Extraits de l’entretien avec Mr Abdel Saadouni

Voici quelques extraits de notre entretien avec Mr Abdel Saadouni. Pour plus d’informations vous pouvez également consulter l’article : Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni ou ce lien concernant la rencontre avec les promotions précédentes. Finalement, pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

« Rien n’appartenait à personne et tout appartenait à tout le monde quelque part. »

« Pratiquement tout le monde qui vivait dans le bidonville travaillait parce qu’avant il y avait du boulot. »

« Beaucoup de gens qui venaient des bidonvilles ont été placé dans des citées transit. Il fallait leur apprendre à vivre dans des HLM. C’était une transition. On nous a dit que ça allait durer pendant 5/6 ans mais pour la plupart ça a duré plus longtemps. C’était déjà la crise du logement. »

« On allait à l’école. Il y avait un car qui venait nous chercher et nous ramener. C’est la mairie qui affrétait le car. On était réparti dans plusieurs écoles de la Courneuve. Au début on était séparé par tranches d’âges mais ça ne durait pas. Moi j’avais 6 ans et j’étais en classe avec des enfants qui avaient 13/14 ans. »

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique, nous on dansait et on chantait,  c’était très convivial. »

« Il y avait une solidarité et une entraide entre les gens. Au sein d’une communauté mais aussi entre communautés. »

« Pour les loisirs il y avait les terrains de foot à côté. Le parc des sports existait déjà. On allait piquer les poteaux et les filets pour ce faire des petits terrains ici. »

« En dessous il y avait une rivière. Des fois on allait dans la rivière pour s’amuser. On coupait les toits des bagnoles pour faire des barques. La rivière était grande, on se baignait dedans. Le relief n’est plus du tout le même aujourd’hui, avant c’était plat. »

« Le jour même où on est parti, il y avait les bulldozers qui venaient. On avait pas le choix.  On ne voulait pas partir. La plupart des gens ne voulait pas partir. »

« Je ne me souviens pas des tensions, moi j’ai un souvenir d’enfant. »

« Il n’y avait pas d’éclairage, il y avait 2 ou 3 fontaines. Il y avait un point de croix rouge qui était là en permanence.  Pour les WC on creusait nous même des fausses. »

« À part le boue, c’était propre. Même la manière d’être habillé. Chaque communauté gérait. Au bled on avait pas d’eau ni d’électricité, donc on avait déjà une formation. C’est pareil pour les ordures. »

« Les filles allaient à l’école mais elles aidaient aussi la maman dans la maison. Elles étaient plus responsables que les garçons. Elles s’occupaient des petits frères, de la maison. »

« Ce n’était pas la misère mais ce n’était pas l’Amérique non plus. »

« Dans la misère on se crée toujours une complicité. »

« On ne voulait pas partir, on avait nos habitudes et il y avait une sacrée ambiance. »

« Il y avait une solidarité même si les gens restaient beaucoup au sein de chaque communauté. »

« Il y avait du boulot partout. La France était demandeuse. Les français acceptaient plus les travailleurs étrangers. Chaque personne de la famille en faisait venir une autre. »

« Les gens avaient envie de découvrir la culture des autres. Il n’y avait pas cette tension actuelle parce qu’il y avait du travail pour tout le monde. »

« À la cité transit, c’était fini la belle époque, il fallait se prendre en main. J’étais en difficulté et j’avais envie de m’en sortir. »

« Pour se laver il fallait faire chauffer l’eau mais on avait la technique. Il y avait des douches municipales mais c’était payant. »

« Le parc est merveilleux, c’est la nature. J’ai toujours gardé ce lien avec la nature peut être parce qu’on était à côté des maraichers. J’aimais bien monter dans les arbres et gambader. »

« Même 40 ans après, on voit que ça revient. »

Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni

Nous avons rencontré Mr Abdel Saadouni, qui comme les promotions précédentes, s’est prêté au jeu d’ un entretien itinérant dans le parc de La Courneuve.

Durant ces 2h d’entretien, cet ancien enfant de La Campa nous a livré ses souvenirs de vie dans le bidonville et c’est d’ailleurs à la suite de cette rencontre que nous est venue l’idée de traiter plus particulièrement le thème du regard de l’enfant.

Abdel Saadouni et la promo 2011-2012 lors du vernissage de l’exposition

Pour des informations sur les rencontres des différentes promotions avec Abdel Saadouni voici le lien.

Pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

 

 

ATD Quart Monde, un engagement mondial

Bernadette Cornuau, une des premières volontaires, a démarré le Mouvement dans plusieurs lieux, en France et aux Etats-Unis. Elle a ensuite dirigé l’Institut d’Action d’ATD Quart Monde.

Afin d’avoir un aperçu de l’engagement des volontaires du mouvement ATD Quart Monde dans d’autres situations que celle des bidonvilles français, nous proposons la lecture d’un article de Clare McCarty sur l’engagement de ces derniers auprès des enfants pauvres de New York., et plus particulièrement sur l’engagement de Mme Bernadette Cornuau qui nous a inspirée pour l’exposition Territoire d’enfance.

Clare MacCarty est étudiante en anthropologie et développement de l’enfant à Tufts University (Massachusetts, USA). Elle fait actuellement un stage avec le Mouvement ATD Quart Monde à Boston.

Apprendre à New York

Résumé

S’engager au sein d’une communauté pour révéler les capacités d’apprendre des enfants et des jeunes les plus pauvres, c’est créer des liens de partenariat avec leurs parents. Une relecture du livre de Vincent Fanelli « The human face of poverty. A chronicle of urban America » (1990, New York, The Bootstrap Press)

Introduction

Aller plus avant pour appréhender les besoins des pauvres, au-delà des méthodes traditionnelles de l’assistance, saisir leurs difficultés, cela ne peut se faire qu’en vivant et en travaillant avec eux, en proximité, pour devenir familier des défis qu’ils rencontrent et comprendre ce qu’ils endurent dans l’extrême pauvreté.

Le livre de Vincent Fanelli en est une illustration. Il révèle la vie partagée de volontaires d’ATD Quart Monde avec des familles habitant dans le Lower East Side de Manhattan, à New York, du milieu des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970. Au début de cette période, les Etats-Unis s’étaient mobilisés dans une « guerre contre la pauvreté » et, dans ce quartier comme dans d’autres semblables, beaucoup de programmes sociaux avaient été mis en place. 

[…]

Lien vers l’article : www.editionsquartmonde.org

 

Le Mouvement ATD Quart Monde et son action à La Campa

Le Mouvement ATD Quart Monde est une Organisation Non Gouvernementale sans affiliation ni religieuse ni politique, fondée en 1957 par le père Joseph Wresinski. Il souhaite contribuer à bâtir une  société où chacun sera respecté dans une égale dignité et y aura sa place pleine et entière. Le Mouvement ATD Quart Monde lutte pour les droits de l’homme, avec l’objectif de garantir l’accès des plus pauvres à l’exercice de leurs droits et d’avancer vers l’éradication de l’extrême pauvreté.

Présent dans une trentaine de pays dans le monde, le Mouvement ATD Quart Monde agit dans les domaines suivants :

–  Rejoindre les personnes en situation d’extrême pauvreté

–  Promouvoir l’accès au savoir, à la culture et à l’éducation

–  Mener des projets pilotes pour garantir l’accès de tous aux droits fondamentaux

–  Informer et mobiliser les citoyens, la société civile, les autorités et les institutions

–  Mener une recherche et développer une connaissance

–  Promouvoir la participation et la représentation des populations très défavorisées vis-à-vis des organismes locaux, nationaux et internationaux

Le Mouvement ATD Quart a été impliqué à La Campa d’octobre 1961, jusqu’à la résorption totale du bidonville en 1971. Cette implication s’est faite suite à la demande d’habitants de la Campa adressée au père Joseph Wresinski, qu’ils étaient venus rencontrer au camp de Noisy-le-Grand. Des volontaires proposaient des activités dans le jardin d’enfant. La création était alors un moyen pour les enfants de s’épanouir dans cet environnement.

Pour plus d’information sur le Mouvement ATD Quart Monde, nous vous invitons à consulter leur site en cliquant sur le lien http://www.atd-quartmonde.fr/ 

Notre rencontre avec Mme Bernadette Cornuau

Grâce à notre rencontre avec les volontaires du mouvement ATD Quart Monde nous avons pu élargir notre liste de contact et ainsi aller à la rencontre d’une volontaire du mouvement Mme Bernadette Cornuau.

Elle nous a reçu chez elle pour un entretien  le 13 décembre 2011 à Méry-sur-Oise pour nous faire partager son expérience de vie à La Campa.

Nous avons pu enregistrer l’entretien mais nous ne savons pas si Mme Cornuault nous autorise à le diffuser.

Voici ce que l’on peut dire sur son parcours et sur son engagement pour le mouvement ATD Quart Monde sur le territoire de La Campa :

Elle commença son travail de volontaire pour ATD  à l’âge de 23 ans dans le bidonville de Noisy-le Grand et fut envoyée, à sa demande, à La Campa trois ans plus tard.

Secrétaire de direction, elle prit tout d’abord une année sabbatique pour se consacrer au mouvement mais vécut finalement durant trois ans dans une roulotte en périphérie du bidonville avec une autre volontaire.

Avec le soutien du reste du mouvement ATD elles contribua à faire évoluer les choses pour les habitants du camp. Des représentants de chaque communauté présente à La Campa ont été impliqués dans tous ses combats.

En octobre 1961 elle réussit à faire en sorte que les enfants puissent aller à l’école, elle aida les familles à faire les démarches administratives auprès des institutions pour obtenir des certificats de résidence. Elle réussit également à obtenir des fontaines pour le camps ainsi que la vaccination de ses habitants.

En réussissant à convraincre la directrice de la DASS de l’époque elle obtint un châlet pour l’éducation des touts petits.

Elle est le témoin de toute une époque et possède beaucoup de souvenir de sa vie à la campa.

Nous avons retranscrit les phrases marquantes de cet entretien:

« Les familles ont été expulsées, elles étaient dans des baraques, enfin c’était leurs baraques, c’était leurs maisons !»

« Il n’y avait pas d’électricité, pas d’eau, il n’y avait rien, c’était des champs de salades.»

« C’était le nôtre qui avait la plus mauvaise réputation, les gens des autres bidonvilles ne voulaient pas venir à La Campa.»

« Saint Denis, La Courneuve, Stains, personne ne voulait des enfants.»

« La vie des petits c’était pas rien !»

« Les enfants aussi voulaient que l’on fasse quelque chose pour leurs familles.»

« Il y a eu un temps très dur au moment de la guerre d’Algérie […] les gens avaient peur […] la peur se communiquait dans tout le bidonville!»

« C’est comme dans la vie il y avait de bons moments et de moins bons moments.»

« Les derniers c’est les gitans, ils sont partis tard parce qu’il n’y avait pas de terrains pour les accueillir.»

A propos des habitants :

« Il y avait 4 communes […] personne ne voulait les reconnaitre.»

« Il y avait toujours des hommes en prison. Alors ils s’entraidaient, ça faisait partie de la vie.»

 

 Photo du fonds ATD Quart Monde, Bernadette Cornuau sur le pas de la porte de sa caravane à La Campa discutant avec une habitante du bidonville venue accompagnée de sa fille

 

Notre rencontre avec le Mouvement ATD Quart-Monde

Pour illustrer notre exposition sur le thème de l’enfance dans les bidonvilles, nous étions à la recherche de photographies d’époque.

Nous avons pris contact avec Xavier Verzat, chargé de mission au Centre International Joseph Wresinski du Mouvement ATD Quart-Monde, rencontré précédemment dans le cadre du cours “sociologie de la connaissance” dispensé par notre formation à Paris 13.

Le jeudi 1er décembre, nous nous retrouvons toutes les six à Gare du Nord pour passer la journée au Centre International Joseph Wresinski, afin de consulter les photographies d’archives.

Après un accueil très chaleureux des membres d’ATD Quart Monde et une visite du centre, nous nous rendons au service d’archives photos. Nous faisons connaissance avec l’équipe qui nous remet l’ensemble des archives sur la Campa.

Nous sommes impressionnées par le nombre et la qualité de ces photographies, témoignant des conditions de vie, mais aussi des activités au sein de du bidonville.

Nous apprenons que toutes ces photographies proviennent du même photographe : Miroslav Marik.

Notre travail a essentiellement constitué à la sélection de photographies en fonction de thématiques en lien avec notre axe de recherche. La découverte de ces photographies a fait résonner en nous les paroles d’Abdel Saadouni, rendant ce projet de plus en plus concret.

Après ce travail de sélection, nous avons pu scanner celles qui nous intéressées plus particulièrement pour notre exposition. Ce travail de longue haleine nous a donc amené à y retourner le mercredi 6 décembre et le mardi 13 décembre.

Cette rencontre fut donc très enrichissante pour notre projet, et nous tenons à remercier chaque membre du Centre International Joseph Wresinski, qui nous a accompagnés tout au long de nos recherches.

Nous reviendrons dans un prochain post, sur notre rencontre avec Bernadette Cornuau volontaire à ATD Quart Monde ayant vécu à la Campa.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search