La résorption du bidonville vu par une bénévole de l’association ATD Quart Monde

Lors d’un entretien, une bénévole de l’association ATD Quart Monde raconte comment s’est déroulée la résorption du bidonville de la Campa. Elle s’est dit profondément choquée par la violence des actions menées pour la résorption du bidonville. Avant la résorption, des bulldozers venaient casser une partie des baraquements pour que les habitants n’accueillent plus de personnes venant de l’extérieur. En effet, les familles vivants dans le bidonville accueillaient d’autres familles dans leur baraque, dans une troisième pièce qui pouvait servir à cet effet, “C’était un bel exemple de solidarité”.

Durant la période de résorption, “ils” avaient commencé par empêcher l’extension du bidonville en détruisant les pièces “superflues”. Les habitants étaient recensés sur le terrain, cependant, des clandestins continuaient de s’installer. Pour empêcher cela, “des bulldozers” cassaient la pièce supplémentaire qui pouvait servir à loger de nouveaux arrivants:

“C’était la période où ils ne rasaient pas tout. Ils rasaient une pièce et c’était encore plus pervers je vous dis pour qu’ils ne puissent pas héberger quelqu’un d’autre. Parce que s’il y avait 3 pièces c’était trop de place. Mettons il y avait 4 enfants et les parents, 3 pièces c’était trop, enfin c’était trop! Donc ces gens par exemple s’il y avait, je ne sais pas on va dire, un cousin avait besoin, ils filaient une pièce. Ils se serraient un peu plus. Donc pour empêcher ça, parce qu’ils le savaient qu’il y avait des clandestins sur le terrain donc ils cassaient une pièce pour empêcher que les gens n’en accueillent d’autres. Puisque l’objectif était de résorber le terrain.”

 Pour empêcher cela, les habitants du bidonville se mettaient devant le bulldozer mais en vain. ATD Quart Monde a essayé de réguler ces destructions:

 “Il y avait des discutions, il y avait tout ça mais ils étaient obligés de tenir compte de l’interlocuteur pour le relogement des familles. Ils ne pouvaient pas faire n’importe quoi. Pas seulement dire au voyageurs, vous êtes voyageurs voyagez ! Ce qui était impossible vu l’état de leur…”

Le mouvement organisait des réunions à tout les niveaux de l’administration. ATD était un partenaire reconnu , les destructions se faisaient donc en concertation avec ATD Quart Monde qui représentait les familles.
La période de résorption à vraiment été mal vécue par les habitants du bidonville, car la destruction avait été entamée alors que les habitants étaient encore là: “c’était leur seul endroit de vie “

La résorption du bidonville à donc été une période difficile pour les habitants, qui malgré les politiques de relogement, se sont senti délaissé et impuissant face à la violence cette action.

L’entretien de cette miltante est accessible ici dans son intégralité.

Un document amateur est sorti dans les salles de cinéma

En 1996, un document d’amateur sur les habitants des bidonvilles est sorti dans les salles de cinéma. Dans les années 1970, Robert BODZI a filmé les immigrés qui habitaient les bidonvilles de la région parisienne, en majorité des Portugais et des Espagnols. Il a décidé de retrouver leurs traces. Il le raconte dans son film “Les gens des barraques”: une série de témoignages simples mais émouvants.

Un extrait est en ligne sur le site de l’INA

La communauté portugaise

img010De 1956 à 1974, la France devint la première destination des émigrants portugais. 
Les années 1962-1966 ont vu le premier essor spectaculaire de l’immigration portugaise. La France devint à partir de ces années-là, et jusqu’aux années quatre-vingt, la première destination des émigrés portugais au détriment du Brésil. 


Les autorités françaises restèrent partagées entre la volonté d’ouvrir largement les portes de l’immigration aux travailleurs portugais, très demandés par les employeurs et considérés comme ” une immigration positive ” par les responsables gouvernementaux, et l’inquiétude devant le nombre croissant d’entrées irrégulières et en conséquence devant le risque de situations ingérables.
Comme cette situation tenait à l’attitude des autorités portugaises, les demandes françaises s’intensifièrent pour qu’un accord de main d’œuvre soit signé. Le gouvernement portugais accepta enfin de signer un accord en décembre 1963. Toutefois, pour des raisons complexes qui tenaient à la fois aux équilibres politiques et sociaux internes à la dictature portugaise et au développement des opérations militaires de la guerre coloniale portugaise, cet accord fut très mal appliqué par le gouvernement portugais qui continua à freiner l’émigration légale, en sanctionnant irrégulièrement et arbitrairement les départs clandestins. Ces conditions n’empêchèrent pas le développement de l’émigration ; simplement l’illégalité devint générale, soutenue plus ou moins ouvertement par une grande partie de la société.

Les Portugais fuient donc la dictature et les guerres coloniales de leur pays. En 1968, le bidonville de la Campa est devenu l’un des plus important de France, avec plus de 4000 habitants surtout portugais. 

Dans les archives de l’INA, des portugais sont interviewés sur leur parcours. Le premier homme  raconte  qu’il a fuit son pays car il ne gagnait pas suffisamment d’argent pour faire vivre sa famille. Sans passport, il a bravé les frontières pour venir s’installer en France, dans l’espoir de connaître des jours meilleurs, mais sans papier, celui-ci n’arrive pas à trouver de travail. Quelques-uns obtiennent des passeports avec de l’argent, certains ont même des contrats de travail mais la majorité viennent clandestinement. 

Un autre homme explique qu’il est venu en France pour fuir son pays et les guerres coloniales. Beaucoup de jeunes portugais sont venus en France car ils refusaient de faire leur service militaire. Ils ne peuvent plus retourner au Portugal car ils ont peur d’être mis en prison ou de devoir faire leur service militaire.

Parallèlement, un homme portugais raconte qu’à leur arrivée en France, en plus du mal logement, les habitants du bidonville sont confrontés à l’exclusion et au racisme même au sein de leur travail.

La plupart des portugais du bidonville, pour fuir la dictature et la pauvreté de leur pays, ont préféré venir vivre en France malgré leur conditions précaires dans lesquels ils ont été accueilli.

En 1968, il y avait 500 000 Portugais en France. Les années 1969 et 1970 connurent les entrées les plus spectaculaires, puisque chacune de ces années-là, il est entré 80 000 travailleurs (hommes et femmes), et 120 000 personnes si l’on compte les membres de leur famille. En une décennie, le nombre de Portugais en France était passé de 50 000 à plus de 700 000 !

sources:

 

Le journal du canton d’Aubervilliers, soutenons le Parti!

Le journal du Canton d’Aubervilliers s’inscrit incontestablement dans une logique de soutien à l’idéologie du parti communiste et aux municipalités communistes en particulier. Il appuie la logique d’opposition au gouvernement qu’est celle des communistes à cette époque. Le bidonville de la Campa est ici avant tout prétexte à des attaques virulentes contre la politique gaulliste. Ceci se matérialise dans le fait de replacer les difficultés socio-économiques des habitants de la Campa dans le contexte plus large de la précarité que subit la classe ouvrière française. Ces articles insistent sur les chiffres, les différentes actions et projets mis en place par les municipalités communistes pour répondre au problème du mal logement.

Article du 5 novembre 1965

Cet article est une réaction aux articles de France-Soir des 23 et 24 octobre 1965 à propos du bidonville de La Campa. Le journal du canton d’Aubervilliers a visiblement perçu ces derniers comme une attaque envers la municipalité communiste de La Courneuve. L’objet principal de cet article est avant tout de valoriser les actions menées par la municipalité de La Courneuve en faveur du bidonville et de pointer du doigt l’immobilisme du gouvernement en ce domaine.

Article du 28 janvier 1966

Cet article évoque du projet de destruction du bidonville de La Campa. Pour résumer, l’article dédouane les municipalités communistes de toutes responsabilités dans le phénomène des bidonvilles, il insiste sur les mesures mises en œuvres par les municipalités communistes contre ce fléau et il accuse le gouvernement, le département et le préfet d’en porter la responsabilité.

Article du 13 décembre 1967

Cet article évoque de manière générale le phénomène des bidonvilles, par l’utilisation de photos représentant toujours des vues d’ensemble, des paysages et non des détails ou les habitants eux-mêmes de ce bidonville spécifique. Le bidonville de La Campa n’y est pas nommément cité. Ici encore, la finalité semble être de déresponsabiliser les municipalités communistes de ce phénomène et d’en rejeter l’entière responsabilité le gouvernement.

Au regard des trois articles du journal du canton d’Aubervilliers, il apparaît clairement que La Campa est ici avant tout prétexte à la diffusion de l’idéologie du parti communiste. La finalité de ces articles n’est en aucun cas d’alerter l’opinion publique sur le phénomène des bidonvilles mais plutôt de porter des attaques virulentes contre la politique du régime gaulliste ; ou encore de légitimer l’action des municipalités communistes en mettant en lumière les politiques mise en œuvre en faveur des bidonvilles par ces dernières. En ce sens, ces articles ont une teneur politique évidente inscrite dans la ligne du parti communiste.

Enfin, il est intéressant de constater que les descriptions de La Campa de ces articles sont ou sommaires, ou bien inexistantes. Parmi la sélection d’article que nous avons étudier, ici ou , ceux du Journal du canton d’Aubervilliers sont ceux qui permettent le moins aux lecteurs de se représenter les conditions de vie à La Campa. Ceci peut paraître paradoxal dans la mesure où il s’agit d’un journal local qui est géographiquement le plus proche du bidonville.

Corpus de documents de l’analyse

  • Article « La vérité sur le bidonville de La Courneuve », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1053 du 5 novembre 1965
  • Article « La Campa, 400 familles qui vivent dans un marécage », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1065 du 28 janvier 1966
  • Article «  Travailleurs immigrés, pour un statut démocratique et social », Le Journal du canton d’Aubervilliers n°1163 du 15 décembre 1967

Pour aller plus loin:

Exposition ” Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)”

Le service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis a souhaité faire partager à ses habitants cette histoire jusqu’ici méconnue. D’où la conception de l’exposition autour du bidonville de la Campa:

Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)

À l’occasion de l’exposition “Et voilà le travail”, autour de l’architecture et la ville, l’exposition : “Bidonvilles en Seine-Saint-Denis, 1954-1974 Histoire et représentations” retraça divers aspects de la vie quotidienne dans les bidonvilles de la Seine-Saint-Denis : photographies d’artistes (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson…), articles de journaux, cartographie, films…

L’exposition fut ensuite présentée aux archives départementales (Bobigny).

Cette exposition a été produite et réalisée par le Conseil général (direction de la Culture, du Patrimoine, du Sport et des Loisirs et direction des Services d’Archives), en partenariat avec l’association Périphérie, centre de création cinématographique, et l’Institut CGT d’Histoire Sociale.[2]

Voir aussi l’annonce du vernissage

Lyon, novembre 2009: un bidonville légitimé

Une décision de justice rendue le 19 novembre 2009, a empêché l’expulsion d’un bidonville d’une centaine de personnes situé rue Paul Bert, dans le 3e arrondissement de Lyon. Le Conseil Général du Rhône avait saisit le tribunal de Grande Instance de la ville, afin de demander l’expulsion de ce site constitué depuis le printemps 2009. Mais celui-ci a été débouté par le tribunal. Ce lieu est certes insalubre , mais n’en demeure pas moins le lieu de résidence de ces personnes. On ne peut donc pas les en expulser. Une décision qui fait grand bruit, allant à l’encontre de l’habitude des tribunaux qui valident de façon quasi-systématique les demandes d’expulsions de bidonvilles.

Pourquoi cette décision? Le verdict est le suivant: “Le campement dans lequel sont installés les défendeurs constitue leur domicile. Celui-ci est protégé, au titre du respect dû à la vie privée et familiale des personnes, par l’article 8 de la Convention européennes des Droits de l’Homme”. Le tribunal reconnaît que les roms installés ici violent le droit de propriété, le terrain appartenant au Conseil Général. Cependant il a estimé que cette action n’était qu’une atteinte supportable au droit de propriété privé, dans la mesure où le Conseil Général n’a justifié d’aucun projet immédiat pour ce terrain. De plus, le tribunal affirme que “même si les conditions de vie, qualifiées par le commissaire de police, en terme d’hygiène, de rudimentaires à l’intérieur du campement et de déplorables à proximité immédiate, sont celles d’un bidonville, le Département du Rhône ne démontre pas qu’elles présentent des dangers et des risques particuliers, autres que ceux propres à ce type de situation, que connaît l’agglomération lyonnaise depuis des années”. Le juge a en outre estimé qu’une expulsion aggraverait les conditions de vie de ces personnes. D’habitudes ce type d’argument amène à une expulsion assortie de plusieurs mois de délais. Cette décision va donc beaucoup plus loin.

Il semble qu’il y ait dans ce jugement la volonté de renvoyer les collectivités territoriales à leurs responsabilités dans ce domaine. D’après M° Frédérique Penot, avocat des habitants du bidonville: “Cela fait des années que l’agglomération lyonnaise est confrontée à ce problème et que les collectivités ne font rien. Si ce n’est chercher juste à se dégager de leurs responsabilités en faisant des demandes d’expulsion, ce qui leur permet de se protéger juridiquement en cas d’accident ou de mort sur le bidonville”. Les habitants de ce bidonville ne sont en effet pas de nouveaux immigrants mais viennent d’autres bidonvilles de la région d’où ils sont régulièrement expulsés.

Le Département du Rhône, par la voix de son directeur général des services, Pierre Jamet, bien que reconnaissant n’avoir aucun projet immédiat pour ce terrain, a annoncé qu’il réfléchissait toutefois à faire appel de cette décision. Si tel était le cas, il est fort probable que la cour d’appel de Lyon infirme cette première décision.

De leur côté, l’Alpil (association lyonnaise pour l’insertion par le logement) et la Fondation Abbé Pierre ont souligné que “la décision du tribunal de grande instance marque une étape dans la nécessaire prise en compte de la situation d’une partie des ménages sans-abri de l’agglomération et pointe le retard local pris dans la résolution de ces situations de mal-logement. Nous devons nous en saisir collectivement, Etat, collectivités et associations”.

Vous pouvez écouter les commentaires de André Gachet, chargé de mission à l’Alpil, et de Pierre Jamet, le directeur général des services du département, à l’adresse suivante. Bien que ces commentaires soient très court (environ secondes chacun), on comprend bien dans celui de Pierre Jamet que le département essaye de se décharger du problème sur la commune.

Sources:

radioscoop.com

libelyon.fr

lyoncapitale.fr

L’express, Marie-Claude figure de proue du bidonville

L’article de l’express du 28 février au 6 mars 1966 consacré au bidonville de La Campa se distingue par le fond et la forme de ceux publiés par France-Soir.

Sur le fond pour commencer, nous constatons que cet article est beaucoup mieux documenté que ceux de France-Soir. L’auteur, Robert Franc, évoque ainsi la création du bidonville ou encore le phénomène des « marchands de sommeil ». Ces éléments témoignent d’une meilleure connaissance du sujet par R. Franc que son homologue de France-Soir. En ce sens, on peut affirmer qu’il s’agit plus d’un article de fond. Cela nous renvoie à la distinction classique entre presse quotidienne et presse hebdomadaire : tandis que la presse quotidienne privilégie le traitement de l’événement « à chaud » quitte à verser de façon abusive dans l’évènementiel. La presse hebdomadaire, quant à elle, bénéficiant de délais plus important, peut se permettre de prendre plus de recul sur les événements, de traiter l’actualité sous forme de dossiers souvent mieux documentés.

Le choix des paroles rapportées par notre journaliste est aussi intéressant à étudier car c’est l’occasion pour nous de retrouver Marie-Claude qui, quatre mois après l’interview de Maurice Josco, a bien passé l’hiver. Plus sérieusement le fait de retrouver, ici, cette travailleuse sociale, précédemment portraitisée dans la presse, la fait émerger comme une figure de proue du bidonville. Marie-Claude devient une sorte de voix officielle du bidonville. On observe que les paroles rapportées, émanant d’habitants du bidonville, sont allusives et au style indirect, comme si notre journaliste n’avait eu que peu de contacts avec ces derniers et avait privilégié pour son enquête le voisinage, les associations et les sociétés en contact avec La Campa.

L’utilisation de nombreux adjectifs qualificatifs et noms communs péjoratifs pour évoquer l’atmosphère du bidonville  comme « misérables », « pestilentielles », « malheureux », « cauchemar », rappel le registre utilisé par France-Soir.

Nous venons d’évoquer le fond, parlons maintenant de la forme. Nous observons dans l’article de R. Franc un caractère polémique absent des articles de France-Soir, rien de subversif cependant. En effet, l’auteur fait allusion à divers point de la politique du gouvernement : la décision de résorber les bidonvilles et sa mise en œuvre, l’immigration ou encore la politique de construction de logement. Sous une forme très lissée, le lecteur est confronté à des questionnements autour de ces thèmes, notamment en conclusion : « Le nouvel effort du gouvernement permettra-t-il d’atteindre ce rêve ? De toute façon, il ne servirait à rien de liquider les bidonvilles existants si rien de sérieux n’était fait parallèlement pour loger les travailleurs étrangers qui vont continuer à affluer ». Il serait intéressant d’étudier l’image de l’immigration que véhicule ce texte, mais là n’est pas notre propos ; contentons-nous d’observer que l’article de l’express a une teneur plus politique que ceux de France-Soir.

Document cité

  • Article « Bidonvilles, les bulldozers attaquent à l’aube » de Robert Franc ; L’Express du 28 février au 6 mars 1966

Pour aller plus loin:

“Regarde-là ma ville, elle s’appelle Bidon… Bidon, Bidon, Bidonville”

En réaction au phénomène grandissant des bidonvilles français, des artistes tel que Claude Nougaro se sont engagés à travers les textes de leurs chansons…

Paroles de la chanson Bidonville, 1965

Regarde-la ma ville

Elle s’appelle bidon

Bidon, bidon, Bidonville

Vivre là-dedans c’est cotton

Les filles qui ont la peau douce

La vendent pour manger

Dans les chambres l’herbe pousse

Pour y dormir faut se pousser

Les gosses jouent mais le ballon

C’est une boite de sardine, bidon

Donne-moi ta main camarade

Toi qui viens d’un pays o les hommes sont beaux

Donne-moi ta main camarade

J’ai cinq doigts moi aussi

On peut se croire égaux.

Regarde-la ma ville

Elle s’appelle bidon

Bidon, bidon, Bidonville

Me tailler d’ici,quoi bon.

Pourquoi veux-tu que je me perde

Dans tes cits,quoi a sert !

Je verrai toujours de la merde

Mme dans le bleu de la mer

Je dormirais sur des millions

Je reverrai toujours bidon

Donne-moi ta main camarade

Toi qui viens d’un pays ou les hommes sont beaux.Donne-moi ta main camarade

J’ai cinq doigts moi aussi

On peut se croire égaux.

Serre-moi la main, camarade

Je te dis au revoir

Je te dis à bientot 
Bientot, bientot

On pourra se parler, camarade, 
Bientot, bientot

On pourra s’embrasser, camarade, 
Bientot, bientot

Les oiseaux, les jardins, les cascades, 
Bientot, bientot

Le soleil dansera, camarade 
Bientot, bientot

Je t’attends, je t’attends, camarade

Claude Nougaro

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search