L’exposition « Bidonville, l’autre ville »

L’association Archi DB (spécialisée dans la conception d’expositions consacrées à l’urbanisme et l’architecture) a présenté cette exposition à la Ferronerie de Dijon en 2011.

« Bidonville, l’autre ville » est la restitution d’un travail de terrain sur plusieurs continents où l’équipe a observé le phénomène des bidonvilles. Un site internet dédié à cette exposition permet d’en garder une trace virtuelle.

Nous y retrouvons :

  • des photos de l’exposition

  • les supports photographiques qui montrent différents types de bidonvilles

  • des analyses sur le phénomène des bidonvilles dans le monde tels que les évolutions, les lieux d’implantations, l’autoconstruction…

  • des vidéos d’ambiances urbaines

    Cliquer sur l’image pour accéder au site de l’exposition

Une exposition photographique sur le bidonville de La Campa : à la découverte de la conduite d’un projet

Dans le cadre de notre Master, nous devions monter une exposition dans les locaux du service culturel. La demande de nos professeurs était de monter une exposition photographique ayant pour sujet le bidonville de La Campa et par là même, de travailler sur la notion de trace.

Cette demande nous est apparue hautement paradoxale : comment faire une exposition photographique sur un objet qui ne possède actuellement plus aucune trace physique ?

Cette demande nous a tout de suite placé dans la posture d’une équipe de conception de projet devant répondre à une demande dont nous ne comprenions pas forcément les aboutissements mais que nous allions devoir mettre en œuvre. Nous nous sommes ainsi immédiatement questionnées : Comment répondre à une demande extérieure et se l’approprier pour proposer une approche novatrice et originale ? Comment parvenir à mettre en oeuvre une exposition conceptuelle, autour de la notion de trace, tout en lui donnant une dimension physique, qui ne passerait pas uniquement par la présentation de photographies d’archives ?

Nous voulions absolument mettre en pratique l’ensemble de nos enseignements, reçus dans le cadre de notre parcours, et nous inscrire dans une pratique contemporaine de la conception d’exposition, à la fois sur le plan de la scénographie, mais aussi de la médiation.

 

Monter cette exposition nous a véritablement permis d’appréhender la conception d’exposition dans son ensemble : la découverte du thème, les rencontres avec les témoins directs ou indirects, le choix du sujet, la découverte des photographies d’archives à notre disposition, le choix du sujet, l’élaboration de la scénographie, le montage. Conduire un projet de la sorte, nous a beaucoup appris et apporté aussi bien sur le plan de l’apprentissage d’une véritable pratique professionnelle, que sur le plan personnel.

Pas d’informations sur La Campa dans le parc de La Courneuve?

Au cours de nos recherches nous nous sommes rendues sur le site du parc de La Courneuve, notamment en compagnie d’Abdel Saadouni afin de mener un entretien sur le lieu même des faits racontés.

Une chose nous a alors frappées: à l’emplacement même du bidonville aucunes plaques, aucunes informations officielles ou officieuses n’apparaissent.

Cette même remarque a été faite dans un commentaire posté sur ce même blogue le 23/01/2010 par auriane93300, habitante d’Aubervilliers. Elle remarquait que malgré le fait qu’elle se promenait de façon régulière dans le parc de La Courneuve en famille, elle n’avait jamais su qu’à cet endroit s’était tenu un bidonville abritant des dizaines de familles seulement 50 ans auparavant.

Nous nous sommes donc posées légitimement la question suivante: pourquoi ne subsiste-t-il aucunes traces visibles de ce passé? Est une volonté des politiques de l’époque qui demeure aujourd’hui ou bien est- ce en projet grâce aux recherches effectuées ces dernières années?

Monde enfantin et précarité

Cette photo met en perspective les propos de cette partie de l’exposition, dédiée aux conditions de vie précaires dans le bidonville de La Campa  avec le propos général de l’exposition. On y voit la boue, la saleté, les déchets et les abris de fortune qui forment les rues et les allées du bidonville. Malgré ce fond difficile on peut apercevoir un panneau de carton avec les personnages de bande dessinée Astérix et Obélix qui tranche avec le reste et nous rappel que le bidonville est aussi un territoire d’enfance.

De 1971 à 2012 : du bidonville au parc de La Courneuve

    

Notre exposition s’ouvre sur deux photographies présentant un même espace : le bidonville d’une part, et le parc de La Courneuve. Prises à trente ans d’écarts s’est deux photographies témoignent de l’évolution du territoire. C’est à travers la superposition de ces deux espaces physiques, temporels et mentaux que nous invitons le visiteur dans un voyage dans le temps, à la découverte des ombres du passé qui ont animées ce lieu et qui aujourd’hui continuent toujours à le faire vivre dans la mémoire.

Territoire d’enfance « Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957- 1971 »

 

« Le relief n’est pas le même aujourd’hui avant c’était plat. »

                                                A. Saadouni

 

 

Loïk Prat

Loïk Prat, [né le 7 mars 1928 à Chateaulin (finistère) – décédé le 11 août 2003 (Seine Saint Denis)] est un Journaliste Reporter Photographe.

Ces photos et reportages portés principalement sur la vie quotidienne, les conditions de travail, les loisirs, la famille…
Témoin des évolutions de notre société, son pseudonyme professionnel est Photovie.

Pour plus d’informations nous vous invitons à visiter le site internet qui lui est dédié :

www.photovie.fr

Il a ainsi travaillé à la fois pour la presse militante La Vie Ouvrière, de grands titres comme L’Express ou encore Igloos, la revue d’ATD Quart Monde.

Appel à témoins

Nous voudrions à travers ce billet lancer un appel à témoins.

La recherche de traces, consistant à exhumer une histoire souvent oubliée de tous mais vécue par des hommes, femmes et enfants dans notre pays, aux portes de nos villes, a été entamé par maintenant trois promotions universitaires de master 2. Elle a permis de recueillir plusieurs témoignages de vies directement ou indirectement reliées aux bidonvilles.

Mais de nombreuses questions restent en suspens et bien des aspects de la vie des habitants des bidonvilles français n’ont pas encore été abordés.

La prise de contact avec de nouvelles personnes ayant vécues ou ayant fréquentés via des associations comme ATD Quart Monde ou via des connaissances ou relations personnelles au sein même des bidonvilles français des années 1950/60/70 serait une contribution importante pour la suite des recherches entamées par ces promotions.

Si vous souhaitez apporter votre contribution à la redécouverte de cette partie de l’histoire des Hommes vous pouvez prendre contact avec toute l’équipe de chercheurs par l’intermédiaire de ce blogue.

 

ATD Quart Monde, un engagement mondial

Bernadette Cornuau, une des premières volontaires, a démarré le Mouvement dans plusieurs lieux, en France et aux Etats-Unis. Elle a ensuite dirigé l’Institut d’Action d’ATD Quart Monde.

Afin d’avoir un aperçu de l’engagement des volontaires du mouvement ATD Quart Monde dans d’autres situations que celle des bidonvilles français, nous proposons la lecture d’un article de Clare McCarty sur l’engagement de ces derniers auprès des enfants pauvres de New York., et plus particulièrement sur l’engagement de Mme Bernadette Cornuau qui nous a inspirée pour l’exposition Territoire d’enfance.

Clare MacCarty est étudiante en anthropologie et développement de l’enfant à Tufts University (Massachusetts, USA). Elle fait actuellement un stage avec le Mouvement ATD Quart Monde à Boston.

Apprendre à New York

Résumé

S’engager au sein d’une communauté pour révéler les capacités d’apprendre des enfants et des jeunes les plus pauvres, c’est créer des liens de partenariat avec leurs parents. Une relecture du livre de Vincent Fanelli « The human face of poverty. A chronicle of urban America » (1990, New York, The Bootstrap Press)

Introduction

Aller plus avant pour appréhender les besoins des pauvres, au-delà des méthodes traditionnelles de l’assistance, saisir leurs difficultés, cela ne peut se faire qu’en vivant et en travaillant avec eux, en proximité, pour devenir familier des défis qu’ils rencontrent et comprendre ce qu’ils endurent dans l’extrême pauvreté.

Le livre de Vincent Fanelli en est une illustration. Il révèle la vie partagée de volontaires d’ATD Quart Monde avec des familles habitant dans le Lower East Side de Manhattan, à New York, du milieu des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970. Au début de cette période, les Etats-Unis s’étaient mobilisés dans une « guerre contre la pauvreté » et, dans ce quartier comme dans d’autres semblables, beaucoup de programmes sociaux avaient été mis en place. 

[…]

Lien vers l’article : www.editionsquartmonde.org

 

Actualités

Par ce panneau, notre volonté était d’élargir notre questionnement basé sur un bidonville en particulier et une période donnée, et de passer d’une vision locale à globale. Détruit en 1971, le bidonville de La Campa, ainsi que les autres bidonvilles de la région parisienne (Noisy-Le-Grand, Nanterre,…) n’a pas signifié la fin des bidonvilles en France. Ce type d’habitation informelle est toujours présent dans le monde entier. Néanmoins, les origines, les formes, les façons d’y vivre sont différentes et sont à replacer dans des contextes socio-historiques et économiques liés au territoire d’implantation.

Nous proposons d’apporter des informations sur le phénomène des bidonvilles en accédant à la rubrique : autour de La Campa et des bidonvilles.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search