Le Gone du Chaâba d’Azouz Begag

L’auteur, Azouz Begag, pose à travers les yeux d’un petit garçon, de façon humoristique mais innocente, la vie quotidienne de quelques familles dans un bidonville de Lyon. La pauvreté, la vie dans des conditions pénibles, les chicanes, le désœuvrement, les petits emplois de misère tissent la trame de ce roman.

Ce livre publié en 1986 (Editions du  Seuils), raconte l’enfance de Azouz, un enfant d’immigrés Algériens, originaire d’un milieu très défavorisé au Chaâba, dans une misérable habitation, sans eau ni électricité, à côté d’autres familles arabes. Le Chaâba ? Un ancien bidonville au bord du Rhône, près de Lyon, il n’y a pas si longtemps… Un amas de baraques en bois, trop vite bâties par ces immigrants qui ont fui la misère algérienne. Encore un bidonville où les éclats de rire des enfants résonnent dès le lever du soleil. Les  » gones  » se lavent à l’eau de puit et font leurs devoirs à même la terre. Chaque matin, ils enfilent leurs souliers pour se rendre à l’école avec les autres… Là, derrière les mots inscrits sur le cahier d’écriture, de nouveaux horizons apparaissent. Un monde de connaissances, de rêves et d’espoirs à découvrir.

Né en 1957, Azouz Begag est chercheur en sociologie au CNRS et a été ministre délégué à la Promotion de l’Égalité des chances de juin 2005 à avril 2007. Le Gone du Chaâba, son premier roman, a connu un succès considérable. Il a été adapté au cinéma en  1997.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.