Archive vidéo : La Campa, un bidonville de la Courneuve.

Au cours de nos recherches pour l’exposition « Territoire d’enfance », nous avons trouvé un document d’archive audiovisuel sur le site de l’INA, qui parle de La Campa. Aucune informations ne permet de dater ou de nommer les journalistes ainsi que les personnes interviewées.

Le reportage commence par un état des lieux du logement en France, de la croissance démographique et de la problématique difficulté de se loger. A cette époque, il y avait environ 15 millions de français mal logés, un réel paradoxe pour le journalise qui parle de plus de  600.000 logements construits en France en moyenne par an. A cause de l’afflux de travailleurs étrangers, cette situation n’était pas prête d’être résolue. La solution ? Construire des bidonvilles (près de 500.000) et accepter de vivre dans des conditions précaires.

Faisant un parallèle avec les sites touristiques et les immeubles luxueux de Paris, le journalise présente La Campa (à l’époque habitée par plus de 5.000 personnes) comme l’un des plus grands et des plus tristes bidonvilles de la Région Parisienne. Il explique à quel point c’était un « enfer » d’y vivre et tente de montrer, à travers images et témoignages la vie dans ce bidonville.

Malgré les regards hostiles des habitants face au journaliste et sa caméra, quelques personnes ont accepté au contraire, de parler. Maghrébins ou yougoslaves, ils ne trouvaient aucun logement ailleurs. Leur baraque à la Campa était leur chez soi et même si ce n’était guère confortable, chacun tenait à son tas de ferraille qui lui servait d’habitation.

« Avant j’étais à Lyon, un copain m’a écrit et m’a dit de venir à Paris. Je suis venu et je ne pensais pas que c’était comme ça. Je suis là depuis 1 an et demi, je cherche un logement ailleurs mais je n’en trouve pas. On peut trouver dans certains HLM des logements à 40.000 francs, mais c’est beaucoup trop cher pour moi, je gagne dans les 60.000 francs par mois » raconte ce jeune maghrébin.

Un seul point d’eau pour tout le bidonville, des incendies, des détritus… Mais comment en sortir ?

« Je veux sortir mais comment ? Moi je travaille et je gagne suffisamment ma vie, mais le problème c’est le logement. Je peux louer jusqu’à 30.000 francs par mois mais je ne trouve pas ! », S’exprime cet ouvrier yougoslave qui vivait avec sa femme et ses enfants dans une baraque à La Campa.

La spéculation immobilière n’a pas épargné les bidonvilles. Beaucoup comme ce yougoslave travaillent et gagnent bien leur vie mais même avec un salaire moyen de 80.000 francs, il était impossible de quitter cette Campa. Peut-être était-ce encore pénible d’échouer ici par misère ou manque de moyens.

D’autres interviews sont présentés dans le film. Vous pouvez trouver son intégralité le lien ci-dessous. Un extrait de quelques minutes y est consultable gratuitement :

http://boutique.ina.fr/video/CAF93017758/la-campa-bidonville-de-la-courneuve.fr.html

 

Représenter le territoire?

Comment représenter un territoire et comment le matérialiser au sein d’un parcours d’exposition, telle est la question que nous nous sommes posée. Nous devions parler d’un  territoire existant sous deux temporalités différentes, le bidonville de La Campa d’une part, et le parc de La Courneuve d’autre part, et rendre sensible le passage de l’un à l’autre. Nous avons de fait conduit une réflexion sur la notion de territoire.
Deux aspects de la notion nous ont semblé particulièrement féconds en terme de mise en place d’un projet d’exposition :

Le territoire physique comme lieu de vie

Le territoire que nous abordons, que ce soit le territoire actuel du parc de La Courneuve ou celui révolu du bidonville, est avant tout un espace de vie. Le parc de La Courneuve est aujourd’hui un espace vert très fréquenté de la région parisienne. Le bidonville de La Campa a, lui aussi, à l’époque, été un lieu grouillant de vie, comme le rappelle l’espace sur la vie quotidienne de notre exposition. Nous avons choisi des photographies dynamiques, où les enfants et leur famille semblaient vivre devant nous, courant, jouant, se livrant à des activités de créations, etc. Les regards pétillants des enfants sont autant de rappels qu’une vie quotidienne est toujours faite d’émotion. Pour représenter cet espace du bidonville, nous avons aussi choisi de créer un espace d’écho, où les voix des habitants viennent relayer les photographies. Enfin l’espace est donné à appréhender à travers la scénographie, spécialement à travers la présence de la boue et des petites bottes en caoutchouc d’enfants qui matérialisent cet espace de vie.

Le territoire comme espace mental

Le territoire est aussi appréhendé dans sa dimension d’espace mental et particulièrement celui de l’enfance. La Campa n’a pas été seulement le cadre de vie des enfants de La Campa, il a aussi été un espace investi par le regard de l’enfant, transformé et sublimé par le pouvoir de l’imagination propre à l’enfance. À travers les jeux, les moments de bonheur propre à la vie d’une communauté et de la famille, La Campa est transfigurée. C’est cette dimension que nous voulions mettre en avant et chercher à incarner dans l’espace de l’exposition.

À la fois lieu physique et cadre de vie, mais aussi, espace où se déploient tous les imaginaires, le territoire de La Campa se dédouble à travers le regard de l’enfance.
La plupart des photographies que nous avons choisies rendent sensible cette dualité. Celles-ci superposent la figure d’enfants aux regards brillants, à un arrière-plan où l’on perçoit pleinement la misère des conditions de vies. Si l’individu est sublimé, la dureté des conditions matérielles et la situation de ces enfants n’en apparaît que plus poignante.

Notre présentation de l’exposition

Nous vous présentons ici le texte que nous avons lu lors du vernissage de notre exposition.

 

Nous vous remercions d’être venu aujourd’hui pour notre exposition « Territoire d’enfance, photographies et témoignage ». Cette exposition a été réalisée dans le cadre du Master 2 Dynamiques culturelles, politiques, espaces, pratiques, au sein du parcours Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs.

La demande de départ du projet était de produire une exposition photographique ayant pour thème le Bidonville de La Campa et de travailler autour de la notion de trace. Toute la difficulté résidait ici dans le fait qu’il n’existe aujourd’hui plus de traces physiques de ce bidonville, détruit en 1971 et remplacé par le parc de La Courneuve.
Nous avons ainsi entamé une réflexion sur la notion de trace et avons posé le questionnement suivant : Comment, sans se livrer à une exhumation méthodique du passé, parvenir à faire coïncider les dimensions du passé et du présent  dans un même espace, en les rendant sensibles à l’imagination ?

Une première entrée dans le sujet  nous a été donné par notre rencontre avec Monsieur Abdel Saadouni, qui a passé une partie de son enfance à La Campa. Cette rencontre à la fois humaine et émouvante nous a troublée par son étrangeté et a eu un effet révélateur. Elle remettait en question notre représentation préalable du bidonville et de ses relations sociales et allait à l’encontre de nos hypothèses de travail. En effet, bien loin d’un discours misérabiliste, mettant en avant les affres d’une vie dans des conditions indignes, son témoignage était empreint de nostalgie pour un espace qu’il appréhendait à l’époque avec la naïveté du regard de l’enfant.  C’est ce décalage entre une réalité objective et une représentation subjective que nous avons souhaité évoquer dans notre exposition.

Nous avons cherché à illustrer ces témoignages par des images d’archives. Le fonds des archives d’ATD Quart Monde mis à notre disposition a de fait constitué une base de travail riche et féconde qui nous a permis de donner une consistance visuelle au récit de Monsieur Abdel Saadouni.
Dans le même temps, le désir d’en savoir davantage sur les réalités des conditions de vie nous a conduit à partir à la rencontre d’autres témoins. La rencontre avec Mme Bernadette Cornuau, jeune bénévole à La Campa pendant quelques années et qui a beaucoup travaillé avec les familles, est ainsi venue enrichir notre réflexion.  Des découvertes d’archives, telles que la lettre des enfants du bidonville au maire de La Courneuve à l’occasion des fêtes de Noël nous ont permis de nous confronter directement à la parole de ces enfants, excluant toute dimension de reconstruction.  C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire.

Loin de chercher à idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, le dénuement et la précarité, nous avons centré notre approche sur le regard de l’enfant et la dimension subjective de la mémoire. Le regard de l’enfant est questionné dans ses dimensions multiples : paroles directes véhiculées par le document d’archive qu’est la lettre, témoignage d’un enfant d’hier qui se souvient de son enfance, M. Abdel Saadouni, témoignage d’une ancienne volontaire ayant apporté son aide et partagé le quotidien de nombreux enfants, Mme Bernadette Cornuau, et, enfin, photographies d’enfants effectuées par des adultes qui, à travers les instantanés captent des moments de vie quotidienne de la vie à La Campa.

L’idée s’est très vite imposée de travailler autour de la notion de territoire d’enfance, dans sa double dimension : celle d’espace géographique, d’une part, celui du bidonville dans sa dimension d’habitat informel, et d’espace  mental d’autre part, investie par l’imaginaire de l’enfance qui transfigure la réalité quotidienne. Conçue en 5 panneaux, l’exposition se propose de faire pénétrer le visiteur dans un espace empli de paradoxes où des réalités multiples se superposent.

L’idée était avant tout d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent. Le diptyque initial représentant le territoire de l’actuel parc de la Courneuve avec quarante ans d’écart, introduit ce voyage temporel.
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par ces photographies en noir et blanc.
L’espace du bidonville, en noir et blanc à l’exception du mur consacré à Noël, est aussi donné à expérimenter par des références à des éléments du quotidien des enfants. Si les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, celui ci est ici confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de la vie de ses petits habitants.
La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir.
Le panneau en carton « ici bidonville 3000 habitants » est une référence à une photographie de Loïk Prat, qui a beaucoup travaillé sur La Campa et dont nous n’avons malheureusement pas pu exposer les œuvres, mais auxquelles nous tenions à faire référence.

La première étape du parcours donne ainsi un aperçu des conditions de vie réelles de la Campa : boue, conditions précaires, insalubrité, insécurité, constituent l’arrière-fond des figures enfantines dont nous tenions à rappeler la mémoire.
L’espace suivant  constitue le point focal de l’exposition mettant en lumière des souvenirs heureux. Les photographies y ont été choisies pour leur dimension esthétique et leur pouvoir de suggestion. Elles illustrent la joie de vivre des enfants, leurs jeux, leur univers merveilleux, à la fois dans leurs rapports sociaux, familiaux, mais aussi dans une dimension plus intimiste, celles offertes par les portraits.
Enfin le panneau du fond, met l’accent sur les espaces de créativité et d’expression rendues possible par le dévouement des membres d’associations dont ATD Quart Monde est un représentant essentiel. Comme tout enfant qui en a la possibilité, les petits habitants de La Campa se livrent à des pratiques artistiques et révèlent par là-même leur subjectivité d’enfant.

L’ensemble de l’exposition met finalement en exergue l’universalité de l’enfance qui peut tout transfigurer, à l’image de cette petite fille transformant un bâton en jouet, ou cette autre dansant devant un miroir brisé dans un contexte sordide, ou encore ce petit garçon absorbé par sa peinture et qui incarne le geste même de la création.

Le dernier espace présente quelques coupures de journaux évoquant les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Courneuve et offre un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Nous souhaitions particulièrement utiliser une large panel de média d’exposition. Le film est un document que nous avons souhaité inclure dans l’exposition et qui se situe un peu à part. C’est un document réalisé par le pôle image de la Courneuve, par des lycéens qui comme nous ont souhaité exhumer un élément du passé de leur espace proche.  Une interview de Monsieur Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville permet d’appréhender de façon plus immédiate l’ensemble de notre propos. La vidéo propose aussi un entretien avec Monsieur Claude Dityvon, un photographe ayant produit de nombreuse photographies d’une qualité esthétique indéniable sur La Campa. Nous aurions d’ailleurs souhaité intégrer certaines de ces œuvres à notre exposition, mais en raison de difficultés pratiques nous avons du y renoncer, cette vidéo est de fait l’occasion d’enrichir notre propos.

Cette exposition est le résultat d’un véritable travail d’équipe, où chacune a pu apporter ses compétences propres à l’intérieur d’une certaine division des tâches tout en participant à l’ensemble du projet.
Une des difficultés principales pour nous de cet exercice consistait à répondre à des demandes multiples. Nous avons aussi cherché à mettre en application les enseignements de nos professeurs, et de nombreux éléments en sont des reflets directs.

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition. Aussi le parcours de l’exposition, ainsi que l’attribution thématique des espaces a donné lieu à de nombreuses réflexions qui ont abouti à l’exposition telle que nous vous la présentons aujourd’hui.

Des contraintes de temps et matérielles nous ont parfois conduit à  modifier nos projets et à limiter  nos ambitions Nous regrettons ainsi par exemple l’absence d’une cartographie situant plus précisément le bidonville sur le territoire actuel. Nous avons aussi dû faire face à des problèmes techniques comme les stickers imprimés sur fond blanc au lieu de l’être sur fond transparent et tranchant de fait désagréablement avec le mur beige, ou le décollement et le gondolement des photographies après l’accrochage qui a quelque peu compliqué le montage. Nous aurions aussi  souhaité organiser une journée de médiation avec des élèves de primaire et de collège avec monsieur Abdel Saadouni, qui nous avait donné son accord, et que nous n’avons pas pu mettre en œuvre.

Enfin nous tenons à remercier la Fondation Schlumberger pour avoir financé notre projet, ATD Quart Monde et l’ensemble des structures qui nous ont donné accès aux archives, l’université Paris 13, l’UFR de communication, le service culturel, le service reprographie de l’université, ainsi que l’ensemble des professeurs qui ont encadré le projet. Nous remercions aussi toutes les personnes qui nous ont permis de mener à bien notre projet, en particulier M. Abdel Saadouni et Mme Bernadette Cornuau pour le temps qu’ils nous ont consacré et leurs précieux témoignages, les archives municipales de La Courneuve ainsi que le pôle image qui nous a permis d’utiliser leur film.

Le statut de la mémoire

À travers notre exposition, nous avons été amenées à questionner le statut des témoignages, photographies et objets recueillis qui forment la matière de notre exposition. Toutes renvoient à la notion de mémoire. Nous avons ainsi été amenées à réfléchir sur la valeur de ce corpus. La dimension subjective de l’ensemble des éléments que nous avons collectés est un élément que nous ne pouvions ignorer et qui devait faire l’objet d’une réflexion approfondie. En effet, aussi bien le témoignage de M.Abdel Saadouni, celui de Mme Bernadette Cornuau, que les photographies sont investies d’une dimension personnelle. Si ces éléments ont tous pour point commun d’être investi d’une certaine nostalgie et tendresse à l’égard du bidonville de La Campa, ils ne peuvent êtres appréhendés en dehors de leur dimension de mémoire individuelle. La confrontation à des réalités plus objectives était de fait une nécessité.

Il a donc été choisi de ne pas se limiter à une exposition exclusivement photographique, mais d’intégrer une dimension plus historique. Pour réaliser ce projet, nous avons conçu des panneaux qui tendent à nuancer la subjectivité assumée des photographies et témoignages. La conception de ces panneaux, les recherches que nous avons dû mener pour les réaliser, nous a obligées à aller plus loin dans la réflexion sur l’objectivité de toute forme de mémoire. Existe-t-il une réalité objective, unique et où la trouver ? Quelle est notre légitimité ?

De fait, nous avons choisi d’assumer et même de revendiquer la dimension subjective de notre exposition. Toutefois, il ne s’agissait pas de faire une exposition sur deux individus particuliers, illustrés par des photographiques. À travers ces parcours et ces témoignages individuels, nous pensons qu’il existe une dimension plus universelle. La subjectivité de chacun est convoquée dans son rapport à la mémoire. Chaque visiteur peut retrouver un peu de lui-même, une partie de son parcours, de l’enfance à l’age adulte. Chacun est amené à questionner son rapport à l’enfance et la dimension de reconstruction qui y est associée, sa part de nostalgie, ou au contraire de répulsion pour âge déterminant dans la construction de chaque individu.

Le palimpseste, une notion clef de notre exposition

Qu’est-ce qu’un palimpseste et pourquoi convoquer cette notion ?
Selon le dictionnaire, le palimpseste désigne un parchemin manuscrit dont on a effacé la première écriture afin d’écrire un nouveau texte. Ce terme désigne un parchemin ancien dont l’inscription a été grattée par un copiste afin d’être réutilisé pour un autre texte. L’ancienne écriture se donne à voir parfois sous le grattage.
Ce mot nous a semblé être à même de résumer notre exposition, dans toutes ses dimensions et particulièrement cette superposition entre temps passé et temps présent, le bidonville de La Campa d’une part et le parc de La Courneuve d’autre part. C’est à travers cette notion que nous avons choisi d’incarner la notion de trace et donc dans l’idée de superposition des temporalités. Ce palimpseste s’incarne à travers la scénographie. Le visiteur, invité à déambuler sur un chemin de pelouse verte jusqu’au carré central, doit ensuite sortir de cet espace symbolisant le parc de La Courneuve, sortir de cette zone qui par sa dimension symbolique et cognitive renvoie à son présent, avec une notion de confort et de familiarité, pour pénétrer dans un espace flou, celui d’un temps révolu, où il va rencontrer les ombres du passé, matérialisées par les silhouettes et figures en noir et blanc des enfants de La Campa. Par là même, il expérimente la stratification du temps et sa superposition.

À travers ce blog, nous sommes amenées à expérimenter une autre dimension du palimpseste, celle véhiculée par la critique littéraire moderne de transtextualité, employé en premier lieu par Gérard Gennette dans son essai Palimpseste. C’est-à-dire tout ce qui met un texte en relation avec d’autres textes, avec l’idée que les couches inférieures du texte transparaissent en filigrane. À travers nos articles, les références aux travaux que nous avons pu consulter, nos réflexions elles-mêmes inspirées de lectures ou d’apports extérieurs dont nous n’avons plus forcément conscience, cette dimension est directement expérimentée.

Comment appréhender la notion de trace ?

Parmi les demandes qui nous ont été faites, celle concernant la notion de trace a particulièrement retenu notre attention et a fait l’objet d’une réflexion théorique et conceptuelle.  Comment appréhender cette notion, et surtout comment lui donner une réalité matérielle au sein de notre exposition ? Comment amener le visiteur à saisir cette notion, à lui donner une réalité matérielle au sein du parcours de l’exposition.
Nous avons ainsi réfléchi à partir des définitions de la trace. Ce mot renvoie à des dimensions multiples, à la fois physique, notionnelle et figurée. La trace renvoie dans un premier temps à la notion de vestige qu’un homme ou un animal laisse à l’endroit où il est passé, mais aussi à l’idée de marque, d’impression que laisse quelque chose, elle peut aussi être immatérielle. Au sens figuré, la trace renvoie à l’idée d’imitation, d’exemple à suivre, c’est l’idée de marcher sur les traces ou de suivre les traces de quelqu’un. C’est donc à une définition multiple que nous avons été confrontées, renvoyant à des éléments matériels ou d’ordre plus symboliques.

Nous avons travaillé sur l’ensemble définitionnel de cette notion de trace. Rétrospectivement, la dimension figurée, d’exemple à suivre, hautement paradoxale appliqué à un bidonville et donc à un objet communément perçu de façon négative, nous interroge. Nous avons travaillé sur l’enfance et, dans cette mesure, il paraît intéressant de revenir sur cette dimension qui finalement est apparue de façon inconsciente dans notre exposition.
À travers les archives et les « regards d’enfants », nous avons finalement donné en quelque sorte une matérialité à cette dimension figurée. En reconstituant la vie des enfants à La Campa et en interrogeant d’anciens habitants, aujourd’hui devenus adultes, nous avons « suivi les traces » de ces enfants, en remontant la piste du temps. D’autre part, dans notre propos, une vie heureuse à La Campa, volontairement engagé et subjectif, on retrouve aussi une certaine idée d’exemplarité, l’idée de trace à suivre. À travers notamment la personnalité d’Abdel Saadouni, nous avons présenté le parcours atypique d’un individu qui à partir d’une enfance dans un bidonville a su s’élever socialement. Cette trajectoire, présentée comme exemplaire dans notre parcours d’exposition, peut trouver un écho universel, dans la mesure où la vie de chacun peut trouver une résonance. À travers l’enfance, c’est la dimension de construction de soi-même qui se trouve incarnée dans un fil sous-jacent.

 

Le bidonville de La Campa : une réalité double, physique et mémorielle

Le bidonville de La Campa a été avant tout un élément du tissu urbain de la Seine-Saint-Denis. À ce titre, c’était un élément physique et matériel, un endroit dans lequel des familles vivaient.
Pour plus d’informations sur l’histoire du bidonville et la transformation du territoire :Le bidonville de la Campa reste un “non-dit” dans l’histoire du parc de la Courneuve

Nous souhaitions mettre en avant cet aspect et confronter le visiteur à cette dimension en lui proposant une visite exhumant le passé et lui redonnant, le temps de l’exposition, une réalité concrète. Pour cela nous avons longuement réfléchi sur les éléments dont nous disposions pour concevoir notre exposition et la façon dont nous pouvions les utiliser. Nous avons, par là même, conduit une réflexion sur les supports de la mémoire à notre disposition et la façon dont nous pouvions les assembler. Il s’agissait ici d’appréhender la mise en exposition comme un média entre notre propos et le visiteur.
Nous avons donc confronté deux éléments : d’une part, le parc de La Courneuve, dans sa réalité contingente actuelle et, d’autre part, le bidonville de La Campa, dans sa réalité virtuelle historique, telle que nous pouvions l’appréhender à travers les rares écrits existants, les témoignages oraux des témoins, les photographies de l’époque. De cette confrontation est né l’ensemble de notre exposition, aussi bien dans l’élaboration de son discours sous-jacent que dans sa scénographie.
Pour plus d’informations sur la scénographie de l’exposition : (à compléter)

Cette approche nous a ainsi conduites à réfléchir aux supports de la mémoire et à l’utilisation que l’on peut en faire au sein d’une exposition. Nous avons ainsi questionné le statut de ces différents éléments comme témoins du passé, dans le temps présent, et les avons appréhendés comme des liens entre ces deux dimensions temporelles, des fils à tirer entre passé et présent d’une part, mais aussi dans le présent lui-même. En effet, nous voulions appréhender le bidonville dans son aspect mémoriel, dans sa dimension immatérielle, tel qu’il subsiste dans la mémoire des individus qui l’ont connu, et plus généralement dans la façon dont il est encore perçu et véhiculé dans le présent.

 

Le jardin d’enfant de La Campa

Cette photographie illustre l’épanouissement des enfants à travers la création. Des actions pédagogiques étaient mises en place au jardin d’enfant, comme des ateliers de dessin, ce qui permettait aux adultes encadrants de créer des liens avec les enfants.

La création, un moyen de s’épanouir

 

“Le père Joseph Wresinski a eu l’idée de faire un jardin d’enfants pour que les tout petits puissent aller à l’école. Pour les parents c’était important.”                                                                                                                          B. Cornuau

Nous avons choisi cette citation car Mme Bernadette Cornuau, volontaire engagée du Mouvement ATD Quart Monde, évoque le rôle crucial qu’a joué le père Joseph Wresinski dans l’aide au développement personnel des enfants de La Campa.

 


Vie quotidienne à La Campa


Dans cet espace, nous revenons sur la vie quotidienne des habitants du bidonville de La Campa, à travers des photographies et des citations, nous essayons de mettre l’accent sur les souvenirs heureux vécus dans ces lieux sinistres.

Ainsi, notre objectif est d’offrir, au-delà d’un regard misérabiliste et souvent rempli de préjugés, une image d’individus et d’enfants épanouis et heureux de vivre ensemble.

Loin des baraques froides et des rues boueuses de La Campa, se dégage un décor chaleureux où les enfants jouent et rient et les plus grands chantent et dansent… Ici, comme ailleurs, l’espoir fait vivre !

 

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique. Nous on dansait et on chantait. C’était très convivial »

A. Saadouni

Abdel Saadouni appuie notre propos par son témoignage. Lui, un ancien enfant de La Campa, en garde des souvenirs heureux. Il vit encore aujourd’hui àla Courneuve, dans un pavillon avec sa femme et ses quatre enfants. Souvent les dimanches, ils se rendent au parc de La Courneuve. Abdel raconte des anecdotes qu’il garde de son enfance vécue au même endroit, 45 ans plus tôt.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search