Exposition “Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)”

L’exposition “Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)” aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis retraçait en 2007 vingt ans d’histoire sur les personnes mal logées en Seine-Saint-Denis. Le lien vers cet article du magazine Télérama Sortir vous permettra d’en savoir un peu plus sur le rôle joué par le père Joseph Wresinski, le nombre de bidonvilles et d’habitants à cette époque ainsi que les événements qui ont alerté les pouvoirs publics de la situation.

Extraits de l’entretien avec Mr Abdel Saadouni

Voici quelques extraits de notre entretien avec Mr Abdel Saadouni. Pour plus d’informations vous pouvez également consulter l’article : Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni ou ce lien concernant la rencontre avec les promotions précédentes. Finalement, pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

« Rien n’appartenait à personne et tout appartenait à tout le monde quelque part. »

« Pratiquement tout le monde qui vivait dans le bidonville travaillait parce qu’avant il y avait du boulot. »

« Beaucoup de gens qui venaient des bidonvilles ont été placé dans des citées transit. Il fallait leur apprendre à vivre dans des HLM. C’était une transition. On nous a dit que ça allait durer pendant 5/6 ans mais pour la plupart ça a duré plus longtemps. C’était déjà la crise du logement. »

« On allait à l’école. Il y avait un car qui venait nous chercher et nous ramener. C’est la mairie qui affrétait le car. On était réparti dans plusieurs écoles de la Courneuve. Au début on était séparé par tranches d’âges mais ça ne durait pas. Moi j’avais 6 ans et j’étais en classe avec des enfants qui avaient 13/14 ans. »

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique, nous on dansait et on chantait,  c’était très convivial. »

« Il y avait une solidarité et une entraide entre les gens. Au sein d’une communauté mais aussi entre communautés. »

« Pour les loisirs il y avait les terrains de foot à côté. Le parc des sports existait déjà. On allait piquer les poteaux et les filets pour ce faire des petits terrains ici. »

« En dessous il y avait une rivière. Des fois on allait dans la rivière pour s’amuser. On coupait les toits des bagnoles pour faire des barques. La rivière était grande, on se baignait dedans. Le relief n’est plus du tout le même aujourd’hui, avant c’était plat. »

« Le jour même où on est parti, il y avait les bulldozers qui venaient. On avait pas le choix.  On ne voulait pas partir. La plupart des gens ne voulait pas partir. »

« Je ne me souviens pas des tensions, moi j’ai un souvenir d’enfant. »

« Il n’y avait pas d’éclairage, il y avait 2 ou 3 fontaines. Il y avait un point de croix rouge qui était là en permanence.  Pour les WC on creusait nous même des fausses. »

« À part le boue, c’était propre. Même la manière d’être habillé. Chaque communauté gérait. Au bled on avait pas d’eau ni d’électricité, donc on avait déjà une formation. C’est pareil pour les ordures. »

« Les filles allaient à l’école mais elles aidaient aussi la maman dans la maison. Elles étaient plus responsables que les garçons. Elles s’occupaient des petits frères, de la maison. »

« Ce n’était pas la misère mais ce n’était pas l’Amérique non plus. »

« Dans la misère on se crée toujours une complicité. »

« On ne voulait pas partir, on avait nos habitudes et il y avait une sacrée ambiance. »

« Il y avait une solidarité même si les gens restaient beaucoup au sein de chaque communauté. »

« Il y avait du boulot partout. La France était demandeuse. Les français acceptaient plus les travailleurs étrangers. Chaque personne de la famille en faisait venir une autre. »

« Les gens avaient envie de découvrir la culture des autres. Il n’y avait pas cette tension actuelle parce qu’il y avait du travail pour tout le monde. »

« À la cité transit, c’était fini la belle époque, il fallait se prendre en main. J’étais en difficulté et j’avais envie de m’en sortir. »

« Pour se laver il fallait faire chauffer l’eau mais on avait la technique. Il y avait des douches municipales mais c’était payant. »

« Le parc est merveilleux, c’est la nature. J’ai toujours gardé ce lien avec la nature peut être parce qu’on était à côté des maraichers. J’aimais bien monter dans les arbres et gambader. »

« Même 40 ans après, on voit que ça revient. »

Michelle Briançon

Pour notre exposition « Territoire d’enfance », nous avons aussi choisi des photographies de Michelle Briançon, à l’époque « voisine » du bidonville de La Campa.

Nous voudrions partager quelques lignes sur l’histoire de cette « photographe » amateur.

 

Michelle Briançon a 16 ans, lorsqu’elle est rapatriée d’Algérie avec sa famille en 1962.

Après un mois dans un camp de transit, elle monte sur Paris avec sa grand-mère et sa mère qui travaille au Ministère des Finances. Elles logent alors quelques mois dans un hôtel, puis dans une chambre de bonne de 9m2. Finalement, sa mère obtient un appartement, certainement par le biais du service social du Ministère des Finances, au 4000 de la Courneuve, en octobre 1963. Pour elles, ce fut un réel soulagement : l’occupation d’un vrai appartement, vivable et signe de la fin des conditions de vie précaires.

C’est en se baladant aux alentours des 4000 que Michelle Briançon découvre le bidonville de La Campa. Grâce à son appareil photo, elle se met à prendre tout en photo et parle aux habitants de La Campa.

Quarante plus tard, elle entend parler d’une exposition sur les bidonvilles en Seine-Saint-Denis. Interpellée, elle se met à chercher les photographies qu’elle avait prises à l’époque.

Elle décide donc de visiter l’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » et de contacter la mairie de la Courneuve pour partager ses photographies.

A propos de ces photographies :

Ce qui me revenait : le contraste entre une cité moderne propre… et la vie dans le […] qui était assez chaotique et sale.

Comment est-ce qu’on peut vivre dans des conditions aussi…

Ce que j’ai essayé d’exprimer, c’est comment est-ce qu’on peut vivre dans la boue, dans les ordures ?

Pourquoi les enfants ? Parce qu’après j’ai choisi la profession de m’occuper d’enfants, je pense qu’à l’époque c’est ce qui m’a touché.

 

 

Paroles recueillies par M. Jean Michel Roy, Responsable de l’unité Patrimoine et Arts Visuels à la ville de la Courneuve.

 

    

Fonds Mairie de la Courneuve, Michelle Briançon, La Campa 1964.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search