Notre méthode d’enquête sur le terrain

Après s’être documentées, avoir sélectionné les enquêtés (étape 1 et 2 du panneau figure d’enquêteur mémoriel dans notre exposition) et négocié les conditions de réalisations de nos entretiens, nous sommes parties sur le terrain avec notre grille de questions. Sur une période de trois mois, d’octobre à décembre, nous avons pu rencontrer quelques enquêtés.

Nous avons fait le choix de mener des entretiens semi-directifs enregistrés en laissant l’enquêté s’exprimer le plus possible. L’entretien semi-directif favorise une forme de discussions, contrairement à l’entretien directif qui instaure plutôt les fameuses « questions-réponses » qui peuvent installer un climat froid lors de l’entretien. Nous rebondissions tout de même sur les propos les plus pertinents énoncés par l’enquêté, sans trop le couper, soit dans l’immédiat, soit quelques instants après. De plus, interroger des individus, qui nous sont inconnus, sur des souvenirs très personnels, un passé douloureux ou empli d’espérance, n’est pas chose aisée. Il faillait donc montrer à l’enquêté une forme d’écoute et de respect.

Une prise de notes intense pendant l’entretien nous a été très utile : expression du visage, langage corporel, mots prononcés à plusieurs reprises, etc. Au sortir de l’entretien, une notation des impressions à chaud est également très importante. Ces prises de notes nous ont été capitales au moment de la retranscription. Souhaitant exploiter le spectre des émotions, elles permettaient de mieux interpréter les silences, les intonations de voix, et autres choses non perceptibles en tant que telles sur le coup.

Nous partagions en quatre parties, une pour chacune, les entretiens à retranscrire dans son intégralité pour la semaine suivante. Et notions nos impressions, les extraits pertinents et nos analyses en marge durant la retranscription. Ces prises de notes associées aux retranscriptions nous ont servi dans le choix des extraits à mettre en exposition, du type de mémoire qui en découle et les émotions associées.

Vernissage d'exposition le 04/02/2014 à 12h00 au Café Expo. Service Culturel de l'Université Paris Nord XIII. Villetaneuse © Parcours Conception d’événements et Circulation des savoirs.
Vernissage d’exposition le 04/02/2014 à 12h00 au Café Expo. Service Culturel de l’Université Paris Nord XIII. Villetaneuse
© Parcours Conception d’événements et Circulation des savoirs.

Il est à noter que ces témoins n’ont pas forcément relu les extraits d’entretiens sélectionnés. Cependant, ils ont été informés dès la négociation des conditions d’entretiens d’une possible mise en exposition et ont donné leur accord.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Nos guides d’entretien

Voici les guides d’entretien que nous avons utilisés pour interroger nos interlocuteurs de la fondation Schlumberger et du mouvement ATD quart-monde. Comme vous pouvez le voir nous avons construit un guide différent pour les enquêteurs mémoriels et pour les témoins. Ces guides ont surtout été un support nous permettant de commencer les entretiens et de parfois réorienter les témoignages.

Parcours CECS 2013-2014 _GUIDE D'ENTRETIEN ENQUETEUR Parcours CECS 2013-2014 _GUIDE D'ENTRETIEN TEMOIN

Une nouvelle scénographie

Après une visite au Café-Expo avec Gauthier du service culturel de l’université, nous nous sommes penchées de nouveau sur la scénographie de notre exposition sur “le Retour de la Mémoire”.

Cette visite nous a permis de prendre en compte certains détails comme le blocage de la sortie de secours par notre SAS sonore. Nous avons donc modifié le parcours d’exposition en fonction. Voilà ce que cela donne :

La salle d’exposition: le Café Expo de l’Université Paris 13.

1.Plan_Expo-Vide

Cloisonnement final du Café Expo pour accueillir notre exposition (sous réserve de modification).

2.Plan_Expo-Cloison

Le nouveau sens de circulation dans l’exposition et plan de la configuration de l’exposition.

3.Plan_Expo-Circulation

 Qu’en pensez-vous?

Pour savoir ce qui se cache derrière notre  » A découvrir par vous-mêmes », nous vous donnons rendez-vous du 03 au 14 février 2014. See you soon!!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Schématisation de nos pensées

Chers lecteurs,

A l’aide de l’outil « carte heuristique » nous avons, lors d’une séance de cours consacrée à cela, schématisé nos pensées. Dans ce schéma vous trouverez les figures de médiation du blog, le travail effectué sur ce dernier concernant notre thème  » Le Retour de la Mémoire  » mais également ce qu’il nous reste à accomplir durant les deux mois à venir.

carte-heuristique-finale

Qu’en pensez-vous? Avons-nous oublié quelque chose selon vous?

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

« Le Retour de la Mémoire », une exposition en devenir…

oeuvre-participative

Notre projet avance et l’exposition prend forme. Bientôt vous pourrez découvrir le résultat de ces mois de travail. Néanmoins nous n’avons pas encore terminé, nous arrivons au moment où il faut choisir nos photos, rédiger et mettre forme nos textes. Nous sommes donc dans une période cruciale, le temps file et il nous reste encore tellement de choses à faire pour vous présenter notre histoire. En parlant d’histoire on peut dire que nous sommes des archéologues du vivant non ? Nous creusons dans les mémoires, avec le plus grand soin, pour y faire ressortir des vestiges du passé. Qui aurait cru que notre travail était si proche ? Et pourtant… Dans peu de temps vous pourrez découvrir les trouvailles de nos fouilles. Enfin si nous y arrivons…

Pour le savoir rendez-vous le 3 Février !

 

 

Scénographie de l’exposition

Nous nous sommes penchées ces derniers temps sur la scénographie de notre exposition sur le thème « le Retour de la Mémoire ».

Plan_expo_vide
La salle d’exposition: le Café Expo de l’Université Paris 13.

Plan_expo_cloisons
Hypothèse de cloisonnement du Café Expo pour accueillir notre exposition.

Plan_expo_circulation
Le sens de circulation dans l’exposition en suivant cette hypothèse de cloisonnement. Qu’en pensez-vous?

La Rencontre avec nos interlocuteurs ATD Quart Monde

Notre première rencontre avec James JABOURECK, responsable du corps volontarial d’ATD Quart Monde, s’est déroulée le 15 octobre 2013, au Centre International Joseph WRESINSKI à Baillet-en-France. Lors de cet entretien, il nous a présenté quelques volontaires dont Gabrielle ERPICUM, l’une des figures d’enquêteur mémoriel mais aussi témoin du passé de la vie au Camp de Noisy-le-Grand.

CIJW Baillet en France
Centre International Joseph WRESINSKI à Baillet-en-France

Nous avons revu, à deux reprises, Gabrielle ERPICUM, Volontaire-permanente d’ATD Quart-Monde. Tout d’abord, le 15 novembre dernier au Centre International Joseph WRESINSKI à Baillet-en-France où elle nous a parlé de sa figure d’enquêtrice mémorielle, bien qu’elle ne se définisse pas en tant que telle. Pourquoi Enquêtrice mémorielle ? Simplement car c’est par un « désir de retrouvailles », d’une des femmes du camp, qu’elle a rencontré une dizaine de femmes de ce même camp, plusieurs années après pour collecter leur histoire, faire un « travail de mémoire » en commun. Ce travail de longue haleine, depuis 2006 à donner lieu à un livre que ces femmes ne partageront uniquement avec leur famille car « les auteures l’ont voulu uniquement pour elle, pour les leurs afin de pouvoir expliquer cette histoire à leurs enfants et petits enfants. »[1]

CIJW Méry sur Oise
Centre International de Méry-sur-Oise

Le 26 novembre dernier, réunies au Centre International d’ATD de Méry-sur-Oise, devant la maquette du camp, nous avons rencontré Gabrielle sous sa figure de témoin. Témoin ? Simplement car elle a vécu au camp en tant que volontaire au commencement du Mouvement ATD en s’occupant des jeunes filles. Ce fut presque comme un entretien itinérant, même s’il est vrai que nous n’étions pas sur le terrain. En effet, en regardant la maquette  Gabrielle peut, elle aussi, tout comme ces femmes conter, retracer pas à pas, et ce pendant des heures, l’Histoire du camp avec ces moments douloureux mais également ces moments heureux  passés à l’atelier des femmes, lors de la création de la bibliothèque, son appropriation par les enfants, etc. A la question, avez-vous des regrets, elle nous répond :

« Non, aucun, il y a eu des moments de doutes […] dans mes débuts, ces six premiers mois où je me demandais ce que je faisais là, parce que je me disais mais ils ne veulent pas de nous. […] Il y avait des moments très, très, très difficiles mais une fois qu’on passe ce cap-là on bâti quelque chose ensemble. Et ça, c’est passionnant, c’est sans limites parce qu’on est devant des vies qui ont toujours été bâties par des bribes et que nous arrivons dans une durée avec elles, dans un cheminement long.  Et là, la confiance grandit de plus en plus et on peut aller loin, de plus en plus loin. Et on voit les résultats, autant sur nous-mêmes que sur les autres parce que l’enrichissement va dans les deux sens. L’enrichissement est dans les deux sens. » (Gabrielle E. – 15/11/13)

Plan Noisy
Maquette du camp de Noisy-le-Grand à Méry-sur-Oise


[1] Extrait des Journées d’Etudes du CIJW, organisées par le Pôle Etudes et recherches. Les 13 & 14 septembre 2013. Intervention de Gabrielle ERPICUM « Désir et Craintes d’Histoire »

La Rencontre avec nos interlocuteurs Schlumberger

Notre première rencontre avec Alix ALDUC, la Responsable des collections au Château de Crèvecœur en Normandie, château appartenant à la Fondation Musée Schlumberger, s’est déroulée le 17 octobre 2013, dans le petit jardin d’un musée à Paris non loin de St-Lazare. Madame ALDUC, est l’une des figures d’enquêteur mémoriel que nous devions rencontrer dans le cadre de nos recherches préliminaires. Elle a réalisé deux expositions au Château de Crèvecœur sur les ingénieurs de la société Schlumberger avec leur participation en témoignages, photos, etc.

C’est par son biais que nous avons pu étendre notre liste de contact et ainsi aller à la rencontre de deux Field engineers de la société de prospection électrique Schlumberger. Nous avons pu enregistrer ces entretiens qui furent tous trois forts instructifs.

Ces deux hommes qui tiennent à garder l’anonymat ont su nous faire voyager dans leurs souvenirs en un tour de main et nous projeter sur le terrain lors de leurs missions dans les pays du Moyen-Orient.  Ils nous ont également permis de pousser la réflexion un peu plus loin. Ces réflexions portent sur le phénomène d’oubli mais également sur celui de la reconstitution mémorielle c’est-à-dire d’un souvenir véritable placé dans une autre époque.

En voici un petit extrait d’entretien qui a entrainé chez nous de nouvelles réflexions :

« Si j’ai appris à me méfier de quelque chose, c’est bien de la mémoire. […] J’ai une montre que j’étais certain d’avoir acheté il y a une quarantaine d’années dans la zone neutre de Ras al Khafji, un petit territoire entre l’Arabie Saoudite et le Koweït […]. Il y a peu de temps, en lisant un article sur cette marque de montre qui indiquait comment les numéros de série permettaient de retrouver l’année de fabrication […], je me suis aperçu que ce n’était pas possible : cette montre n’était pas encore fabriquée quand j’étais à Khafji. Donc, j’ai probablement acheté une montre au souk mais ce n’était pas celle-là, ou j’ai peut-être acheté quelque chose de très similaire ou de la même marque. Celle-là j’ai dû la perdre ou on me l’a volée, je ne sais pas. En fait, le numéro de série de cette fameuse montre « rapportée de Khafji », indiquait sans doute possible que j’étais de retour en France lorsque je l’ai achetée. Tout cela pour dire qu’il faut se méfier de la mémoire et de la datation d’événements […] Heureusement, de nombreuses traces du temps passé nous permettent de baliser notre mémoire : un billet d’avion, une lettre, un visa sur un passeport, une coupure de journal… » M. H (20/11/2013, à l’université Paris 13).

 Nous reviendrons dans un prochain post sur ces entretiens un peu plus en détails.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Que qualifier d’institution ? (1)

Le travail de recherche réalisé dans le cadre de notre exposition sur le Retour de la Mémoire, nous pousse à nous interroger sur la notion d’institution et sur ce qui fait la légitimité de celle-ci. Dans une série d’articles, nous détaillerons nos hypothèses et pistes de réflexions. Ce cheminement nous permettra de répondre à la question de l’affect dans les institutions. Dans ce premier billet, nous nous attarderons à définir cette notion d’institution. Dans un second, nous tenterons de démontrer en quoi les structures qui nous accompagnent ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger sont des institutions légitimes.

*****

Sous titré : Définissons la notion d’institution

Il est courant de dire, dans le domaine des sciences sociales, que la notion d’« institution » a beaucoup évolué depuis la première tentative de théorisation faite par Emile DURKHEIM. Il convient, dans un premier temps, de définir l’« institution »  dans son sens le plus classique, son sens le plus rencontré : « Un organisme relativement stable soumis à des règles de fonctionnement et accomplissant des fonctions sociales spécifiques » (Georges Balandier1). Il s’agirait donc d’une structure établie garantissant des règles allant dans le sens de l’intérêt général ;  une forme d’organisation sociale régissant les normes et rôles, les valeurs et modèles, et même les relations et conduites de la société, et par ce biais celles des individus qui la compose. En d’autres termes, il s’agirait des organes politiques ou administratifs, entre autres, inscrits dans l’appareil de l’Etat tels que l’Assemblée Nationale, les administrations, l’école, etc.

Un autre sens est à prendre en compte, celui des anthropologues tels que Mary DOUGLAS2 dans la lignée de DURKHEIM. Une institution est « un groupement social légitimé ». Ce courant de pensée place l’individu et non l’Etat, au fondement de la notion d’institution. En d’autres mots, il y a dans ce sens une reconnaissance de l’individu dans la construction de l’institution elle-même. Selon Mary DOUGLAS, tout groupe social disposant des mêmes catégories de pensée et partageant un certain nombre d’idées ou de sentiments est légitimé ; et donc est reconnaissable comme une institution. Malgré le manque d’aspect juridique, dès lors qu’il y a un rituel reconnu sa dimension institutionnelle est légitimée. Dans ce sens, la religion, la famille, les cérémonies, entre autres sont à considérer comme des institutions.

Il est à noter l’existence d’une définition de la notion proche de la première, tout en étant différente. On appelle « institution » toutes les instances avec une instruction juridique et un cadre défini. Il peut s’agir d’une entreprise, d’une association, entre autres, etc. En clair, les structures privées dans une certaine mesure, s’établissant sur la durée, avec des activités légitimes. Celles-ci sont souvent considérées comme des organisations mais dans ce cas elles s’opposent. Dans  ce sens nous trouvons nos deux terrains d’enquête que sont le Mouvement ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger. Il s’agira pour nous dans un second article de montrer en quoi ces institutions sont légitimes au même titre qu’une institution publique.

Marika NELHOMME

BALANDIER Georges, dans la Préface de Comment pensent les institutions ? de Mary DOUGLAS

DOUGLAS Mary, 2004, Comment pensent les institutions ? : Suivi de La connaissance de soi et Il n’y a pas de don gratuit – Paris : La Découverte. .

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Que Qualifier d’institution ? (2)

Sous titré : La légitimité des institutions ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger.

 

Nous pouvons lire, dans l’analyse de Yannick FLOQUET1 sur le nouveau livre de Frédéric LORDON, que « les sciences sociales d’aujourd’hui sont tombés amoureuses des institutions »*. A cela il ajoute « et d’un concept lié, celui de légitimité : une bonne institution serait une institution légitime ». Comme mentionné dans l’article précédent, nous nous attarderons sur les deux dernières définitions du terme « institution » et cette notion de « légitimité » que nous mettrons en relation avec les structures qui nous accompagnent dans notre démarche.

Avant de développer sur ce qui rend nos accompagnateurs légitimes, attardons-nous sur la légitimité d’une « institution » dans son sens le plus strict : organe de l’Etat. Rappelons tout d’abord ce qu’est la légitimité. Selon la première définition du Dictionnaire Larousse en ligne « La légitimité est le caractère de ce qui est fondé en droit ». Cette définition rend légitime l’appareil de l’Etat, dans la mesure où il est le seul à régir et à garantir les bases juridiques, mais également éthiques et morales de la société. L’Etat serait donc une autorité légitimée.

En sociologie, on ne peut parler de légitimité sans mentionner Max WEBER (1864-1920) ; il en catégorise trois types :

– la « légitimité charismatique » qui provient de l’autorité d’une personne, de ces qualités jugées exceptionnelles. Nous attribuons dans ce sens une légitimité aux héros, aux prophètes. Nous le rapprochons même de la notion d’ « autorité légitimante » de Mary DOUGLAS.

– la « légitimité traditionnelle » quant à elle, est fondée sur une tradition considérée comme immémoriale, intemporelle et incontestable. Il s’agit des coutumes et traditions qui perdurent dans le temps. Ex : la dynastie monarchique du Royaume-Uni. – la « légitimité rationnelle-légale » se base sur des règles impersonnelles et universelles, elle provient donc du respect de la loi.

Dans les deux premières définitions, Max WEBER s’attarde plus sur ceux qui forment la société : l’individu, le groupement d’individu. Cela nous pousse à penser que la légitimité est, par nature, un statut donné par la société, dans la mesure où elle est au fondement de l’action humaine.

Pour répondre à la question : En quoi la Fondation Musée Schlumberger et le Mouvement ATD Quart-Monde sont-elles des institutions légitimes ? Nous répondrons :

Le Mouvement ATD Quart-Monde est dans le prolongement de l’association « Aide à Toute Détresse » créée en 1957 par le père Joseph WRESINSKI avec des familles de l’ancien bidonville « Camp du Château-de-France » de Noisy-le-Grand. Ce mouvement nous semble légitime sous plusieurs aspects. Tout d’abord, son fondateur Joseph WRESINSKI possède une légitimité charismatique au sens de WEBER. Il fut à son époque la figure d’autorité du bidonville et de l’association, et l’est encore après sa mort. De plus, l’association qu’il a créée est reconnue en tant que « groupement social légitimé » (Mary DOUGLAS), par la société elle-même. Les valeurs émises par son fondateur, il y a plus de cinquante ans, continuent à se diffuser dans les quatre coins du monde, et à se développer grâce aux nombreux volontaires qui luttent et passent le flambeau aux autres générations.

La Fondation Musée Schlumberger, existant depuis près de 40 ans, au Château de Crèvecœur en Normandie, a été créée par la famille des frères Conrad et Marcel Schlumberger, deux révolutionnaires du pétrole. Cette structure reconnue d’utilité publique est fondée sur la durée, avec des activités légitimes lui donnant une compétente dans son domaine. La fondation basée sur la famille, nous pousse à penser que la légitimité de cette structure est traditionnelle. En effet, la Fondation Musée Schlumberger est fondée sur une tradition familiale considérée comme ancienne et incontestable, cependant, elle met également à l’honneur la famille Schlumberger mais aussi les employés de la multinationale.

Même si l’appareil étatique reste souvent défini par la majorité comme seul institution légitime et que les institutions en temps que structures ne témoignent pas d’affects au sens premier. Il est nécessaire de parler dans un prochain billet de la question des affects dans les institutions.

Marika NELHOMME

 

1 Yannick FLOQUET, « Frédéric Lordon, La société des affects », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 octobre 2013, consulté le 08 novembre 2013. URL : http://lectures.revues.org/12403

.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus