Notre rencontre avec Mr Abdel Saadouni

Nous avons rencontré Mr Abdel Saadouni, qui comme les promotions précédentes, s’est prêté au jeu d’ un entretien itinérant dans le parc de La Courneuve.

Durant ces 2h d’entretien, cet ancien enfant de La Campa nous a livré ses souvenirs de vie dans le bidonville et c’est d’ailleurs à la suite de cette rencontre que nous est venue l’idée de traiter plus particulièrement le thème du regard de l’enfant.

Abdel Saadouni et la promo 2011-2012 lors du vernissage de l’exposition

Pour des informations sur les rencontres des différentes promotions avec Abdel Saadouni voici le lien.

Pour visualiser l’encart de l’exposition sur Abdel Saadouni : 0.1.4 … Mais un souvenir d’enfance heureuse  à La Campa 

 

 

Discours d’introduction d’Emmanuel PARIS lors du vernissage de l’Exposition “Territoire d’enfance”

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

L’exposition photographique qui va avoir lieu à partir de ce jour, jusqu’au 4 février au « Café Expo » de l’Université, a été conçue et réalisée par les étudiantes du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » du Master 2 pro « Dynamiques Culturelles ».

Cette exposition est articulée avec le développement d’un blog, accueilli sur la plateforme de carnets de recherches en sciences humaines et sociales avec sélection par un comité scientifique : hypotheses.org.

Cette exposition et ce blog sont deux outils de médiation pensés pour faire entrer dans le patrimoine local l’histoire et la mémoire d’un bidonville qui, des années 1950 aux années 1970, a hébergé plusieurs milliers d’habitants issus d’Europe, du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Ce bidonville, appelé « La Campa », était aux pieds de la Cité des 4000 et de l’autoroute A1, alors en constructions à La Courneuve.

Au début des années 1970, le bidonville est rasé, les bulldozers modifient profondément le paysage pour faire naître l’espace vert du Parc départemental de La Courneuve. Les habitants du bidonville sont relogés dans des cités de transit, ou intègrent les nouveaux logements collectifs qui sortent massivement de terre en Seine Saint-Denis et plus généralement en périphérie de Paris.

Il ne reste donc plus aucun vestige ni de trace de ce site de La Campa, et les archives ont longtemps été désorganisées ou rendues invisibles à la collectivité.

L’objectif a été par conséquent, pour développer l’exposition et le blog, de cartographier les acteurs permettant de patrimonialiser l’histoire et la mémoire du bidonville : témoins ayant habité la Campa, photographes et reporters ayant travaillé dans le bidonville dans le cadre d’une médiatisation naissante du phénomène en France à partir des années 1960, associations caritatives ayant agi dans les bidonvilles aux côtés de ses habitants pour créer les conditions pratiques d’une qualité de vie meilleure.

L’origine de ce projet développé par les étudiantes remonte à l’année universitaire 2008-2009, durant laquelle la formation a organisé avec Christian Gaborieau, archéologue du service culturel de la mairie de La Courneuve, des randonnées archéologiques dans le territoire de cette commune. Je tiens à remercier vivement M. Gaborieau pour cette initiative décisive, tant le regard porté par M. Gaborieau sur le patrimoine archéologique de La Courneuve et dont il nous a fait part lors de ces pérégrinations, ne différenciait pas l’importance du vestige restant du VIIe siècle (la nécropole sous l’Eglise Saint-Lucien) ou du XIIe siècle (l’abreuvoir au lieu dit “La “Prévôté”, sous les vestiaires d’un stade de football), de l’existence du bidonville La Campa dont il ne reste pourtant plus aucune traces physiques  (cf. le post, sur le blog, traçant cette généalogie : http://lacampa.hypotheses.org/463. et sur la page Internet de la mairie de La Courneuve présentant une carte “archéologique” du territoire de la commune : http://www.ville-la-courneuve.fr/5_regards/journal.php?id=919# ).

Mes remerciements vont aussi à Benoît Pouvreau et Olivier Meyer, du Service du patrimoine culturel de Seine Saint-Denis, qui nous ont, par la suite, aidé à mesurer les tenants et les aboutissants de l’exposition itinérante développée alors par le département de Seine Saint-Denis :  « Bidonvilles, histoire et représentations en Seine-Saint-Denis (1954-1974) » :  http://lacampa.hypotheses.org/292 .

Depuis, trois promotions du parcours « Conception d’Evénements et Circulation des Savoirs » se sont relayées pour proposer chaque année de nouvelles médiations culturelles et socioculturelles à propos du bidonville « La Campa ».

Ce travail au long cours s’inscrit dans ce qui appelé le « programme pédagogique annuel » de la formation de parcours « Conception d’Evènements et Circulation des Savoirs ».

Il s’agit pour l’équipe pédagogique de s’approprier ce fil d’Ariane : la patrimonialisation du bidonville, avec pour chaque membre de l’équipe la possibilité d’étudier un aspect en rapport avec son expertise. Estrella Rojas encadre les étudiants sur le volet numérique de la valorisation de cette histoire et de cette mémoire singulières (via le blog), Pierre Barboza coordonne les travaux de la promotion pour concevoir et réaliser une exposition photographique, Claire Oger analyse les processus de mise en culture du patrimoine dans le territoire de la Seine Saint-Denis, Emmanuel Paris questionne les ressorts du développement durable et du développement culturel d’un territoire en prenant appui sur cette étude de cas.

L’exposition et le blog sont alimentés par des archives issus des archives départementales de la Seine Sainte-Denis mais aussi et principalement du fonds constitué par une des structures partenaires de la formation : Le « Centre International Joseph Wresinski » de l’association ATD Quart-Monde. L’exposition est financée par une autre structure partenaire du parcours de notre Master : la Fondation Musée Schlumberger.

Je tiens à remercier vivement ces partenaires, ainsi que les membres de la communauté universitaire de Paris 13 ayant rendu possible cette création ; notre UFR des sciences de la communication, le service de reprographie centrale de l’université, le service culturel.

Cette exposition sur l’histoire et la mémoire d’un bidonville, à quelques kilomètres de nous, dont l’existence s’est achevée voici 40 ans, est appelée à itinérer dans les années à venir dans des espaces géographiques (les zones portuaires, les périphéries des métropoles) dont l’économiste Arnaud Le Marchand vient de montrer qu’ils sont à la fois au cœur de l’industrialisation et de la mondialisation depuis le début du XIXe siècle, et le réceptacle de bien des stigmatisations.

Pour conclure, je tenais à remercier les étudiantes pour le travail accompli, et je leur donne rendez-vous une fois l’obtention de ce diplôme obtenu, pour accompagner le cheminement de cette exposition vers d’autres lieux.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne visite.

 

 

M. Emmanuel Paris

Pas d’informations sur La Campa dans le parc de La Courneuve?

Au cours de nos recherches nous nous sommes rendues sur le site du parc de La Courneuve, notamment en compagnie d’Abdel Saadouni afin de mener un entretien sur le lieu même des faits racontés.

Une chose nous a alors frappées: à l’emplacement même du bidonville aucunes plaques, aucunes informations officielles ou officieuses n’apparaissent.

Cette même remarque a été faite dans un commentaire posté sur ce même blogue le 23/01/2010 par auriane93300, habitante d’Aubervilliers. Elle remarquait que malgré le fait qu’elle se promenait de façon régulière dans le parc de La Courneuve en famille, elle n’avait jamais su qu’à cet endroit s’était tenu un bidonville abritant des dizaines de familles seulement 50 ans auparavant.

Nous nous sommes donc posées légitimement la question suivante: pourquoi ne subsiste-t-il aucunes traces visibles de ce passé? Est une volonté des politiques de l’époque qui demeure aujourd’hui ou bien est- ce en projet grâce aux recherches effectuées ces dernières années?

Monde enfantin et précarité

Cette photo met en perspective les propos de cette partie de l’exposition, dédiée aux conditions de vie précaires dans le bidonville de La Campa  avec le propos général de l’exposition. On y voit la boue, la saleté, les déchets et les abris de fortune qui forment les rues et les allées du bidonville. Malgré ce fond difficile on peut apercevoir un panneau de carton avec les personnages de bande dessinée Astérix et Obélix qui tranche avec le reste et nous rappel que le bidonville est aussi un territoire d’enfance.

De 1971 à 2012 : du bidonville au parc de La Courneuve

    

Notre exposition s’ouvre sur deux photographies présentant un même espace : le bidonville d’une part, et le parc de La Courneuve. Prises à trente ans d’écarts s’est deux photographies témoignent de l’évolution du territoire. C’est à travers la superposition de ces deux espaces physiques, temporels et mentaux que nous invitons le visiteur dans un voyage dans le temps, à la découverte des ombres du passé qui ont animées ce lieu et qui aujourd’hui continuent toujours à le faire vivre dans la mémoire.

Territoire d’enfance « Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957- 1971 »

 

« Le relief n’est pas le même aujourd’hui avant c’était plat. »

                                                A. Saadouni

 

 

Appel à témoins

Nous voudrions à travers ce billet lancer un appel à témoins.

La recherche de traces, consistant à exhumer une histoire souvent oubliée de tous mais vécue par des hommes, femmes et enfants dans notre pays, aux portes de nos villes, a été entamé par maintenant trois promotions universitaires de master 2. Elle a permis de recueillir plusieurs témoignages de vies directement ou indirectement reliées aux bidonvilles.

Mais de nombreuses questions restent en suspens et bien des aspects de la vie des habitants des bidonvilles français n’ont pas encore été abordés.

La prise de contact avec de nouvelles personnes ayant vécues ou ayant fréquentés via des associations comme ATD Quart Monde ou via des connaissances ou relations personnelles au sein même des bidonvilles français des années 1950/60/70 serait une contribution importante pour la suite des recherches entamées par ces promotions.

Si vous souhaitez apporter votre contribution à la redécouverte de cette partie de l’histoire des Hommes vous pouvez prendre contact avec toute l’équipe de chercheurs par l’intermédiaire de ce blogue.

 

ATD Quart Monde, un engagement mondial

Bernadette Cornuau, une des premières volontaires, a démarré le Mouvement dans plusieurs lieux, en France et aux Etats-Unis. Elle a ensuite dirigé l’Institut d’Action d’ATD Quart Monde.

Afin d’avoir un aperçu de l’engagement des volontaires du mouvement ATD Quart Monde dans d’autres situations que celle des bidonvilles français, nous proposons la lecture d’un article de Clare McCarty sur l’engagement de ces derniers auprès des enfants pauvres de New York., et plus particulièrement sur l’engagement de Mme Bernadette Cornuau qui nous a inspirée pour l’exposition Territoire d’enfance.

Clare MacCarty est étudiante en anthropologie et développement de l’enfant à Tufts University (Massachusetts, USA). Elle fait actuellement un stage avec le Mouvement ATD Quart Monde à Boston.

Apprendre à New York

Résumé

S’engager au sein d’une communauté pour révéler les capacités d’apprendre des enfants et des jeunes les plus pauvres, c’est créer des liens de partenariat avec leurs parents. Une relecture du livre de Vincent Fanelli « The human face of poverty. A chronicle of urban America » (1990, New York, The Bootstrap Press)

Introduction

Aller plus avant pour appréhender les besoins des pauvres, au-delà des méthodes traditionnelles de l’assistance, saisir leurs difficultés, cela ne peut se faire qu’en vivant et en travaillant avec eux, en proximité, pour devenir familier des défis qu’ils rencontrent et comprendre ce qu’ils endurent dans l’extrême pauvreté.

Le livre de Vincent Fanelli en est une illustration. Il révèle la vie partagée de volontaires d’ATD Quart Monde avec des familles habitant dans le Lower East Side de Manhattan, à New York, du milieu des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970. Au début de cette période, les Etats-Unis s’étaient mobilisés dans une « guerre contre la pauvreté » et, dans ce quartier comme dans d’autres semblables, beaucoup de programmes sociaux avaient été mis en place. 

[…]

Lien vers l’article : www.editionsquartmonde.org

 

Des conditions de vie précaires…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Il n’y avait pas d’électricité, pas d’eau, il n’y avait rien, c’était des champs de salades. »

B. Cornuau

Nous avons mis cette citation pour son côté explicite, direct et non misérabiliste. C’est un constat, un état de fait établi par une personne ayant vécu volontairement ce quotidien afin de venir en aide aux personnes le vivant malgré elles.

 

 

 

Exposition “Territoire d’enfance – Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957 – 1971”

Dans le cadre du projet de cette année autour du sujet du bidonville de La Campa, nous organisons une exposition du 24 Janvier au 3 Février 2012 dont le vernissage aura lieu le 24 Janvier de 15h à 19h au Café Expo du Forum du campus de Paris 13 à Villetaneuse.

 Territoire d’enfance

      Bidonville de La Campa – La Courneuve 1957-1971 “
Master 2 “Dynamiques culturelles. Politiques, pratiques, espaces.” Parcours CECS
Du 24 janvier au 3 février 2012
Café expo, Campus de Villetaneuse

Exposition photographique sur le bidonville de la Campa, disparu depuis 1971, et aujourd’hui remplacé par le parc de la Courneuve.
A travers le thème de l’enfance cette exposition met en lumière l’histoire et la  vie quotidienne à La Campa. Elle propose une mise en regard de photographies et de témoignages.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search