Exposition ” Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)”

Le service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis a souhaité faire partager à ses habitants cette histoire jusqu’ici méconnue. D’où la conception de l’exposition autour du bidonville de la Campa:

Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)

À l’occasion de l’exposition “Et voilà le travail”, autour de l’architecture et la ville, l’exposition : “Bidonvilles en Seine-Saint-Denis, 1954-1974 Histoire et représentations” retraça divers aspects de la vie quotidienne dans les bidonvilles de la Seine-Saint-Denis : photographies d’artistes (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson…), articles de journaux, cartographie, films…

L’exposition fut ensuite présentée aux archives départementales (Bobigny).

Cette exposition a été produite et réalisée par le Conseil général (direction de la Culture, du Patrimoine, du Sport et des Loisirs et direction des Services d’Archives), en partenariat avec l’association Périphérie, centre de création cinématographique, et l’Institut CGT d’Histoire Sociale.[2]

Voir aussi l’annonce du vernissage

Lyon, novembre 2009: un bidonville légitimé

Une décision de justice rendue le 19 novembre 2009, a empêché l’expulsion d’un bidonville d’une centaine de personnes situé rue Paul Bert, dans le 3e arrondissement de Lyon. Le Conseil Général du Rhône avait saisit le tribunal de Grande Instance de la ville, afin de demander l’expulsion de ce site constitué depuis le printemps 2009. Mais celui-ci a été débouté par le tribunal. Ce lieu est certes insalubre , mais n’en demeure pas moins le lieu de résidence de ces personnes. On ne peut donc pas les en expulser. Une décision qui fait grand bruit, allant à l’encontre de l’habitude des tribunaux qui valident de façon quasi-systématique les demandes d’expulsions de bidonvilles.

Pourquoi cette décision? Le verdict est le suivant: “Le campement dans lequel sont installés les défendeurs constitue leur domicile. Celui-ci est protégé, au titre du respect dû à la vie privée et familiale des personnes, par l’article 8 de la Convention européennes des Droits de l’Homme”. Le tribunal reconnaît que les roms installés ici violent le droit de propriété, le terrain appartenant au Conseil Général. Cependant il a estimé que cette action n’était qu’une atteinte supportable au droit de propriété privé, dans la mesure où le Conseil Général n’a justifié d’aucun projet immédiat pour ce terrain. De plus, le tribunal affirme que “même si les conditions de vie, qualifiées par le commissaire de police, en terme d’hygiène, de rudimentaires à l’intérieur du campement et de déplorables à proximité immédiate, sont celles d’un bidonville, le Département du Rhône ne démontre pas qu’elles présentent des dangers et des risques particuliers, autres que ceux propres à ce type de situation, que connaît l’agglomération lyonnaise depuis des années”. Le juge a en outre estimé qu’une expulsion aggraverait les conditions de vie de ces personnes. D’habitudes ce type d’argument amène à une expulsion assortie de plusieurs mois de délais. Cette décision va donc beaucoup plus loin.

Il semble qu’il y ait dans ce jugement la volonté de renvoyer les collectivités territoriales à leurs responsabilités dans ce domaine. D’après M° Frédérique Penot, avocat des habitants du bidonville: “Cela fait des années que l’agglomération lyonnaise est confrontée à ce problème et que les collectivités ne font rien. Si ce n’est chercher juste à se dégager de leurs responsabilités en faisant des demandes d’expulsion, ce qui leur permet de se protéger juridiquement en cas d’accident ou de mort sur le bidonville”. Les habitants de ce bidonville ne sont en effet pas de nouveaux immigrants mais viennent d’autres bidonvilles de la région d’où ils sont régulièrement expulsés.

Le Département du Rhône, par la voix de son directeur général des services, Pierre Jamet, bien que reconnaissant n’avoir aucun projet immédiat pour ce terrain, a annoncé qu’il réfléchissait toutefois à faire appel de cette décision. Si tel était le cas, il est fort probable que la cour d’appel de Lyon infirme cette première décision.

De leur côté, l’Alpil (association lyonnaise pour l’insertion par le logement) et la Fondation Abbé Pierre ont souligné que “la décision du tribunal de grande instance marque une étape dans la nécessaire prise en compte de la situation d’une partie des ménages sans-abri de l’agglomération et pointe le retard local pris dans la résolution de ces situations de mal-logement. Nous devons nous en saisir collectivement, Etat, collectivités et associations”.

Vous pouvez écouter les commentaires de André Gachet, chargé de mission à l’Alpil, et de Pierre Jamet, le directeur général des services du département, à l’adresse suivante. Bien que ces commentaires soient très court (environ secondes chacun), on comprend bien dans celui de Pierre Jamet que le département essaye de se décharger du problème sur la commune.

Sources:

radioscoop.com

libelyon.fr

lyoncapitale.fr

L’express, Marie-Claude figure de proue du bidonville

L’article de l’express du 28 février au 6 mars 1966 consacré au bidonville de La Campa se distingue par le fond et la forme de ceux publiés par France-Soir.

Sur le fond pour commencer, nous constatons que cet article est beaucoup mieux documenté que ceux de France-Soir. L’auteur, Robert Franc, évoque ainsi la création du bidonville ou encore le phénomène des « marchands de sommeil ». Ces éléments témoignent d’une meilleure connaissance du sujet par R. Franc que son homologue de France-Soir. En ce sens, on peut affirmer qu’il s’agit plus d’un article de fond. Cela nous renvoie à la distinction classique entre presse quotidienne et presse hebdomadaire : tandis que la presse quotidienne privilégie le traitement de l’événement « à chaud » quitte à verser de façon abusive dans l’évènementiel. La presse hebdomadaire, quant à elle, bénéficiant de délais plus important, peut se permettre de prendre plus de recul sur les événements, de traiter l’actualité sous forme de dossiers souvent mieux documentés.

Le choix des paroles rapportées par notre journaliste est aussi intéressant à étudier car c’est l’occasion pour nous de retrouver Marie-Claude qui, quatre mois après l’interview de Maurice Josco, a bien passé l’hiver. Plus sérieusement le fait de retrouver, ici, cette travailleuse sociale, précédemment portraitisée dans la presse, la fait émerger comme une figure de proue du bidonville. Marie-Claude devient une sorte de voix officielle du bidonville. On observe que les paroles rapportées, émanant d’habitants du bidonville, sont allusives et au style indirect, comme si notre journaliste n’avait eu que peu de contacts avec ces derniers et avait privilégié pour son enquête le voisinage, les associations et les sociétés en contact avec La Campa.

L’utilisation de nombreux adjectifs qualificatifs et noms communs péjoratifs pour évoquer l’atmosphère du bidonville  comme « misérables », « pestilentielles », « malheureux », « cauchemar », rappel le registre utilisé par France-Soir.

Nous venons d’évoquer le fond, parlons maintenant de la forme. Nous observons dans l’article de R. Franc un caractère polémique absent des articles de France-Soir, rien de subversif cependant. En effet, l’auteur fait allusion à divers point de la politique du gouvernement : la décision de résorber les bidonvilles et sa mise en œuvre, l’immigration ou encore la politique de construction de logement. Sous une forme très lissée, le lecteur est confronté à des questionnements autour de ces thèmes, notamment en conclusion : « Le nouvel effort du gouvernement permettra-t-il d’atteindre ce rêve ? De toute façon, il ne servirait à rien de liquider les bidonvilles existants si rien de sérieux n’était fait parallèlement pour loger les travailleurs étrangers qui vont continuer à affluer ». Il serait intéressant d’étudier l’image de l’immigration que véhicule ce texte, mais là n’est pas notre propos ; contentons-nous d’observer que l’article de l’express a une teneur plus politique que ceux de France-Soir.

Document cité

  • Article « Bidonvilles, les bulldozers attaquent à l’aube » de Robert Franc ; L’Express du 28 février au 6 mars 1966

Pour aller plus loin:

“Regarde-là ma ville, elle s’appelle Bidon… Bidon, Bidon, Bidonville”

En réaction au phénomène grandissant des bidonvilles français, des artistes tel que Claude Nougaro se sont engagés à travers les textes de leurs chansons…

Paroles de la chanson Bidonville, 1965

Regarde-la ma ville

Elle s’appelle bidon

Bidon, bidon, Bidonville

Vivre là-dedans c’est cotton

Les filles qui ont la peau douce

La vendent pour manger

Dans les chambres l’herbe pousse

Pour y dormir faut se pousser

Les gosses jouent mais le ballon

C’est une boite de sardine, bidon

Donne-moi ta main camarade

Toi qui viens d’un pays o les hommes sont beaux

Donne-moi ta main camarade

J’ai cinq doigts moi aussi

On peut se croire égaux.

Regarde-la ma ville

Elle s’appelle bidon

Bidon, bidon, Bidonville

Me tailler d’ici,quoi bon.

Pourquoi veux-tu que je me perde

Dans tes cits,quoi a sert !

Je verrai toujours de la merde

Mme dans le bleu de la mer

Je dormirais sur des millions

Je reverrai toujours bidon

Donne-moi ta main camarade

Toi qui viens d’un pays ou les hommes sont beaux.Donne-moi ta main camarade

J’ai cinq doigts moi aussi

On peut se croire égaux.

Serre-moi la main, camarade

Je te dis au revoir

Je te dis à bientot 
Bientot, bientot

On pourra se parler, camarade, 
Bientot, bientot

On pourra s’embrasser, camarade, 
Bientot, bientot

Les oiseaux, les jardins, les cascades, 
Bientot, bientot

Le soleil dansera, camarade 
Bientot, bientot

Je t’attends, je t’attends, camarade

Claude Nougaro

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search