Michelle Briançon

Pour notre exposition « Territoire d’enfance », nous avons aussi choisi des photographies de Michelle Briançon, à l’époque « voisine » du bidonville de La Campa.

Nous voudrions partager quelques lignes sur l’histoire de cette « photographe » amateur.

 

Michelle Briançon a 16 ans, lorsqu’elle est rapatriée d’Algérie avec sa famille en 1962.

Après un mois dans un camp de transit, elle monte sur Paris avec sa grand-mère et sa mère qui travaille au Ministère des Finances. Elles logent alors quelques mois dans un hôtel, puis dans une chambre de bonne de 9m2. Finalement, sa mère obtient un appartement, certainement par le biais du service social du Ministère des Finances, au 4000 de la Courneuve, en octobre 1963. Pour elles, ce fut un réel soulagement : l’occupation d’un vrai appartement, vivable et signe de la fin des conditions de vie précaires.

C’est en se baladant aux alentours des 4000 que Michelle Briançon découvre le bidonville de La Campa. Grâce à son appareil photo, elle se met à prendre tout en photo et parle aux habitants de La Campa.

Quarante plus tard, elle entend parler d’une exposition sur les bidonvilles en Seine-Saint-Denis. Interpellée, elle se met à chercher les photographies qu’elle avait prises à l’époque.

Elle décide donc de visiter l’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » et de contacter la mairie de la Courneuve pour partager ses photographies.

A propos de ces photographies :

Ce qui me revenait : le contraste entre une cité moderne propre… et la vie dans le […] qui était assez chaotique et sale.

Comment est-ce qu’on peut vivre dans des conditions aussi…

Ce que j’ai essayé d’exprimer, c’est comment est-ce qu’on peut vivre dans la boue, dans les ordures ?

Pourquoi les enfants ? Parce qu’après j’ai choisi la profession de m’occuper d’enfants, je pense qu’à l’époque c’est ce qui m’a touché.

 

 

Paroles recueillies par M. Jean Michel Roy, Responsable de l’unité Patrimoine et Arts Visuels à la ville de la Courneuve.

 

    

Fonds Mairie de la Courneuve, Michelle Briançon, La Campa 1964.

 

 

Claude Dityvon

Claude Dityvon, [né le 12 mars 1937 à La Rochelle – décédé le 3 juin 2008 à Paris] était un photographe français, dont les images en noir et blanc, subtilement composées, apportèrent un regard neuf pour la photographie de reportage au cours des années 1970.

Ses premières photographies sur les bidonvilles de La Courneuve datent de 1967.

En 1968, il photographie les évènements de mai 1968. Son travail est récompensé par l’attribution, en 1970, du Prix Niépce.

Dityvon est avant tout un photographe qui voulait laisser un témoignage social sur la société. A partir d’un de ces sujets de prédilection qui était le monde ouvrier, il n’a jamais laissé apparaître un regard blasé sur les êtres humains.

Ses images sont fortes: des images d’hommes empreintes d’une grande douceur poétique. Claude Dityvon ne se considérait pas comme un simple « documenteur » de la réalité. Son regard est engagé et sa technique différente de la stricte photographe de presse.

 

Pour plus d’informations nous vous invitons à visiter ces site web :

www.claude-dityvon.fr

www.chambrenoire.com/claude-dityvon

Dans le corps, il y a tout le langage des significations de ce qu’est l’homme.Sa gaucherie, sa légèreté, sa lourdeur, son volontarisme. On apprend beaucoup de l’homme quand on sait regarder son corps.

Claude Dityvon

L’exposition : « Bidonville, photographies de CLaude Dityvon »

Une exposition de photographies est présentée à la B.U de Saint-Serge à Angers, du 19 janvier au 3 mars 2012.

Miroslav Marik

Le photographe Miroslav Marik a été pendant plusieurs années le photographe du Mouvement ATD Quart Monde, en particulier très présent sur les bidonvilles de Seine Saint Denis. L’objectif était d’illustrer le combat du Mouvement et par la photographie constituer une trace indispensable.

La lecture et la confrontation des images permettent de mieux comprendre les réalités et les enjeux de cette histoire, qui trouve un écho dans le mal logement qui perdure aujourd’hui en France.

Nous n’avons malheureusement que très peu d’informations sur ce photographe.

Photo du fonds ATD Quart Monde, Miroslav Marik entouré d’enfants.

Le jardin d’enfant de La Campa

Cette photographie illustre l’épanouissement des enfants à travers la création. Des actions pédagogiques étaient mises en place au jardin d’enfant, comme des ateliers de dessin, ce qui permettait aux adultes encadrants de créer des liens avec les enfants.

Loïk Prat

Loïk Prat, [né le 7 mars 1928 à Chateaulin (finistère) – décédé le 11 août 2003 (Seine Saint Denis)] est un Journaliste Reporter Photographe.

Ces photos et reportages portés principalement sur la vie quotidienne, les conditions de travail, les loisirs, la famille…
Témoin des évolutions de notre société, son pseudonyme professionnel est Photovie.

Pour plus d’informations nous vous invitons à visiter le site internet qui lui est dédié :

www.photovie.fr

Il a ainsi travaillé à la fois pour la presse militante La Vie Ouvrière, de grands titres comme L’Express ou encore Igloos, la revue d’ATD Quart Monde.

Ces photographes qui ont immortalisé une page de l’histoire…

Si à l’origine, la photographie était utilisée par les peintres comme aide pour leurs travaux, elle devint rapidement un moyen d’expression à part entière pour les artistes.

Ainsi, le réformateur social Jacob Riis (photographe et journaliste) a vu en celle-ci un moyen de diriger l’attention du public sur la pauvreté et la souffrance. En 1880, il a commencé à prendre en photo les quartiers pauvres de New York à la tombée de la nuit. On dit que ses clichés ont motivé certaines réformes entreprises par Théodore Roosevelt à son arrivée à la Maison Blanche. Autre exemple, la force persuasive d’une série de photographies de paysages, prises par William Henry Jackson (peintre, photographe et explorateur américain) a amené le congrès américain, en 1872, à faire de Yellowstone le premier parc national américain. Plus récemment, Yann Arthus-Bertrand (photographe, reporter, documentariste et écologiste français) entreprend de faire l’inventaire des plus beaux paysages du monde vus du ciel. Son credo : « Témoigner de la beauté du monde et tenter de protéger la Terre », un projet qu’il entreprend en 1994 avec le parrainage de l’Unesco.

La vulgarisation de la photographie au travers des territoires est un révélateur de l’engouement de la population pour cette technique. La rapidité de cette propagation permet d’analyser et de mettre en évidence la prédisposition du pays à recevoir un procédé de diffusion de masse pour les images.

Permettant à chacun la possibilité d’immortalisé des moments présents comme un acte de patrimonialisation.

C’est ainsi que plusieurs photographes, professionnels et amateurs, ont eu l’idée et l’envie de réaliser des images du bidonville de La Campa. Nous laissant alors entrevoir une page de l’histoire bien souvent oubliée.

Nous posterons prochainement des articles sur les différents photographes ayant contribué à ce travail de mémoire, tel que Claude Dityvon, Loik PratMiroslav Marik et d’autres… qui nous ont permis la réalisation de l’exposition : « Territoire d’enfance ».

Notre rencontre avec le Mouvement ATD Quart-Monde

Pour illustrer notre exposition sur le thème de l’enfance dans les bidonvilles, nous étions à la recherche de photographies d’époque.

Nous avons pris contact avec Xavier Verzat, chargé de mission au Centre International Joseph Wresinski du Mouvement ATD Quart-Monde, rencontré précédemment dans le cadre du cours « sociologie de la connaissance » dispensé par notre formation à Paris 13.

Le jeudi 1er décembre, nous nous retrouvons toutes les six à Gare du Nord pour passer la journée au Centre International Joseph Wresinski, afin de consulter les photographies d’archives.

Après un accueil très chaleureux des membres d’ATD Quart Monde et une visite du centre, nous nous rendons au service d’archives photos. Nous faisons connaissance avec l’équipe qui nous remet l’ensemble des archives sur la Campa.

Nous sommes impressionnées par le nombre et la qualité de ces photographies, témoignant des conditions de vie, mais aussi des activités au sein de du bidonville.

Nous apprenons que toutes ces photographies proviennent du même photographe : Miroslav Marik.

Notre travail a essentiellement constitué à la sélection de photographies en fonction de thématiques en lien avec notre axe de recherche. La découverte de ces photographies a fait résonner en nous les paroles d’Abdel Saadouni, rendant ce projet de plus en plus concret.

Après ce travail de sélection, nous avons pu scanner celles qui nous intéressées plus particulièrement pour notre exposition. Ce travail de longue haleine nous a donc amené à y retourner le mercredi 6 décembre et le mardi 13 décembre.

Cette rencontre fut donc très enrichissante pour notre projet, et nous tenons à remercier chaque membre du Centre International Joseph Wresinski, qui nous a accompagnés tout au long de nos recherches.

Nous reviendrons dans un prochain post, sur notre rencontre avec Bernadette Cornuau volontaire à ATD Quart Monde ayant vécu à la Campa.