Rétrospective.

Les recherches de nos prédécesseurs sur le bidonville de La Campa, ces deux dernières années, ici rassemblées :

  • « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2012/2013)
  • « Territoire d’enfance. Bidonville de la Campa. La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2011/2012)

Ont conduit à la pose d’une stèle commémorative au Parc Départemental Georges Valbon, anciennement Parc de La Courneuve. Leurs travaux sur cet ancien bidonville, qui fait de ce parc, un parc chargé d’histoire, ont permis de questionner ce processus de retour de la mémoire.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Rencontre de natures

Retour au Parc Georges Valbon pour des prises de vue et de son à intégrer dans notre exposition. L’idée d’un « avant/après » nous suit depuis le début de l’aventure et nous avons enfin le temps (disponibilité et météo) pour le faire !

Nous nous sommes armées de nos différents appareils et nous voici à nouveau à La Campa, ou presque !

Prises de vue à au parc G. Valbon :

copyright : Mathilde Fayoux

scénographie de l’exposition

Travail de scénographie (échelle 1/50e) :

 

L’espace d’exposition – Division de l’espace – hypothèse schématique

 

Côtes et dimensions pour affiner nos hypothèses – Hypothèse de circulation et zonage

Note d’intention du projet 2012/2013

Dans la poursuite d’une réflexion sur les bidonvilles entreprise au sein du Master 2 Dynamiques Culturelles de l’Université de Paris XIII, notre promotion 2012/2013 se démarque avec la création d’un quatrième projet abordant l’environnement vécu et ressenti dans le bidonville de La Campa.

Avec ce questionnement nouveau, nous continuons à nous attacher à conserver, préserver et transmettre l’histoire de ce bidonville afin de mettre en valeur le patrimoine naturel et culturel de cette population. Garder des traces d’un territoire qui n’est plus, qui est méconnu et qui pourtant a existé, tels sont les intentions de notre projet.

Afin d’appréhender les spécificités du territoire de La Campa, nous avons organisés notre réflexion autour de deux axes méthodologiques majeurs : un travail de terrain et un travail de recherche documentaire. Ces recherches nous permettent de réunir des données de nature variée : photographies, entretiens audio et vidéo, documents d’archives… Au fur et à mesure de notre progression, nous découvrons toujours plus d’informations sur La Campa, permettant de mieux cerner les différentes facettes de ce bidonville. Nous nous appuyons également sur la mémoire vivante des personnes ayant habitées ou côtoyées le bidonville de La Campa, la mémoire étant un élément essentiel de l’identité collective et individuelle.

Deux supports viennent articuler nos travaux. D’une part, le blog permet de rendre compte de l’avancée de notre projet et de développer un réseau humain, qui se veut international. Il est un outil de transmission et d’échange, nous permettant de collecter les récits de vies des anciens habitants. Ces histoires complètent le portrait que nous tentons de dresser de La Campa, et nous permettent de progresser dans nos travaux afin de constituer une exposition finale. Ce deuxième support prévu pour février 2013 représentera plus qu’un argumentaire sur le thème du bidonville mais proposera une approche sensorielle du projet en le donnant à voir, écouter, toucher et sentir.

Rendez-vous le 1er février 2013 au café expo de l’Université de Paris XIII pour découvrir notre exposition.

Les étudiantes de CECS : Katy Blondeau, Mathilde Fayoux, Laura Oudin et Kattia Pacheco.

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]

Exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) »

L’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis retraçait en 2007 vingt ans d’histoire sur les personnes mal logées en Seine-Saint-Denis. Le lien vers cet article du magazine Télérama Sortir vous permettra d’en savoir un peu plus sur le rôle joué par le père Joseph Wresinski, le nombre de bidonvilles et d’habitants à cette époque ainsi que les événements qui ont alerté les pouvoirs publics de la situation.

Extraits de l’entretien avec Mr Abdel Saadouni

Voici quelques extraits de notre entretien avec Mr Abdel Saadouni. Pour plus d’informations vous pouvez également consulter l’article : Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni ou ce lien concernant la rencontre avec les promotions précédentes. Finalement, pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

« Rien n’appartenait à personne et tout appartenait à tout le monde quelque part. »

« Pratiquement tout le monde qui vivait dans le bidonville travaillait parce qu’avant il y avait du boulot. »

« Beaucoup de gens qui venaient des bidonvilles ont été placé dans des citées transit. Il fallait leur apprendre à vivre dans des HLM. C’était une transition. On nous a dit que ça allait durer pendant 5/6 ans mais pour la plupart ça a duré plus longtemps. C’était déjà la crise du logement. »

« On allait à l’école. Il y avait un car qui venait nous chercher et nous ramener. C’est la mairie qui affrétait le car. On était réparti dans plusieurs écoles de la Courneuve. Au début on était séparé par tranches d’âges mais ça ne durait pas. Moi j’avais 6 ans et j’étais en classe avec des enfants qui avaient 13/14 ans. »

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique, nous on dansait et on chantait,  c’était très convivial. »

« Il y avait une solidarité et une entraide entre les gens. Au sein d’une communauté mais aussi entre communautés. »

« Pour les loisirs il y avait les terrains de foot à côté. Le parc des sports existait déjà. On allait piquer les poteaux et les filets pour ce faire des petits terrains ici. »

« En dessous il y avait une rivière. Des fois on allait dans la rivière pour s’amuser. On coupait les toits des bagnoles pour faire des barques. La rivière était grande, on se baignait dedans. Le relief n’est plus du tout le même aujourd’hui, avant c’était plat. »

« Le jour même où on est parti, il y avait les bulldozers qui venaient. On avait pas le choix.  On ne voulait pas partir. La plupart des gens ne voulait pas partir. »

« Je ne me souviens pas des tensions, moi j’ai un souvenir d’enfant. »

« Il n’y avait pas d’éclairage, il y avait 2 ou 3 fontaines. Il y avait un point de croix rouge qui était là en permanence.  Pour les WC on creusait nous même des fausses. »

« À part le boue, c’était propre. Même la manière d’être habillé. Chaque communauté gérait. Au bled on avait pas d’eau ni d’électricité, donc on avait déjà une formation. C’est pareil pour les ordures. »

« Les filles allaient à l’école mais elles aidaient aussi la maman dans la maison. Elles étaient plus responsables que les garçons. Elles s’occupaient des petits frères, de la maison. »

« Ce n’était pas la misère mais ce n’était pas l’Amérique non plus. »

« Dans la misère on se crée toujours une complicité. »

« On ne voulait pas partir, on avait nos habitudes et il y avait une sacrée ambiance. »

« Il y avait une solidarité même si les gens restaient beaucoup au sein de chaque communauté. »

« Il y avait du boulot partout. La France était demandeuse. Les français acceptaient plus les travailleurs étrangers. Chaque personne de la famille en faisait venir une autre. »

« Les gens avaient envie de découvrir la culture des autres. Il n’y avait pas cette tension actuelle parce qu’il y avait du travail pour tout le monde. »

« À la cité transit, c’était fini la belle époque, il fallait se prendre en main. J’étais en difficulté et j’avais envie de m’en sortir. »

« Pour se laver il fallait faire chauffer l’eau mais on avait la technique. Il y avait des douches municipales mais c’était payant. »

« Le parc est merveilleux, c’est la nature. J’ai toujours gardé ce lien avec la nature peut être parce qu’on était à côté des maraichers. J’aimais bien monter dans les arbres et gambader. »

« Même 40 ans après, on voit que ça revient. »

Michelle Briançon

Pour notre exposition « Territoire d’enfance », nous avons aussi choisi des photographies de Michelle Briançon, à l’époque « voisine » du bidonville de La Campa.

Nous voudrions partager quelques lignes sur l’histoire de cette « photographe » amateur.

 

Michelle Briançon a 16 ans, lorsqu’elle est rapatriée d’Algérie avec sa famille en 1962.

Après un mois dans un camp de transit, elle monte sur Paris avec sa grand-mère et sa mère qui travaille au Ministère des Finances. Elles logent alors quelques mois dans un hôtel, puis dans une chambre de bonne de 9m2. Finalement, sa mère obtient un appartement, certainement par le biais du service social du Ministère des Finances, au 4000 de la Courneuve, en octobre 1963. Pour elles, ce fut un réel soulagement : l’occupation d’un vrai appartement, vivable et signe de la fin des conditions de vie précaires.

C’est en se baladant aux alentours des 4000 que Michelle Briançon découvre le bidonville de La Campa. Grâce à son appareil photo, elle se met à prendre tout en photo et parle aux habitants de La Campa.

Quarante plus tard, elle entend parler d’une exposition sur les bidonvilles en Seine-Saint-Denis. Interpellée, elle se met à chercher les photographies qu’elle avait prises à l’époque.

Elle décide donc de visiter l’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » et de contacter la mairie de la Courneuve pour partager ses photographies.

A propos de ces photographies :

Ce qui me revenait : le contraste entre une cité moderne propre… et la vie dans le […] qui était assez chaotique et sale.

Comment est-ce qu’on peut vivre dans des conditions aussi…

Ce que j’ai essayé d’exprimer, c’est comment est-ce qu’on peut vivre dans la boue, dans les ordures ?

Pourquoi les enfants ? Parce qu’après j’ai choisi la profession de m’occuper d’enfants, je pense qu’à l’époque c’est ce qui m’a touché.

 

 

Paroles recueillies par M. Jean Michel Roy, Responsable de l’unité Patrimoine et Arts Visuels à la ville de la Courneuve.

 

    

Fonds Mairie de la Courneuve, Michelle Briançon, La Campa 1964.

 

 

La scénographie de l’exposition

Nous avons pensé la scénographie de l’exposition de manière à faire passer un message à travers la division des espaces, le choix du décor ainsi que par la sélection des photographies et autres médias utilisés.

Nous voulions que le visiteur prenne conscience du changement physique  (aménagement de l’espace,  relief) entre la période où se dressait le bidonville et celle d’aujourd’hui où se trouve  le parc de la Courneuve. Il nous paraissait ensuite essentiel de montrer les conditions de vie précaires au sein de la Campa afin de ne pas idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, pour en venir au coeur du thème de l’exposition: le regard de l’enfant qui transfigure la réalité quotidienne. Nous voulions finalement montrer les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Campa et offrir un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Notre intention était d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent en lui proposant un voyage temporel. 
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par les photographies en noir et blanc. Les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, symbole du territoire actuel, tout en étant confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de vie à l’époque du bidonville.
 La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir. 
Les pas étaient également un moyen d’attirer les visiteurs vers l’espace d’exposition en attisant leur curiosité.

 

    

C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire. Dans cette optique nous avons utilisé un large panel de médias pour appuyer notre propos. Les photographies sont accompagnées par des panneaux explicatifs dans chaque espace d’exposition ainsi que de citations fortes de sens de Mr Abdel Saadouni et de Mme Bernadette Cornuau. Le film, réalisé par le pôle image de la Courneuve et des lycéens, présente une interview de Mr Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville et propose un entretien avec le photographe Mr Claude Dityvon. Les coupures de journaux sont un autre moyen d’évoquer notre sujet et d’effectuer une ouverture sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

 

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition: le café expo du service culturel de l’Université Paris 13. Nous vous invitons à en savoir plus sur le parcours de l’exposition en consultant les liens sur l’attribution thématique des espaces qui ont donné lieu à de nombreuses réflexions.

Espace  Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa. La Courneuve, 1957 – 1971 

Espace Des conditions de vie précaires…

Espace …mais un souvenir d’enfance heureuse à La Campa

Espace La création, un moyen de s’épanouir

Espace Actualité et remerciements

 

Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni

Nous avons rencontré Mr Abdel Saadouni, qui comme les promotions précédentes, s’est prêté au jeu d’ un entretien itinérant dans le parc de La Courneuve.

Durant ces 2h d’entretien, cet ancien enfant de La Campa nous a livré ses souvenirs de vie dans le bidonville et c’est d’ailleurs à la suite de cette rencontre que nous est venue l’idée de traiter plus particulièrement le thème du regard de l’enfant.

Abdel Saadouni et la promo 2011-2012 lors du vernissage de l’exposition

Pour des informations sur les rencontres des différentes promotions avec Abdel Saadouni voici le lien.

Pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa