Une fin de projet pour une fin du parcours CECS…

Cette année 2013/2014 a marqué un tournant décisif dans le parcours « Conception d’événements et circulation des savoirs  ». En effet, suite à 4 ans d’exposition sur le bidonville de La Campa et de l’inauguration d’une stèle commémorative, il a été décidé qu’il était temps de clore ce chapitre. Cette nouvelle étape signe également la fin du parcours CECS.

En effet, cette dernière exposition, «  Le Retour de la Mémoire  », annonce son achèvement. Quel meilleur moyen de conclure une exposition qu’en regroupant les deux collaborateurs principaux de ce projet, à savoir le Mouvement ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger ?

Plutôt que de se pencher sur une thématique particulière, il nous a été donné comme mission, cette année, d’engager une ouverture, en présentant une recherche réflexive sur le thème abordé par toutes les promotions précédentes : le témoignage. Comme un aboutissement de ces 5 ans de recherches entrepris par les étudiants, nous avons tenté de présenter de manière à la fois originale et concrète nos pérégrinations sur le sujet, illustré de fragments d’histoires individuelles vécues par nos enquêtés.

Notre sujet nous a apporté bien des choses, sur le plan professionnel mais également personnel. Nous avons pris conscience de la valeur des choses, des petits actes de la vie, tout en acquérant des compétences favorables pour nos carrières futures.

Nous tenons à remercier chaque contributeur, chaque personne ayant témoigné, chaque personne nous ayant accompagné dans notre démarche sur ce Retour de la Mémoire.

Nous tenons également à remercier par ce biais M. Emmanuel Paris, Co-directeur du « Master 2 Dynamiques Culturelles. Politiques, Espaces, Pratiques » et Responsable du parcours CECS pour ces années passées à donner, à transmettre des savoirs, et bien d’autres choses.

Notre parcours s’achève, c’est également le cas de notre blog. Un échange continuel à travers les commentaires ne saurait être qu’une source d’enrichissement et de circulation des savoirs qu’ils soient experts, profanes ou populaires.

Merci de nous avoir suivis dans ce cheminement depuis 2010  !!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Marika : Un retour, une expérience…

Sur le plan personnel, quel a été l’apport de cette exposition « Le Retour de la Mémoire » ?

« Monter cette exposition de A à Z a été  un véritable enrichissement personnel. Travailler sur ce processus de retour de la mémoire, m’a permise de comprendre que la mémoire n’est pas éternelle. Beaucoup de souvenirs se perdent, les plus marquants resterons sans doute longtemps, mais le resteront-ils assez longtemps pour les partager à mes descendants ? Depuis, je me pose sans cesse cette question. »

Et sur le plan professionnel ?

« Monter cette exposition m’a bien évidemment apportée des choses sur le plan professionnel. De part, mes différents stages depuis mon BTS Négociation et Relation Client, j’ai pu participer à la gestion d’événements tels que des weekends d’intégration, des manifestations sportives et/ou culturelles… Mais je n’avais jamais participé à la création d’une exposition. Pouvoir piloter de concert avec mes camarades chaque étape du dispositif, m’a apporté une réelle satisfaction.

De plus, j’ai pu toucher du bout des doigts les logiciels InDesign et Photoshop. En collaboration avec mes camarades, mes partenaires, j’ai pu déterminer une ligne éditoriale, gérer un blog WordPress, etc. Des compétences qui ne pourront que servir dans l’avenir. »

Quels ont été les temps fort de la mise en place de l’exposition, selon toi ?

« La rencontre avec les enquêtés et partager avec eux leurs souvenirs furent pour moi les deux temps forts de la mise en place de l’exposition. Le partage de compétences et de connaissances avec mes camarades est également un grand temps fort : Myriam pour son côté sociologique et réflexif, Chine pour son côté illustration scientifique et maîtrise des logiciels comme InDesign & Jennifer parce qu’on se complète. »

Comment ont été réparties les tâches ?

« Au départ, nous voulions tout mener de front en même temps. Après avoir rencontré toutes les quatre ensembles les enquêtrices mémorielles, et au fil des entretiens nous avons vite compris qu’il fallait se diviser le travail.

Chine s’est occupée principalement des graphismes, outils de communication et de la partie théorique en s’appuyant de ces nombreuses lectures. Concernant Myriam, Jennifer & moi, nous nous sommes occupées des entretiens et de la mise en exposition des témoignages.  Il est à noter que nous avons toutes participé aux retranscriptions.

Nous avons ensemble monté le concept d’œuvre participative, avons chacune pensé la scénographie qui fut le résultat de nos idées. J’ai travaillé en collaboration avec Chine sur la formation des panneaux sur InDesign après vérification des fautes d’orthographe et de syntaxe par Jennifer. Le montage fut un réel plaisir, nous avons passé deux jours de montage dans l’angoisse et les rires. »

Quels sont tes regrets ?

« Mes regrets : le manque de temps pour faire ce que l’on voulait réellement en terme de scénographie. »

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Une visite, de la fiction à la réalité…

Découvrez ci-dessous un récit fictionnel de visite de l’exposition, comme nous l’avions imaginé au départ avant sa mise en forme dans le Café Expo. Dans la vidéo diaporama juste au dessus, nous vous permettons de visiter l’exposition si vous n’en avez pas eu l’occasion ! Nous pouvons alors à nouveau vous souhaiter une bonne visite.

 

« J’ai entendu parler de cette exposition réalisée par des étudiantes. Les pas de « Je me souviens » collés sur le sol du Forum et les affiches placardées à chaque entrée de l’Univ’ me poussent à me rendre à cette expo dont le thème m’avait déjà surpris. J’y allais tout de même avec une petite réticence.

Je rentre dans le Café Expo complètement transformé pour l’occasion, apparemment d’habitude on y trouve des bureaux. Enfin, je crois, je n’y suis jamais allée en 3 ans d’études ici. Alors, je vous disais, j’y entre quelques peu à tâtons, le Café Expo est un lieu inconnu pour moi. Dès la porte d’entrée, je suis les flèches. Elles orientent le sens de la visite. Je découvre une frise chronologique réunissant les grandes dates des deux structures dont je lis l’histoire : la Fondation Musée Schlumberger et le Mouvement ATD Quart-Monde. Je ne connaissais jusqu’à ce jour ni l’une, ni l’autre. Elles sont très différentes à première vue. Je m’interroge et me promets de ne pas m’y attarder, les expos c’est pas mon truc. Je continue ma petite visite.

La pièce est séparée par une cloison ou figure le titre de la partie. Que faire ? Dérouler le fil de l’histoire qui m’est proposé ou repartir ? Je choisis de poursuivre et de me laisser narrer cette histoire pas à pas, guidée par les « Je me souviens » sur le sol.

A mon grand étonnement, j’immerge dans une première partie apparemment scientifique, je pense ne pas avoir bien lu le panneau de présentation. Je découvre avec enthousiasme les méandres du cerveau, apprends ce qu’est un processus cognitif. Je ne pensais pas que le cerveau possédait, enfin possède, tant de fonctions. J’apprends ce qu’est l’oubli conscient et inconscient… De l’autre côté se trouvent des panneaux traitant de la figure d’enquêteur mémoriel, des méthodes d’enquêtes ; des attitudes à adopter y sont présentées. Jusque là, je retrouve ce que certains pensent être le but d’une exposition: j’apprends quelque chose. Personnellement, je ne partage trop cet avis.

Soudain, je suis captivée par un rideau noir, est-ce déjà la fin de la visite ? Non, des flèches me guident vers ce rideau. Apparemment, je suis obligée d’y passer pour continuer ma visite. J’y pénètre curieuse et me voilà engouffrée dans ce sas sonore, comme transportée dans une autre dimension, écoutant divers sons. Ils peuvent laisser perplexe de prime abord. Mais, en lisant le panneau, je découvre qu’il s’agit de sons évoquant une période, les années 50 à 70 et de souvenirs propres aux interviewés. J’essaie de m’imaginer de quel souvenir il peut s’agir… Comme mémoire et imagination peuvent être proche parfois …

En continuant mon bout de chemin, changement d’atmosphère : « Quand la mémoire témoigne ». Titre évocateur me direz-vous? Je plonge et voyage à travers différents moments de vie exposés, mis en récit, en BD, accompagnés de photos d’époque ou d’objets papier tel un billet d’avion des années 60, une photo de passeport d’un pays du Golfe Persique. Des bulles de « Je me souviens » pendent en l’air, comme celles sur lesquels j’ai marché depuis le forum. Je voyage. Je ris, je suis triste, je m’émeus à la lecture de ces histoires. Je constate ici ce que j’ai lu au départ, deux terrains, si éloignés mais tellement semblable en certains points, comme les difficultés de vie, dans le travail ou dans le camp. Je m’imagine dans une condition ou dans l’autre. Je me remémore alors l’affiche de cette exposition… Douce métaphore de l’arbre. Quand ce qui est aux racines, à mes pieds, arrive aux feuilles, à ma tête, et façonne mon présent…  Il y a, vers la fin du parcours, de nouveau une cloison. J’y découvre une dernière œuvre…

Puis, je continue et découvre cet arbre participatif, énorme et imposant collé au mur. Un clin d’œil à l’affiche, il est si surprenant, mais cela me parait en même temps tellement logique… C’est un objet de collecte de souvenirs, objet permettant un retour de ma mémoire. Je prends un post-it proposé pour l’occasion, et y écrit un souvenir marquant de mes années lycées : « Mon premier cours de Philo, lorsque j’ai demandé au prof, M. C’est quand qu’on fait l’amour ? Bien sûr je parlais du thème, mais le prof ne l’a pas compris ainsi, il est devenu tout rouge ».

Finalement, malgré mes quelques appréhensions, j’ai passé 20 minutes dans un autre monde, j’ai appris des choses et j’ai compris des choses : pouvoir se rappeler, se souvenir sont des choses très importantes dans la vie. Mais toi, peut-être comprendras-tu autre chose. Viens te faire ta propre idée de cette exposition du 03 au 14 février 2014 au Café-Expo de l’Université Paris Nord XIII de Villetaneuse. »

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Discours d’inauguration de l’exposition _ Emmanuel PARIS

Discours d’inauguration de l’exposition

« Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire »

4 février 2014, Café Expo, Université Paris 13

Emmanuel Paris

Mesdames, Messieurs,

L’exposition « Le retour de la mémoire. Témoignages, entre histoire et mémoire » inaugurée ce jour, et qui se tient depuis hier jusqu’au 14 février 2014 au « Café expo » de l’Université Paris 13, a été conçue et réalisée par les étudiantes du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » du Master 2 professionnel « Dynamiques culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». Cette exposition est articulée avec le développement d’un blog, accueilli sur la plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales par le comité scientifique : hypotheses.org.

Cette exposition et ce blog sont deux outils de médiation pensés pour permettre aux promotions du parcours de formation « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs », année après année et depuis cinq ans, d’exprimer leur réflexion à propos de l’histoire et de la mémoire comme matières vivantes, autrement dit l’histoire et la mémoire comme moyens de créer du lien social ou de mettre en visibilité des liens sociaux toujours là mais qui sont tombés dans l’oubli.

L’origine de ce projet remonte à l’année universitaire 2008-2009, durant laquelle la formation a organisé avec Christian Gaborieau, archéologue du service culturel de la mairie de La Courneuve, des randonnées archéologiques dans le territoire de cette commune. Je remercie M. Gaborieau pour cette initiative décisive, tant son regard porté sur le patrimoine archéologique de La Courneuve et dont il nous a fait part lors de ces pérégrinations, ne différenciait pas l’importance du vestige restant du VIIe siècle (la nécropole sous l’Eglise Saint-Lucien) ou du XIIe siècle (l’abreuvoir au lieu dit “La “Prévôté”, sous les vestiaires d’un stade de football), de l’existence du bidonville La Campa dont il ne reste pourtant plus aucune traces physiques.

Mes remerciements vont aussi à Benoît Pouvreau et Olivier Meyer, du Service du patrimoine culturel du conseil général de Seine Saint-Denis, qui nous ont, par la suite, aidé à mesurer les tenants et les aboutissants de l’exposition itinérante développée voici quelques années par le département : « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) ».

Depuis, cinq promotions du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » se sont relayées pour proposer chaque année de nouvelles médiations culturelles et socioculturelles à propos de la présence d’un temps passé dans le temps présent. Ce travail au long cours s’inscrit dans ce qui est appelé le « programme pédagogique annuel » de la formation de parcours          « Conception d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Il s’agit pour l’équipe pédagogique et les promotions de s’approprier ce fil d’Ariane : la patrimonialisation comme vitalisation des êtres et des groupes humains, avec pour chaque membre de l’équipe pédagogique la possibilité d’étudier en cours et en ateliers un aspect en rapport avec son expertise.

– Estrella Rojas encadre les étudiant-e-s sur le volet numérique de la valorisation de ces histoires et de ces mémoires singulières (via le blog) ;

– Pierre Barboza coordonne les travaux de la promotion pour concevoir et réaliser l’exposition et réfléchir avec elle sur le thème de la sociologie visuelle ;

– Alexandre Delarge, conservateur de l’écomusée du Val de Bièvre, questionne avec les étudiant-e-s les ressorts de mise en musée d’un patrimoine vivant en prenant notamment appui sur cette étude de cas ;

– Odile le Faou, chargée du pôle médiation et communication de l’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine de la Seine Saint-Denis, explore avec les étudiant-e-s les articulations entre les savoirs savants, savoirs experts, et savoirs profanes présents dans un territoire ou un groupe humain donné à propos d’un fait historique, d’un souvenir personnel ;

– Claire Oger dialogue avec les étudiant-e-s afin d’analyser les processus et les méthodes de recueil de la parole dont ils, elles se servent ensuite pour restituer sur l’exposition et le blog les témoignages oraux.

L’exposition et le blog sont alimentés cette année par des archives et des entretiens accordés par des enquêteurs mémoriels et des témoins oeuvrant pour deux structures partenaires de la formation : le « Centre International Joseph   Wresinski » de l’association ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger.

Je tiens à remercier James Jaboureck, directeur du département Etudes et Recherche du Centre International Joseph Wresinski – ATD Quart-Monde, Xavier Verzat, directeur du Centre International Joseph Wresinski, Gabrielle Erpicum, militante de l’association ATD Quart-Monde Noisy-le-Grand, Christophe de Ceunynck, directeur du Musée Schlumberger et Bérengère Primat, présidente de la Fondation musée Schlumberger, Alix Alduc, responsable des collections au Musée, ainsi que toutes les personnes ayant dialogué avec Gabrielle Erpicum et Alix Alduc pour témoigner et, ainsi, favoriser le retour de la mémoire dans le cadre de leur projet respectif au sein d’ATD et de la Fondation Musée Schlumberger.

Je voudrais remercier ces deux groupes humains, partenaires de longue date de cette formation, tout comme l’Exploradôme représenté aujourd’hui par Nicolas Mangeot, et l’Ecomusée du Val-de-Bièvre représenté par Alexandre Delarge, son conservateur. J’associe dans ces marques de reconnaissance Abdel Saadouni, médiateur social au sein de l’équipe municipale de La Courneuve, Lucie Poirot, présidente de la start-up « Le vent tourne » spécialisée dans le cross média à visée pédagogique, Roger Bautier, professeur au sein de l’UFR des Sciences de la communication de l’Université Paris 13, fondateur de la formation qui en 1997, annonçait ce que le parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » est devenu depuis, et Vincent Laborey, qui fut parmi ses nombreuses activités directeur des expositions de la Cité des Science et de la Villette.

Ce que vous avez tous permis, par votre fidélité, votre confiance, est présenté très concrètement ici, aujourd’hui. C’est la capacité d’une promotion d’un Master professionnel à s’emparer de thèmes que les Sciences Humaines et Sociales et les Sciences de la Vie reconnaissent comme relevant de la recherche fondamentale. C’est, autrement dit pour les étudiant-e-s de cette formation, pouvoir réfléchir à des questions toujours ouvertes et qui intéressent le corps social mais aussi le savoir scientifique de manière permanente, dans le cadre d’un processus d’apprentissage des compétences pour exercer dans le champ professionnel de la culture, des arts et du patrimoine.

Permettez moi de remercier particulièrement Claire Oger, avec qui je co-anime le Master « Dynamiques Culturelles. Politiques, espaces, pratiques ». C’est tout à l’honneur de l’UniversitéUn que de rendre possibles des projets pédagogiques se développant année après année, sans discontinuité, de sorte que, par exemple, cette interdisciplinarité entre SHS et sciences dures dont on dit qu’elle est si difficile à fonder, prenne sens dans le cadre du travail d’étudiantes de niveau bac + 5.

Je remercie les membres de la communauté universitaire de Paris 13 ayant accompagné cette création tout au long des années ; notre UFR des sciences de la communication, le service de reprographie centrale de l’université, le service technique et bien sûr le service culturel et Annie Sellem, sa directrice, qui nous accordent leur confiance et leur support.

Pour conclure, je salue les étudiantes pour le travail accompli, et leur donne rendez-vous une fois l’obtention de ce diplôme obtenu, pour accompagner le cheminement de cette exposition vers d’autres lieux, à l’image des promotions 2011-2012 et 2012-2013, auteurs, pour la première, de l’exposition « Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa » et, pour la suivante, de l’exposition « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957 – 1971 », deux expositions qui seront présentées dans quelques jours pour leur nouvelle étape en public sur le site de l’IUT de Bobigny de l’Université Paris 13.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne visite.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Notre méthode d’enquête sur le terrain

Après s’être documentées, avoir sélectionné les enquêtés (étape 1 et 2 du panneau figure d’enquêteur mémoriel dans notre exposition) et négocié les conditions de réalisations de nos entretiens, nous sommes parties sur le terrain avec notre grille de questions. Sur une période de trois mois, d’octobre à décembre, nous avons pu rencontrer quelques enquêtés.

Nous avons fait le choix de mener des entretiens semi-directifs enregistrés en laissant l’enquêté s’exprimer le plus possible. L’entretien semi-directif favorise une forme de discussions, contrairement à l’entretien directif qui instaure plutôt les fameuses « questions-réponses » qui peuvent installer un climat froid lors de l’entretien. Nous rebondissions tout de même sur les propos les plus pertinents énoncés par l’enquêté, sans trop le couper, soit dans l’immédiat, soit quelques instants après. De plus, interroger des individus, qui nous sont inconnus, sur des souvenirs très personnels, un passé douloureux ou empli d’espérance, n’est pas chose aisée. Il faillait donc montrer à l’enquêté une forme d’écoute et de respect.

Une prise de notes intense pendant l’entretien nous a été très utile : expression du visage, langage corporel, mots prononcés à plusieurs reprises, etc. Au sortir de l’entretien, une notation des impressions à chaud est également très importante. Ces prises de notes nous ont été capitales au moment de la retranscription. Souhaitant exploiter le spectre des émotions, elles permettaient de mieux interpréter les silences, les intonations de voix, et autres choses non perceptibles en tant que telles sur le coup.

Nous partagions en quatre parties, une pour chacune, les entretiens à retranscrire dans son intégralité pour la semaine suivante. Et notions nos impressions, les extraits pertinents et nos analyses en marge durant la retranscription. Ces prises de notes associées aux retranscriptions nous ont servi dans le choix des extraits à mettre en exposition, du type de mémoire qui en découle et les émotions associées.

Vernissage d'exposition le 04/02/2014 à 12h00 au Café Expo. Service Culturel de l'Université Paris Nord XIII. Villetaneuse © Parcours Conception d’événements et Circulation des savoirs.
Vernissage d’exposition le 04/02/2014 à 12h00 au Café Expo. Service Culturel de l’Université Paris Nord XIII. Villetaneuse
© Parcours Conception d’événements et Circulation des savoirs.

Il est à noter que ces témoins n’ont pas forcément relu les extraits d’entretiens sélectionnés. Cependant, ils ont été informés dès la négociation des conditions d’entretiens d’une possible mise en exposition et ont donné leur accord.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Une nouvelle scénographie

Après une visite au Café-Expo avec Gauthier du service culturel de l’université, nous nous sommes penchées de nouveau sur la scénographie de notre exposition sur “le Retour de la Mémoire”.

Cette visite nous a permis de prendre en compte certains détails comme le blocage de la sortie de secours par notre SAS sonore. Nous avons donc modifié le parcours d’exposition en fonction. Voilà ce que cela donne :

La salle d’exposition: le Café Expo de l’Université Paris 13.

1.Plan_Expo-Vide

Cloisonnement final du Café Expo pour accueillir notre exposition (sous réserve de modification).

2.Plan_Expo-Cloison

Le nouveau sens de circulation dans l’exposition et plan de la configuration de l’exposition.

3.Plan_Expo-Circulation

 Qu’en pensez-vous?

Pour savoir ce qui se cache derrière notre  » A découvrir par vous-mêmes », nous vous donnons rendez-vous du 03 au 14 février 2014. See you soon!!!

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Schématisation de nos pensées

Chers lecteurs,

A l’aide de l’outil « carte heuristique » nous avons, lors d’une séance de cours consacrée à cela, schématisé nos pensées. Dans ce schéma vous trouverez les figures de médiation du blog, le travail effectué sur ce dernier concernant notre thème  » Le Retour de la Mémoire  » mais également ce qu’il nous reste à accomplir durant les deux mois à venir.

carte-heuristique-finale

Qu’en pensez-vous? Avons-nous oublié quelque chose selon vous?

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

La Rencontre avec nos interlocuteurs Schlumberger

Notre première rencontre avec Alix ALDUC, la Responsable des collections au Château de Crèvecœur en Normandie, château appartenant à la Fondation Musée Schlumberger, s’est déroulée le 17 octobre 2013, dans le petit jardin d’un musée à Paris non loin de St-Lazare. Madame ALDUC, est l’une des figures d’enquêteur mémoriel que nous devions rencontrer dans le cadre de nos recherches préliminaires. Elle a réalisé deux expositions au Château de Crèvecœur sur les ingénieurs de la société Schlumberger avec leur participation en témoignages, photos, etc.

C’est par son biais que nous avons pu étendre notre liste de contact et ainsi aller à la rencontre de deux Field engineers de la société de prospection électrique Schlumberger. Nous avons pu enregistrer ces entretiens qui furent tous trois forts instructifs.

Ces deux hommes qui tiennent à garder l’anonymat ont su nous faire voyager dans leurs souvenirs en un tour de main et nous projeter sur le terrain lors de leurs missions dans les pays du Moyen-Orient.  Ils nous ont également permis de pousser la réflexion un peu plus loin. Ces réflexions portent sur le phénomène d’oubli mais également sur celui de la reconstitution mémorielle c’est-à-dire d’un souvenir véritable placé dans une autre époque.

En voici un petit extrait d’entretien qui a entrainé chez nous de nouvelles réflexions :

« Si j’ai appris à me méfier de quelque chose, c’est bien de la mémoire. […] J’ai une montre que j’étais certain d’avoir acheté il y a une quarantaine d’années dans la zone neutre de Ras al Khafji, un petit territoire entre l’Arabie Saoudite et le Koweït […]. Il y a peu de temps, en lisant un article sur cette marque de montre qui indiquait comment les numéros de série permettaient de retrouver l’année de fabrication […], je me suis aperçu que ce n’était pas possible : cette montre n’était pas encore fabriquée quand j’étais à Khafji. Donc, j’ai probablement acheté une montre au souk mais ce n’était pas celle-là, ou j’ai peut-être acheté quelque chose de très similaire ou de la même marque. Celle-là j’ai dû la perdre ou on me l’a volée, je ne sais pas. En fait, le numéro de série de cette fameuse montre « rapportée de Khafji », indiquait sans doute possible que j’étais de retour en France lorsque je l’ai achetée. Tout cela pour dire qu’il faut se méfier de la mémoire et de la datation d’événements […] Heureusement, de nombreuses traces du temps passé nous permettent de baliser notre mémoire : un billet d’avion, une lettre, un visa sur un passeport, une coupure de journal… » M. H (20/11/2013, à l’université Paris 13).

 Nous reviendrons dans un prochain post sur ces entretiens un peu plus en détails.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Rétrospective.

Les recherches de nos prédécesseurs sur le bidonville de La Campa, ces deux dernières années, ici rassemblées :

  • « D’une nature l’autre. Bidonville de La Campa – La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2012/2013)
  • « Territoire d’enfance. Bidonville de la Campa. La Courneuve, 1957 – 1971» (Projet 2011/2012)

Ont conduit à la pose d’une stèle commémorative au Parc Départemental Georges Valbon, anciennement Parc de La Courneuve. Leurs travaux sur cet ancien bidonville, qui fait de ce parc, un parc chargé d’histoire, ont permis de questionner ce processus de retour de la mémoire.

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus

Que qualifier d’institution ? (1)

Le travail de recherche réalisé dans le cadre de notre exposition sur le Retour de la Mémoire, nous pousse à nous interroger sur la notion d’institution et sur ce qui fait la légitimité de celle-ci. Dans une série d’articles, nous détaillerons nos hypothèses et pistes de réflexions. Ce cheminement nous permettra de répondre à la question de l’affect dans les institutions. Dans ce premier billet, nous nous attarderons à définir cette notion d’institution. Dans un second, nous tenterons de démontrer en quoi les structures qui nous accompagnent ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger sont des institutions légitimes.

*****

Sous titré : Définissons la notion d’institution

Il est courant de dire, dans le domaine des sciences sociales, que la notion d’« institution » a beaucoup évolué depuis la première tentative de théorisation faite par Emile DURKHEIM. Il convient, dans un premier temps, de définir l’« institution »  dans son sens le plus classique, son sens le plus rencontré : « Un organisme relativement stable soumis à des règles de fonctionnement et accomplissant des fonctions sociales spécifiques » (Georges Balandier1). Il s’agirait donc d’une structure établie garantissant des règles allant dans le sens de l’intérêt général ;  une forme d’organisation sociale régissant les normes et rôles, les valeurs et modèles, et même les relations et conduites de la société, et par ce biais celles des individus qui la compose. En d’autres termes, il s’agirait des organes politiques ou administratifs, entre autres, inscrits dans l’appareil de l’Etat tels que l’Assemblée Nationale, les administrations, l’école, etc.

Un autre sens est à prendre en compte, celui des anthropologues tels que Mary DOUGLAS2 dans la lignée de DURKHEIM. Une institution est « un groupement social légitimé ». Ce courant de pensée place l’individu et non l’Etat, au fondement de la notion d’institution. En d’autres mots, il y a dans ce sens une reconnaissance de l’individu dans la construction de l’institution elle-même. Selon Mary DOUGLAS, tout groupe social disposant des mêmes catégories de pensée et partageant un certain nombre d’idées ou de sentiments est légitimé ; et donc est reconnaissable comme une institution. Malgré le manque d’aspect juridique, dès lors qu’il y a un rituel reconnu sa dimension institutionnelle est légitimée. Dans ce sens, la religion, la famille, les cérémonies, entre autres sont à considérer comme des institutions.

Il est à noter l’existence d’une définition de la notion proche de la première, tout en étant différente. On appelle « institution » toutes les instances avec une instruction juridique et un cadre défini. Il peut s’agir d’une entreprise, d’une association, entre autres, etc. En clair, les structures privées dans une certaine mesure, s’établissant sur la durée, avec des activités légitimes. Celles-ci sont souvent considérées comme des organisations mais dans ce cas elles s’opposent. Dans  ce sens nous trouvons nos deux terrains d’enquête que sont le Mouvement ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger. Il s’agira pour nous dans un second article de montrer en quoi ces institutions sont légitimes au même titre qu’une institution publique.

Marika NELHOMME

BALANDIER Georges, dans la Préface de Comment pensent les institutions ? de Mary DOUGLAS

DOUGLAS Mary, 2004, Comment pensent les institutions ? : Suivi de La connaissance de soi et Il n’y a pas de don gratuit – Paris : La Découverte. .

Marika

More Posts

Follow Me:
Google Plus