Extraits de l’entretien avec Mr Abdel Saadouni

Voici quelques extraits de notre entretien avec Mr Abdel Saadouni. Pour plus d’informations vous pouvez également consulter l’article : Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni ou ce lien concernant la rencontre avec les promotions précédentes. Finalement, pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

« Rien n’appartenait à personne et tout appartenait à tout le monde quelque part. »

« Pratiquement tout le monde qui vivait dans le bidonville travaillait parce qu’avant il y avait du boulot. »

« Beaucoup de gens qui venaient des bidonvilles ont été placé dans des citées transit. Il fallait leur apprendre à vivre dans des HLM. C’était une transition. On nous a dit que ça allait durer pendant 5/6 ans mais pour la plupart ça a duré plus longtemps. C’était déjà la crise du logement. »

« On allait à l’école. Il y avait un car qui venait nous chercher et nous ramener. C’est la mairie qui affrétait le car. On était réparti dans plusieurs écoles de la Courneuve. Au début on était séparé par tranches d’âges mais ça ne durait pas. Moi j’avais 6 ans et j’étais en classe avec des enfants qui avaient 13/14 ans. »

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique, nous on dansait et on chantait,  c’était très convivial. »

« Il y avait une solidarité et une entraide entre les gens. Au sein d’une communauté mais aussi entre communautés. »

« Pour les loisirs il y avait les terrains de foot à côté. Le parc des sports existait déjà. On allait piquer les poteaux et les filets pour ce faire des petits terrains ici. »

« En dessous il y avait une rivière. Des fois on allait dans la rivière pour s’amuser. On coupait les toits des bagnoles pour faire des barques. La rivière était grande, on se baignait dedans. Le relief n’est plus du tout le même aujourd’hui, avant c’était plat. »

« Le jour même où on est parti, il y avait les bulldozers qui venaient. On avait pas le choix.  On ne voulait pas partir. La plupart des gens ne voulait pas partir. »

« Je ne me souviens pas des tensions, moi j’ai un souvenir d’enfant. »

« Il n’y avait pas d’éclairage, il y avait 2 ou 3 fontaines. Il y avait un point de croix rouge qui était là en permanence.  Pour les WC on creusait nous même des fausses. »

« À part le boue, c’était propre. Même la manière d’être habillé. Chaque communauté gérait. Au bled on avait pas d’eau ni d’électricité, donc on avait déjà une formation. C’est pareil pour les ordures. »

« Les filles allaient à l’école mais elles aidaient aussi la maman dans la maison. Elles étaient plus responsables que les garçons. Elles s’occupaient des petits frères, de la maison. »

« Ce n’était pas la misère mais ce n’était pas l’Amérique non plus. »

« Dans la misère on se crée toujours une complicité. »

« On ne voulait pas partir, on avait nos habitudes et il y avait une sacrée ambiance. »

« Il y avait une solidarité même si les gens restaient beaucoup au sein de chaque communauté. »

« Il y avait du boulot partout. La France était demandeuse. Les français acceptaient plus les travailleurs étrangers. Chaque personne de la famille en faisait venir une autre. »

« Les gens avaient envie de découvrir la culture des autres. Il n’y avait pas cette tension actuelle parce qu’il y avait du travail pour tout le monde. »

« À la cité transit, c’était fini la belle époque, il fallait se prendre en main. J’étais en difficulté et j’avais envie de m’en sortir. »

« Pour se laver il fallait faire chauffer l’eau mais on avait la technique. Il y avait des douches municipales mais c’était payant. »

« Le parc est merveilleux, c’est la nature. J’ai toujours gardé ce lien avec la nature peut être parce qu’on était à côté des maraichers. J’aimais bien monter dans les arbres et gambader. »

« Même 40 ans après, on voit que ça revient. »

La scénographie de l’exposition

Nous avons pensé la scénographie de l’exposition de manière à faire passer un message à travers la division des espaces, le choix du décor ainsi que par la sélection des photographies et autres médias utilisés.

Nous voulions que le visiteur prenne conscience du changement physique  (aménagement de l’espace,  relief) entre la période où se dressait le bidonville et celle d’aujourd’hui où se trouve  le parc de la Courneuve. Il nous paraissait ensuite essentiel de montrer les conditions de vie précaires au sein de la Campa afin de ne pas idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, pour en venir au coeur du thème de l’exposition: le regard de l’enfant qui transfigure la réalité quotidienne. Nous voulions finalement montrer les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Campa et offrir un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Notre intention était d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent en lui proposant un voyage temporel. 
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par les photographies en noir et blanc. Les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, symbole du territoire actuel, tout en étant confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de vie à l’époque du bidonville.
 La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir. 
Les pas étaient également un moyen d’attirer les visiteurs vers l’espace d’exposition en attisant leur curiosité.

 

    

C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire. Dans cette optique nous avons utilisé un large panel de médias pour appuyer notre propos. Les photographies sont accompagnées par des panneaux explicatifs dans chaque espace d’exposition ainsi que de citations fortes de sens de Mr Abdel Saadouni et de Mme Bernadette Cornuau. Le film, réalisé par le pôle image de la Courneuve et des lycéens, présente une interview de Mr Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville et propose un entretien avec le photographe Mr Claude Dityvon. Les coupures de journaux sont un autre moyen d’évoquer notre sujet et d’effectuer une ouverture sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

 

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition: le café expo du service culturel de l’Université Paris 13. Nous vous invitons à en savoir plus sur le parcours de l’exposition en consultant les liens sur l’attribution thématique des espaces qui ont donné lieu à de nombreuses réflexions.

Espace  Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa. La Courneuve, 1957 – 1971 

Espace Des conditions de vie précaires…

Espace …mais un souvenir d’enfance heureuse à La Campa

Espace La création, un moyen de s’épanouir

Espace Actualité et remerciements

 

Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni

Nous avons rencontré Mr Abdel Saadouni, qui comme les promotions précédentes, s’est prêté au jeu d’ un entretien itinérant dans le parc de La Courneuve.

Durant ces 2h d’entretien, cet ancien enfant de La Campa nous a livré ses souvenirs de vie dans le bidonville et c’est d’ailleurs à la suite de cette rencontre que nous est venue l’idée de traiter plus particulièrement le thème du regard de l’enfant.

Abdel Saadouni et la promo 2011-2012 lors du vernissage de l’exposition

Pour des informations sur les rencontres des différentes promotions avec Abdel Saadouni voici le lien.

Pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

 

 

Représenter le territoire?

Comment représenter un territoire et comment le matérialiser au sein d’un parcours d’exposition, telle est la question que nous nous sommes posée. Nous devions parler d’un  territoire existant sous deux temporalités différentes, le bidonville de La Campa d’une part, et le parc de La Courneuve d’autre part, et rendre sensible le passage de l’un à l’autre. Nous avons de fait conduit une réflexion sur la notion de territoire.
Deux aspects de la notion nous ont semblé particulièrement féconds en terme de mise en place d’un projet d’exposition :

Le territoire physique comme lieu de vie

Le territoire que nous abordons, que ce soit le territoire actuel du parc de La Courneuve ou celui révolu du bidonville, est avant tout un espace de vie. Le parc de La Courneuve est aujourd’hui un espace vert très fréquenté de la région parisienne. Le bidonville de La Campa a, lui aussi, à l’époque, été un lieu grouillant de vie, comme le rappelle l’espace sur la vie quotidienne de notre exposition. Nous avons choisi des photographies dynamiques, où les enfants et leur famille semblaient vivre devant nous, courant, jouant, se livrant à des activités de créations, etc. Les regards pétillants des enfants sont autant de rappels qu’une vie quotidienne est toujours faite d’émotion. Pour représenter cet espace du bidonville, nous avons aussi choisi de créer un espace d’écho, où les voix des habitants viennent relayer les photographies. Enfin l’espace est donné à appréhender à travers la scénographie, spécialement à travers la présence de la boue et des petites bottes en caoutchouc d’enfants qui matérialisent cet espace de vie.

Le territoire comme espace mental

Le territoire est aussi appréhendé dans sa dimension d’espace mental et particulièrement celui de l’enfance. La Campa n’a pas été seulement le cadre de vie des enfants de La Campa, il a aussi été un espace investi par le regard de l’enfant, transformé et sublimé par le pouvoir de l’imagination propre à l’enfance. À travers les jeux, les moments de bonheur propre à la vie d’une communauté et de la famille, La Campa est transfigurée. C’est cette dimension que nous voulions mettre en avant et chercher à incarner dans l’espace de l’exposition.

À la fois lieu physique et cadre de vie, mais aussi, espace où se déploient tous les imaginaires, le territoire de La Campa se dédouble à travers le regard de l’enfance.
La plupart des photographies que nous avons choisies rendent sensible cette dualité. Celles-ci superposent la figure d’enfants aux regards brillants, à un arrière-plan où l’on perçoit pleinement la misère des conditions de vies. Si l’individu est sublimé, la dureté des conditions matérielles et la situation de ces enfants n’en apparaît que plus poignante.

Le statut de la mémoire

À travers notre exposition, nous avons été amenées à questionner le statut des témoignages, photographies et objets recueillis qui forment la matière de notre exposition. Toutes renvoient à la notion de mémoire. Nous avons ainsi été amenées à réfléchir sur la valeur de ce corpus. La dimension subjective de l’ensemble des éléments que nous avons collectés est un élément que nous ne pouvions ignorer et qui devait faire l’objet d’une réflexion approfondie. En effet, aussi bien le témoignage de M.Abdel Saadouni, celui de Mme Bernadette Cornuau, que les photographies sont investies d’une dimension personnelle. Si ces éléments ont tous pour point commun d’être investi d’une certaine nostalgie et tendresse à l’égard du bidonville de La Campa, ils ne peuvent êtres appréhendés en dehors de leur dimension de mémoire individuelle. La confrontation à des réalités plus objectives était de fait une nécessité.

Il a donc été choisi de ne pas se limiter à une exposition exclusivement photographique, mais d’intégrer une dimension plus historique. Pour réaliser ce projet, nous avons conçu des panneaux qui tendent à nuancer la subjectivité assumée des photographies et témoignages. La conception de ces panneaux, les recherches que nous avons dû mener pour les réaliser, nous a obligées à aller plus loin dans la réflexion sur l’objectivité de toute forme de mémoire. Existe-t-il une réalité objective, unique et où la trouver ? Quelle est notre légitimité ?

De fait, nous avons choisi d’assumer et même de revendiquer la dimension subjective de notre exposition. Toutefois, il ne s’agissait pas de faire une exposition sur deux individus particuliers, illustrés par des photographiques. À travers ces parcours et ces témoignages individuels, nous pensons qu’il existe une dimension plus universelle. La subjectivité de chacun est convoquée dans son rapport à la mémoire. Chaque visiteur peut retrouver un peu de lui-même, une partie de son parcours, de l’enfance à l’age adulte. Chacun est amené à questionner son rapport à l’enfance et la dimension de reconstruction qui y est associée, sa part de nostalgie, ou au contraire de répulsion pour âge déterminant dans la construction de chaque individu.

Le palimpseste, une notion clef de notre exposition

Qu’est-ce qu’un palimpseste et pourquoi convoquer cette notion ?
Selon le dictionnaire, le palimpseste désigne un parchemin manuscrit dont on a effacé la première écriture afin d’écrire un nouveau texte. Ce terme désigne un parchemin ancien dont l’inscription a été grattée par un copiste afin d’être réutilisé pour un autre texte. L’ancienne écriture se donne à voir parfois sous le grattage.
Ce mot nous a semblé être à même de résumer notre exposition, dans toutes ses dimensions et particulièrement cette superposition entre temps passé et temps présent, le bidonville de La Campa d’une part et le parc de La Courneuve d’autre part. C’est à travers cette notion que nous avons choisi d’incarner la notion de trace et donc dans l’idée de superposition des temporalités. Ce palimpseste s’incarne à travers la scénographie. Le visiteur, invité à déambuler sur un chemin de pelouse verte jusqu’au carré central, doit ensuite sortir de cet espace symbolisant le parc de La Courneuve, sortir de cette zone qui par sa dimension symbolique et cognitive renvoie à son présent, avec une notion de confort et de familiarité, pour pénétrer dans un espace flou, celui d’un temps révolu, où il va rencontrer les ombres du passé, matérialisées par les silhouettes et figures en noir et blanc des enfants de La Campa. Par là même, il expérimente la stratification du temps et sa superposition.

À travers ce blog, nous sommes amenées à expérimenter une autre dimension du palimpseste, celle véhiculée par la critique littéraire moderne de transtextualité, employé en premier lieu par Gérard Gennette dans son essai Palimpseste. C’est-à-dire tout ce qui met un texte en relation avec d’autres textes, avec l’idée que les couches inférieures du texte transparaissent en filigrane. À travers nos articles, les références aux travaux que nous avons pu consulter, nos réflexions elles-mêmes inspirées de lectures ou d’apports extérieurs dont nous n’avons plus forcément conscience, cette dimension est directement expérimentée.

Comment appréhender la notion de trace ?

Parmi les demandes qui nous ont été faites, celle concernant la notion de trace a particulièrement retenu notre attention et a fait l’objet d’une réflexion théorique et conceptuelle.  Comment appréhender cette notion, et surtout comment lui donner une réalité matérielle au sein de notre exposition ? Comment amener le visiteur à saisir cette notion, à lui donner une réalité matérielle au sein du parcours de l’exposition.
Nous avons ainsi réfléchi à partir des définitions de la trace. Ce mot renvoie à des dimensions multiples, à la fois physique, notionnelle et figurée. La trace renvoie dans un premier temps à la notion de vestige qu’un homme ou un animal laisse à l’endroit où il est passé, mais aussi à l’idée de marque, d’impression que laisse quelque chose, elle peut aussi être immatérielle. Au sens figuré, la trace renvoie à l’idée d’imitation, d’exemple à suivre, c’est l’idée de marcher sur les traces ou de suivre les traces de quelqu’un. C’est donc à une définition multiple que nous avons été confrontées, renvoyant à des éléments matériels ou d’ordre plus symboliques.

Nous avons travaillé sur l’ensemble définitionnel de cette notion de trace. Rétrospectivement, la dimension figurée, d’exemple à suivre, hautement paradoxale appliqué à un bidonville et donc à un objet communément perçu de façon négative, nous interroge. Nous avons travaillé sur l’enfance et, dans cette mesure, il paraît intéressant de revenir sur cette dimension qui finalement est apparue de façon inconsciente dans notre exposition.
À travers les archives et les « regards d’enfants », nous avons finalement donné en quelque sorte une matérialité à cette dimension figurée. En reconstituant la vie des enfants à La Campa et en interrogeant d’anciens habitants, aujourd’hui devenus adultes, nous avons « suivi les traces » de ces enfants, en remontant la piste du temps. D’autre part, dans notre propos, une vie heureuse à La Campa, volontairement engagé et subjectif, on retrouve aussi une certaine idée d’exemplarité, l’idée de trace à suivre. À travers notamment la personnalité d’Abdel Saadouni, nous avons présenté le parcours atypique d’un individu qui à partir d’une enfance dans un bidonville a su s’élever socialement. Cette trajectoire, présentée comme exemplaire dans notre parcours d’exposition, peut trouver un écho universel, dans la mesure où la vie de chacun peut trouver une résonance. À travers l’enfance, c’est la dimension de construction de soi-même qui se trouve incarnée dans un fil sous-jacent.

 

Le bidonville de La Campa : une réalité double, physique et mémorielle

Le bidonville de La Campa a été avant tout un élément du tissu urbain de la Seine-Saint-Denis. À ce titre, c’était un élément physique et matériel, un endroit dans lequel des familles vivaient.
Pour plus d’informations sur l’histoire du bidonville et la transformation du territoire :Le bidonville de la Campa reste un “non-dit” dans l’histoire du parc de la Courneuve

Nous souhaitions mettre en avant cet aspect et confronter le visiteur à cette dimension en lui proposant une visite exhumant le passé et lui redonnant, le temps de l’exposition, une réalité concrète. Pour cela nous avons longuement réfléchi sur les éléments dont nous disposions pour concevoir notre exposition et la façon dont nous pouvions les utiliser. Nous avons, par là même, conduit une réflexion sur les supports de la mémoire à notre disposition et la façon dont nous pouvions les assembler. Il s’agissait ici d’appréhender la mise en exposition comme un média entre notre propos et le visiteur.
Nous avons donc confronté deux éléments : d’une part, le parc de La Courneuve, dans sa réalité contingente actuelle et, d’autre part, le bidonville de La Campa, dans sa réalité virtuelle historique, telle que nous pouvions l’appréhender à travers les rares écrits existants, les témoignages oraux des témoins, les photographies de l’époque. De cette confrontation est né l’ensemble de notre exposition, aussi bien dans l’élaboration de son discours sous-jacent que dans sa scénographie.
Pour plus d’informations sur la scénographie de l’exposition : (à compléter)

Cette approche nous a ainsi conduites à réfléchir aux supports de la mémoire et à l’utilisation que l’on peut en faire au sein d’une exposition. Nous avons ainsi questionné le statut de ces différents éléments comme témoins du passé, dans le temps présent, et les avons appréhendés comme des liens entre ces deux dimensions temporelles, des fils à tirer entre passé et présent d’une part, mais aussi dans le présent lui-même. En effet, nous voulions appréhender le bidonville dans son aspect mémoriel, dans sa dimension immatérielle, tel qu’il subsiste dans la mémoire des individus qui l’ont connu, et plus généralement dans la façon dont il est encore perçu et véhiculé dans le présent.

 

Une exposition photographique sur le bidonville de La Campa : à la découverte de la conduite d’un projet

Dans le cadre de notre Master, nous devions monter une exposition dans les locaux du service culturel. La demande de nos professeurs était de monter une exposition photographique ayant pour sujet le bidonville de La Campa et par là même, de travailler sur la notion de trace.

Cette demande nous est apparue hautement paradoxale : comment faire une exposition photographique sur un objet qui ne possède actuellement plus aucune trace physique ?

Cette demande nous a tout de suite placé dans la posture d’une équipe de conception de projet devant répondre à une demande dont nous ne comprenions pas forcément les aboutissements mais que nous allions devoir mettre en œuvre. Nous nous sommes ainsi immédiatement questionnées : Comment répondre à une demande extérieure et se l’approprier pour proposer une approche novatrice et originale ? Comment parvenir à mettre en oeuvre une exposition conceptuelle, autour de la notion de trace, tout en lui donnant une dimension physique, qui ne passerait pas uniquement par la présentation de photographies d’archives ?

Nous voulions absolument mettre en pratique l’ensemble de nos enseignements, reçus dans le cadre de notre parcours, et nous inscrire dans une pratique contemporaine de la conception d’exposition, à la fois sur le plan de la scénographie, mais aussi de la médiation.

 

Monter cette exposition nous a véritablement permis d’appréhender la conception d’exposition dans son ensemble : la découverte du thème, les rencontres avec les témoins directs ou indirects, le choix du sujet, la découverte des photographies d’archives à notre disposition, le choix du sujet, l’élaboration de la scénographie, le montage. Conduire un projet de la sorte, nous a beaucoup appris et apporté aussi bien sur le plan de l’apprentissage d’une véritable pratique professionnelle, que sur le plan personnel.

ATD Quart Monde, un engagement mondial

Bernadette Cornuau, une des premières volontaires, a démarré le Mouvement dans plusieurs lieux, en France et aux Etats-Unis. Elle a ensuite dirigé l’Institut d’Action d’ATD Quart Monde.

Afin d’avoir un aperçu de l’engagement des volontaires du mouvement ATD Quart Monde dans d’autres situations que celle des bidonvilles français, nous proposons la lecture d’un article de Clare McCarty sur l’engagement de ces derniers auprès des enfants pauvres de New York., et plus particulièrement sur l’engagement de Mme Bernadette Cornuau qui nous a inspirée pour l’exposition Territoire d’enfance.

Clare MacCarty est étudiante en anthropologie et développement de l’enfant à Tufts University (Massachusetts, USA). Elle fait actuellement un stage avec le Mouvement ATD Quart Monde à Boston.

Apprendre à New York

Résumé

S’engager au sein d’une communauté pour révéler les capacités d’apprendre des enfants et des jeunes les plus pauvres, c’est créer des liens de partenariat avec leurs parents. Une relecture du livre de Vincent Fanelli « The human face of poverty. A chronicle of urban America » (1990, New York, The Bootstrap Press)

Introduction

Aller plus avant pour appréhender les besoins des pauvres, au-delà des méthodes traditionnelles de l’assistance, saisir leurs difficultés, cela ne peut se faire qu’en vivant et en travaillant avec eux, en proximité, pour devenir familier des défis qu’ils rencontrent et comprendre ce qu’ils endurent dans l’extrême pauvreté.

Le livre de Vincent Fanelli en est une illustration. Il révèle la vie partagée de volontaires d’ATD Quart Monde avec des familles habitant dans le Lower East Side de Manhattan, à New York, du milieu des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970. Au début de cette période, les Etats-Unis s’étaient mobilisés dans une « guerre contre la pauvreté » et, dans ce quartier comme dans d’autres semblables, beaucoup de programmes sociaux avaient été mis en place. 

[…]

Lien vers l’article : www.editionsquartmonde.org