Arborescence d’un souvenir

L'oeuvre participative de l'exposition.

Pourquoi avoir décidé de mettre cette œuvre dans notre exposition ?

Dans les branches, une émotion.
Dans les branches, une émotion. 

Tout d’abord le choix de l’arbre. Nous le retrouvons sur notre affiche, nos flyers et le bandeau du blog, il est le symbole pour nous du « Retour de la mémoire ». En effet, ses racines, fortes apparentes, témoignent du passé constitutif de chaque individu. Les feuilles sont l’avenir et le présent de l’individu. Elles sont en lien avec son passé, ce lien est matérialisé par le tronc. Ainsi cette œuvre invite le visiteur à inscrire un souvenir au niveau des racines représentant le passé et une émotion au niveau des feuilles évoquant le présent.

Nous pouvons voir dans l’article « Circulation des savoirs » que cette œuvre est en lien avec d’autres parties de l’exposition :

la recherche théorique, en effet lorsque l’on demande au visiteur de noter un souvenir

Traduction du créole Guadeloupéen : " Je me rappelle de la première fois que j'ai été à la rivière. C'était beau! "
Traduction du créole Guadeloupéen :  » Je me rappelle de la première fois que j’ai été à la rivière. C’était beau! «  

c’est tous les processus expliqués dans ces panneaux qui vont s’exécuter dans la tête de visiteur, il s’agit d’une application directe du contenu théorique.

La recherche méthodologie, ici encore l’individu qui doit noter son souvenir va être confronté à des mécanismes présentés dans ces panneaux comme l’oubli.

L’œuvre immersive car ce sas comme l’arbre sont tous deux des dispositifs ayant pour but de favoriser l’introspection du visiteur. Ainsi, les sonorités entendues dans sont susceptibles de provoquer un retour de mémoire.

Restitution des témoignages, comme dans la partie « Il était une mémoire » de l’exposition le visiteur est ici invité à faire comme nos interviewés, évoquer un souvenir marquant de son passé.

Le retour de l’expérience, par Myriam.

Sur le plan personnel, quel a été l’apport de cette exposition « Le Retour de la Mémoire » ?

« J’ai appris à faire davantage confiance aux personnes avec qui je travaille et à relativiser un peu plus les choses, je pense que c’est parce que je me fais encore plus confiance. J’ai également pris plus en comptes que d’habitude mes interlocuteurs extérieurs, et fais davantage preuve de patiente, de disponibilité et de diplomatie. Généralement j’avoue que j’ai plutôt tendance à n’en faire qu’à ma tête. Cette exposition m’a également permis de réfléchir à l’influence de mon passé sur ma personnalité. Ainsi j’ai peut-être un peu gagné en maturité grâce à cette aventure. »

Et sur le plan professionnel ?

« Sur le plan professionnel l’expo m’a permis de découvrir toutes les étapes nécessaires à la conception d’une exposition, je n’avais pas conscience de tout ce à quoi il fallait penser ! C’est là que l’on voit la force d’un groupe. Il y en avait toujours une pour rappeler aux autres telles ou telles tâches à faire. Là-dessus nous avons vraiment été complémentaires je trouve et je pense que le fait que l’on vienne de parcours divers a été un vrai plus pour nous. J’ai aussi pris conscience de l’importance de l’anticipation, car il faut tenir aussi compte des personnes extérieures avec qui l’on doit travailler. Ça m’a également montré qu’il faut être réaliste dans ces désirs, ces projets et qu’il faut aussi avoir une certaine rigueur et une certaine ambition. Moi je suis plutôt très optimiste, je me dis que tout va bien se passer qu’il ne faut pas se prendre la tête. Mais j’avoue qu’un peu d’exigence ne fait pas de mal et permet de présenter un travail de qualité. »

Quels ont été les temps fort de la mise en place de l’exposition, selon toi ?

«Alors il y a eu l’étape de la récolte des entretiens, parce que l’on a rencontré beaucoup de gens avec des vécus vraiment intéressants, c’est à ce moment-là que l’on a créé des relations particulières avec ces individus. La création des panneaux a été un moment fortement chargé en stresse et fatigue car ça a demandé énormément de travail. Le montage de l’expo était un moment très agréable, nous étions également très stressées bien sûr, car nous avons eu des soucis de montage et de délais mais ces journées ont quand même été très sympathiques. Enfin il y a eu le moment du vernissage. J’avais pensé à ce moment-là dès le tout premier jour, quand Mr Paris nous avais énoncé ce sujet flou je m’étais directement dit : « ouah quand je pense qu’en février nous auront réussi à comprendre clairement ce sujet et à présenter un super travail, quel chemin on aura parcours ! », je ne m’étais pas trompée. »

Comment ont été réparties les tâches ?

« Nous nous sommes réparti les tâches selon nos disponibilités. Parfois nous étions toutes ensembles pour les entretiens parfois non, ceci nous a permis de rentabiliser au maximum notre temps. Nous avions aussi des interlocuteurs privilégiés pour les employés de Schlumberger afin de clarifier et faciliter le dialogue. Nous retranscrivions toutes une partie de chaque entretien, même ceux auxquels nous n’assistions pas. Nous nous sommes appuyées sur les qualités de chacune, correction d’orthographe pour certaines, mise en page et/ou gout de la lecture pour d’autres, plus grande disponibilité pour certaine. Par contre nous avons mis en point d’honneur à prendre nos décisions de façon collégiale et ceux peu importe nos spécialités. »

Quels sont tes regrets ?

« Ils sont plutôt sur des points scénographiques. Nous voulions faire une vraie séparation qui ne permette pas que l’on voit l’arbre participatif et les témoignages par exemple. Il nous aurait aussi fallu deux enceintes pour entendre la spatialisation présente dans notre œuvre sonore. J’ai également de petits regrets concernant les médiums utilisés nous aurions souhaité illustrer les témoignages de manière diverses, BD par exemple ou bien les faire raconter par des comédiens, ce genre de chose. Pour l’œuvre participative également nous aurions voulu qu’elle soit en 3 dimensions afin d’apporter du relief. »

Mise en lumière du schéma inspiré de l’ouvrage « Le sombre abîme du temps » de L. Olivier

Ce schéma témoigne de plusieurs réalités. Tout d’abord son signe, l’infini, nous montre que la mémoire est un éternel recommencement. De plus, comme nous le voyons et en parallèle à notre panneau d’exposition introduisant les témoignages, nous pouvons voir que notre travail d’enquêteur mémoriel, comme le disent J. Davalon1 et L. Olivier2 , s’apparente à un travail d’archéologue. En effet, au commencement d’une enquête mémorielle, comme c’est le cas en archéologie, le travail débute souvent avec une information partielle, un petit morceau mis au jour.

Schéma de Laurent Olivier dans le "Le sombre abîme du temps: mémoire et archéologie, 2008 © Laurent Olivier
Schéma de Laurent Olivier dans le « Le sombre abîme du temps: mémoire et archéologie, 2008
© Laurent Olivier

 

C’est avec du temps, en faisant preuve délicatesse et de tact que l’on peut davantage questionner/creuser, de plus en plus profondément afin de découvrir la trouvaille dans sa totalité. Cependant, certaines trouvailles peuvent être plus ou moins bien conservées. Parfois, on sait qu’il y a eu quelque chose sur un lieu mais on ne trouve rien. Il en est de même pour la mémoire certains souvenirs sont inaccessibles, bloqués ou oubliés. Ainsi nous voyons cette idée d’enfoui et de mise au grand jour. Nous avons pu constater ces points concrètement lors de notre enquête. En premier lieu avec un témoin d’ATD Quart-Monde qui nous a expliqué que certains habitants du camp ont enfoui très longtemps leurs souvenirs, en y faisant presque un tabou. Ces derniers, après de très nombreuses années, se sont sentis capables d’exprimer à voix haute ces souvenirs et donc de les faire émerger. Ainsi comme nous l’avons dit dans les formes de l’oubli (part 2) « L’oubli du passé serait ainsi nécessaire au recommencement« , il faudrait oublier pour être capable ensuite d’appréhender un souvenir. Cette thèse est également évoquée par les deux auteurs cités précédemment. On voit également ici la force de la parole. En effet, dire ce qui s’est passé c’est admettre son passer, lui donner une existence concrète et donc par la même occasion l’accepter. On comprend alors pourquoi certains souvenirs sont tus. Il faut également noter que les supports peuvent être de bons moyens de faire émerger la mémoire. Comme nous l’avons constaté durant nos enquêtes certains lieux ou photos ont été les éléments déclencheurs de ce retour de mémoire. Ainsi comme J. Davalon l’explique quand les souvenirs sont enfouis un élément déclencheur peut permettre leurs émergences. J. Davalon parle alors de « trouvaille ».  Néanmoins parfois la mémoire n’a pas besoin de support. Les bons souvenirs, généralement les plus joyeux, restent plus facilement en mémoire et perdurent même sans support. Nous avons pu également confirmer cette hypothèse pour un employé de la firme internationale Schlumberger qui malgré la perte de la totalité de ses photos garde un souvenir très précis de plusieurs faits marquants. Nous voyons donc que la mémoire est un processus complexe et que la remémoration est fortement influencée par le type de souvenir concerné. De cette manière les premiers souvenirs évoqués sont rarement les plus difficiles. Pour notre part, nous avons pris le parti de laisser les souvenirs émerger par eux-mêmes. Et ce, en respectant la volonté des enquêtés de passer sous silence certains souvenirs qu’ils ne voulaient pas partager.

© Chine SESTON
© Chine SESTON

 

Pour ce faire, nous avons utilisé les entretiens semi-directifs. Vous pouvez d’ailleurs avoir davantage d’information sur notre méthodologie dans d’autres articles de ce blog.

 

DAVALLON J., Comment se fabrique le patrimoine? Sciences humaines, Qu’est-ce que transmettre ?, Hors-série n°36, mars-avr.-mai 2002, p. 74-77.

OLIVIER L., Le sombre abîme du temps, Le Seuil, 2008.

Nos guides d’entretien

Voici les guides d’entretien que nous avons utilisés pour interroger nos interlocuteurs de la fondation Schlumberger et du mouvement ATD quart-monde. Comme vous pouvez le voir nous avons construit un guide différent pour les enquêteurs mémoriels et pour les témoins. Ces guides ont surtout été un support nous permettant de commencer les entretiens et de parfois réorienter les témoignages.

Parcours CECS 2013-2014 _GUIDE D'ENTRETIEN ENQUETEUR Parcours CECS 2013-2014 _GUIDE D'ENTRETIEN TEMOIN

« Le Retour de la Mémoire », une exposition en devenir…

oeuvre-participative

Notre projet avance et l’exposition prend forme. Bientôt vous pourrez découvrir le résultat de ces mois de travail. Néanmoins nous n’avons pas encore terminé, nous arrivons au moment où il faut choisir nos photos, rédiger et mettre forme nos textes. Nous sommes donc dans une période cruciale, le temps file et il nous reste encore tellement de choses à faire pour vous présenter notre histoire. En parlant d’histoire on peut dire que nous sommes des archéologues du vivant non ? Nous creusons dans les mémoires, avec le plus grand soin, pour y faire ressortir des vestiges du passé. Qui aurait cru que notre travail était si proche ? Et pourtant… Dans peu de temps vous pourrez découvrir les trouvailles de nos fouilles. Enfin si nous y arrivons…

Pour le savoir rendez-vous le 3 Février !

 

 

Les émotions vues par la sociologie

Nos deux terrains d’enquêtes étant très différents, nous avons choisi de traiter le retour de la mémoire par le spectre des émotions car ces dernières sont universelles et ceux qu’importe la classe sociale.

–          Au cours du 19ème siècle, un changement social c’est opéré, grâce au progrès de la médecine au changement architectural des maisons etc. Une nouvelle perception de la famille apparaît, c’est à ce moment que l’idée de vie privée émerge. En parallèle, il y a une légitimation et valorisation des sentiments, grâce aux « romans à l’eau de rose » qui influencent les lecteurs.

–          Plus tard, la révolution industrielle favorisera l’individualisme. En effet, le capitalisme et le développement des grandes villes permettra de limiter la force du contrôle social.

–          Richard Senett, auteur des tyrannies de l’intimité, explique que Mai 68 a fait naître une nouvelle idéologie, avec une valorisation de la spontanéité et de l’affirmation de soi par les communautés relationnelles (famille, amis, hippies, …) dans lesquelles les individus peuvent s’exprimer spontanément.

Ces changements sociaux auront une influence sur l’expressivité des individus et en particulier sur le fait d’exprimer ou de taire ses émotions comme tout ce qui sort du corps, c’est d’ailleurs ce que désigne le terme émotion du latin ex-movere.

Ainsi Norbert Elias explique dans La Civilisation des mœurs que le processus de civilisation développe l’idée d’une maîtrise des expressions, une contenance qui conduit à un travail sur soi pour exprimer ce qui convient. Ainsi bien que le contrôle social s’affaiblit une forme d’auto-contrainte, d’autocontrôle naît, on limite alors la spontanéité et on garde pour soi certaines choses. Ce mouvement développe l’idée d’un moi intérieur. Le processus d’auto-contrainte crée l’espace privé ou l’espace d’intérieure mais il permet en même temps une différenciation d’avec les autres. Ainsi se dessine un paradoxe car la socialisation des expressions permet l’individuation. Ce que l’on exprime est censé représenter ce que l’on est.

Erving Goffman dans Les Rites d’interaction a étudié ce travail de figuration, face work. Il montre comment les individus travaillent leurs expressions du visage et les utilisent comme une sorte de masque censé cacher ce qu’ils ressentent. Pour lui ceci permet de sauvegarder la civilité des individus.

Nous pouvons donc voir ici que les changements sociaux influence les façons d’être. Ainsi les émotions ne sont pas innées, mais influencées par les expériences sociales, les normes et les valeurs d’une époque ou d’un milieu.

Cependant, la reconnaissance des émotions quant à elle est universelle, comme nous l’avons abordé dans nos panneaux scientifiques sur la neurobiologie de la mémoire
Le psychologue Paul Ekman est l’un des pionniers dans l’étude de ce décryptage des émotions lié à notre mémoire visuelle.

Capture d’écran 2014-02-11 à 12.40.30

Des expressions peuvent être jugées légitimes dans certains contextes et pas d’en autre. C’est là toute la complexité de notre enquête car si les émotions sont universelles comme nous l’avons vu les « masques » peuvent eux être plus ou moins forts et présents selon les milieux sociaux et l’expression de certaines expressions plus ou moins légitimes.