Le statut de la mémoire

À travers notre exposition, nous avons été amenées à questionner le statut des témoignages, photographies et objets recueillis qui forment la matière de notre exposition. Toutes renvoient à la notion de mémoire. Nous avons ainsi été amenées à réfléchir sur la valeur de ce corpus. La dimension subjective de l’ensemble des éléments que nous avons collectés est un élément que nous ne pouvions ignorer et qui devait faire l’objet d’une réflexion approfondie. En effet, aussi bien le témoignage de M.Abdel Saadouni, celui de Mme Bernadette Cornuau, que les photographies sont investies d’une dimension personnelle. Si ces éléments ont tous pour point commun d’être investi d’une certaine nostalgie et tendresse à l’égard du bidonville de La Campa, ils ne peuvent êtres appréhendés en dehors de leur dimension de mémoire individuelle. La confrontation à des réalités plus objectives était de fait une nécessité.

Il a donc été choisi de ne pas se limiter à une exposition exclusivement photographique, mais d’intégrer une dimension plus historique. Pour réaliser ce projet, nous avons conçu des panneaux qui tendent à nuancer la subjectivité assumée des photographies et témoignages. La conception de ces panneaux, les recherches que nous avons dû mener pour les réaliser, nous a obligées à aller plus loin dans la réflexion sur l’objectivité de toute forme de mémoire. Existe-t-il une réalité objective, unique et où la trouver ? Quelle est notre légitimité ?

De fait, nous avons choisi d’assumer et même de revendiquer la dimension subjective de notre exposition. Toutefois, il ne s’agissait pas de faire une exposition sur deux individus particuliers, illustrés par des photographiques. À travers ces parcours et ces témoignages individuels, nous pensons qu’il existe une dimension plus universelle. La subjectivité de chacun est convoquée dans son rapport à la mémoire. Chaque visiteur peut retrouver un peu de lui-même, une partie de son parcours, de l’enfance à l’age adulte. Chacun est amené à questionner son rapport à l’enfance et la dimension de reconstruction qui y est associée, sa part de nostalgie, ou au contraire de répulsion pour âge déterminant dans la construction de chaque individu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.