieu.

Cependant, la reconnaissance des émotions quant à elle est universelle, comme nous l’avons abordé dans nos panneaux scientifiques sur la neurobiologie de la mémoire
Le psychologue Paul Ekman est l’un des pionniers dans l’étude de ce décryptage des émotions lié à notre mémoire visuelle.

Capture d’écran 2014-02-11 à 12.40.30

Des expressions peuvent être jugées légitimes dans certains contextes et pas d’en autre. C’est là toute la complexité de notre enquête car si les émotions sont universelles comme nous l’avons vu les « masques » peuvent eux être plus ou moins forts et présents selon les milieux sociaux et l’expression de certaines expressions plus ou moins légitimes.

La Fondation Musée Schlumberger, au cœur d’une famille

Les Schlumberger, ce sont deux frères alsaciens de naissance, Conrad et Marcel. Ils vont mener à bien des recherches qui vont révolutionner la prospection minière et l’exploitation du pétrole dans le monde. Ils créent la société Schlumberger (Limited) en 1926, qui deviendra la plus grande société multinationale de services pétroliers. Schlumberger en chiffre, c’est un effectif de 118 000 employés, dont 1500 en France.

En 1970, les familles de ces deux frères décident d’installer un musée qui rassemble leurs inventions et choisissent le château de Crèvecœur, en Normandie.

En 1976, la Fondation Musée Schlumberger voit le jour et est reconnue d’utilité publique. Cette fondation avait alors pour but de promouvoir la recherche scientifique en faisant connaître les techniques de recherche et d’exploitation pétrolières ; et de venir en aide aux chercheurs dans le domaine pétrolier.

Des archives importantes pour les fonds Schlumberger existent au sein du château de Crèvecœur. Une exposition permanente sur les aventures des frères Schlumberger est visible et permet la découverte d’une épopée scientifique, technique et humaine avec la mise en lumière des méthodes de travail des deux frères.

Mais la fondation n’oublie pas les employés qui ont participés à l’aventure Schlumberger. Leur mission aujourd’hui est un vrai travail de collecte d’objets, de témoignages et de photos qui est régulièrement faite auprès des principaux concernés, ce qui mène à la mise en place d’expositions très intéressantes : l’exposition « dialogue entre l’homme et l’objet » ou encore celle intitulée « images de là-bas et d’ailleurs » ; qui retracent chacune un morceau de la vie des employés au sein de cette grande multinationale.

 

Les formes de l’oubli (partie 1)

Il est de ces livres qu’on attrape, entre les rayons serrés de la bibliothèque, un peu par hasard, presque par providence. Le livre dont je vais vous parler aujourd’hui, Les formes de l’oubli, de Marc Augé, écrit en 1998, fait partie de ceux-la …

(Un compte rendu de ce livre écrit par Julien Bosc : ici )

Tout d’abord l’anthropologue Marc Augé, dans le prologue de son essai, présente l’oubli comme une nécessité de la mémoire :

« Il faut oublier le passé récent pour retrouver le passé ancien. »

Avec le terme  » retrouver « , nous avons déjà, dans ce premier paragraphe, la notion de retour. Cette thèse s’articule autour de quatre chapitres : « La mémoire et l’oubli », « La vie comme récit », « Les trois figures de l’oubli », « Un devoir d’oubli ».

Dans son premier chapitre, l’auteur met en avant l’opposition du mot « oubli » et « mémoire », qu’il compare à l’opposition entre la vie et la mort. Ces deux groupes de mots malgré qu’ils soient antithétiques, sont absolument indissociables ; l’un n’existe pas sans l’autre.

« On peut définir l’oubli comme la perte du souvenir. »

Les individus qui vivent un événement commun en gardent un souvenir à la fois différent et semblable. On oubli certaines parties des faits, mais on en garde toujours quelques brides en mémoire. Comme explique Marc Augé, oublier/se souvenir sont des actions semblables au labeur du jardinier :

« Les souvenirs sont comme des plantes : il y en a qu’il faut éliminer très rapidement pour aider les autres à s’épanouir, à se transformer, à fleurir. »

Certains souvenirs, ou plutôt certaines « traces mnésiques », apparaissent à l’individu, sans pourtant n’être affiliées à un temps ou un espace précis, jetant, ainsi, un voile d’incertitude sur le passé. Aussi, l’oubli dans cet ouvrage est désigné comme une constante de la mémoire, dont le souvenir serait le fruit. Le souvenir d’enfance, par exemple, est toujours remodelé par les récits de l’entourage ; des parcelles restructurées par l’expression des souvenirs d’autrui, pour former un nouveau souvenir qui semble pourtant nous appartenir. De ce fait, les figures de l’oubli sont énoncées comme représentant une valeur narrative, ou encore, une configuration temporelle (Selon le langage de Paul Ricœur que l’auteur site souvent comme référence).

Dans le second chapitre, « La vie comme récit », on s’interroge tout d’abord sur quel relation entretiennent la fiction et la réalité ?

Ainsi, on assiste, à travers les processus de mémoire à une « mise en fiction de la vie individuelle et collective », à travers les modalités de l’oubli, comme mise en scène du temps de la vie pour revivre le passé au présent. Mais, l’emploi du terme fiction, d’après l’auteur, et de plus en plus nébuleux, étant donné l’omniprésence de cette fiction dans notre entourage (image, publicité, arts, etc). D’après lui, nos existences serait toute déterminées par leur dimension fictive, narrative… De ce fait, nous vivons des fictions croisées, entre récit inventé et récit intégré, nous tenons une place différente dans ce récit en fonction de son destinataire : parfois protagoniste, parfois observateur. Et nous ne résistons pas toujours au désir de les réinterpréter, de les remodeler, pour les adapter à celui que nous sommes entrain de vivre.

Pour retranscrire un passé récent ou ancien, le passage par « l’imagination » est inévitable, par l’action de composition ou de recomposition. En outre, ce récit de vie peu basculé entre deux niveaux différents : l’histoire de l’individu et « la grande histoire », en passant par ce que l’auteur appel « des niveaux intermédiaires » (les histoires de familles, les histoires professionnelles, les faits divers, les histoires politiques, etc …). De sorte que cette histoire personnelle est influencée par le contexte extérieur.

« Car à chaque niveau de récit, l’auteur-personnage est impliqué à la fois individuellement et collectivement, (…) et le récit de sa vie, en outre, n’est pas fait d’une superposition de récits, mais les traverse tous d’un trait original, idiosyncrasique ; et il est impliqué collectivement, car, si solitaire que puisse être son parcours, il est au moins hanté par la présence de l’autre (…). »

Pour ce qui est de l’observateur, l’enquêteur mémoriel, ceci, n’est pas sans effet sur sa propre vie, comme suppose l’auteur. Ces différents « souvenirs/fictions » ne peuvent pas coexister sans s’influencer.

« (On) intégrera, d’une manière ou d’une autre la pluralité des narrations produites à cette occasion. »­

Ainsi, Marc Augé, souhaite démontrer, qu’en s’intéressant à l’histoire, il faut prendre en considération la dimension narrative de celle-ci.

Les formes de l’oubli (partie 2)

La première figure que décrit l’ouvrage dans le chapitre « Les trois figures de l’oubli » est celle du retour, le désir de retrouver un passé perdu. Ce retour, se défini finalement par une impression, un sentiment impalpable, « la joie du réel retrouvé » définie par Proust. Ce phénomène de mémoire involontaire, n’existe que postérieurement à l’oubli. Ainsi, le retour sur soi, serait une figure de l’oubli et de la mémoire. Ceci s’illustre dans la figure du retour et de la continuité, association qui pourrait être perçu comme un oxymore ; pourtant, ces termes aussi entretiennent un lien étroit. Cette sensation qui passe par le corps et les sens, qui née de la rencontre de deux périodes distinctes, le passé et le présent. L’exemple cité est celui du « retour existentiel sur les lieux ». Pour reprendre les mots de l’auteur : cette puissance poétique est une expérience individuelle déroutante et indescriptible, qui « ré-ouvre les portes du possible ». Autre figure en jeux, la reconnaissance, elle permettrait de conforter notre identité individuelle (en regardant de vieux clichés de nos ancêtres par exemple).

Cette individualité de la mémoire est insaisissable :

« (…) dont seul le corps aurait la clé parce qu’il contient les heures du passé et se révèle de temps à autre encore possédé par l’enfance qui l’habite. »

Ici, on peut voir le retour, comme métaphore du voyage, ou comme une « mise à mort symbolique ». L’oubli du passé serait ainsi nécessaire au recommencement.

« Le devoir d’oubli », s’explique comme un besoin de survivre à la mémoire, (avec, notamment, l’exemple de l’individu qui a été victime d’horreur inimaginable). En opposition, le devoir de mémoire, quant à lui, est le devoir des descendants, à travers deux figures, celle du souvenir et celle de la vigilance. La vigilance s’opérant dans l’actualisation du souvenir, pour justement ne pas oublier ni reproduire les horreurs du passé. La mémoire est l’oubli sont indivisible.

« L’oubli, nous ramène au présent, même s’il se conjugue à tout les temps : au future, pour revivre le commencement ; au présent, pour vivre l’instant ; au passé, pour vivre le retour ; dans tout les cas, pour ne pas répéter. Il faut oublier pour rester présent, oublier pour ne pas mourir, oublier pour rester fidèle. »

Ainsi, conclu l’auteur.

top-taps-203-27

Eternal Tapestry & Sun Araw – Night Gallery IV (2011)

 

ATD Quart Monde, un mouvement du refus de la misère

Agir Tous pour la Dignité Quart Monde

« Les pauvres sont les créateurs, la source même de tous les idéaux de l’humanité, car c’est à travers l’injustice que l’humanité a découvert la justice, à travers la haine, l’amour, à travers la tyrannie, l’égalité de tous les hommes » Père Joseph Wresinski, 1976, Congrès de la famille du Quart Monde.

Le mouvement ATD Quart Monde est créé en 1957 par le père Joseph Wresinski, un prêtre diocésain français, affecté au camp de relogement à Noisy-le-Grand fondé par l’Abbé Pierre et le mouvement Emmaüs. C’est le 14 juillet 1956 qu’il rejoint les 252 familles présentent dans ce camp. Il écrira plus tard : «  Ce jour là, je suis entré dans le malheur ». Le père Wresinski consacre alors tout son temps et toute son énergie pour donner une reconnaissance à ces personnes, une dignité.

C’est à partir du camp de Noisy-le-Grand que le mouvement d’ATD Quart Monde s’étend progressivement : tout d’abord à la région parisienne avec une intervention à La Campa à La Courneuve ou encore aux Francs-Moisins à Saint-Denis. Ensuite, le mouvement se propage dans le reste de la France et jusqu’aux États-Unis, à New-York, en 1964.

L’objectif du mouvement est d’éradiquer l’extrême pauvreté en s’engageant à transformer les mentalités de chaque citoyen car ils en sont les premiers acteurs. En chiffres, le mouvement ATD Quart Monde c’est : 5 continents, 29 pays, 370 volontaires permanents, 5000 alliés et militants, 100 000 correspondants.

ATD Quart Monde ne fait pas de distributions (de type alimentaires ou vêtements) mais mène des actions dans la durée pour amener un changement de regard de la société sur ce phénomène de pauvreté et d’exclusion. « Nous ne sommes pas là pour gérer la misère mais pour la détruire » – Père Joseph Wresinski.