Appel à témoins

Nous voudrions à travers ce billet lancer un appel à témoins.

La recherche de traces, consistant à exhumer une histoire souvent oubliée de tous mais vécue par des hommes, femmes et enfants dans notre pays, aux portes de nos villes, a été entamé par maintenant trois promotions universitaires de master 2. Elle a permis de recueillir plusieurs témoignages de vies directement ou indirectement reliées aux bidonvilles.

Mais de nombreuses questions restent en suspens et bien des aspects de la vie des habitants des bidonvilles français n’ont pas encore été abordés.

La prise de contact avec de nouvelles personnes ayant vécues ou ayant fréquentés via des associations comme ATD Quart Monde ou via des connaissances ou relations personnelles au sein même des bidonvilles français des années 1950/60/70 serait une contribution importante pour la suite des recherches entamées par ces promotions.

Si vous souhaitez apporter votre contribution à la redécouverte de cette partie de l’histoire des Hommes vous pouvez prendre contact avec toute l’équipe de chercheurs par l’intermédiaire de ce blogue.

 


4 réflexions au sujet de « Appel à témoins »

  1. un grand saludo mi familia llego de madrid a la campa chemin de marville la courneuve en 1961 y salimos en el 1965 tenemos que tener en la familia mchas fotos, pero tamien muchos recuerdos que buena persona mademoiselle bernadette

  2. hola carmen de nuevo soy felipe que tambien vivi alli en el chemin de marville y ibamos al colegio de marville tu me parece que eras mas pequeña que yo pero tambien conoci abernadette y su compañera que nos daban clase en un wagon dime si conocistes a los gallardos a los hermanos tovar a margarita su hermana conce y otra hermana ydos hermanos a unos que eran de murcia que le llamabamos los pijos sipuedes colocar ulguna foto gracias un abrazo para los que vivieron en la campa

  3. hola a los de la campa. Hace ya tantos anos ! yo tambien vivi en chemin de marville al 112. Nos marchemos para Goussainville en el 69 me parce y las fotos se perdieron. LLeguemos de los primeros me parece porque mi padre vivio primero en un autobus de lado de la cite floreal. Despues, con los vecios y mis hermanos construyo la casa. Me recuerdo que mi hermana Catalina se rompio el brazo corriendo entre los parpanes. Soy de la familia Tovar, la Chiqui, la mas pequena de los cinco hermanos lleguados de Espana. Mi hermano Avelino nacio en Saint Denis. Ibamos al la escuela de Marville andando y en el camino, nos parabamos para lavarnos los zapatos en la fuente frente la tienda (o el cafe?)del senor Bravo. No me recuerdo de Bernadette, pero del wagon si, donde se daban clases y se aprendia tambien à dibujar. Me recuerdo de una pintura color oro. Un abrazo a todos.

  4. ma famille a vécu au bidonville de la campa . la famille iovanovotch. on peut i voir des photo de mon arrière grand père et mon grand père avec un ours . ma grand mère a eu 15 enfants dont mon père il son tous vécu dans ce bidonville . malgré les images de « misere » mon père m’a toujours dit qu’il était très heureux .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.