Le bidonville de la Campa reste un “non-dit” dans l’histoire du parc de la Courneuve

Pour effectuer quelques recherches pour connaître l’histoire du parc de la Courneuve où se situait le bidonville, nous avons effectué quelques recherches sur le site officiel des parcs du 93.

C’est avec difficulté que nous avons trouvé des éléments sur le bibonville de la Campa . Dans la rubrique Histoire, aucun élément n’y fait allusion. Il faut en effet approfondir les recherches sur ce site internet, pour trouver un document intitulé  “historique Courneuve” qui stipule en quelques lignes   l’existence du bidonville : 

“Les 400 roulottes de gitans qui viennent chaque hiver pour travailler comme casseurs de voitures et travailler dans la ferraille seront replacées ailleurs. Et les habitants d’un bidonville (près de 2000 personnes – Nord-Africains, Espagnols, Portugais et gitans) qui s’est développé sur le site seront également relogés.”

Ces quelques lignes ne sont pas significatives. Elles ne relatent pas l’histoire et les conditions dans lesquelles vivaient les habitants de ce bidonville. Le document fait  brièvement allusion au plan de relogement, comme si la résorption du bidonville s’était faîte dans les meilleurs conditions.

 L’histoire du bidonville de la Campa reste donc une facette que l’on a peine à citer dans l’histoire officielle du parc de la Courneuve.

Pour connaître les différentes visions que l’on peut porter sur le bidonville je vous invite à lire les billets “Vous voyez, c’était là” et ” “Le parc de la Courneuve, un vaste terrain et que d’histoires!”  où une habitante d’Aubervilliers se demande “pourquoi aucune pancarte ne mentionne l’existence passée du bidonville dans le parc ?” 

Vous pouvez également visiter notre rubrique “regards croisés

Exposition “Pas de Paparazzis à Paris 13”

Vernissage au Café Expo*, le mercredi 17 février à 14h00

Paris 13, la fac de Villetaneuse vous pensez connaître ? Vous l’arpentez tous les jours, vous êtes étudiant, personnel, professeur. Et pourtant, avez-vous déjà bien observé les lieux, la vie ? Les petits riens qui forment ce grand ensemble qu’est la fac ? L’exposition /« Pas de paparazzis à Paris 13 »/ vous propose de découvrir ou de redécouvrir l’université à travers le regard particulier d’étudiants. Cette proposition de « sociologie visuelle » est une invitation à une vision différente de ce lieu de vie.

Trois oeuvres de l’artiste Mathieu Ségura seront exposées aux côtés de ces photographies :
http://segura.mathieu.free.fr/zenphoto/index.php?album=crypte-projet-courneuv-2009
Elles ont été réalisés à la suite d’une “randonnée archéologique” co-organisée voici deux ans, à La Courneuve, avec Monsieur Christian Gaborieau, archéologue municipal du service culturel de cette ville, qui nous a initié par ailleurs aux problématiques du bidonville “La Campa”.
L’idée de Mathieu Ségura fut de mixer des représentations gravées dans les sarcophages de la crypte de l’Eglise Saint-Lucien, avec des éléments de façade que l’on peut voir en se promenant dans la Courneuve, et de signifier ainsi que passé, présent, et avenir de ce territoire sont liés dans un même patrimoine, une même Histoire, un même récit. Ce récit, on pourrait le résumer de la façon suivante : l’entrelacement des histoires vécues et des cultures, depuis des centaines d’années, à La Courneuve.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre d’un projet annuel des étudiants du master 2 “Dynamiques Culturelles” parcours “Conception
d’Evènements et Circulation des Savoirs”.

Isabelle Bear, Raphaëlle Franchella, Vincent Larue, Stephanie Ragaigne, Emmanuel Roy et Pierre Barboza (MCF)

* au dessus de la caféteria du Forum de l’université”

affiche

La résorption du bidonville vu par une bénévole de l’association ATD Quart Monde

Lors d’un entretien, une bénévole de l’association ATD Quart Monde raconte comment s’est déroulée la résorption du bidonville de la Campa. Elle s’est dit profondément choquée par la violence des actions menées pour la résorption du bidonville. Avant la résorption, des bulldozers venaient casser une partie des baraquements pour que les habitants n’accueillent plus de personnes venant de l’extérieur. En effet, les familles vivants dans le bidonville accueillaient d’autres familles dans leur baraque, dans une troisième pièce qui pouvait servir à cet effet, “C’était un bel exemple de solidarité”.

Durant la période de résorption, “ils” avaient commencé par empêcher l’extension du bidonville en détruisant les pièces “superflues”. Les habitants étaient recensés sur le terrain, cependant, des clandestins continuaient de s’installer. Pour empêcher cela, “des bulldozers” cassaient la pièce supplémentaire qui pouvait servir à loger de nouveaux arrivants:

“C’était la période où ils ne rasaient pas tout. Ils rasaient une pièce et c’était encore plus pervers je vous dis pour qu’ils ne puissent pas héberger quelqu’un d’autre. Parce que s’il y avait 3 pièces c’était trop de place. Mettons il y avait 4 enfants et les parents, 3 pièces c’était trop, enfin c’était trop! Donc ces gens par exemple s’il y avait, je ne sais pas on va dire, un cousin avait besoin, ils filaient une pièce. Ils se serraient un peu plus. Donc pour empêcher ça, parce qu’ils le savaient qu’il y avait des clandestins sur le terrain donc ils cassaient une pièce pour empêcher que les gens n’en accueillent d’autres. Puisque l’objectif était de résorber le terrain.”

 Pour empêcher cela, les habitants du bidonville se mettaient devant le bulldozer mais en vain. ATD Quart Monde a essayé de réguler ces destructions:

 “Il y avait des discutions, il y avait tout ça mais ils étaient obligés de tenir compte de l’interlocuteur pour le relogement des familles. Ils ne pouvaient pas faire n’importe quoi. Pas seulement dire au voyageurs, vous êtes voyageurs voyagez ! Ce qui était impossible vu l’état de leur…”

Le mouvement organisait des réunions à tout les niveaux de l’administration. ATD était un partenaire reconnu , les destructions se faisaient donc en concertation avec ATD Quart Monde qui représentait les familles.
La période de résorption à vraiment été mal vécue par les habitants du bidonville, car la destruction avait été entamée alors que les habitants étaient encore là: “c’était leur seul endroit de vie “

La résorption du bidonville à donc été une période difficile pour les habitants, qui malgré les politiques de relogement, se sont senti délaissé et impuissant face à la violence cette action.

L’entretien de cette miltante est accessible ici dans son intégralité.

Un document amateur est sorti dans les salles de cinéma

En 1996, un document d’amateur sur les habitants des bidonvilles est sorti dans les salles de cinéma. Dans les années 1970, Robert BODZI a filmé les immigrés qui habitaient les bidonvilles de la région parisienne, en majorité des Portugais et des Espagnols. Il a décidé de retrouver leurs traces. Il le raconte dans son film “Les gens des barraques”: une série de témoignages simples mais émouvants.

Un extrait est en ligne sur le site de l’INA

La communauté portugaise

img010De 1956 à 1974, la France devint la première destination des émigrants portugais. 
Les années 1962-1966 ont vu le premier essor spectaculaire de l’immigration portugaise. La France devint à partir de ces années-là, et jusqu’aux années quatre-vingt, la première destination des émigrés portugais au détriment du Brésil. 


Les autorités françaises restèrent partagées entre la volonté d’ouvrir largement les portes de l’immigration aux travailleurs portugais, très demandés par les employeurs et considérés comme ” une immigration positive ” par les responsables gouvernementaux, et l’inquiétude devant le nombre croissant d’entrées irrégulières et en conséquence devant le risque de situations ingérables.
Comme cette situation tenait à l’attitude des autorités portugaises, les demandes françaises s’intensifièrent pour qu’un accord de main d’œuvre soit signé. Le gouvernement portugais accepta enfin de signer un accord en décembre 1963. Toutefois, pour des raisons complexes qui tenaient à la fois aux équilibres politiques et sociaux internes à la dictature portugaise et au développement des opérations militaires de la guerre coloniale portugaise, cet accord fut très mal appliqué par le gouvernement portugais qui continua à freiner l’émigration légale, en sanctionnant irrégulièrement et arbitrairement les départs clandestins. Ces conditions n’empêchèrent pas le développement de l’émigration ; simplement l’illégalité devint générale, soutenue plus ou moins ouvertement par une grande partie de la société.

Les Portugais fuient donc la dictature et les guerres coloniales de leur pays. En 1968, le bidonville de la Campa est devenu l’un des plus important de France, avec plus de 4000 habitants surtout portugais. 

Dans les archives de l’INA, des portugais sont interviewés sur leur parcours. Le premier homme  raconte  qu’il a fuit son pays car il ne gagnait pas suffisamment d’argent pour faire vivre sa famille. Sans passport, il a bravé les frontières pour venir s’installer en France, dans l’espoir de connaître des jours meilleurs, mais sans papier, celui-ci n’arrive pas à trouver de travail. Quelques-uns obtiennent des passeports avec de l’argent, certains ont même des contrats de travail mais la majorité viennent clandestinement. 

Un autre homme explique qu’il est venu en France pour fuir son pays et les guerres coloniales. Beaucoup de jeunes portugais sont venus en France car ils refusaient de faire leur service militaire. Ils ne peuvent plus retourner au Portugal car ils ont peur d’être mis en prison ou de devoir faire leur service militaire.

Parallèlement, un homme portugais raconte qu’à leur arrivée en France, en plus du mal logement, les habitants du bidonville sont confrontés à l’exclusion et au racisme même au sein de leur travail.

La plupart des portugais du bidonville, pour fuir la dictature et la pauvreté de leur pays, ont préféré venir vivre en France malgré leur conditions précaires dans lesquels ils ont été accueilli.

En 1968, il y avait 500 000 Portugais en France. Les années 1969 et 1970 connurent les entrées les plus spectaculaires, puisque chacune de ces années-là, il est entré 80 000 travailleurs (hommes et femmes), et 120 000 personnes si l’on compte les membres de leur famille. En une décennie, le nombre de Portugais en France était passé de 50 000 à plus de 700 000 !

sources: