Exposition  » Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) »

Le service du patrimoine culturel de la Seine-Saint-Denis a souhaité faire partager à ses habitants cette histoire jusqu’ici méconnue. D’où la conception de l’exposition autour du bidonville de la Campa:

Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974)

À l’occasion de l’exposition “Et voilà le travail”, autour de l’architecture et la ville, l’exposition : « Bidonvilles en Seine-Saint-Denis, 1954-1974 Histoire et représentations » retraça divers aspects de la vie quotidienne dans les bidonvilles de la Seine-Saint-Denis : photographies d’artistes (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson…), articles de journaux, cartographie, films…

L’exposition fut ensuite présentée aux archives départementales (Bobigny).

Cette exposition a été produite et réalisée par le Conseil général (direction de la Culture, du Patrimoine, du Sport et des Loisirs et direction des Services d’Archives), en partenariat avec l’association Périphérie, centre de création cinématographique, et l’Institut CGT d’Histoire Sociale.[2]

Voir aussi l’annonce du vernissage

« Regarde-là ma ville, elle s’appelle Bidon… Bidon, Bidon, Bidonville »

En réaction au phénomène grandissant des bidonvilles français, des artistes tel que Claude Nougaro se sont engagés à travers les textes de leurs chansons…

Paroles de la chanson Bidonville, 1965

Regarde-la ma ville

Elle s’appelle bidon

Bidon, bidon, Bidonville

Vivre là-dedans c’est cotton

Les filles qui ont la peau douce

La vendent pour manger

Dans les chambres l’herbe pousse

Pour y dormir faut se pousser

Les gosses jouent mais le ballon

C’est une boite de sardine, bidon

Donne-moi ta main camarade

Toi qui viens d’un pays o les hommes sont beaux

Donne-moi ta main camarade

J’ai cinq doigts moi aussi

On peut se croire égaux.

Regarde-la ma ville

Elle s’appelle bidon

Bidon, bidon, Bidonville

Me tailler d’ici,quoi bon.

Pourquoi veux-tu que je me perde

Dans tes cits,quoi a sert !

Je verrai toujours de la merde

Mme dans le bleu de la mer

Je dormirais sur des millions

Je reverrai toujours bidon

Donne-moi ta main camarade

Toi qui viens d’un pays ou les hommes sont beaux.Donne-moi ta main camarade

J’ai cinq doigts moi aussi

On peut se croire égaux.

Serre-moi la main, camarade

Je te dis au revoir

Je te dis à bientot 
Bientot, bientot

On pourra se parler, camarade, 
Bientot, bientot

On pourra s’embrasser, camarade, 
Bientot, bientot

Les oiseaux, les jardins, les cascades, 
Bientot, bientot

Le soleil dansera, camarade 
Bientot, bientot

Je t’attends, je t’attends, camarade

Claude Nougaro

Que recouvre le terme « Bidonville » ?

  » En France métropolitaine le mot de bidonville ne s’impose pas de suite. Jusqu’au milieu des années 50 il coexiste avec plusieurs termes issus soit du langage populaire (taudis, garnis…) soit du vocabulaire administratif (habitats insalubres ou défectueux). « [1]

 Le phénomène des bidonvilles résulte à la fois d’une succession de vagues d’immigration (algériens, portugais, espagnols, italiens…) mais aussi de la volonté de la Ville de Paris de repousser en périphérie tous les individus leur posant problèmes (mal-logés, handicapés, sans-papiers…).

Des dizaines de milliers de personnes se retrouvant sans abri, elles ont été obligées de construire des baraquements précaires sur les terrains vagues disponibles en banlieue. Ces habitants se sont alors débrouillés avec ce qu’ils pouvaient trouver sur place: cartons, tôles, bois, etc… Comme le montre l’exemple du bidonville de la Campa.

 campa

 

 

 

 

 

 

La Courneuve, 1966, Alexandre Lewkowizc.

Les campements réalisés ont par la suite été qualifié de « bidonville » en écho au phénomène déjà observé dans les grandes villes d’Afrique du nord. Le terme est en effet né dans les années 1939-1940 à Casablanca pour qualifier les quartiers constituées d’habitats précaires. Ceux-ci sont une résultante du phénomène d’exode rural massif qui touche la plupart des grandes villes sous tutelle coloniale. Ce terme ne s’imposera comme terme privilégié dans le vocabulaire administratif français, pour qualifié ce type d’habitat, qu’au milieu des années 50, lorsque les fonctionnaires travaillant en Algérie ont été rapatriés en France, ramenant le terme sur le territoire métropolitain. Il aura fallu attendre la fin des années 70 pour voir disparaitre les derniers bidonvilles en Seine-Saint-Denis avec la résorption du Franc-Moisin.


[1] Benoit Pouvreau, historien du logement social, note sur l’histoire des bidonvilles en Seine-Saint-Denis, octobre 200

 

 

[2] Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Solidarité courneuvienne en 2008: ATD toujours présente

misere_campagne

Le 17 octobre 2008 s’est tenue la Journée mondiale du refus de la misère. Cet évènement international est organisé par ATD Quart Monde. Il a pour principal objectif de sensibiliser l’opinion publique au respect des droits de l’Homme, en luttant notamment contre l’injustice, la grande pauvreté et l’exclusion.

On compte parmis ces partenaires des grands noms de la solidarité, comme Amnesty International, le Secours Catholique, les collectifs Action mondiale contre la pauvreté et Forum des enfants, et de nombreuses associations de la région parisienne, ainsi que La Poste, Radio France International et la Mairie de Paris.

A l’échelle locale, ATD Quart Monde a souhaité faire participer la ville de la Courneuve. Celle-ci a mis en place de nombreuses initiatives (ateliers, conférences, rencontres pour l’emploi, autres) pour soutenir cette cause.

Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve
Journée mondiale du refus de la misère à la Courneuve

Cela souligne une fois encore la vivacité et l’implication de cette association, qui à la base oeuvrait à petite échelle pour les habitants des bidonvilles.

Pour découvrir davantage les actions de cette association à l’époque voir le billet  « Solidarité et ingéniosité à la Campa« .

Aperçu du train…

Les bidonvilles, un phénomène éteint?

Pas vraiment si l’on en croit les clichés suivants pris en cet hiver 2009 depuis la ligne H du Transilien.

Si les Roms ont certes remplacé les portugais, les algériens et les français, l’allure des baraquements reste inchangée depuis les années 60.

La misère persiste, mais l’ingéniosité des habitants aussi…

Bidonville à proximité de la station Saint-Denis, ligne H, novembre 2009.
Bidonville à proximité de la station Saint-Denis, ligne H, novembre 2009.

Nous pouvons citer ici l’ouvrage de Mike Davis grand chercheur américain qui s’est intéressé au phénomène du développement des bidonvilles. Voici un extrait de la quatrième de couverture de son livre Le pire des mondes possibles : De l’explosion urbaine au bidonville globale

 » Pour mortels et dangereux qu’ils soient, les bidonvilles ont devant eux un avenir resplendissant.  » Des taudis de Lima aux collines d’ordures de Manille, des bidonvilles marécageux de Lagos à la Vieille Ville de Pékin, on assiste à l’extension exponentielle des mégalopoles du tiers monde, produits d’un exode rural mal maîtrisé. Le big bang de la pauvreté des années 1970 et 1980 – dopé par les thérapies de choc imposées par le FMI et la Banque mondiale – a ainsi transformé les bidonvilles traditionnels en  » mégabidonvilles  » tentaculaires, où domine le travail informel, « 

Le pire des mondes possibles de Mike Davis
Le pire des mondes possibles de Mike Davis

Le milieu des années 60: de nouveaux services publics pour les habitants

Dans le milieu des années 60, la ténacité et la volonté de l’association ATD ont été payantes, de plus en plus organisée, elle a recrée du lien entre les habitants du bidonville et ceux des alentours.

La municipalité s’est progressivement réengagée, en proposant une scolarisation pour les enfants et un service de transport gratuit ; ceci a participé au processus d’alphabétisation.

De plus, des colonies de vacances réunissaient enfants du bidonville et enfants de la ville. La commune prenait également en charge le ramassage des ordures.

Les boites aux lettres étaient quant à elles un lien administratif indispensable avec l’extérieur…

Le Franc-Moisin, Saint-Denis, 1970, Carlos Santos / Rapho.
Le Franc-Moisin, Saint-Denis, 1970, Carlos Santos / Rapho.

L’article « Association, Assistantes sociales, Médecin: des acteurs au service de la Campa » propose de découvrir des personnes ayant oeuvré au sein du bidonville.

Eaux stagnantes, rats, boue…Le seul visage de la Campa ?

Le site de la Campa était à l’origine une plaine à forte ressource hydrique : marécages, mares issues de la stagnation d’eaux pluviales, canal…

L’ abondance d’eau a joué un rôle déterminant dans l’installation des premiers baraquements. Ces points d’eau étaient utilisés par les habitants pour différentes tâches, dont la toilette, le lavage du linge et de la vaisselle. L’absence de cabinets au sein des maisonnettes a entrainé l’utilisation d’un ruisseau comme déversoir à déchets (excréments, restes alimentaires, autres). De fait, les conditions d’hygiène n’étant pas favorables, les habitants ont du faire face à la prolifération de rats.

En parallèle, il n’existait qu’un ou deux points d’eau potable pour l’ensemble du campement, visible sur la photo ci-dessous.

La Campa, La Courneuve, 1966, Loïk Prat / IHS-CGT

La Campa, La Courneuve, 1966, Loïk Prat / IHS-CGT