Le bidonville de La Campa : une réalité double, physique et mémorielle

Le bidonville de La Campa a été avant tout un élément du tissu urbain de la Seine-Saint-Denis. À ce titre, c’était un élément physique et matériel, un endroit dans lequel des familles vivaient.
Pour plus d’informations sur l’histoire du bidonville et la transformation du territoire :Le bidonville de la Campa reste un “non-dit” dans l’histoire du parc de la Courneuve

Nous souhaitions mettre en avant cet aspect et confronter le visiteur à cette dimension en lui proposant une visite exhumant le passé et lui redonnant, le temps de l’exposition, une réalité concrète. Pour cela nous avons longuement réfléchi sur les éléments dont nous disposions pour concevoir notre exposition et la façon dont nous pouvions les utiliser. Nous avons, par là même, conduit une réflexion sur les supports de la mémoire à notre disposition et la façon dont nous pouvions les assembler. Il s’agissait ici d’appréhender la mise en exposition comme un média entre notre propos et le visiteur.
Nous avons donc confronté deux éléments : d’une part, le parc de La Courneuve, dans sa réalité contingente actuelle et, d’autre part, le bidonville de La Campa, dans sa réalité virtuelle historique, telle que nous pouvions l’appréhender à travers les rares écrits existants, les témoignages oraux des témoins, les photographies de l’époque. De cette confrontation est né l’ensemble de notre exposition, aussi bien dans l’élaboration de son discours sous-jacent que dans sa scénographie.
Pour plus d’informations sur la scénographie de l’exposition : (à compléter)

Cette approche nous a ainsi conduites à réfléchir aux supports de la mémoire et à l’utilisation que l’on peut en faire au sein d’une exposition. Nous avons ainsi questionné le statut de ces différents éléments comme témoins du passé, dans le temps présent, et les avons appréhendés comme des liens entre ces deux dimensions temporelles, des fils à tirer entre passé et présent d’une part, mais aussi dans le présent lui-même. En effet, nous voulions appréhender le bidonville dans son aspect mémoriel, dans sa dimension immatérielle, tel qu’il subsiste dans la mémoire des individus qui l’ont connu, et plus généralement dans la façon dont il est encore perçu et véhiculé dans le présent.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.