Le statut de la mémoire

À travers notre exposition, nous avons été amenées à questionner le statut des témoignages, photographies et objets recueillis qui forment la matière de notre exposition. Toutes renvoient à la notion de mémoire. Nous avons ainsi été amenées à réfléchir sur la valeur de ce corpus. La dimension subjective de l’ensemble des éléments que nous avons collectés est un élément que nous ne pouvions ignorer et qui devait faire l’objet d’une réflexion approfondie. En effet, aussi bien le témoignage de M.Abdel Saadouni, celui de Mme Bernadette Cornuau, que les photographies sont investies d’une dimension personnelle. Si ces éléments ont tous pour point commun d’être investi d’une certaine nostalgie et tendresse à l’égard du bidonville de La Campa, ils ne peuvent êtres appréhendés en dehors de leur dimension de mémoire individuelle. La confrontation à des réalités plus objectives était de fait une nécessité.

Il a donc été choisi de ne pas se limiter à une exposition exclusivement photographique, mais d’intégrer une dimension plus historique. Pour réaliser ce projet, nous avons conçu des panneaux qui tendent à nuancer la subjectivité assumée des photographies et témoignages. La conception de ces panneaux, les recherches que nous avons dû mener pour les réaliser, nous a obligées à aller plus loin dans la réflexion sur l’objectivité de toute forme de mémoire. Existe-t-il une réalité objective, unique et où la trouver ? Quelle est notre légitimité ?

De fait, nous avons choisi d’assumer et même de revendiquer la dimension subjective de notre exposition. Toutefois, il ne s’agissait pas de faire une exposition sur deux individus particuliers, illustrés par des photographiques. À travers ces parcours et ces témoignages individuels, nous pensons qu’il existe une dimension plus universelle. La subjectivité de chacun est convoquée dans son rapport à la mémoire. Chaque visiteur peut retrouver un peu de lui-même, une partie de son parcours, de l’enfance à l’age adulte. Chacun est amené à questionner son rapport à l’enfance et la dimension de reconstruction qui y est associée, sa part de nostalgie, ou au contraire de répulsion pour âge déterminant dans la construction de chaque individu.

Le palimpseste, une notion clef de notre exposition

Qu’est-ce qu’un palimpseste et pourquoi convoquer cette notion ?
Selon le dictionnaire, le palimpseste désigne un parchemin manuscrit dont on a effacé la première écriture afin d’écrire un nouveau texte. Ce terme désigne un parchemin ancien dont l’inscription a été grattée par un copiste afin d’être réutilisé pour un autre texte. L’ancienne écriture se donne à voir parfois sous le grattage.
Ce mot nous a semblé être à même de résumer notre exposition, dans toutes ses dimensions et particulièrement cette superposition entre temps passé et temps présent, le bidonville de La Campa d’une part et le parc de La Courneuve d’autre part. C’est à travers cette notion que nous avons choisi d’incarner la notion de trace et donc dans l’idée de superposition des temporalités. Ce palimpseste s’incarne à travers la scénographie. Le visiteur, invité à déambuler sur un chemin de pelouse verte jusqu’au carré central, doit ensuite sortir de cet espace symbolisant le parc de La Courneuve, sortir de cette zone qui par sa dimension symbolique et cognitive renvoie à son présent, avec une notion de confort et de familiarité, pour pénétrer dans un espace flou, celui d’un temps révolu, où il va rencontrer les ombres du passé, matérialisées par les silhouettes et figures en noir et blanc des enfants de La Campa. Par là même, il expérimente la stratification du temps et sa superposition.

À travers ce blog, nous sommes amenées à expérimenter une autre dimension du palimpseste, celle véhiculée par la critique littéraire moderne de transtextualité, employé en premier lieu par Gérard Gennette dans son essai Palimpseste. C’est-à-dire tout ce qui met un texte en relation avec d’autres textes, avec l’idée que les couches inférieures du texte transparaissent en filigrane. À travers nos articles, les références aux travaux que nous avons pu consulter, nos réflexions elles-mêmes inspirées de lectures ou d’apports extérieurs dont nous n’avons plus forcément conscience, cette dimension est directement expérimentée.

Comment appréhender la notion de trace ?

Parmi les demandes qui nous ont été faites, celle concernant la notion de trace a particulièrement retenu notre attention et a fait l’objet d’une réflexion théorique et conceptuelle.  Comment appréhender cette notion, et surtout comment lui donner une réalité matérielle au sein de notre exposition ? Comment amener le visiteur à saisir cette notion, à lui donner une réalité matérielle au sein du parcours de l’exposition.
Nous avons ainsi réfléchi à partir des définitions de la trace. Ce mot renvoie à des dimensions multiples, à la fois physique, notionnelle et figurée. La trace renvoie dans un premier temps à la notion de vestige qu’un homme ou un animal laisse à l’endroit où il est passé, mais aussi à l’idée de marque, d’impression que laisse quelque chose, elle peut aussi être immatérielle. Au sens figuré, la trace renvoie à l’idée d’imitation, d’exemple à suivre, c’est l’idée de marcher sur les traces ou de suivre les traces de quelqu’un. C’est donc à une définition multiple que nous avons été confrontées, renvoyant à des éléments matériels ou d’ordre plus symboliques.

Nous avons travaillé sur l’ensemble définitionnel de cette notion de trace. Rétrospectivement, la dimension figurée, d’exemple à suivre, hautement paradoxale appliqué à un bidonville et donc à un objet communément perçu de façon négative, nous interroge. Nous avons travaillé sur l’enfance et, dans cette mesure, il paraît intéressant de revenir sur cette dimension qui finalement est apparue de façon inconsciente dans notre exposition.
À travers les archives et les « regards d’enfants », nous avons finalement donné en quelque sorte une matérialité à cette dimension figurée. En reconstituant la vie des enfants à La Campa et en interrogeant d’anciens habitants, aujourd’hui devenus adultes, nous avons « suivi les traces » de ces enfants, en remontant la piste du temps. D’autre part, dans notre propos, une vie heureuse à La Campa, volontairement engagé et subjectif, on retrouve aussi une certaine idée d’exemplarité, l’idée de trace à suivre. À travers notamment la personnalité d’Abdel Saadouni, nous avons présenté le parcours atypique d’un individu qui à partir d’une enfance dans un bidonville a su s’élever socialement. Cette trajectoire, présentée comme exemplaire dans notre parcours d’exposition, peut trouver un écho universel, dans la mesure où la vie de chacun peut trouver une résonance. À travers l’enfance, c’est la dimension de construction de soi-même qui se trouve incarnée dans un fil sous-jacent.

 

Le bidonville de La Campa : une réalité double, physique et mémorielle

Le bidonville de La Campa a été avant tout un élément du tissu urbain de la Seine-Saint-Denis. À ce titre, c’était un élément physique et matériel, un endroit dans lequel des familles vivaient.
Pour plus d’informations sur l’histoire du bidonville et la transformation du territoire :Le bidonville de la Campa reste un “non-dit” dans l’histoire du parc de la Courneuve

Nous souhaitions mettre en avant cet aspect et confronter le visiteur à cette dimension en lui proposant une visite exhumant le passé et lui redonnant, le temps de l’exposition, une réalité concrète. Pour cela nous avons longuement réfléchi sur les éléments dont nous disposions pour concevoir notre exposition et la façon dont nous pouvions les utiliser. Nous avons, par là même, conduit une réflexion sur les supports de la mémoire à notre disposition et la façon dont nous pouvions les assembler. Il s’agissait ici d’appréhender la mise en exposition comme un média entre notre propos et le visiteur.
Nous avons donc confronté deux éléments : d’une part, le parc de La Courneuve, dans sa réalité contingente actuelle et, d’autre part, le bidonville de La Campa, dans sa réalité virtuelle historique, telle que nous pouvions l’appréhender à travers les rares écrits existants, les témoignages oraux des témoins, les photographies de l’époque. De cette confrontation est né l’ensemble de notre exposition, aussi bien dans l’élaboration de son discours sous-jacent que dans sa scénographie.
Pour plus d’informations sur la scénographie de l’exposition : (à compléter)

Cette approche nous a ainsi conduites à réfléchir aux supports de la mémoire et à l’utilisation que l’on peut en faire au sein d’une exposition. Nous avons ainsi questionné le statut de ces différents éléments comme témoins du passé, dans le temps présent, et les avons appréhendés comme des liens entre ces deux dimensions temporelles, des fils à tirer entre passé et présent d’une part, mais aussi dans le présent lui-même. En effet, nous voulions appréhender le bidonville dans son aspect mémoriel, dans sa dimension immatérielle, tel qu’il subsiste dans la mémoire des individus qui l’ont connu, et plus généralement dans la façon dont il est encore perçu et véhiculé dans le présent.

 

Le jardin d’enfant de La Campa

Cette photographie illustre l’épanouissement des enfants à travers la création. Des actions pédagogiques étaient mises en place au jardin d’enfant, comme des ateliers de dessin, ce qui permettait aux adultes encadrants de créer des liens avec les enfants.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search