Le Mouvement ATD Quart Monde et son action à La Campa

Le Mouvement ATD Quart Monde est une Organisation Non Gouvernementale sans affiliation ni religieuse ni politique, fondée en 1957 par le père Joseph Wresinski. Il souhaite contribuer à bâtir une  société où chacun sera respecté dans une égale dignité et y aura sa place pleine et entière. Le Mouvement ATD Quart Monde lutte pour les droits de l’homme, avec l’objectif de garantir l’accès des plus pauvres à l’exercice de leurs droits et d’avancer vers l’éradication de l’extrême pauvreté.

Présent dans une trentaine de pays dans le monde, le Mouvement ATD Quart Monde agit dans les domaines suivants :

–  Rejoindre les personnes en situation d’extrême pauvreté

–  Promouvoir l’accès au savoir, à la culture et à l’éducation

–  Mener des projets pilotes pour garantir l’accès de tous aux droits fondamentaux

–  Informer et mobiliser les citoyens, la société civile, les autorités et les institutions

–  Mener une recherche et développer une connaissance

–  Promouvoir la participation et la représentation des populations très défavorisées vis-à-vis des organismes locaux, nationaux et internationaux

Le Mouvement ATD Quart a été impliqué à La Campa d’octobre 1961, jusqu’à la résorption totale du bidonville en 1971. Cette implication s’est faite suite à la demande d’habitants de la Campa adressée au père Joseph Wresinski, qu’ils étaient venus rencontrer au camp de Noisy-le-Grand. Des volontaires proposaient des activités dans le jardin d’enfant. La création était alors un moyen pour les enfants de s’épanouir dans cet environnement.

Pour plus d’information sur le Mouvement ATD Quart Monde, nous vous invitons à consulter leur site en cliquant sur le lien http://www.atd-quartmonde.fr/ 

Ces photographes qui ont immortalisé une page de l’histoire…

Si à l’origine, la photographie était utilisée par les peintres comme aide pour leurs travaux, elle devint rapidement un moyen d’expression à part entière pour les artistes.

Ainsi, le réformateur social Jacob Riis (photographe et journaliste) a vu en celle-ci un moyen de diriger l’attention du public sur la pauvreté et la souffrance. En 1880, il a commencé à prendre en photo les quartiers pauvres de New York à la tombée de la nuit. On dit que ses clichés ont motivé certaines réformes entreprises par Théodore Roosevelt à son arrivée à la Maison Blanche. Autre exemple, la force persuasive d’une série de photographies de paysages, prises par William Henry Jackson (peintre, photographe et explorateur américain) a amené le congrès américain, en 1872, à faire de Yellowstone le premier parc national américain. Plus récemment, Yann Arthus-Bertrand (photographe, reporter, documentariste et écologiste français) entreprend de faire l’inventaire des plus beaux paysages du monde vus du ciel. Son credo : « Témoigner de la beauté du monde et tenter de protéger la Terre », un projet qu’il entreprend en 1994 avec le parrainage de l’Unesco.

La vulgarisation de la photographie au travers des territoires est un révélateur de l’engouement de la population pour cette technique. La rapidité de cette propagation permet d’analyser et de mettre en évidence la prédisposition du pays à recevoir un procédé de diffusion de masse pour les images.

Permettant à chacun la possibilité d’immortalisé des moments présents comme un acte de patrimonialisation.

C’est ainsi que plusieurs photographes, professionnels et amateurs, ont eu l’idée et l’envie de réaliser des images du bidonville de La Campa. Nous laissant alors entrevoir une page de l’histoire bien souvent oubliée.

Nous posterons prochainement des articles sur les différents photographes ayant contribué à ce travail de mémoire, tel que Claude Dityvon, Loik PratMiroslav Marik et d’autres… qui nous ont permis la réalisation de l’exposition : « Territoire d’enfance ».

Exposition « Territoire d’enfance – Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957 – 1971 »

Dans le cadre du projet de cette année autour du sujet du bidonville de La Campa, nous organisons une exposition du 24 Janvier au 3 Février 2012 dont le vernissage aura lieu le 24 Janvier de 15h à 19h au Café Expo du Forum du campus de Paris 13 à Villetaneuse.

  » Territoire d’enfance

      Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957-1971 « 
Master 2 « Dynamiques culturelles. Politiques, pratiques, espaces. » Parcours CECS
Du 24 janvier au 3 février 2012
Café expo, Campus de Villetaneuse

Exposition photographique sur le bidonville de la Campa, disparu depuis 1971, et aujourd’hui remplacé par le parc de la Courneuve.
A travers le thème de l’enfance cette exposition met en lumière l’histoire et la  vie quotidienne à La Campa. Elle propose une mise en regard de photographies et de témoignages.

 

Notre rencontre avec Mme Bernadette Cornuau

Grâce à notre rencontre avec les volontaires du mouvement ATD Quart Monde nous avons pu élargir notre liste de contact et ainsi aller à la rencontre d’une volontaire du mouvement Mme Bernadette Cornuau.

Elle nous a reçu chez elle pour un entretien  le 13 décembre 2011 à Méry-sur-Oise pour nous faire partager son expérience de vie à La Campa.

Nous avons pu enregistrer l’entretien mais nous ne savons pas si Mme Cornuault nous autorise à le diffuser.

Voici ce que l’on peut dire sur son parcours et sur son engagement pour le mouvement ATD Quart Monde sur le territoire de La Campa :

Elle commença son travail de volontaire pour ATD  à l’âge de 23 ans dans le bidonville de Noisy-le Grand et fut envoyée, à sa demande, à La Campa trois ans plus tard.

Secrétaire de direction, elle prit tout d’abord une année sabbatique pour se consacrer au mouvement mais vécut finalement durant trois ans dans une roulotte en périphérie du bidonville avec une autre volontaire.

Avec le soutien du reste du mouvement ATD elles contribua à faire évoluer les choses pour les habitants du camp. Des représentants de chaque communauté présente à La Campa ont été impliqués dans tous ses combats.

En octobre 1961 elle réussit à faire en sorte que les enfants puissent aller à l’école, elle aida les familles à faire les démarches administratives auprès des institutions pour obtenir des certificats de résidence. Elle réussit également à obtenir des fontaines pour le camps ainsi que la vaccination de ses habitants.

En réussissant à convraincre la directrice de la DASS de l’époque elle obtint un châlet pour l’éducation des touts petits.

Elle est le témoin de toute une époque et possède beaucoup de souvenir de sa vie à la campa.

Nous avons retranscrit les phrases marquantes de cet entretien:

« Les familles ont été expulsées, elles étaient dans des baraques, enfin c’était leurs baraques, c’était leurs maisons !»

« Il n’y avait pas d’électricité, pas d’eau, il n’y avait rien, c’était des champs de salades.»

« C’était le nôtre qui avait la plus mauvaise réputation, les gens des autres bidonvilles ne voulaient pas venir à La Campa.»

« Saint Denis, La Courneuve, Stains, personne ne voulait des enfants.»

« La vie des petits c’était pas rien !»

« Les enfants aussi voulaient que l’on fasse quelque chose pour leurs familles.»

« Il y a eu un temps très dur au moment de la guerre d’Algérie […] les gens avaient peur […] la peur se communiquait dans tout le bidonville!»

« C’est comme dans la vie il y avait de bons moments et de moins bons moments.»

« Les derniers c’est les gitans, ils sont partis tard parce qu’il n’y avait pas de terrains pour les accueillir.»

A propos des habitants :

« Il y avait 4 communes […] personne ne voulait les reconnaitre.»

« Il y avait toujours des hommes en prison. Alors ils s’entraidaient, ça faisait partie de la vie.»

 

 Photo du fonds ATD Quart Monde, Bernadette Cornuau sur le pas de la porte de sa caravane à La Campa discutant avec une habitante du bidonville venue accompagnée de sa fille