Un retour, une expérience… par Jennifer

Sur le plan personnel, quel a été l’apport de cette exposition « Le Retour de la Mémoire » ?

« J’ai appris à me faire confiance, à moi-même mais aussi à mon travail, parce qu’il est très difficile pour moi de me dire « tu vas y arriver », « le résultat sera génial »… Je n’y suis pas encore parvenue complètement, mais je suis sans doute sur la bonne voie. Et cette exposition y est pour beaucoup. Ces nombreuses rencontres avec les témoins que nous avons interrogé pour construire le contenu de notre exposition, m’ont fait me remettre en question sur mes souvenirs et sur ma manière de profiter des moments vécus pour en garder une trace. J’aimerais vraiment que toute ma vie reste éternellement dans ma tête mais on a bien compris que ce n’était pas possible ! »

Et sur le plan professionnel ?

« Professionnellement, je repars avec de nombreux acquis, tous relatifs à la mise en place complète d’une exposition. J’ai également renforcé mon attrait pour le travail en équipe que je trouve toujours si enrichissant. Sans lui, le résultat que nous avons pu vous proposer ne ressemblerai sans doute pas à ce qu’il est. »

Quels ont été les temps fort de la mise en place de l’exposition, selon toi ?

« LE temps fort pour moi est sans aucun doute le jour où Monsieur Paris nous a annoncé « vous quatre allez faire une exposition avec pour thème : le retour de la mémoire ». Je crois que je n’avais jamais autant rien compris à un sujet. Mais c’est pourtant à partir de ce moment là que tout a commencé ! Ensuite, je peux mettre en avant les rencontres avec toutes ces personnes qui nous ont aidé dans la construction de l’exposition : les représentants des deux terrains d’enquête, les témoins, les enseignants, etc… et j’en oublie sans doute. Puis, chaque moment où chacune de nous quatre avait une idée, qu’elle était discutée et qu’on aboutissait petit à petit au résultat inauguré le 4 février 2014. Chaque étape était un moment fort, finalement. »

Comment ont été réparties les tâches ?

« J’ai envie de dire qu’au final, les tâches n’ont pas vraiment été réparties. Certes, chacune avait ses affinités avec une tâche particulière ou des capacités plus prononcées, mais nous avions mis un réel point d’honneur à ce que tout le monde fasse un peu de tout afin que ce soit enrichissant pour tout le monde. Si chacune avait uniquement fait ce qu’elle savait faire, nous n’aurions rien appris de nouveau.  »

Quels sont tes regrets ?

« Je ne veux pas parler de regrets. En fait, quand nous avions débuté ce projet, aucune de nous ne savait ce que c’était de construire de A à Z une exposition. Malgré le peu de temps, les contraintes techniques et budgétaire, je trouve que nous avons fait quelque chose de vraiment bien. Bien sûr qu’avec du recul j’aurais souhaité que des choses soient différentes, mais rien dans la vie ne sera jamais parfait. »

La ligne du temps : ATD Quart-Monde & la Fondation Musée Schlumberger

Mouvement ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger © Jennifer, parcours CECS
Mouvement ATD Quart-Monde & Fondation Musée Schlumberger
© Jennifer, parcours CECS

L’exposition « Le Retour de la Mémoire » mêle deux terrains d’investigation qui sont le Mouvement ATD Quart-Monde et la Fondation Musée Schlumberger. Afin de situer leurs actions et les événements importants de la vie de ces deux institutions, nous avons réalisé une frise chronologique, une ligne du temps commune à ces deux dernières.
Les dates qui y figurent font parties de l’historique de nos partenaires : du côté d’ATD Quart-Monde, vous pouvez accéder à l’ensemble de l’histoire du Mouvement sur leur site Internet ; et du côté du Musée Schlumberger, vous retrouverez des informations sur leur site Internet.

Pour constituer cette frise, nous avons choisi les dates les plus pertinentes. Ainsi, à la constitution de la frise, nous avons réalisé que la chronologie de nos deux terrains se situait sur le même temps : des années 1910 à nos jours. Par exemple, la figure du Mouvement ATD Quart-Monde, le Père Joseph Wresinski, est né en 1917 ; et un des frères Schlumberger, Conrad, procède en 1912 à ses premiers essais de sa méthode de prospection électronique. De même, c’est grâce à cette ligne du temps que nous pouvons mettre en lumière l’année 1970 : c’est à cette date que le Château de Crèvecœur est acheté par les familles des deux frères Schlumberger et c’est aussi à cette date qu’ouvre la première cité de promotion familiale à l’emplacement du camp à Noisy-le-Grand. Cette date est très importante pour nos deux terrains.

On peut ainsi dire que c’est à ce moment que commence le travail de mémoire pour ces deux institutions. Pour la Fondation Musée Schlumberger, l’achat de ce château et la création d’un musée pour honorer le travail des deux frères, est un réel effort de conservation et de mise en valeur de leur mémoire. En effet, à partir des années 1960, la direction de la firme internationale Schlumberger n’est plus aux mains de la famille, il n’y aura donc plus aucune trace de la famille Schlumberger à partir de ce moment là. D’où la création de ce musée, en Normandie, là où tout a commencé pour les deux frères. Pour le Mouvement ATD Quart-Monde, la création de la cité de promotion familiale à l’emplacement même du camp témoigne également de ce souci de conservation de la mémoire : ici il y avait un camp, maintenant une cité de promotion. Cette dernière témoigne, encore aujourd’hui, de l’existence à une époque du camp du Château de France.

Un retour d’expérience sur l’exposition

Discours tenu lors de la soutenance devant le jury
Exposition « Le Retour de la Mémoire »
Master 2 « Dynamiques Culturelles. Politiques, Espaces, Pratiques. »
Parcours « Conception d’événements et circulation des savoirs »

Chine, Jennifer, Marika & Myriam.

Au départ, le thème nous paraissait quelque peu complexe. Notre sujet, « Le retour de la mémoire », avait pour terrain d’enquête deux institutions a priori opposée : le Mouvement ATD Quart-Monde et la firme internationale Schlumberger. Réussir à intéresser les étudiants sur un thème qui n’est pas forcément très attrayant de prime abord pour ce public spécifique, aussi, notre parti pris dans le cadre de cette exposition scientifique a été de faire appel à diverses formes d’expressivités.

Nous avons choisi de travailler cette question du retour de la mémoire sous le spectre des émotions. En effet, les émotions sont un support universel de communication : chacun a un jour ressenti de la tristesse, de la joie, de la peur… Elles témoignent d’une commune humanité et elles ont un rôle particulier dans les processus de remémoration. Pour ce faire, nous nous sommes appuyées sur divers documents tels que des films, des archives photos, etc.

Nous avons mené des entretiens avec des enquêteurs mémoriels, mais aussi auprès des témoins de la vie au camp du Château de France à Noisy-le-Grand et des salariés de la firme Schlumberger pour effectuer ce travail de recherches mémoriels. Nous nous sommes mises dans la peau de ces enquêtrices et avons fait nos propres enquêtes. Après cette riche récolte issue de nos entretiens, et de leurs retranscriptions, nous nous sommes rendues compte que nous possédions des histoires très intéressantes qui illustraient bien le vécu des personnes et l’évolution de leurs émotions. Nous étions donc tout à fait dans le retour de la mémoire avec cette dimension affective en toile de fond. Et c’est cela que nous voulions démontrer en exposant les récits collectés par nous-mêmes.
Nous avons également souhaité tenir compte, au même titre, de nos centres d’intérêts pour avoir une exposition qui nous ressemble. Il s’avérait que Chine s’intéressait beaucoup à l’aspect scientifique et biologique de la mémoire, c’est ainsi que nous avons décidé de travailler cette partie théorique de l’exposition qui donne des clés pour comprendre les différents mécanismes en jeu durant le retour de la mémoire. De plus, sa formation de design d’illustration scientifique, a été une véritable valeur ajoutée car elle a fait toutes les illustrations dans notre exposition, dont une en se basant sur le schéma de Laurent Olivier « Le sombres abîmes du temps ».
Quant à l’idée du sas sonore et des « Je me souviens… » dispersés un peu partout dans l’exposition, ils nous sont venus en tête en discutant avec Monsieur LOZET, un intervenant de l’université.

Dans les deux premières parties de l’exposition avant de rentrer dans cette boite noire, on entend un fond sonore en se demandant ce que c’est. Une fois dans le sas, les visiteurs pourront écouter des sonorités de l’époque et comprendre ce que c’est à la lecture des panneaux. C’est en sortant de cet espace que l’on découvre toute son utilité car elle illustre de manière acoustique les témoignages présentés par la suite. Elle peut également permettre une introspection personnelle du visiteur. En effet, notre patrimoine sensoriel propre va contribuer à former notre interprétation unique…
Quant au fait de marcher sur ces bulles « déclaratives », elles symbolisent le simple fait d’évoquer un souvenir à quelqu’un, qui constitue une modification de ce souvenir. Ces idées nous ont semblé très pertinentes car elles permettent au visiteur une immersion et une appropriation personnelle du sujet traité dans cette exposition. Notre but, en restituant une approche théorique et l’expérience de nos enquêtés, est qu’à la sortie de notre exposition, le visiteur se retrouve face à son propre retour de la mémoire. Et ceci s’incarne au moyen de notre arbre participatif. Aussi pour homogénéiser le tout et permettre une circulation entre savoirs experts et savoirs profanes, nous avons tenté de créer des liens et une progression fluide entre ces deux parties centrale.

Jusqu’à la dernière minute (le jour même), nous avons eu des contre-temps pour la mise en oeuvre de cette exposition. Nous avons malheureusement eu des difficultés de synchronisation d’emploi du temps avec nos partenaires, ce qui a engendré des difficultés pour rencontrer les témoins.

De même, nous avons eu des soucis avec la fabrication de nos panneaux : les délais n’étaient pas respectés du coup le jour du montage de l’exposition, vendredi dernier, il nous manquait encore la moitié de nos expôts notamment les photographies, les cartels et l’oeuvre participative. De plus, tout notre travail du vendredi a été réduit à néant, les accroches n’ont pas tenu le coup durant le weekend. Nous avons dû tout remettre en place le lundi après-midi.

Nous aurions aimé soigner d’avantage la présentation ou encore exploiter d’autres pistes comme la vidéo, mais cette expérience nous à montrer qu’il fallait savoir concrétiser nos projections et nos ambitions scénographiques à la hauteur de nos moyens matériels et temporels.

Notre scénographie, nous l’avons pensé en cinq parties, comme un cheminement. Nous avons pu la chapitrer comme désirée cependant avec quelques modifications. Nous voulions à la fois un espace dynamique et statique ; un espace permettant au visiteur de prendre plus ou moins de temps. Nous ne voulions pas que le visiteur ait accès à la fin, puisse voir l’oeuvre participative et la partie discursive (témoignages) en entrant dans la salle d’exposition. Cependant, les outils à disposition ne permettaient pas de matérialiser la scénographie souhaitée.

En effet, vous avez pu voir sur le blog une première idée de scénographie que nous avons inversé. Le sens de la visite a été modifié à cause de l’issue de secours situé à l’endroit où devait se trouver le sas sonore. La lumière naturelle n’étant pas suffisante, cela a contribué à assombrir la partie théorique et scientifique, nous avons dû utiliser une lumière artificielle. Nous nous ne pouvions pas continuer la cloison pour des raisons matérielles (rideaux insuffisants) alors le visiteur avait une vue directe sur l’arbre participatif et les témoignages. De plus, la lumière naturelle attirait le visiteur vers ces parties.

La mise en place de cette exposition a été très enrichissante car elle nous a permis de nous rendre compte de tout le travail nécessaire lorsque l’on prépare une exposition, de son idée à sa réalisation finale et donc son vernissage. Gérer l’ensemble de la production de cette exposition nous a, d’une certaine manière, responsabilisé. Nous nous sommes rendues compte de l’importance de l’anticipation et de l’organisation dans un projet comme celui-ci. Nous n’étions pas toujours d’accord les unes avec les autres, mais au final nous trouvions toujours une solution qui pouvait nous satisfaire toutes les quatre. En clair, nous en sommes fières aujourd’hui car ce n’était pas gagné d’avance.

Ce travail collectif permet aussi toute une réflexion sur le travail d’équipe, qu’il est important de prendre en compte. Il faut que chacun puisse trouver sa place dans ce projet et s’y plaire, même si nous ne sommes que quatre. Ce sont tous ces petits détails mais de grande importance que nous découvrons, et qui en plus de la pratique, nous seront très bénéfiques. Nous avons pu développer un panel de connaissances et acquérir de nouvelles compétences qui nous apporterons un plus lors de nos futures aventures professionnelles respectives.

Inauguration de l’exposition : Le Retour de la Mémoire

Lors du vernissage de l’exposition « Le Retour de la Mémoire » qui a eu lieu le mardi 4 février 2014 à 12h00 au Café Expo de l’université Paris 13, nous avons tenu un discours que vous pouvez retrouver dans la vidéo ci-dessous.

 

Scénographie de l’exposition

Nous nous sommes penchées ces derniers temps sur la scénographie de notre exposition sur le thème « le Retour de la Mémoire ».

Plan_expo_vide
La salle d’exposition: le Café Expo de l’Université Paris 13.

Plan_expo_cloisons
Hypothèse de cloisonnement du Café Expo pour accueillir notre exposition.

Plan_expo_circulation
Le sens de circulation dans l’exposition en suivant cette hypothèse de cloisonnement. Qu’en pensez-vous?

La Rencontre avec nos interlocuteurs ATD Quart Monde

Notre première rencontre avec James JABOURECK, responsable du corps volontarial d’ATD Quart Monde, s’est déroulée le 15 octobre 2013, au Centre International Joseph WRESINSKI à Baillet-en-France. Lors de cet entretien, il nous a présenté quelques volontaires dont Gabrielle ERPICUM, l’une des figures d’enquêteur mémoriel mais aussi témoin du passé de la vie au Camp de Noisy-le-Grand.

CIJW Baillet en France
Centre International Joseph WRESINSKI à Baillet-en-France

Nous avons revu, à deux reprises, Gabrielle ERPICUM, Volontaire-permanente d’ATD Quart-Monde. Tout d’abord, le 15 novembre dernier au Centre International Joseph WRESINSKI à Baillet-en-France où elle nous a parlé de sa figure d’enquêtrice mémorielle, bien qu’elle ne se définisse pas en tant que telle. Pourquoi Enquêtrice mémorielle ? Simplement car c’est par un « désir de retrouvailles », d’une des femmes du camp, qu’elle a rencontré une dizaine de femmes de ce même camp, plusieurs années après pour collecter leur histoire, faire un « travail de mémoire » en commun. Ce travail de longue haleine, depuis 2006 à donner lieu à un livre que ces femmes ne partageront uniquement avec leur famille car « les auteures l’ont voulu uniquement pour elle, pour les leurs afin de pouvoir expliquer cette histoire à leurs enfants et petits enfants. »[1]

CIJW Méry sur Oise
Centre International de Méry-sur-Oise

Le 26 novembre dernier, réunies au Centre International d’ATD de Méry-sur-Oise, devant la maquette du camp, nous avons rencontré Gabrielle sous sa figure de témoin. Témoin ? Simplement car elle a vécu au camp en tant que volontaire au commencement du Mouvement ATD en s’occupant des jeunes filles. Ce fut presque comme un entretien itinérant, même s’il est vrai que nous n’étions pas sur le terrain. En effet, en regardant la maquette  Gabrielle peut, elle aussi, tout comme ces femmes conter, retracer pas à pas, et ce pendant des heures, l’Histoire du camp avec ces moments douloureux mais également ces moments heureux  passés à l’atelier des femmes, lors de la création de la bibliothèque, son appropriation par les enfants, etc. A la question, avez-vous des regrets, elle nous répond :

« Non, aucun, il y a eu des moments de doutes […] dans mes débuts, ces six premiers mois où je me demandais ce que je faisais là, parce que je me disais mais ils ne veulent pas de nous. […] Il y avait des moments très, très, très difficiles mais une fois qu’on passe ce cap-là on bâti quelque chose ensemble. Et ça, c’est passionnant, c’est sans limites parce qu’on est devant des vies qui ont toujours été bâties par des bribes et que nous arrivons dans une durée avec elles, dans un cheminement long.  Et là, la confiance grandit de plus en plus et on peut aller loin, de plus en plus loin. Et on voit les résultats, autant sur nous-mêmes que sur les autres parce que l’enrichissement va dans les deux sens. L’enrichissement est dans les deux sens. » (Gabrielle E. – 15/11/13)

Plan Noisy
Maquette du camp de Noisy-le-Grand à Méry-sur-Oise


[1] Extrait des Journées d’Etudes du CIJW, organisées par le Pôle Etudes et recherches. Les 13 & 14 septembre 2013. Intervention de Gabrielle ERPICUM « Désir et Craintes d’Histoire »

La Fondation Musée Schlumberger, au cœur d’une famille

Les Schlumberger, ce sont deux frères alsaciens de naissance, Conrad et Marcel. Ils vont mener à bien des recherches qui vont révolutionner la prospection minière et l’exploitation du pétrole dans le monde. Ils créent la société Schlumberger (Limited) en 1926, qui deviendra la plus grande société multinationale de services pétroliers. Schlumberger en chiffre, c’est un effectif de 118 000 employés, dont 1500 en France.

En 1970, les familles de ces deux frères décident d’installer un musée qui rassemble leurs inventions et choisissent le château de Crèvecœur, en Normandie.

En 1976, la Fondation Musée Schlumberger voit le jour et est reconnue d’utilité publique. Cette fondation avait alors pour but de promouvoir la recherche scientifique en faisant connaître les techniques de recherche et d’exploitation pétrolières ; et de venir en aide aux chercheurs dans le domaine pétrolier.

Des archives importantes pour les fonds Schlumberger existent au sein du château de Crèvecœur. Une exposition permanente sur les aventures des frères Schlumberger est visible et permet la découverte d’une épopée scientifique, technique et humaine avec la mise en lumière des méthodes de travail des deux frères.

Mais la fondation n’oublie pas les employés qui ont participés à l’aventure Schlumberger. Leur mission aujourd’hui est un vrai travail de collecte d’objets, de témoignages et de photos qui est régulièrement faite auprès des principaux concernés, ce qui mène à la mise en place d’expositions très intéressantes : l’exposition « dialogue entre l’homme et l’objet » ou encore celle intitulée « images de là-bas et d’ailleurs » ; qui retracent chacune un morceau de la vie des employés au sein de cette grande multinationale.

 

ATD Quart Monde, un mouvement du refus de la misère

Agir Tous pour la Dignité Quart Monde

« Les pauvres sont les créateurs, la source même de tous les idéaux de l’humanité, car c’est à travers l’injustice que l’humanité a découvert la justice, à travers la haine, l’amour, à travers la tyrannie, l’égalité de tous les hommes » Père Joseph Wresinski, 1976, Congrès de la famille du Quart Monde.

Le mouvement ATD Quart Monde est créé en 1957 par le père Joseph Wresinski, un prêtre diocésain français, affecté au camp de relogement à Noisy-le-Grand fondé par l’Abbé Pierre et le mouvement Emmaüs. C’est le 14 juillet 1956 qu’il rejoint les 252 familles présentent dans ce camp. Il écrira plus tard : «  Ce jour là, je suis entré dans le malheur ». Le père Wresinski consacre alors tout son temps et toute son énergie pour donner une reconnaissance à ces personnes, une dignité.

C’est à partir du camp de Noisy-le-Grand que le mouvement d’ATD Quart Monde s’étend progressivement : tout d’abord à la région parisienne avec une intervention à La Campa à La Courneuve ou encore aux Francs-Moisins à Saint-Denis. Ensuite, le mouvement se propage dans le reste de la France et jusqu’aux États-Unis, à New-York, en 1964.

L’objectif du mouvement est d’éradiquer l’extrême pauvreté en s’engageant à transformer les mentalités de chaque citoyen car ils en sont les premiers acteurs. En chiffres, le mouvement ATD Quart Monde c’est : 5 continents, 29 pays, 370 volontaires permanents, 5000 alliés et militants, 100 000 correspondants.

ATD Quart Monde ne fait pas de distributions (de type alimentaires ou vêtements) mais mène des actions dans la durée pour amener un changement de regard de la société sur ce phénomène de pauvreté et d’exclusion. « Nous ne sommes pas là pour gérer la misère mais pour la détruire » – Père Joseph Wresinski.