Représenter le territoire?

Comment représenter un territoire et comment le matérialiser au sein d’un parcours d’exposition, telle est la question que nous nous sommes posée. Nous devions parler d’un  territoire existant sous deux temporalités différentes, le bidonville de La Campa d’une part, et le parc de La Courneuve d’autre part, et rendre sensible le passage de l’un à l’autre. Nous avons de fait conduit une réflexion sur la notion de territoire.
Deux aspects de la notion nous ont semblé particulièrement féconds en terme de mise en place d’un projet d’exposition :

Le territoire physique comme lieu de vie

Le territoire que nous abordons, que ce soit le territoire actuel du parc de La Courneuve ou celui révolu du bidonville, est avant tout un espace de vie. Le parc de La Courneuve est aujourd’hui un espace vert très fréquenté de la région parisienne. Le bidonville de La Campa a, lui aussi, à l’époque, été un lieu grouillant de vie, comme le rappelle l’espace sur la vie quotidienne de notre exposition. Nous avons choisi des photographies dynamiques, où les enfants et leur famille semblaient vivre devant nous, courant, jouant, se livrant à des activités de créations, etc. Les regards pétillants des enfants sont autant de rappels qu’une vie quotidienne est toujours faite d’émotion. Pour représenter cet espace du bidonville, nous avons aussi choisi de créer un espace d’écho, où les voix des habitants viennent relayer les photographies. Enfin l’espace est donné à appréhender à travers la scénographie, spécialement à travers la présence de la boue et des petites bottes en caoutchouc d’enfants qui matérialisent cet espace de vie.

Le territoire comme espace mental

Le territoire est aussi appréhendé dans sa dimension d’espace mental et particulièrement celui de l’enfance. La Campa n’a pas été seulement le cadre de vie des enfants de La Campa, il a aussi été un espace investi par le regard de l’enfant, transformé et sublimé par le pouvoir de l’imagination propre à l’enfance. À travers les jeux, les moments de bonheur propre à la vie d’une communauté et de la famille, La Campa est transfigurée. C’est cette dimension que nous voulions mettre en avant et chercher à incarner dans l’espace de l’exposition.

À la fois lieu physique et cadre de vie, mais aussi, espace où se déploient tous les imaginaires, le territoire de La Campa se dédouble à travers le regard de l’enfance.
La plupart des photographies que nous avons choisies rendent sensible cette dualité. Celles-ci superposent la figure d’enfants aux regards brillants, à un arrière-plan où l’on perçoit pleinement la misère des conditions de vies. Si l’individu est sublimé, la dureté des conditions matérielles et la situation de ces enfants n’en apparaît que plus poignante.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.