Exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) »

L’exposition « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis retraçait en 2007 vingt ans d’histoire sur les personnes mal logées en Seine-Saint-Denis. Le lien vers cet article du magazine Télérama Sortir vous permettra d’en savoir un peu plus sur le rôle joué par le père Joseph Wresinski, le nombre de bidonvilles et d’habitants à cette époque ainsi que les événements qui ont alerté les pouvoirs publics de la situation.

Extraits de l’entretien avec Mr Abdel Saadouni

Voici quelques extraits de notre entretien avec Mr Abdel Saadouni. Pour plus d’informations vous pouvez également consulter l’article : Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni ou ce lien concernant la rencontre avec les promotions précédentes. Finalement, pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

« Rien n’appartenait à personne et tout appartenait à tout le monde quelque part. »

« Pratiquement tout le monde qui vivait dans le bidonville travaillait parce qu’avant il y avait du boulot. »

« Beaucoup de gens qui venaient des bidonvilles ont été placé dans des citées transit. Il fallait leur apprendre à vivre dans des HLM. C’était une transition. On nous a dit que ça allait durer pendant 5/6 ans mais pour la plupart ça a duré plus longtemps. C’était déjà la crise du logement. »

« On allait à l’école. Il y avait un car qui venait nous chercher et nous ramener. C’est la mairie qui affrétait le car. On était réparti dans plusieurs écoles de la Courneuve. Au début on était séparé par tranches d’âges mais ça ne durait pas. Moi j’avais 6 ans et j’étais en classe avec des enfants qui avaient 13/14 ans. »

« Les gens aimaient bien faire la fête le dimanche, ils jouaient de la musique, nous on dansait et on chantait,  c’était très convivial. »

« Il y avait une solidarité et une entraide entre les gens. Au sein d’une communauté mais aussi entre communautés. »

« Pour les loisirs il y avait les terrains de foot à côté. Le parc des sports existait déjà. On allait piquer les poteaux et les filets pour ce faire des petits terrains ici. »

« En dessous il y avait une rivière. Des fois on allait dans la rivière pour s’amuser. On coupait les toits des bagnoles pour faire des barques. La rivière était grande, on se baignait dedans. Le relief n’est plus du tout le même aujourd’hui, avant c’était plat. »

« Le jour même où on est parti, il y avait les bulldozers qui venaient. On avait pas le choix.  On ne voulait pas partir. La plupart des gens ne voulait pas partir. »

« Je ne me souviens pas des tensions, moi j’ai un souvenir d’enfant. »

« Il n’y avait pas d’éclairage, il y avait 2 ou 3 fontaines. Il y avait un point de croix rouge qui était là en permanence.  Pour les WC on creusait nous même des fausses. »

« À part le boue, c’était propre. Même la manière d’être habillé. Chaque communauté gérait. Au bled on avait pas d’eau ni d’électricité, donc on avait déjà une formation. C’est pareil pour les ordures. »

« Les filles allaient à l’école mais elles aidaient aussi la maman dans la maison. Elles étaient plus responsables que les garçons. Elles s’occupaient des petits frères, de la maison. »

« Ce n’était pas la misère mais ce n’était pas l’Amérique non plus. »

« Dans la misère on se crée toujours une complicité. »

« On ne voulait pas partir, on avait nos habitudes et il y avait une sacrée ambiance. »

« Il y avait une solidarité même si les gens restaient beaucoup au sein de chaque communauté. »

« Il y avait du boulot partout. La France était demandeuse. Les français acceptaient plus les travailleurs étrangers. Chaque personne de la famille en faisait venir une autre. »

« Les gens avaient envie de découvrir la culture des autres. Il n’y avait pas cette tension actuelle parce qu’il y avait du travail pour tout le monde. »

« À la cité transit, c’était fini la belle époque, il fallait se prendre en main. J’étais en difficulté et j’avais envie de m’en sortir. »

« Pour se laver il fallait faire chauffer l’eau mais on avait la technique. Il y avait des douches municipales mais c’était payant. »

« Le parc est merveilleux, c’est la nature. J’ai toujours gardé ce lien avec la nature peut être parce qu’on était à côté des maraichers. J’aimais bien monter dans les arbres et gambader. »

« Même 40 ans après, on voit que ça revient. »

La scénographie de l’exposition

Nous avons pensé la scénographie de l’exposition de manière à faire passer un message à travers la division des espaces, le choix du décor ainsi que par la sélection des photographies et autres médias utilisés.

Nous voulions que le visiteur prenne conscience du changement physique  (aménagement de l’espace,  relief) entre la période où se dressait le bidonville et celle d’aujourd’hui où se trouve  le parc de la Courneuve. Il nous paraissait ensuite essentiel de montrer les conditions de vie précaires au sein de la Campa afin de ne pas idéaliser un territoire qui reste marqué par la misère, pour en venir au coeur du thème de l’exposition: le regard de l’enfant qui transfigure la réalité quotidienne. Nous voulions finalement montrer les enjeux politiques et sociaux du bidonville de La Campa et offrir un très rapide aperçu sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

Notre intention était d’inviter le visiteur à effectuer un va et vient entre passé et présent en lui proposant un voyage temporel. 
Le visiteur est à la fois archéologue et ethnologue. A travers la scénographie, il est convié à une déambulation dans des espace superposés où le temps est momentanément suspendu. On entre dans un carré de verdure, en décalage avec un espace délimité,  où apparaissent les ombres du passé figurées par les photographies en noir et blanc. Les pas du visiteur crissent et s’enfoncent dans le gazon du parc, symbole du territoire actuel, tout en étant confronté à des bottes d’enfants posées dans la boue, qui rappellent les conditions réelles de vie à l’époque du bidonville.
 La transition entre les deux espaces est conçue comme un passage entre deux réalités temporelles, symbolisé à la fois par les pas qui prolongent, en l’espace présent, le passé, et d’autre part, par la signalisation des rubans de chantiers archéologiques, placés à l’entrée de l’espace de transition, qui ouvrent un nouvel espace, celui du bidonville, qui, souvent occulté, est ici donné à voir. 
Les pas étaient également un moyen d’attirer les visiteurs vers l’espace d’exposition en attisant leur curiosité.

 

    

C’est sur la base d’un va et vient constant entre témoignages oraux et écrits, et archives photographiques que notre travail s’est construit et donc dans  la confrontation entre différents supports de mémoire. Dans cette optique nous avons utilisé un large panel de médias pour appuyer notre propos. Les photographies sont accompagnées par des panneaux explicatifs dans chaque espace d’exposition ainsi que de citations fortes de sens de Mr Abdel Saadouni et de Mme Bernadette Cornuau. Le film, réalisé par le pôle image de la Courneuve et des lycéens, présente une interview de Mr Abdel Saadouni sur le lieu même de l’ancien bidonville et propose un entretien avec le photographe Mr Claude Dityvon. Les coupures de journaux sont un autre moyen d’évoquer notre sujet et d’effectuer une ouverture sur l’évolution actuelle des bidonvilles dans le monde.

 

Pour mener à bien cette exposition, nous avons dû adapter notre projet à l’espace d’exposition: le café expo du service culturel de l’Université Paris 13. Nous vous invitons à en savoir plus sur le parcours de l’exposition en consultant les liens sur l’attribution thématique des espaces qui ont donné lieu à de nombreuses réflexions.

Espace  Territoire d’enfance. Bidonville de La Campa. La Courneuve, 1957 – 1971 

Espace Des conditions de vie précaires…

Espace …mais un souvenir d’enfance heureuse à La Campa

Espace La création, un moyen de s’épanouir

Espace Actualité et remerciements

 

La création, un moyen de s’épanouir

 

« Le père Joseph Wresinski a eu l’idée de faire un jardin d’enfants pour que les tout petits puissent aller à l’école. Pour les parents c’était important. »                                                                                                                          B. Cornuau

Nous avons choisi cette citation car Mme Bernadette Cornuau, volontaire engagée du Mouvement ATD Quart Monde, évoque le rôle crucial qu’a joué le père Joseph Wresinski dans l’aide au développement personnel des enfants de La Campa.

 


L’exposition « Bidonville, l’autre ville »

L’association Archi DB (spécialisée dans la conception d’expositions consacrées à l’urbanisme et l’architecture) a présenté cette exposition à la Ferronerie de Dijon en 2011.

« Bidonville, l’autre ville » est la restitution d’un travail de terrain sur plusieurs continents où l’équipe a observé le phénomène des bidonvilles. Un site internet dédié à cette exposition permet d’en garder une trace virtuelle.

Nous y retrouvons :

  • des photos de l’exposition

  • les supports photographiques qui montrent différents types de bidonvilles

  • des analyses sur le phénomène des bidonvilles dans le monde tels que les évolutions, les lieux d’implantations, l’autoconstruction…

  • des vidéos d’ambiances urbaines

    Cliquer sur l’image pour accéder au site de l’exposition

Actualités

Par ce panneau, notre volonté était d’élargir notre questionnement basé sur un bidonville en particulier et une période donnée, et de passer d’une vision locale à globale. Détruit en 1971, le bidonville de La Campa, ainsi que les autres bidonvilles de la région parisienne (Noisy-Le-Grand, Nanterre,…) n’a pas signifié la fin des bidonvilles en France. Ce type d’habitation informelle est toujours présent dans le monde entier. Néanmoins, les origines, les formes, les façons d’y vivre sont différentes et sont à replacer dans des contextes socio-historiques et économiques liés au territoire d’implantation.

Nous proposons d’apporter des informations sur le phénomène des bidonvilles en accédant à la rubrique : autour de La Campa et des bidonvilles.