Le pire des mondes possibles

“Pour mortels et dangereux qu’ils soient, les bidonvilles ont devant eux un avenir resplendissant”. C’est en effet la conclusion qui semble ressortir de la lecture de cet ouvrage traitant de l’évolution démographique passée et surtout à venir, et de l’urbanisation qui en découle. La population urbaine dépassant la population rurale, le nombre de grande ville de plus de 20 millions d’habitants augmentera au point de créer un nouvel ordre mondial entre ces mégapoles et les villes de plus petites dimensions. L’auteur prévoit en effet le développement de zones urbaines formant d’énormes couloirs urbains, se développant de façon planifié ou non, tels que Pékin-Tianjin ou le long du golfe de Guinée. Tout ceci amènera des mégabidonvilles, où dominera le travail informel, “musée vivant de l’exploitation humaine”. Les villes du XXIe siècle ressembleront donc étrangement à celles décrites par Dickens, Zola ou Gorki, très éloignées des villes radieuses imaginés par certains urbanistes.
Le pire des mondes possibles : de l’explosion urbaine au bidonville global est un livre de 2006 écrit par Mike Davis, ethnologue, sociologue et historien américain. Il a écrit d’autres ouvrages concernant des sujets tels que les problèmes fonciers de Los Angeles ou la militarisation de la vie sociale à travers les mesures sécuritaires.

Sources :

amazon.fr

wikipedia

Une thèse sur un bidonville de Casablanca

Le travail de Réda Benkirane est une thèse, datant de 1993, qui se base sur un bidonville de Casablanca, Karyan Ben M’sik. L’auteur part du constat que les architectes et urbanistes en charge du projet de réaménagement urbain visant à faire disparaître ce bidonville ont une vision réductrice de ses habitants. En effet, ils ne connaissent ceux-ci qu’au travers de statistiques généralistes, comme le nombre moyen de personnes par foyers, le revenu moyens par travailleur, etc… L’auteur s’est donc basé sur 77 entretiens semi-directifs avec des habitants de ce bidonville, afin de montrer que celui-ci ne peut être considéré comme une société homogène, que ce soit du point de vue économique ou socio-culturel. Son travail permet aussi de récolter une parole sociale de l’habitat, de prendre conscience de comment les bidonvillois perçoivent leur espace vécu en tant qu’individu et communauté, et enfin de comment ils conçoivent un réaménagement de leur quartier qui tienne compte de leur propre expérience et aspiration au changement. Ce travail montre, s’il est encore besoin de le faire, l’intérêt d’associer la population aux programmes de réaménagement urbain et la nécessité de sortir d’une vision statistique des populations, considérant celles-ci comme des ensembles homogènes.
Vous pouvez trouvez l’intégralité de ce travail d’une grande qualité à l’adresse suivante.

Concernant un autre bidonville Maghrebin, vous pouvez consulter notre article Bidonville au Maroc

Bidonville au Maroc

La France n’est pas le seul pays du monde à voir la résurgence du phénomène des bidonvilles, comme le montre ce blog très intéressant au Maroc. Tout comme à La Campa, on y retrouve une ingéniosité de la part de ses habitants, comme pour l’évacuation des eaux usées. D’autres points communs sont malheureusement les préjugés concernant les populations y vivant et la volonté de cacher cette situation au reste du monde, comme vous pourrez vous en rendre compte.

Concernant un autre bidonville d’Afrique du nord, vous pouvez lire l’article Une thèse sur un bidonville de Casablanca; pour ce qui est du non-dit que constitue les bidonville, je vous invite à consulter l’article Le bidonville de la Campa reste un “non-dit” dans l’histoire du parc de la Courneuve, “Vous voyez, c’était là…” et Le parc de la Courneuve, un vaste terrain et que d’histoires!.

Lyon, novembre 2009: un bidonville légitimé

Une décision de justice rendue le 19 novembre 2009, a empêché l’expulsion d’un bidonville d’une centaine de personnes situé rue Paul Bert, dans le 3e arrondissement de Lyon. Le Conseil Général du Rhône avait saisit le tribunal de Grande Instance de la ville, afin de demander l’expulsion de ce site constitué depuis le printemps 2009. Mais celui-ci a été débouté par le tribunal. Ce lieu est certes insalubre , mais n’en demeure pas moins le lieu de résidence de ces personnes. On ne peut donc pas les en expulser. Une décision qui fait grand bruit, allant à l’encontre de l’habitude des tribunaux qui valident de façon quasi-systématique les demandes d’expulsions de bidonvilles.

Pourquoi cette décision? Le verdict est le suivant: “Le campement dans lequel sont installés les défendeurs constitue leur domicile. Celui-ci est protégé, au titre du respect dû à la vie privée et familiale des personnes, par l’article 8 de la Convention européennes des Droits de l’Homme”. Le tribunal reconnaît que les roms installés ici violent le droit de propriété, le terrain appartenant au Conseil Général. Cependant il a estimé que cette action n’était qu’une atteinte supportable au droit de propriété privé, dans la mesure où le Conseil Général n’a justifié d’aucun projet immédiat pour ce terrain. De plus, le tribunal affirme que “même si les conditions de vie, qualifiées par le commissaire de police, en terme d’hygiène, de rudimentaires à l’intérieur du campement et de déplorables à proximité immédiate, sont celles d’un bidonville, le Département du Rhône ne démontre pas qu’elles présentent des dangers et des risques particuliers, autres que ceux propres à ce type de situation, que connaît l’agglomération lyonnaise depuis des années”. Le juge a en outre estimé qu’une expulsion aggraverait les conditions de vie de ces personnes. D’habitudes ce type d’argument amène à une expulsion assortie de plusieurs mois de délais. Cette décision va donc beaucoup plus loin.

Il semble qu’il y ait dans ce jugement la volonté de renvoyer les collectivités territoriales à leurs responsabilités dans ce domaine. D’après M° Frédérique Penot, avocat des habitants du bidonville: “Cela fait des années que l’agglomération lyonnaise est confrontée à ce problème et que les collectivités ne font rien. Si ce n’est chercher juste à se dégager de leurs responsabilités en faisant des demandes d’expulsion, ce qui leur permet de se protéger juridiquement en cas d’accident ou de mort sur le bidonville”. Les habitants de ce bidonville ne sont en effet pas de nouveaux immigrants mais viennent d’autres bidonvilles de la région d’où ils sont régulièrement expulsés.

Le Département du Rhône, par la voix de son directeur général des services, Pierre Jamet, bien que reconnaissant n’avoir aucun projet immédiat pour ce terrain, a annoncé qu’il réfléchissait toutefois à faire appel de cette décision. Si tel était le cas, il est fort probable que la cour d’appel de Lyon infirme cette première décision.

De leur côté, l’Alpil (association lyonnaise pour l’insertion par le logement) et la Fondation Abbé Pierre ont souligné que “la décision du tribunal de grande instance marque une étape dans la nécessaire prise en compte de la situation d’une partie des ménages sans-abri de l’agglomération et pointe le retard local pris dans la résolution de ces situations de mal-logement. Nous devons nous en saisir collectivement, Etat, collectivités et associations”.

Vous pouvez écouter les commentaires de André Gachet, chargé de mission à l’Alpil, et de Pierre Jamet, le directeur général des services du département, à l’adresse suivante. Bien que ces commentaires soient très court (environ secondes chacun), on comprend bien dans celui de Pierre Jamet que le département essaye de se décharger du problème sur la commune.

Sources:

radioscoop.com

libelyon.fr

lyoncapitale.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search