La fin du projet 2012/2013 sur La Campa

Le projet 2012/2013 sur La Campa touche à sa fin. Notre sujet sur la nature vécue et ressentit dans le bidonville de La Campa, nous a permis d’en apprendre plus sur ces conditions de vie difficiles, faisant partie intégrante de vos vies. Nous vous remercions pour les témoignages et les différents apports que vous nous avez fournis permettant d’enrichir notre réflexion.

Même si cette mémoire perdure à travers nos mises en exposition qui vont circuler sur le territoire de la Seine-Saint-Denis, c’est grâce à vos récits que cette histoire de vie peut subsister et réveiller les consciences. Grâce à ces quatre promotions de l’Université Paris 13, les différents travaux menés ont permis de mettre en lumière une partie des récits des habitants du bidonville de La Campa et leur rendre hommage. Enfin, ces personnes vont pouvoir recevoir ce qu’ils ont partagés avec nous, avec une identification de leur histoire dans l’actuel parc Georges Valbon.

Je vous laisse suivre la suite les actions qui seront menées par les étudiants de notre future promotion qui débutera en octobre prochain. Nous vous remercions encore de votre participation, qu’elle soit directe ou indirecte, c’est grâce à vous que nous avons pu rendre une partie de l’histoire du bidonville de La Campa. En tout cas, nous quatre, nous pouvons dire que nous avons partagé une part d’histoire avec vous.

Bonne continuation à tous!

Kattia, Mathilde, Laura et Katy

Ps :  Notre exposition a été un tel succès qu’il nous manque huit photos, nous lançons donc un avis de recherche! 487306_10200488257032139_1437180343_n

 

 

Espace : lieu, territoire, paysage

Un lieu est un espace physique, ressentit par le corps.

Un territoire,est un appropriation physique par un groupe ou ensemble humain.

Un paysage est un espace physique mis en récit.

Dans le cas du bidonville de La Campa, nous nous retrouvons face à toute les facettes de la notion d’espace. En effet, ces baraques qui n’ont été désirées par personne, que ce soit les institutions et même les habitants, se retrouvent appropriées en un temps donné par ses habitants. Par l’appropriation de ce territoire, dans un instant t, les habitants vivent et ressentent ce lieu comme une part de leur histoire. Dans une méthode de recueil de données et par l’idéalisation du vécu de ces habitants, le lieu devient un paysage de mémoire.Sans titre

« L’espace non plus vous ne pouvez pas l’éviter : vous pouvez prendre n’importe quel chemin, vous serez toujours dans l’espace » Jean-Claude PENOCHET

Le bus 150

Pour accéder au parc Georges VALBON, le plus simple c’est le bus 150.

Pour accèder au Bidonville de La Campa, le plus simple c’est le bus 150.

A l’arrêt Cité floréal, où actuellement on trouve l’entrée Marville du parc Georges Valbon, le bus 150 vous déposait dans les années 1960 face au bidonville de La Campa. Cet arrêt était l’unique source de transport permettant aux habitants d’aller travailler et de les lier au reste de la population.

Le bus 150 à la Courneuve dépose ses voyageurs face à la cité Floréal

Pourtant cet arrêt, a également été témoin de macabre découverte, comme ce travailleur, un froid matin d’hiver, qui a attendu tellement longtemps le bus, qu’il en est mort.

Pour entendre ce témoignage de Mr Abdel Saadouni, je vous invite à venir visiter l’exposition « D’une nature l’autre » au Café-expo  de l’Université de Paris 13 qui se déroule jusqu’au 12 février 2013.

 

 

Claude Nougaro – Bidonville – 1965

Issu de son album Armstrong sorti en 1966, Claude Nougaro (1929 – 2004) nous présente sa première chanson Bidonville. Écrit par Claude Nougaro, sur une musique B. Powell, en 1965, la chanson reprend de façon poétique, les conditions de vie dans les bidonvilles en France dans les années 1960. La vision de Claude Nougaro a toujours été de marier les genres en unissant la variété française à des sonorités internationales.

« Dans les chambres, l’herbe pousse.
Pour y dormir, faut se pousser.
Les gosses jouent, mais le ballon,
C’est une boîte de sardines, Bidon. »

Il évoque également la destruction de ces baraques, et le relogement des habitants dans des cités transits

« Me tailler d’ici, à quoi bon ?
Pourquoi veux-tu que je me perde
Dans tes cités ? A quoi ça sert ?
Je verrais toujours de la merde,
Même dans le bleu de la mer.
Je dormirais sur des millions,
Je reverrais toujours, toujours Bidon. »

Nous vous laissons découvrir en image, cette magnifique chanson :

Bidonville de Claude Nougaro 1965

Bidonville de la Folie, 127 rue de la Garenne, Nanterre

Le site internet d’Arte nous propose un superbe web documentaire sur le bidonville de la Folie à Nanterre. Mêlant les interviews d’époque de Monique Hervo et les images récente de la bande dessinée de Laurent Maffre, nous vous invitons a vous rendre au 127 rue de la Garenne à Nanterre
Monique Hervo nous conte ses moments vécus au bidonville de la Folie à Nanterre, de 1959 jusqu’en 1971. Habitante du bidonville, elle saisit ces instants de vie avec ses voisins par la photographie et des interviews.
Pour mettre en lumière les années de Monique Hervo dans la bidonville de la Folie, une bande dessinée  Demain, demain de Laurent Maffre (parue en 2012), permet de nous imager l’arrivée massive dans les années 1960 des immigrés algériens en France. A travers l’histoire de Soraya, Kader et leurs enfants qui se retrouvent à vivre au bidonville, Laurent Maffre décrit le quotidien de ces familles vivants dans des situations précaires et confrontés aux difficultés quotidiennes : la boue, un seul point d’eau pour des milliers d’habitants, des baraques saccagés, le froid…

Pour plus d’informations sur la Bande dessinée vous pouvez également consulter ce site : http://www.actes-sud.fr/actualites/demain-demain-laurent-maffre

Notre première rencontre avec Abdel Saadouni 16/10/2012

Les étudiantes de la promotion 2012/2013 ont eu la chance de rencontrer le 16 octobre 2012, Mr Abdel Saadouni, un des témoins privilégiés de la Campa.

Pour cette année, notre sujet est la nature vécue et ressentie à la Campa, c’est donc tout naturellement que nous avons demandé à Mr Saadouni ce que lui évoquait la nature :

Paris 13 : La nature ça vous inspire quoi ?

Abdel Saadouni : Déjà y’avait les champs, les terrains vagues, aujourd’hui c’est pas pareil c’est plus structuré. Mais nous on pouvait gambader, faire des arcs, découper toit des voitures pour faire petites barques sur une petite rivière. Et des fois elle débordait et faisait des petits lacs. Y’avait des endroits on faisait des cordes à tarzan dans les arbres, on avait une sensation de liberté qu’on a pas là. C’est vrai que y’a de la joie dans les souvenir, il n’y a pas de souffrance. C’est vrai que mon père travaillait donc on n’avait jamais vraiment faim, on savait que c’était juste mais on se débrouillait.

Paris 13 : Des animaux ?

Abdel Saadouni : Y’a des gens qu’avaient des poules. Y’avait des oiseaux. Y’avait de la boue, les gens avaient leurs bottes pour rentrer dans le bidonville et en sortant (près du bus 150) ils les enlevaient. J’ai un souvenir de la rivière et une retenue d’eau qui débordait parfois. La boue dans les allées, j’ai souvenir d’incendies à cause des bouteilles de gaz. Bah oui aussi des fois y’avait des règlements de comptes. Mais ce n’était pas que des règlements de comptes en différentes ethnies, des fois c’était aussi des bagarres au sein même d’ethnie. Et quand y‘avait c’était assez violent, c’était pas des petites choses.

[…]

Paris 13: Y’avait pas d’arbre ?

Abdel Saadouni : Je sais, je n’ai pas trop de souvenir de forêt en tout cas. Je sais qu’il y avait un grand arbre sur lequel on installait la corde à tarzan mais c’est tout.

[…]

Paris 13: Vous diriez que vous avez grandi dans la nature ?

Abdel Saadouni : Oui en partie oui. On sentait cette liberté oui, cette liberté au niveau des espaces et faire ce que l’on a envie vraiment. Parce que maintenant y’a beaucoup de restrictions sur tout, des règles, il faut que tout soit rentré, etcetera. Y’a plus cette partie pour qu’on puisse gambader, des petites choses sans qu’on vienne vous casser les pieds quoi. Aujourd’hui y’a beaucoup de choses qui sont interdites.

Paris 13: Pour vous la nature était un synonyme de liberté ?

Abdel Saadouni : Oui.

[…]