Exposition Bidonvilles – Vernissage

Le vernissage de l’exposition Bidonvilles, histoire et représentations
en Seine-Saint-Denis (1954-1974) aura lieu Mercredi 3 Mars 2010 à 18h30 à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris­-Belleville.

L’exposition est réalisée par le Conseil général de la Seine­ Saint­-Denis, en partenariat avec Périphérie, centre de création cinématographique, et l’Institut CGT d’histoire sociale.

Elle sera présentée du 24 février au 17 mars 2010 (du lundi au vendredi de 9h30 à 21h30 ­ le samedi de 9h30 à 17h).

Voir aussi : Exposition Bidonvilles

Une thèse sur un bidonville de Casablanca

Le travail de Réda Benkirane est une thèse, datant de 1993, qui se base sur un bidonville de Casablanca, Karyan Ben M’sik. L’auteur part du constat que les architectes et urbanistes en charge du projet de réaménagement urbain visant à faire disparaître ce bidonville ont une vision réductrice de ses habitants. En effet, ils ne connaissent ceux-ci qu’au travers de statistiques généralistes, comme le nombre moyen de personnes par foyers, le revenu moyens par travailleur, etc… L’auteur s’est donc basé sur 77 entretiens semi-directifs avec des habitants de ce bidonville, afin de montrer que celui-ci ne peut être considéré comme une société homogène, que ce soit du point de vue économique ou socio-culturel. Son travail permet aussi de récolter une parole sociale de l’habitat, de prendre conscience de comment les bidonvillois perçoivent leur espace vécu en tant qu’individu et communauté, et enfin de comment ils conçoivent un réaménagement de leur quartier qui tienne compte de leur propre expérience et aspiration au changement. Ce travail montre, s’il est encore besoin de le faire, l’intérêt d’associer la population aux programmes de réaménagement urbain et la nécessité de sortir d’une vision statistique des populations, considérant celles-ci comme des ensembles homogènes.
Vous pouvez trouvez l’intégralité de ce travail d’une grande qualité à l’adresse suivante.

Concernant un autre bidonville Maghrebin, vous pouvez consulter notre article Bidonville au Maroc

Bidonville au Maroc

La France n’est pas le seul pays du monde à voir la résurgence du phénomène des bidonvilles, comme le montre ce blog très intéressant au Maroc. Tout comme à La Campa, on y retrouve une ingéniosité de la part de ses habitants, comme pour l’évacuation des eaux usées. D’autres points communs sont malheureusement les préjugés concernant les populations y vivant et la volonté de cacher cette situation au reste du monde, comme vous pourrez vous en rendre compte.

Concernant un autre bidonville d’Afrique du nord, vous pouvez lire l’article Une thèse sur un bidonville de Casablanca; pour ce qui est du non-dit que constitue les bidonville, je vous invite à consulter l’article Le bidonville de la Campa reste un “non-dit” dans l’histoire du parc de la Courneuve, “Vous voyez, c’était là…” et Le parc de la Courneuve, un vaste terrain et que d’histoires!.

Exposition ” Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)”

Le service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis a souhaité faire partager à ses habitants cette histoire jusqu’ici méconnue. D’où la conception de l’exposition autour du bidonville de la Campa:

Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)

À l’occasion de l’exposition “Et voilà le travail”, autour de l’architecture et la ville, l’exposition : “Bidonvilles en Seine-Saint-Denis, 1954-1974 Histoire et représentations” retraça divers aspects de la vie quotidienne dans les bidonvilles de la Seine-Saint-Denis : photographies d’artistes (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson…), articles de journaux, cartographie, films…

L’exposition fut ensuite présentée aux archives départementales (Bobigny).

Cette exposition a été produite et réalisée par le Conseil général (direction de la Culture, du Patrimoine, du Sport et des Loisirs et direction des Services d’Archives), en partenariat avec l’association Périphérie, centre de création cinématographique, et l’Institut CGT d’Histoire Sociale.[2]

Voir aussi l’annonce du vernissage

Lyon, novembre 2009: un bidonville légitimé

Une décision de justice rendue le 19 novembre 2009, a empêché l’expulsion d’un bidonville d’une centaine de personnes situé rue Paul Bert, dans le 3e arrondissement de Lyon. Le Conseil Général du Rhône avait saisit le tribunal de Grande Instance de la ville, afin de demander l’expulsion de ce site constitué depuis le printemps 2009. Mais celui-ci a été débouté par le tribunal. Ce lieu est certes insalubre , mais n’en demeure pas moins le lieu de résidence de ces personnes. On ne peut donc pas les en expulser. Une décision qui fait grand bruit, allant à l’encontre de l’habitude des tribunaux qui valident de façon quasi-systématique les demandes d’expulsions de bidonvilles.

Pourquoi cette décision? Le verdict est le suivant: “Le campement dans lequel sont installés les défendeurs constitue leur domicile. Celui-ci est protégé, au titre du respect dû à la vie privée et familiale des personnes, par l’article 8 de la Convention européennes des Droits de l’Homme”. Le tribunal reconnaît que les roms installés ici violent le droit de propriété, le terrain appartenant au Conseil Général. Cependant il a estimé que cette action n’était qu’une atteinte supportable au droit de propriété privé, dans la mesure où le Conseil Général n’a justifié d’aucun projet immédiat pour ce terrain. De plus, le tribunal affirme que “même si les conditions de vie, qualifiées par le commissaire de police, en terme d’hygiène, de rudimentaires à l’intérieur du campement et de déplorables à proximité immédiate, sont celles d’un bidonville, le Département du Rhône ne démontre pas qu’elles présentent des dangers et des risques particuliers, autres que ceux propres à ce type de situation, que connaît l’agglomération lyonnaise depuis des années”. Le juge a en outre estimé qu’une expulsion aggraverait les conditions de vie de ces personnes. D’habitudes ce type d’argument amène à une expulsion assortie de plusieurs mois de délais. Cette décision va donc beaucoup plus loin.

Il semble qu’il y ait dans ce jugement la volonté de renvoyer les collectivités territoriales à leurs responsabilités dans ce domaine. D’après M° Frédérique Penot, avocat des habitants du bidonville: “Cela fait des années que l’agglomération lyonnaise est confrontée à ce problème et que les collectivités ne font rien. Si ce n’est chercher juste à se dégager de leurs responsabilités en faisant des demandes d’expulsion, ce qui leur permet de se protéger juridiquement en cas d’accident ou de mort sur le bidonville”. Les habitants de ce bidonville ne sont en effet pas de nouveaux immigrants mais viennent d’autres bidonvilles de la région d’où ils sont régulièrement expulsés.

Le Département du Rhône, par la voix de son directeur général des services, Pierre Jamet, bien que reconnaissant n’avoir aucun projet immédiat pour ce terrain, a annoncé qu’il réfléchissait toutefois à faire appel de cette décision. Si tel était le cas, il est fort probable que la cour d’appel de Lyon infirme cette première décision.

De leur côté, l’Alpil (association lyonnaise pour l’insertion par le logement) et la Fondation Abbé Pierre ont souligné que “la décision du tribunal de grande instance marque une étape dans la nécessaire prise en compte de la situation d’une partie des ménages sans-abri de l’agglomération et pointe le retard local pris dans la résolution de ces situations de mal-logement. Nous devons nous en saisir collectivement, Etat, collectivités et associations”.

Vous pouvez écouter les commentaires de André Gachet, chargé de mission à l’Alpil, et de Pierre Jamet, le directeur général des services du département, à l’adresse suivante. Bien que ces commentaires soient très court (environ secondes chacun), on comprend bien dans celui de Pierre Jamet que le département essaye de se décharger du problème sur la commune.

Sources:

radioscoop.com

libelyon.fr

lyoncapitale.fr

Solidarité courneuvienne en 2008: ATD toujours présente

misere_campagne

Le 17 octobre 2008 s’est tenue la Journée mondiale du refus de la misère. Cet évènement international est organisé par ATD Quart Monde. Il a pour principal objectif de sensibiliser l’opinion publique au respect des droits de l’Homme, en luttant notamment contre l’injustice, la grande pauvreté et l’exclusion.

On compte parmis ces partenaires des grands noms de la solidarité, comme Amnesty International, le Secours Catholique, les collectifs Action mondiale contre la pauvreté et Forum des enfants, et de nombreuses associations de la région parisienne, ainsi que La Poste, Radio France International et la Mairie de Paris.

A l’échelle locale, ATD Quart Monde a souhaité faire participer la ville de la Courneuve. Celle-ci a mis en place de nombreuses initiatives (ateliers, conférences, rencontres pour l’emploi, autres) pour soutenir cette cause.

Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve
Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve

Cela souligne une fois encore la vivacité et l’implication de cette association, qui à la base oeuvrait à petite échelle pour les habitants des bidonvilles.

Pour découvrir davantage les actions de cette association à l’époque voir le billet  “Solidarité et ingéniosité à la Campa“.

Le parc de la Courneuve, un vaste terrain et que d’histoires!

Aujourd’hui la commune de la Courneuve s’étend sur 752 hectares, dont 173 hectares couverts par le parc départemental en photo ci-après.

Le parc de la Courneuve

Il faut s’avoir que cette ville a toujours possédé de vastes plaines, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle le bidonville de la Campa s’est installé sur ce terrain.

Comme l’explique l’historien Jean-Michel Roy, la ville de Paris était en quête de terrains  libres pour loger une population toujours plus croissante et principalement les populations qui posaient à l’époque problèmes pour la capitale. La Courneuve répond parfaitement à cette quête dans les années 58-60.

«  Au départ il y avait un p’tit campement autour de 3-4 cabanes et puis lorsqu’on a euh fermé les autres bidonvilles, où c’est le bulldozer qui passe hein, euh lorsqu’on les a détruits euh la, la, l’info a circulé, ça c’est fait en quelques jours… »[1]

La Campa accueille donc  les habitants des bidonvilles résorbés des Franmoisins, de Nanterre et de Noisy, ainsi que tous les gens mal-logés et les individus considérés comme problématique pour la ville de Paris.

Ce parc ne garde aujourd’hui aucune trace du bidonville qui occupait jadis tout cet espace. Nous vous parlons ici du troisième espace le plus vaste parmi les espaces verts de la région parisienne. Dans les années 60, ce parc a par ailleurs accueilli des centaines de familles de différentes origines, qui seront pour la plus part relogé dans les cités Hlm construites aux alentours.

Parc de la Courneuve

Il est difficile d’imaginer que ce parc ait pu accueillir une micro-ville abritant des baraquements, des caravanes, des communautés organisées en quartiers et pourtant toute cette vie, toutes ces mémoires ont participé à la construction de l’histoire de la ville de la Courneuve.


[1] Retranscription intégrale de l’intervention de Jean-Michel Roy, historien au service culturel de la Courneuve, le 16 janvier 2009, à l’université Paris 13, devant les étudiants du « Master exposition ».

Aperçu du train…

Les bidonvilles, un phénomène éteint?

Pas vraiment si l’on en croit les clichés suivants pris en cet hiver 2009 depuis la ligne H du Transilien.

Si les Roms ont certes remplacé les portugais, les algériens et les français, l’allure des baraquements reste inchangée depuis les années 60.

La misère persiste, mais l’ingéniosité des habitants aussi…

Bidonville à proximité de la station Saint-Denis, ligne H, novembre 2009.
Bidonville à proximité de la station Saint-Denis, ligne H, novembre 2009.

Nous pouvons citer ici l’ouvrage de Mike Davis grand chercheur américain qui s’est intéressé au phénomène du développement des bidonvilles. Voici un extrait de la quatrième de couverture de son livre Le pire des mondes possibles : De l’explosion urbaine au bidonville globale

” Pour mortels et dangereux qu’ils soient, les bidonvilles ont devant eux un avenir resplendissant. ” Des taudis de Lima aux collines d’ordures de Manille, des bidonvilles marécageux de Lagos à la Vieille Ville de Pékin, on assiste à l’extension exponentielle des mégalopoles du tiers monde, produits d’un exode rural mal maîtrisé. Le big bang de la pauvreté des années 1970 et 1980 – dopé par les thérapies de choc imposées par le FMI et la Banque mondiale – a ainsi transformé les bidonvilles traditionnels en ” mégabidonvilles ” tentaculaires, où domine le travail informel, “

Le pire des mondes possibles de Mike Davis
Le pire des mondes possibles de Mike Davis

Montreuil « débordé » par l’afflux de Roms

article_1812-PAR02-MONTREUIL02[1]

Article du 20 Minutes, vendredi 18 décembre 2009, Grand Paris, p.2

Ckapac remet quelques morceaux de bois dans le poêle qu’il a lui-même fabriqué et qui réchauffe la pièce dans laquelle il vit avec sa femme et ses quatre enfants. Une bonbonne de gaz permet de cuisiner, mais il n’y a aucune arrivée d’eau. Pour se laver, il faut une bassine en plastique et pour les W.C., c’est dans la nature. Bienvenue au campement sauvage du site des « murs à pêches » de Montreuil, un bidonville dans lequel vit, depuis trois mois, une petite centaine de Roms. Hier, la maire (Verts) de Montreuil, Dominique Voynet, y a invité la presse pour exprimer son désarroi. « La ville est débordée par l’afflux de familles nouvelles provoquées par l’évacuation de squats dans d’autres communes. » Dans une lettre, elle en appelle au Premier ministre pour obtenir « un traitement humanitaire d’urgence » de la situation.

Selon les services municipaux, il y aurait entre 700 et 1 000 Roms à Montreuil. « Les conditions dégradées suscitent la colère des riverains et imposent de prendre des arrêtés d’insalubrité ou de mise en péril. On craint des morts », s’alerte l’élue. « Elle a laissé pourrir la situation, on l’avait alertée dès l’an dernier », rétorque Marie, une riveraine qui ne veut pas donner son nom de peur de « représailles ». Trois cent cinquante Roms sont installés provisoirement par les pouvoirs publics dans des caravanes sur trois sites depuis l’été 2008. Ils ont vocation à intégrer des bâtiments en dur sur des sites « à identifier ». En 2009, la ville a dépensé 950 000 euros pour l’accueil des Roms.

Alexandre Sulzer