La fin du projet 2012/2013 sur La Campa

Le projet 2012/2013 sur La Campa touche à sa fin. Notre sujet sur la nature vécue et ressentit dans le bidonville de La Campa, nous a permis d’en apprendre plus sur ces conditions de vie difficiles, faisant partie intégrante de vos vies. Nous vous remercions pour les témoignages et les différents apports que vous nous avez fournis permettant d’enrichir notre réflexion.

Même si cette mémoire perdure à travers nos mises en exposition qui vont circuler sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, c’est grâce à vos récits que cette histoire de vie peut subsister et réveiller les consciences. Grâce à ces quatre promotions de l’Université Paris 13, les différents travaux menés ont permis de mettre en lumière une partie des récits des habitants du bidonville de La Campa et leur rendre hommage. Enfin, ces personnes vont pouvoir recevoir ce qu’ils ont partagés avec nous, avec une identification de leur histoire dans l’actuel parc Georges Valbon.

Je vous laisse suivre la suite les actions qui seront menées par les étudiants de notre future promotion qui débutera en octobre prochain. Nous vous remercions encore de votre participation, qu’elle soit directe ou indirecte, c’est grâce à vous que nous avons pu rendre une partie de l’histoire du bidonville de La Campa. En tout cas, nous quatre, nous pouvons dire que nous avons partagé une part d’histoire avec vous.

Bonne continuation à tous!

Kattia, Mathilde, Laura et Katy

Ps :  Notre exposition a été un tel succès qu’il nous manque huit photos, nous lançons donc un avis de recherche! 487306_10200488257032139_1437180343_n

 

 

Des petits papiers dans la baraque

"La baraque"- exposition 2013 D'une nature l'autre.
« La baraque »- exposition 2013 D’une nature l’autre.

La scénographie de notre exposition mettait en scène une baraque du bidonville de La Campa. Elle a été réalisée à partir de l’agrandissement d’une photographie d’époque. À l’intérieur nous avons aménagé deux espaces.

Le premier espace est dédié à l’écoute d’interviews d’anciens habitants de La Campa grâce à un dispositif de casque audio.

Le second espace est un mur d’expression aussi appelé « Dazibao ». Nous invitions ainsi les visiteurs à s’exprimer librement en écrivant leurs pensées sur des petits papiers et à les coller sur la paroi orange.

Mur d'expression dans la baraque - Exposition 2013 D'une nature l'autre.
Mur d’expression dans la baraque – Exposition 2013 D’une nature l’autre.

 

Vous êtes curieux de savoir ce que contiennent les petits papiers?

 

LA NATURE C’EST BEAU ET APAISANT.

La nature ça gratte

La nature c’est la liberté!!

Petit papier en espagnol
Petit papier en espagnol

La nature de l’homme c’est de toujours aller contre sa nature

Pourquoi? Nature elle ment?

NATURE VS CULTURE ???

La nature exutoire de l’homme

Des vies entre Autonomies et Dépendances …

Petit papier Sapin
Petit papier Sapin

La nature c’est la vie

LA NATURE? C’EST L’OUVERTURE

Campa ou Campagne?

La nature de l’homme est d’être culturel.

La nature naturelle…? et artificielle…?

Bidon-ville  Ville-Bidon

L’Homme et la nature, un compromis à trouver au quotidien?

La nature c’est ce qui fait vivre, c’est la vie?

La nature de l’homme le conduit-il à la violence? ou à l’entraide?

Si vous aussi vous souhaitez vous exprimer, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire.

Réflexion sur la scénographie – d’un espace à l’autre

Nous avons imaginé la scénographie en fonction des thèmes que nous voulions traiter au sein de l’espace du Café Expo. C’était aussi pour nous l’occasion de faire de l’exposition un espace-bidonville, avec des tours et des détours, des baraques, de la taule etc.

Des suites d’un rendez-vous au service culturel, nous avons pu confirmer la faisabilité de cette scénographie et déterminer comment la mettre en place. Par la suite, nous avons collecté du matériel de récup’ pour ajouter du cachet à notre expo. A nous les chaises dans les rues, les cagettes en fin de marché et les bobines de bois dans les poubelles des entreprises !

Aujourd’hui, une nouvelle question se pose, comment garder l’identité de notre exposition si nous voulons la faire partir en itinérance dans des lieux qui seront sans nul doute différents de celui que nous avons investi ?

La scénographie et le contenu de l’exposition forment un tout qu’il sera intéressant de retravailler avec de nouvelles personnes et en de nouveaux lieux !

Espace : lieu, territoire, paysage

Un lieu est un espace physique, ressentit par le corps.

Un territoire,est un appropriation physique par un groupe ou ensemble humain.

Un paysage est un espace physique mis en récit.

Dans le cas du bidonville de La Campa, nous nous retrouvons face à toute les facettes de la notion d’espace. En effet, ces baraques qui n’ont été désirées par personne, que ce soit les institutions et même les habitants, se retrouvent appropriées en un temps donné par ses habitants. Par l’appropriation de ce territoire, dans un instant t, les habitants vivent et ressentent ce lieu comme une part de leur histoire. Dans une méthode de recueil de données et par l’idéalisation du vécu de ces habitants, le lieu devient un paysage de mémoire.Sans titre

« L’espace non plus vous ne pouvez pas l’éviter : vous pouvez prendre n’importe quel chemin, vous serez toujours dans l’espace » Jean-Claude PENOCHET

Le bus 150

Pour accéder au parc Georges VALBON, le plus simple c’est le bus 150.

Pour accèder au Bidonville de La Campa, le plus simple c’est le bus 150.

A l’arrêt Cité floréal, où actuellement on trouve l’entrée Marville du parc Georges Valbon, le bus 150 vous déposait dans les années 1960 face au bidonville de La Campa. Cet arrêt était l’unique source de transport permettant aux habitants d’aller travailler et de les lier au reste de la population.

Le bus 150 à la Courneuve dépose ses voyageurs face à la cité Floréal

Pourtant cet arrêt, a également été témoin de macabre découverte, comme ce travailleur, un froid matin d’hiver, qui a attendu tellement longtemps le bus, qu’il en est mort.

Pour entendre ce témoignage de Mr Abdel Saadouni, je vous invite à venir visiter l’exposition « D’une nature l’autre » au Café-expo  de l’Université de Paris 13 qui se déroule jusqu’au 12 février 2013.

 

 

Montage de l’exposition – d’une réflexion à une réification

Après 3 mois de conception, recherches et réflexion, nous avons monter l’exposition. 1 jour pour créer « D’une nature l’autre » et la rendre visible à tous. Cette exposition, fruit de notre travail collectif, est plus qu’un rendu scolaire, elle est la possibilité de partager la mémoire que nous avons recueillie grâce à un savoir-faire que nous avons développé tout au long de cet hiver. C’est un questionnement non seulement sur la conservation d’un passé mais également sur la réception de celui-ci. Comment peut-on rendre au plus proche de la vérité ce que nous avons découvert ? Ce projet met en lumière deux choses : le sujet de la nature dans le bidonville de La Campa et le médium de l’exposition, dont voici un aperçu !

Le bestiaire de La Campa

La nature à La Campa c’est la boue, la pluie, la neige, le feu, bref les éléments naturels. Mais la nature à La Campa c’est aussi les animaux. Les animaux de compagnie, les animaux nourriciers, ou encore les animaux utiliser par l’homme pour le travail.

La Campa 1968 

 

 

Cette petite Duville Raymonde ou mahouelle tient un niglo (hérisson) entre 1961 et 1964


Femme à la poule – La Campa 1968


Cheval aidant à transporter les débris – La Campa 1969
Ours appartenant à la famille de dresseurs d’animaux – juin 1970 

Les bidonvilles aujourd’hui…en photos

Il y a quelques jours nous avons mis en ligne une vidéo prise depuis le train H et filmant le bidonville installé le long du canal à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Plus tard, nous avons décidé de descendre de notre train pour observer de plus près un bidonville actuel. Voici les photos de cette observation.

D’ailleurs l’observation n’était pas unilatérale puisque les habitants de ce bidonville ont rapidement remarqué notre présence. Deux hommes à vélo sont alors venus de notre côté du canal pour nous examiner d’un peu plus près. Ils ont rapidement compris que nous étions inoffensives!

Emission de radio : « La campa », la face la plus dure de l’émigration espagnole

L’expansion des bidonvilles en France aux années 60’s attire l’attention de la presse nationale et internationale. Surtout aux pays dont ses citoyennes ont conformée le fluxe le plus grand des émigrants. En face au problème l’Espagne a commencé une série des émissions destinées à présenter le phénomène de l’immigration. Ils ont dénoncé les conditionnes insalubres des espagnoles pour exiger au gouvernement de réagir et d’intervenir au problème.

De ces émissions, l’un de plus populaires a été présenté par Radio Paris. Il était réalisé par le journaliste  Julian Antonio Ramirez Hernando, qui a effectué de reportages sur la vie des immigrants.  Il a interviewée aux habitants de bidonvilles de Paris avec le but de donner la voix aux marginés et signaler la précarité dont ils ont vécu.

On présente les trois épisodes dédiés à La Campa, appelé « La face, la plus dure, de l’émigration espagnole »  Font : Université d’Alicante. Bibliothèque Universitaire. Phonothèque.

Partie I

http://devuelvemelavoz.ua.es/devuelveme-voz/visor.php?fichero=5104.mp3&idioma=es

Partie II

http://devuelvemelavoz.ua.es/devuelveme-voz/visor.php?fichero=9533.mp3&idioma=es

Partie III

http://devuelvemelavoz.ua.es/devuelveme-voz/visor.php?fichero=9539.mp3&idioma=es