Exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) »

L’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis retraçait en 2007 vingt ans d’histoire sur les personnes mal logées en Seine-Saint-Denis. Le lien vers cet article du magazine Télérama Sortir vous permettra d’en savoir un peu plus sur le rôle joué par le père Joseph Wresinski, le nombre de bidonvilles et d’habitants à cette époque ainsi que les événements qui ont alerté les pouvoirs publics de la situation.

Michelle Briançon

Pour notre exposition « Territoire d’enfance », nous avons aussi choisi des photographies de Michelle Briançon, à l’époque « voisine » du bidonville de La Campa.

Nous voudrions partager quelques lignes sur l’histoire de cette « photographe » amateur.

 

Michelle Briançon a 16 ans, lorsqu’elle est rapatriée d’Algérie avec sa famille en 1962.

Après un mois dans un camp de transit, elle monte sur Paris avec sa grand-mère et sa mère qui travaille au Ministère des Finances. Elles logent alors quelques mois dans un hôtel, puis dans une chambre de bonne de 9m2. Finalement, sa mère obtient un appartement, certainement par le biais du service social du Ministère des Finances, au 4000 de la Courneuve, en octobre 1963. Pour elles, ce fut un réel soulagement : l’occupation d’un vrai appartement, vivable et signe de la fin des conditions de vie précaires.

C’est en se baladant aux alentours des 4000 que Michelle Briançon découvre le bidonville de La Campa. Grâce à son appareil photo, elle se met à prendre tout en photo et parle aux habitants de La Campa.

Quarante plus tard, elle entend parler d’une exposition sur les bidonvilles en Seine-Saint-Denis. Interpellée, elle se met à chercher les photographies qu’elle avait prises à l’époque.

Elle décide donc de visiter l’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » et de contacter la mairie de la Courneuve pour partager ses photographies.

A propos de ces photographies :

Ce qui me revenait : le contraste entre une cité moderne propre… et la vie dans le […] qui était assez chaotique et sale.

Comment est-ce qu’on peut vivre dans des conditions aussi…

Ce que j’ai essayé d’exprimer, c’est comment est-ce qu’on peut vivre dans la boue, dans les ordures ?

Pourquoi les enfants ? Parce qu’après j’ai choisi la profession de m’occuper d’enfants, je pense qu’à l’époque c’est ce qui m’a touché.

 

 

Paroles recueillies par M. Jean Michel Roy, Responsable de l’unité Patrimoine et Arts Visuels à la ville de la Courneuve.

 

    

Fonds Mairie de la Courneuve, Michelle Briançon, La Campa 1964.

 

 

Claude Dityvon

Claude Dityvon, [né le 12 mars 1937 à La Rochelle – décédé le 3 juin 2008 à Paris] était un photographe français, dont les images en noir et blanc, subtilement composées, apportèrent un regard neuf pour la photographie de reportage au cours des années 1970.

Ses premières photographies sur les bidonvilles de La Courneuve datent de 1967.

En 1968, il photographie les évènements de mai 1968. Son travail est récompensé par l’attribution, en 1970, du Prix Niépce.

Dityvon est avant tout un photographe qui voulait laisser un témoignage social sur la société. A partir d’un de ces sujets de prédilection qui était le monde ouvrier, il n’a jamais laissé apparaître un regard blasé sur les êtres humains.

Ses images sont fortes: des images d’hommes empreintes d’une grande douceur poétique. Claude Dityvon ne se considérait pas comme un simple « documenteur » de la réalité. Son regard est engagé et sa technique différente de la stricte photographe de presse.

 

Pour plus d’informations nous vous invitons à visiter ces site web :

www.claude-dityvon.fr

www.chambrenoire.com/claude-dityvon

Dans le corps, il y a tout le langage des significations de ce qu’est l’homme.Sa gaucherie, sa légèreté, sa lourdeur, son volontarisme. On apprend beaucoup de l’homme quand on sait regarder son corps.

Claude Dityvon

L’exposition : « Bidonville, photographies de CLaude Dityvon »

Une exposition de photographies est présentée à la B.U de Saint-Serge à Angers, du 19 janvier au 3 mars 2012.

Miroslav Marik

Le photographe Miroslav Marik a été pendant plusieurs années le photographe du Mouvement ATD Quart Monde, en particulier très présent sur les bidonvilles de Seine Saint Denis. L’objectif était d’illustrer le combat du Mouvement et par la photographie constituer une trace indispensable.

La lecture et la confrontation des images permettent de mieux comprendre les réalités et les enjeux de cette histoire, qui trouve un écho dans le mal logement qui perdure aujourd’hui en France.

Nous n’avons malheureusement que très peu d’informations sur ce photographe.

Photo du fonds ATD Quart Monde, Miroslav Marik entouré d’enfants.

Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag

L’auteur, Azouz Begag, pose à travers les yeux d’un petit garçon, de façon humoristique mais innocente, la vie quotidienne de quelques familles dans un bidonville de Lyon. La pauvreté, la vie dans des conditions pénibles, les chicanes, le désœuvrement, les petits emplois de misère tissent la trame de ce roman.

Ce livre publié en 1986 (Editions du  Seuils), raconte l’enfance de Azouz, un enfant d’immigrés Algériens, originaire d’un milieu très défavorisé au Chaâba, dans une misérable habitation, sans eau ni électricité, à côté d’autres familles arabes. Le Chaâba ? Un ancien bidonville au bord du Rhône, près de Lyon, il n’y a pas si longtemps… Un amas de baraques en bois, trop vite bâties par ces immigrants qui ont fui la misère algérienne. Encore un bidonville où les éclats de rire des enfants résonnent dès le lever du soleil. Les  » gones  » se lavent à l’eau de puit et font leurs devoirs à même la terre. Chaque matin, ils enfilent leurs souliers pour se rendre à l’école avec les autres… Là, derrière les mots inscrits sur le cahier d’écriture, de nouveaux horizons apparaissent. Un monde de connaissances, de rêves et d’espoirs à découvrir.

Né en 1957, Azouz Begag est chercheur en sociologie au CNRS et a été ministre délégué à la Promotion de l’Égalité des chances de juin 2005 à avril 2007. Le Gone du Chaâba, son premier roman, a connu un succès considérable. Il a été adapté au cinéma en  1997.

 

Archive vidéo : La Campa, un bidonville de la Courneuve.

Au cours de nos recherches pour l’exposition « Territoire d’enfance », nous avons trouvé un document d’archive audiovisuel sur le site de l’INA, qui parle de La Campa. Aucune informations ne permet de dater ou de nommer les journalistes ainsi que les personnes interviewées.

Le reportage commence par un état des lieux du logement en France, de la croissance démographique et de la problématique difficulté de se loger. A cette époque, il y avait environ 15 millions de français mal logés, un réel paradoxe pour le journalise qui parle de plus de  600.000 logements construits en France en moyenne par an. A cause de l’afflux de travailleurs étrangers, cette situation n’était pas prête d’être résolue. La solution ? Construire des bidonvilles (près de 500.000) et accepter de vivre dans des conditions précaires.

Faisant un parallèle avec les sites touristiques et les immeubles luxueux de Paris, le journalise présente La Campa (à l’époque habitée par plus de 5.000 personnes) comme l’un des plus grands et des plus tristes bidonvilles de la Région Parisienne. Il explique à quel point c’était un « enfer » d’y vivre et tente de montrer, à travers images et témoignages la vie dans ce bidonville.

Malgré les regards hostiles des habitants face au journaliste et sa caméra, quelques personnes ont accepté au contraire, de parler. Maghrébins ou yougoslaves, ils ne trouvaient aucun logement ailleurs. Leur baraque à la Campa était leur chez soi et même si ce n’était guère confortable, chacun tenait à son tas de ferraille qui lui servait d’habitation.

« Avant j’étais à Lyon, un copain m’a écrit et m’a dit de venir à Paris. Je suis venu et je ne pensais pas que c’était comme ça. Je suis là depuis 1 an et demi, je cherche un logement ailleurs mais je n’en trouve pas. On peut trouver dans certains HLM des logements à 40.000 francs, mais c’est beaucoup trop cher pour moi, je gagne dans les 60.000 francs par mois » raconte ce jeune maghrébin.

Un seul point d’eau pour tout le bidonville, des incendies, des détritus… Mais comment en sortir ?

« Je veux sortir mais comment ? Moi je travaille et je gagne suffisamment ma vie, mais le problème c’est le logement. Je peux louer jusqu’à 30.000 francs par mois mais je ne trouve pas ! », S’exprime cet ouvrier yougoslave qui vivait avec sa femme et ses enfants dans une baraque à La Campa.

La spéculation immobilière n’a pas épargné les bidonvilles. Beaucoup comme ce yougoslave travaillent et gagnent bien leur vie mais même avec un salaire moyen de 80.000 francs, il était impossible de quitter cette Campa. Peut-être était-ce encore pénible d’échouer ici par misère ou manque de moyens.

D’autres interviews sont présentés dans le film. Vous pouvez trouver son intégralité le lien ci-dessous. Un extrait de quelques minutes y est consultable gratuitement :

http://boutique.ina.fr/video/CAF93017758/la-campa-bidonville-de-la-courneuve.fr.html

 

L’exposition « Bidonville, l’autre ville »

L’association Archi DB (spécialisée dans la conception d’expositions consacrées à l’urbanisme et l’architecture) a présenté cette exposition à la Ferronerie de Dijon en 2011.

« Bidonville, l’autre ville » est la restitution d’un travail de terrain sur plusieurs continents où l’équipe a observé le phénomène des bidonvilles. Un site internet dédié à cette exposition permet d’en garder une trace virtuelle.

Nous y retrouvons :

  • des photos de l’exposition

  • les supports photographiques qui montrent différents types de bidonvilles

  • des analyses sur le phénomène des bidonvilles dans le monde tels que les évolutions, les lieux d’implantations, l’autoconstruction…

  • des vidéos d’ambiances urbaines

    Cliquer sur l’image pour accéder au site de l’exposition

Pas d’informations sur La Campa dans le parc de La Courneuve?

Au cours de nos recherches nous nous sommes rendues sur le site du parc de La Courneuve, notamment en compagnie d’Abdel Saadouni afin de mener un entretien sur le lieu même des faits racontés.

Une chose nous a alors frappées: à l’emplacement même du bidonville aucunes plaques, aucunes informations officielles ou officieuses n’apparaissent.

Cette même remarque a été faite dans un commentaire posté sur ce même blogue le 23/01/2010 par auriane93300, habitante d’Aubervilliers. Elle remarquait que malgré le fait qu’elle se promenait de façon régulière dans le parc de La Courneuve en famille, elle n’avait jamais su qu’à cet endroit s’était tenu un bidonville abritant des dizaines de familles seulement 50 ans auparavant.

Nous nous sommes donc posées légitimement la question suivante: pourquoi ne subsiste-t-il aucunes traces visibles de ce passé? Est une volonté des politiques de l’époque qui demeure aujourd’hui ou bien est- ce en projet grâce aux recherches effectuées ces dernières années?

Loïk Prat

Loïk Prat, [né le 7 mars 1928 à Chateaulin (finistère) – décédé le 11 août 2003 (Seine Saint Denis)] est un Journaliste Reporter Photographe.

Ces photos et reportages portés principalement sur la vie quotidienne, les conditions de travail, les loisirs, la famille…
Témoin des évolutions de notre société, son pseudonyme professionnel est Photovie.

Pour plus d’informations nous vous invitons à visiter le site internet qui lui est dédié :

www.photovie.fr

Il a ainsi travaillé à la fois pour la presse militante La Vie Ouvrière, de grands titres comme L’Express ou encore Igloos, la revue d’ATD Quart Monde.

Ces photographes qui ont immortalisé une page de l’histoire…

Si à l’origine, la photographie était utilisée par les peintres comme aide pour leurs travaux, elle devint rapidement un moyen d’expression à part entière pour les artistes.

Ainsi, le réformateur social Jacob Riis (photographe et journaliste) a vu en celle-ci un moyen de diriger l’attention du public sur la pauvreté et la souffrance. En 1880, il a commencé à prendre en photo les quartiers pauvres de New York à la tombée de la nuit. On dit que ses clichés ont motivé certaines réformes entreprises par Théodore Roosevelt à son arrivée à la Maison Blanche. Autre exemple, la force persuasive d’une série de photographies de paysages, prises par William Henry Jackson (peintre, photographe et explorateur américain) a amené le congrès américain, en 1872, à faire de Yellowstone le premier parc national américain. Plus récemment, Yann Arthus-Bertrand (photographe, reporter, documentariste et écologiste français) entreprend de faire l’inventaire des plus beaux paysages du monde vus du ciel. Son credo : « Témoigner de la beauté du monde et tenter de protéger la Terre », un projet qu’il entreprend en 1994 avec le parrainage de l’Unesco.

La vulgarisation de la photographie au travers des territoires est un révélateur de l’engouement de la population pour cette technique. La rapidité de cette propagation permet d’analyser et de mettre en évidence la prédisposition du pays à recevoir un procédé de diffusion de masse pour les images.

Permettant à chacun la possibilité d’immortalisé des moments présents comme un acte de patrimonialisation.

C’est ainsi que plusieurs photographes, professionnels et amateurs, ont eu l’idée et l’envie de réaliser des images du bidonville de La Campa. Nous laissant alors entrevoir une page de l’histoire bien souvent oubliée.

Nous posterons prochainement des articles sur les différents photographes ayant contribué à ce travail de mémoire, tel que Claude Dityvon, Loik PratMiroslav Marik et d’autres… qui nous ont permis la réalisation de l’exposition : « Territoire d’enfance ».